Le Foot n°27 août 1994
Le Foot n°27 août 1994
  • Prix facial : 12 F

  • Parution : n°27 de août 1994

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (300 x 392) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 61 Mo

  • Dans ce numéro : PSG et les pirates.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
-. LES VERITES DU « FOOT » : - - - - - PASSIONNANT L'éditorial de Robert Lafont Malgré l'abse n c e regrettable de l'OM, ce championnat de France 94-95 va s'avérer totalement passionnant. Le 27 août, au Parc des Princes, se jouera le match PSG-Monaco qui en sera l'un des premiers tournants. Tant il est vrai qu'elle a fière allure cette équipe monégasque même si elle a, pour l'instant un début de parcours plus difficile que prévu. Avec trois recrutements, judicieux, la classe d'Anderson à l'avant, la hargne de Di Mecoà l'arrière et la sûreté de Piveteau dans les cages. Sur le PSG, tout a été dit ou presque. Reste qu'au-delà de la manière offensive pronée par Luis, les Parisiens de Ginola (qui n'aurait pas été pris au Milan AC uniquement à cause du désaccord de Savicevic !!!) devront aussi ne pas oublier la rigueur, imposée par un certain Artur Jorge. En Coupe d'Europe, cela ne pardonne pas. En dehors de ces deux ténors, on ne nous empêchera pas de penser que Bordeaux, Lyon, Nantes, Auxerre ou Strasbourg devraient bien tirer leur épingle du jeu cette année. N'oublions pas aussi qu'audelà de la qualité des transferts, ces équipes sont soutenues par un vrai et important public. Et que ce rôle du treizième homme est devenu essentiel. Vous croyez à ce sujet que l'OM serait devenu l'OM sans son fervent stade Vélodrome ? Je serais président de club, je me soucierais autant de la ferveur de mes supporters que du recrutement d'un Djorkaeff ou d'un Bancarel. Mais c'est une autre affaire. Oui, vraiment, ce championnat va être passionnant. D'autant qu'avec le retour des 3 points, maintenant, il faut absolument gagner ! Vive le foot ! Et n'oubliez pas de vous rendre sur les stades. SMMAIRE D L'ÉDITORIAL DE ROBERT LAFONT D CARNET DE NOTES 11 LECTEURS, LIVRES ET VIDÉOS D ENTRETIEN : BerrHinl Lima 1J CONFIDENCES 0 ENTRETIEN : Xavier Gnwelaine Il DOSSIER : les grands clubs Il JOUEUR DU MOIS : Bogltossian 0 DMSION 1 : les clubs de la côte II:] CLUB DU MOIS : Caen m POSTER : Stoïcltkolf UJ POSTER : OM en D 2 ID POSTER : Romario m ENTRETIEN : Omam Biyik ENQUETE : les Fratais à l'étranger m ID DIVISION 2 : Toulouse Ill DIVISION 2 : Nîmes EilJ WorldCup : le bilan En W RESULTATS Dl• D2 Chaque mois, la rédaction du journal "Le Foot" note pour vous les évènements et les joueurs qui font l'actualité. Ces notes sont attribuées en fonction de critères subjectifs. La note la plus élevée est 10, la note la plus médiocre est O. El pibe de oro (le gamin en or) ne jouera sans doute jamais son vingt-deuxième match de Coupe du monde. Obsédé par ses écarts de poids, sa capacité respiratoire et sa tonicité musculaire Diego a, en effet, cru trouver la solution à ses problèmes en ayant recours à un cocktail explosif destiné à améliorer ses performances. En cédant à la faci lité, le football eu r argentin, qui a toujours vécu entou ré d'une cour où le meilleur a souvent cotôyé le pire, a sans conteste perdu de son aura. Quand on sait qu'à 50% de ses moyens il est encore capable d'être très utile à ses coéquipiers, nos regrets n'en sont que plus grands. Dommage ! Les dirigeants caenna is peuvent se frotter les mains d'avoir fait signer le géant suédois Kennet Andersson avant qu'il ne parte devenir une vedette internationale aux Etats-Unis ! Depuis son départ outre­ Atlantique, sa valeu r marchande n'a Championnat ouvert A l'aube du Championnat 1994195- qui a commencé le 29 juillet - la lutte s'annonce passionnante pour le titre entre le PSG, Bordeaux, Monaco, l'ambitieux Strasbourg et les outsiders Auxerre, Nantes et Lyon. Pour les promus, Rennes, Nice et Bastia, il faudra éviter de faire l'ascenceur. Avec la victoire à trois points, le spectacle sera au rendez vous et peutêtre y aura-t-il à la clé une hausse du nombre de buts marqués. Sur le plan du jeu, j'espère que les arbitres seront fermes (un tacle par derrière sanctionné par un carton rouge, le tirage du maillot pour empêcher l'adversaire de jouer ou une obstruction flagrante par un carton jaune) et que seront respectés les 9,15rn lorsqu'il sera procéder à un coup franc. A ce sujet, pourquoi les arbitres ne possèderaient-ils pas un décamètre pour mesurer la distance réelle entre la faute = CARNET DE NOTES cessé, en effet, de grimper. Il s'en moque : "Je sais, oui, je sais. Benfica m'a suivi un bon moment la saison dernière. Mais, moi, je n'ai pas besoin d'un nom, seulement d'un club et d'un entourage qui me permettront d'exprimer ma qualité de footballeur au maximum ". Si jeune et déjà si sage, le double de Martin Dahlin n'a donc pas vraiment hésité à su ivre Pierre Mankowski, son entraîneur de la saison passée à Lille, lui aussi en partance pour le Stade Malherbe de Caen. Lille amère ? Tout le monde l'attendait au tournant et, une fois de plus, l'attaquant du FC Barcelone n'a pas déçu ses supporters. Dans une équipe du Brésil qui a souvent laissé de côté le spectaculaire (le roi Pelé ne s'est d'ailleurs pas caché de critiquer les choix du sélectionneur brésilien), il a été l'un des seuls avec Bebeto à faire vibrer les foules. Ses percées, ses ouvertures et ses buts ont ainsi été aussi lumineux et décisifs qu'au Barça. Mais ne l'avait-il pas annoncer ? "La pression d'une Coupe du monde ne m'affecte pas. Pour moi, c'est pareil que lorsque je joue une "pelada" avec mes potes de Vi la Penha, mon quartier de Rio. Je vais réu ssir là où d'autres figures historiques comme Zico, Falcao ou Socrates ont échoué. Cest ma Coupe du monde". Chapeau Monsieu r Romaric ! Et bonjour à Baggio... Même s'il a longtemps entretenu le suspens, le jeune attaquant Brésilien était depuis longtemps déjà déterminé à porter les couleurs monégasques. Les alléchantes propositions de Milan, de la Juventus, de la Lazio et du Real n'y ont rien changé. Il voulait rester en France. Une bonne affaire pour l'A.S Monaco puisque le joueur qui a marqué pas moins de 16 buts en seulement 20 matches la saison dernière avec l'OM a signé pour cinq ans. Le club de la Principauté a dû néanmoins accepté de lui verser un salaire de 450 000 francs par mois -net d'impôts - pour se l'offrir. Il est vrai qu'avec des arguments comme ceux-là, refuser eut été de la folie ! "LE FOOT" VOUS PUBLIE SANS CENSURE et l'emplacement du mur ? Ce serait utile. Patrice Bertin -(Uboume) Le Foot : Force est de reconnaître que les mesures prises par la AFA pour lutter contre la violence sur les terrains et pour développer le jeu offensif ont porté leurs fruits. Mais de là à équiper tous les arbitres d'un décamètre il y a un pas ! "Salut l'artiste !, La Carrière de Diego Maradona aura connu des hauts et des bas depuis Argentinos Juniors jusqu'à cette dernière affaire de dopage. Maradona a, en effet, déjà été suspendu pour utilisation de cocaïne (la FIFA l'avait suspendu 15 mois). Il avait alors quitté Naples comme un voleur pour échapper à la colère des supporters napolitains. En 1986, il a été Champion du monde malgré un but de la main. A Naples, il a décroché une Coupe de "LE FOOT" EN LIVRES ET VIDEOS "OM Les années champion,, Alors que l'OM dispute ses prerrlef's matches en D2, i est intéressant de remonter le cours de l'lülire oo plus prestijeux db de ces dx derrlères années. Tf1 VKJOO noos i'Mte avg ; "'M Les années, à r dans farrbiarœ f dun cltb pas oxnme les autres. 000 qu'oo en cise ard'hui, réq oo prési:jent Bernard Tapie de 1900 à 1994 a ref1lXJI1é ci1q titres de.t.ne finale de Co.. ! Je de Frarœ et surtoot uœ inot.diable finale de Coope dEurqJe face au AC, 1rqJhée que toote la Frarœ attendait depUs trente-ru ans. Poor atteirdre ces OOjoctifs, i a falu OO'jugJer les talents des pkJs grards p.eurs fTarçais (Papn, Giresse, T gana, Cantooa, Sauzée, Demlrrps, Bol) en de stars ttangères (Pelé, Wasettes tes pkJs œaux bJts oo cflarrli:mlt, et a de Frarœ,ctez vr:m 0011 noos voos Pl ! b1s dans rœe de ! rier ruréro m ds ! rriie5 égaerreri à lM oo 18 oo1 e nombreux moyens pour revaloriser le jeu - protection ren forcée des créateurs et des attaquants, interdiction du tacle arrière, notion élargie du hors-jeu, sévérité arbitrale accrue - force est de reconnaître que l'instance suprême du football n'a pas su prendre à temps les mesures permettant d'éviter qu'on en arrive à une finale de la Coupe du monde sans tirs au but. Joseph Blatter, le secrétaire général de la FIFA, a annoncé que le principe dit de "la mort subite" serait appliqué pour la prochaine Coupe du monde en France. Selon ce principe, l'équipe qui marque le premier but durant la prolongation remporte le match. S'il a y toujours égalité après la période de prolongation, on en fait une seconde et seulement s'il y a encore égalité on procèdera à l'épreuve des tirs aux buts. Des mesures un peu tardives tout de même ! Avec la multiplication des engagés et les modifications récurrentes des formules adoptées par l'UEFA. Il avait quitté la scène internationale en finale du Mondial1990 où, avec une selection argentine moyenne, il nous avait ému par ses pleurs. Depuis, on le croyait disparu, perdu pour le football. Rempli de sagesse, il s'est pourtant démené et préparé comme un fou pour pouvoir participer de manière active au Mondial1994. C'était trop beau ! Adieu l'artiste ! Diego Saavedra- (Coutras) Le Foot : Nous aussi, nous avions cru que le Dieu vivant du football nous était revenu plus en forme que jamais. Mais, une fois de plus, il a fauté. Dommage ! Quels types de pmlongafions ? J'ai suivi, comme tout le monde, la finale du Mondial et j'ai été ravi de la victoire du Brésil. Il fallait un vainqueur. Les tirs aux buts ont départagé le Brésil et l'Italie qui étaient à égalé aprês 120 minutes de jeu. C'est le football ! Certes, on peut regretter qu'il ait fallu avoir recours à ce type de système, surtout en finale, mais les mentalés actuelles de la part des équipes, la pression et la tension qui règnent surlllllfft ! ! lng le terrain son pour ma part, responsable de cette situation. Le résunat prenant le pas sur le spectacle, les équipes jouent de façon pragmatique et utilisent les contre-attaques pour essayer de prendre l'avantage en neutralisant constamment les véillés adverses. Alors, dans les prolongations, utiliser la mort sube. oui, c'est intéressant. Garder le système actuel 2x15 minutes plus, éventuellemen les tirs aux buts, ou bien, en ce qui concerne les finales, les rejouer, la FI FA devrait choisir. i Boscq- (Coutras) Le Foot : Les sommes qui sont en jeux étant le plus souvent synonymes de survie pour pas mal de clubs, nombreux dirigeants privilégient, en effet, le à la manière. les dirigeants de l'UEFA, il faud ra bientôt se montrer un mathématicien hors-pair pour comprendre comment fonctionnent les Coupes d'Eu rope. Ainsi, le PSG, champion de France et deux fois demi-finaliste européen, devra disputer un tour préliminaire en Ligue des champions alors qu'en C3 Cannes et Nantes, aux résultats européens plus modestes, en sont dispensés en raison d'un savant calcul de coefficients. Pour quinze millièmes de points, le PSG se retrouve neuvième alors qu'il n'y a que huit têtes de série (tous déjà vainqueurs de Coupes d'Europe). Les Parisiens sont donc victimes du resserrement élitiste de la C1. Cannes et Nantes vont être protégés puisque têtes de série et bénéficient, quant à eux, de l'obscu re réforme des coefficients.. Ah... qu'elle paraîit éloignée l'époque des tirages intégraux ! Alors que notre confrère deFrance Football Christophë Larcher était en reportage du côté du Grau-du-Roi où l'Olympique de Marseille disputait un match amical avant la reprise du Championnat de D2, Bernard Tapie a cru bon de l'interpeller en ces termes : "France Football est un journal d'empalés. A chaque fois que vous écrivez, c'est pour dire que des conneries. Vous êtes tous des enculés et des pédés. Si t'étais pas journaliste, on sortirait tous les deux et je te ferais la tête au carré. J'te traite d'enculé devant tout le monde et tu bouges pas ! T'es qu'une gonzesse, t'as rien dans le froc". Ces propos, d'une haute tenue, po urraient nous faire sou rire s'ils n'émanaient d'un homme politique, qui brigue les plus hautes responsabilités : "Nanard", on t'aime bien à Munich quand l'OM gagne la Coupe d'Europe mais pas quand tu tombes dans des propos de basse-cour indignes de tes qualités. Sans rancune. Directeur : Robert RÉDACTION : Rédacteurs : Alain Ferrand Christophe Van Haczcvelde Henry Marin Guillaume Gossart Michaël Van den Plas - Armindo Dias. Correspondants : Fabrice Malka (Strasbourg) Patrick 01a mian (Vaucluse) André Péron (B reagne) Gérard Gonet (Toulon) Gilles Simon (Auxerre) - Michaël Artzy (Bouches-duRhône) Roben Dupin (Caen) Didier Angeleui (Mm) - Frédéric Fcrrandes (Toulouse) Guillaume laurent (Normandie) - Ma\nadou Forana (Val d'Oise) - Philippe Brun (Dordogne) Olivier Baudin (Alpes Maritimes) Frédéric Hérold (FrancheCOmlé) FréMric Veille (Rouen) Karine Przydrozmy (Lens) jean-Pierre Sebile (Angers) Jean-Yves Queigncc (Nanles)- Yannis Henemeau (Le Mans) Didier janin (Charlevilc, Sedan) Thierry Ou haumont (Bordeaux). Secrétaire de Rédaction : Florence Redolfi 1 Ma.uette : Nathalie Petit/Photos : AFP, Benoît Guihéneur. PILL ! CITÉ : Directeur de la publicité : Alain Thomas MANAGEMENT : Directeur général : Alain Thomas 1 Directeur de la Promotion : Philippe Veyrinas 1 Développement : Bruno Quélen 1 Comptabilité : Odile J p: ! ir. kcrrK 211 no 19 ! 110 ! lm.fil (,Q,liN\'liu - ; ols l'ns TllliltrtpriHIII('(IUl'l (p3nidltl lb utll'k:. puNib drl.t F"'u munllk b i tM lfltl'flli1t,nfnnll(llk'lll i b kil dull twl'195"" wr la fJfllpflf'lt l ti'llll !'tf annttqut titJIDm'l dt t'llllllll<:o.\lllf'l puilnr t'Il tliUl'. !'II 1 p.UW.ID Utttttl'llr lie l'pullhan011 ltohm L ; Jf
ENTRETIEN Bernard Lama : 11 Le PSG ne Bernard Lama est le meilleur gardien français de sa génération. La saison qui vient de commencer s'annonce difficile mais passionnante. Il fallait faire le point avec lui. Après une séance d'entraÎnement dirigée de main de maitre par Luis Fernandez, il nous a confié ses espoirs, ses frustrations et ses projets. Lama : un calme au sang chaud. L'entraînement a évolué depuis l'arrivée de Luis Fernandez ? L'année dernière, on était robotisé. L'entrafnement, c'était juste prendre le ballon et puis courir. Le footbalr, ça demande un travail plus complet. Un travail technique, physique et tactique. Cela ne se faisait pas l'année dernière. La façon de s'entraîner n'était pas adaptée à des sportifs de haut niveau. Qu'avez-vous travaillé en particulier à l'intersaison ? Je n'ai pratiquement pas travaillé le rôle de gardien. Je me suis plutôt exercé physiquement pour retrouver les sensations physiques que j'avais perdues depuis deux saisons. J'ai fait de la musculation et des exercices pour retrouver une certaine tonicité. Vos nouveaux coéquipiers Dieng, Séchet et Nouma vous ont satisfait ? Dieng je le connais bien puisque c'est moi qui l'ai fait venir en France. Je le connais depuis huit ans ! Séchet je ne le connais pas beaucoup mais je ne pense pas qu'il puisse y avoir de problème. Nouma et M'Soma sont des garçons que l'on cannait : ils viennent du club. Garder la même ossatu re et travailler dans la continuité : c'est peut-être l'un des avantages du PSG cette saison. Quel est le joueur qui vous a le plus impressionné au PSG ? Ricardo. C'est le plus régulier et le plus impressionnant. Il a une classe folle hors et sur le terrain, un sens du placement extraordinaire. Il sent vraiment le jeu et ne panique jamais. Pour un gardien, un patron pareil, c'est très rassurant. Que pensez-vous de la nouvelle formule de la Ligue des Champions ? On a plus l'impression de disputer un championnat qu'une coupe. Mais cette formule doit avoi r du bon. Au moins jusqu'aux quarts de finale, tout le monde a sa chance. C'est la régularité qui compte. Le PSG est-il la victime de cette formule ? (Lire carnet de notes) C'est vrai si on regarde nos deux dernières saisons où on a été deux fois demi-finaliste européen. Mais le PSG n'existe réellement que depuis peu de temps à ce niveau-là. Ce n'est pas plus mal qu'il y ait ce premier tour. Cela nous permettra de rentrer dans le vif du sujet rapidement, d'être dans un état d'esprit compétitif dès le départ. Vous devriez, en cas de qualification, rencontrer Papin et le Bayern. Vous allez essayer de l'impressionner ? Je n'ai pas besoin de ça. Papin ou un autre, c'est la même chose. Mes adversaires ne sont pas humains. C'est le ballon mon adversaire. Qu'il soit frappé par Papin ou un autre, c'est pareil... Le seul avantage, c'est que Pap in, je connais ses réactions. Et lui connait les vôtres ! Oui... ce sera au plus malin ce jour-là. Mais si on se qualifie, cela ne se réswmera pas à un duel Papin-Lama. Vous risquez de rencontrer également Cantona, Desailly et Boli. Ce ne sont pas des hommes qu'on rencontre, ce sont des équipes. S'il y a des copains en face, tant mieux, on rigolera peut-être un peu plus. Quelle est l'équipe que vous craignez le plus ? Le Bayern, le Spartak ? On ne doit craindre personne. Avec deux demi-finales à notre actif depuis deux ans, même si le niveau est plus relevé, je ne vois pas pourquoi on n'y arriverait pas. Comment évacuerez-vous la pression cette saison ? On ne peux pas évacuer la pression en disputant un match tous les trois jours. Non, il faut simplement savoir vivre avec. Vous avez des "gris-gris" ? Rien de très singulier. J'aime bien me concentrer seul en écoutant de la musique. Vous aviez décerner un "prix citron" a une certaine sorte de journalistes. Pourquoi ? Il y a des journalistes qui s'exprime à travers les joueurs. Ils se servent des joueurs pour dire ce qu'ils pensent eux, parce qu'ils n'en ont pas le co urage. Alors, ils transforment vos paroles, les sortent de leur contexte. Mais bon, ce que j'ai dis était ciblé. Le rôle du gardien moderne, Bernard Lama : "j'ai travaillé ma musculation et ma tonicité". c'est quoi ? Les règles qui ont ch angé ont juste officialisé un certaine façon de jouer. Par exemple les relances rapides. Déjà, le gardien est très exposé aux critiques des journalistes. Notamment ici, à Paris. Il faut qu'on comprenne que les gardiens ne sont plus seulement des gardiens. Ce sont également des joueurs de champs. On leur demande trente six mille choses. Avec la nouvelle règle (passe en retrait) tout le monde attendait l'erreur du gardien. Bien sûr, quand il en commettait une, on lui tombait dessus. C'est un peu ce qui m'est arrivé. Tout est fait pour emmerder les gardiens. On a interdit la balle en retrait, on a modifié les ballons, on voulait même agrandir les buts... Je ne sais pas ce qu'ils vont inventer encore. "Tout est fait pour emmerder les gardiens" Cela vous déstabilise ? Ce sont surtout les joueurs de champ qui ont eu du mal à s'adapter. Ils ont mis longtemps à comprendre que le gardien n'était pas seulement là pour dégager le ballon. On essaye toujours de nous enfermer dans une surface, dans une cage entourée de contraintes de plus en plus nombreuses. On sait que Luis Fernandez, vu le calendrier surchargé du PSG, préfère ne pas laisser ses joueurs disputer le prochain match éliminatoire de l'équipe de France. Tous ses joueurs, hormis vous. Flatté ? Il a certainement dit cela parce qu'il pense qu'un gardien peut jouer tous les matches. En fait, je crois qu'il n'y a pas beaucoup d'entraîneurs qui comprennent réellement les gardiens. Si on me convoque, j'irai. Si on me l'interdit, je n'irai pas. Mais il faut savoi r qu'un match est aussi du r physiquement et mentalement pour un gardien que pour un joueur de champ. Qu'avez-vous pensé de la WorldCup ? Bernard Lama : "on essaye toujours de nous enfermer dans nos cages"... Je crois que c'est la plus belle que j'ai vu que j'ai signé cinq ans, pas pour l'équipe en dehors de celle de 1970. Mais là, de France. j'étais tout gamin. Oui, vraiment, on a vu une Coupe du monde très ouverte avec Retournez-vous souvent en Guyane ? beaucoup de surprises. Au moins une fois par an. Vous avez été séduit par un gardien ? Il y a le gardien saoudien qu'on ne connaissait pas et qu'on a pu voir efficace à ce niveau-là. Les Prud'homme, Ravelli, Taffarel, Zubizaretta, ont été à leur niveau. Mais je trouve que, dans l'ensemble, les gardiens n'ont pas été très sollicités. En quittant Lille, vous aviez déclaré qu'il était malsain de rester longtemps dans un même club. Pourtant, vous avez signé à Paris jusqu'en 1998. A cette époque, je n'avais plus de motivations et je stagnais. J'étais à un âge où l'on veut connaître des expériences, voir plein de choses. Alors, je devais partir. Maintenant, c'est différent, je n'ai plus le même âge. Le fait d'avoir un contrat de cinq ans, cela m'apporte une certaine tranquillité, un état d'esprit favorable à ma préparation. En 1998, il y a la Coupe du monde en France. C'était calculé, non ? C'est sûr que j'ai envie de participer à cette Coupe du monde. Mais avant ça, il y a une vie au quotidien. Et ce quotidien, c'est le PSG. C'est donc pour moi Et vous pensez que le football d'Outre-Mer a un avenir ? On en parle pas parce qu'on ne s'y intéresse pas. Il ne faut pas oublier les Trésor, les Janvion, les Couriol, les Zimaco... Et au niveau des clubs ? Il y a des équi pes d'Outre-Mer qui sortent du lot. Des choses peuvent être faites mais il faut qu'on nous donne des moyens, des structures. Vous aimeriez participer à ce développement ? Bien sûr. Je vais voir si la Coupe du monde 1998 ne peut pas avoir des répercussions sur les clubs, notamment en Martinique, en Guadeloupe et en Guyane. Pourquoi pas un sport-étude interrégional. Cela nous permettrait de préparer des garçons et de les amener ici à un certain âge. Cela relèverait le niveau des compétitions locales. Qu'est-ce qui vous manque à Paris ? Le soleil ? (Transpirant) Non actuellement, le soleil, on ne peut pas dire que ça manque. Non, ce qui me manque à Paris, c'est Paris. On aimerait pouvoir sortir plus souvent. Il y a beaucoup de concerts que j'aurais aimé voir. Le problème, il est là quand on fait du foot on ne fait rien que du foot.• Mickael Van den Plas



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :