Le Foot Magazine n°114 mai/jun/jui 2016
Le Foot Magazine n°114 mai/jun/jui 2016
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°114 de mai/jun/jui 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 70

  • Taille du fichier PDF : 44 Mo

  • Dans ce numéro : super transferts.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
Foot sosie FEKIR/ALESSANDRINI LES DEUX JOUEURS DE LIGUE 1 PRÉSENTENT UNE CERTAINE RESSEMBLANCE AVEC LA BARBE ET LA MÊME TAILLE. EN OUTRE, ILS SONT TOUS DEUX GAUCHERS ET ÉVOLUENT AU MILIEU DU TERRAIN. ENFIN, ILS ONT CONNU UNE GRAVE BLESSURE AU GENOU DROIT AU COURS DE LEUR CARRIÈRE. Au premier regard, les deux hommes cultivent une certaine ressemblance physique. Nabil Fekir (Olympique Lyonnais) et Romain Alessandrini (Olympique de Marseille) portent la barbe et, sous la toise, ils ont la même taille (1m73). Sur la balance, ils affichent quasiment le même poids (72 kg pour Fekir et 70 kg pour Alessandrini). Tous deux évoluent dans le club de leur ville de naissance, ce qui n’est pas si fréquent aujourd’hui dans le football professionnel. [54] LE FOOT MAGAZINE N°114 Si trois ans et demi les séparent - Alessandrini est né le 3 avril 1989 tandis que Fekir a vu le jour le 18 juillet 1993 - ils font néanmoins partie de la même génération. Le Marseillais a commencé sa carrière chez les professionnels avec Gueugnon en Ligue 2 en 2008 à l’âge de 19 ans alors que le Lyonnais a fait ses premiers pas en Ligue 1 au début de la saison 2013-2014 alors qu’il venait de fêter ses 20 ans. Jouant tous deux au poste de milieu offensif, ils sont l’un et l’autre gauchers et sont les animateurs du jeu de leur équipe grâce à une belle technique individuelle. Ils peuvent se transformer en véritables poisons pour les défenses adverses. Nabil Fekir et Romain Alessandrini présentent la particularité d’avoir connu tous deux la défaite en finale d’une Coupe la même année (en 2014), la Coupe de la Ligue pour le Lyonnais contre le PSG et la Coupe de France avec Rennes pour Alessandrini face à Guingamp. REVENIR PLUS FORT Si Nabil Fekir compte 5 sélections en é- quipe de France depuis le match contre le Brésil en mars 2015, Alessandrini avait été convoqué en janvier 2013 par Didier Deschamps, mais sans être retenu dans le groupe qui allait ensuite affronter l’Allemagne. Tous deux ont connu un gros coup dur depuis le début de leur carrière en étant gravement blessés au même genou. Romain Alessandrini a été victime le 15 février 2013 (peu de temps après avoir été convoqué par Deschamps) d’une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit. Il retrouvera les terrains plus de sept mois plus tard le 29 septembre suivant à l’occasion d’un match contre Nantes. C’est le 4 septembre 2015, lors de la rencontre Portugal-France, alors qu’il était titularisé pour la première fois avec les Bleus que Nabil Fekir a été victime d’une rupture du ligament croisé du genou droit. Son indisponibilité aura été, pour lui aussi, de sept mois puisqu’il n’est revenu en Ligue 1 que le 8 avril dernier pour le déplacement de l’OL à Montpellier. Enfin, au niveau des statistiques, à la mi-avril, Romain Alessandrini avait joué 94 matches en Ligue 1 (dont 67 en tant que titulaire) et avait inscrit 24 buts, Nabil Fekir totalisant 51 matches en L1 (44 titularisations) et 18 buts. Un Fekir qui, lui, n’a pas encore succombé à la mèche blonde…
Quand Ben Arfa se prend pour Cruyff… ARTISTE DU FOOTBALL QUAND IL EST BIEN DANS SA TÊTE, HATEM BEN ARFA RECONNAÎT RÉGULIÈREMENT QUE C’EST JOHAN CRUYFF QUI L’A INSPIRÉ DANS SON STYLE DE JEU. ET NOTAMMENT LE « CRUYFF TURN », SON GESTE PRÉFÉRÉ. Il est rare que les joueurs actuels connaissent des stars d’autrefois. Souvent quand on leur pose la question, ils répondent qu’ils ne connaissent pas le joueur car ils n’étaient pas nés quand il jouait. Avec Johan Cruuyff, c’était différent, quelle que soit la date de naissance, tout le monde connaissait « l’artiste hollandais », un joueur qui créait et inventait en permanence. C’est devant sa télé en visionnant une vidéo de Cruyff qu’Hatem Ben Arfa est tombé amoureux du génie de l’Ajax et c’est lui qui lui a définitivement donné envie de faire carrière dans le football  : « Il était toujours en mouvement, toujours en train d’essayer des choses nouvelles. Ce n’est pas le tout de les essayer, il faut aussi les réussir, c’est le plus difficile et lui y arrivait » répète le milieu niçois quand on lui parle de Cruyff. Ses dribbles chaloupés, ses accélérations explosives, sa facilité ballon au pied ont marqué de nombreuses générations. Hatem Ben Arfa aime tous les gestes que réalisait Johan Cruyff, mais il y en a un qui est au-dessus des autres pour lui  : le dribble derrière le pied d’appui. Ce geste était tellement beau qu’il a hérité d’un nom  : « le Cruyff Turn ». LE « CRUYFF TURN », UN DRIBBLE DERRIÈRE LE PIED D’APPUI Johan Cruyff avait réalisé pour la première fois ce geste sous le maillot de l’Ajax Amsterdam avant de le refaire en sélection également. Il s’agit d’une feinte où il fait semblant de frapper dans le ballon avant de le pousser dans le sens inverse, ce qui déstabilise complètement l’adversaire. Il le pousse en le faisant passer derrière la jambe d’appui de l’intérieur du pied. C’est un geste qui demande une technique, une vitesse d’exécution et un toucher de balle parfait car, avec une demie-seconde de retard, il peut être complètement raté. Hatem Ben Arfa l’a fait contre le PSG non pas pour impressionner des dirigeants qui l’ont coché sur leur liste de potentielle recrue pour la saison prochaine, mais pour rendre hommage à Cruyff, décédé justement quelques jours plus tôt. Il en aura ridiculisé beaucoup des défenseurs avec ce geste, mais ils ne lui en veulent pas car c’était un génie. L’une de ses « victimes », le Suédois Jan Olsson qui avait subi le « Cruyff Turn » lors d’un Pays-Bas- Suède de la Coupe du Monde 1974 lui a rendu hommage en reparlant également de ce geste qui l’avait marqué à vie. Avec Johan Cruyff, le football s’est élevé au rang d’art et Hatem Ben Arfa essaie de perpétuer la tradition de son idole. Bien sûr, il n’aura jamais sa carrière ni son palmarès, mais le retour au plus haut niveau de Ben Arfa est une bénédiction pour la L1. Espérons que la saison prochaine il sera toujours là, afin qu’il nous gratifie toujours de gestes imités de son maître. De toute façon, même s’il rejoint un grand club, on en profitera aussi, mais la L1 perdra de son attractivité car les artistes sont rares, mais ils restent éternels. Pour preuve, Johan Cruyff a quitté le Barça depuis longtemps, mais sa philosophie de jeu est restée, les Suarez, Messi, Neymar sont les joueurs les plus doués pour préserver cet héritage. LE FOOT MAGAZINE N°114 [55]



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 1Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 2-3Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 4-5Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 6-7Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 8-9Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 10-11Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 12-13Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 14-15Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 16-17Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 18-19Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 20-21Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 22-23Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 24-25Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 26-27Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 28-29Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 30-31Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 32-33Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 34-35Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 36-37Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 38-39Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 40-41Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 42-43Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 44-45Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 46-47Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 48-49Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 50-51Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 52-53Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 54-55Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 56-57Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 58-59Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 60-61Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 62-63Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 64-65Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 66-67Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 68-69Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 70