Le Foot Magazine n°114 mai/jun/jui 2016
Le Foot Magazine n°114 mai/jun/jui 2016
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°114 de mai/jun/jui 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 70

  • Taille du fichier PDF : 44 Mo

  • Dans ce numéro : super transferts.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
[32] LE FOOT MAGAZINE N°114 ANELKA et BECKHAM présidents ! CERTAINS JOUEURS, ET NON DES MOINDRES, PRÉSIDENT, PARALLÈLEMENT À LEUR CARRIÈRE LES DESTINÉES D’UN CLUB. Le parcours d’Evo Morales est bien singulier. Président de la Bolivie depuis janvier 2006, il s’est aussi fait un nom dans le football professionnel de son pays. Grand passionné de ballon rond, il a paraphé à 54 ans un contrat d’une saison en mai 2014 pour jouer en première division bolivienne au sein de l’effectif des Sport Boys Warnes. Un président de pays jouant dans un club professionnel, ce n’est vraiment pas commun. Une signature qui a forcément marqué l’histoire. Certains exemples prouvent qu’on peut être à la fois un joueur de football de renommée mondiale et un président de club très respecté. C’est le cas du légendaire Gianluigi Buffon. L’international, gardien de but, joueur le plus capé du football transalpin (156 sélections) est également patron du club de Carrare, le club de sa ville natale. Le Carrarese Calcio est un club toscan qui évolue en Lega Pro (Serie C). Eddy Gnahoré (prêté à Carpi) a fréquenté la brillante génération Kondogbia avec les U18 français. Parti très tôt en Angleterre (à Manchester City, Birmingham), c’est pourtant dans le club de Carrare que le natif de Villeneuve-la- Garenne a relancé sa carrière en y évoluant deux saisons. BUFFON L’ENFANT DE CARRARE Du capitaine de la Squadra, le milieu de terrain français a gardé des souvenirs distincts, mais davantage en tant que président  : « Buffon était un président très discret. Je l’ai vu une fois. De temps en temps, il envoyait des vidéos pour nous souhaiter joyeux Noël ou ce genre de choses. Il suivait les matches par internet. Il donnait des conseils au directeur sportif. C’est un enfant de Carrare... ». Nicolas Anelka, lui, n’a aucun lien de naissance avec Ath dans la province du Hainaut. L’ancien international français (69 sélections, 14 buts) a pourtant décidé de se lancer dans une nouvelle aventure l’été dernier en reprenant le club du Royal Géant Athois dans la banlieue de Charleroi. Un rôle de président « honorifique » qui a visiblement ravi le maire de la ville d’Ath  : « J’ai été contacté par un fonds d’investissement ou un groupe, ou une personne en particulier a tenu à signaler l’ancien attaquant. Cette même personne m’a nommé à titre honorifique ». David Beckham, retraité depuis 2013, lui, a définitivement endossé le costume d’homme d’affaires. Pour sa franchise en MLS à Miami, il envisagerait d’ailleurs de faire venir notamment deux icônes, à savoir Lionel Messi et Zlatan Ibrahimovic, afin d’en faire une entité de niveau mondial.
C’est quoi ton surnom ? JONAS Pistolero de Benfica Cahier Supporteurs LE MEILLEUR BUTEUR DU CHAMPIONNAT DU PORTUGAL RÉALISE UNE SAISON DE FEU. PLUS LES ANNÉES PASSENT ET PLUS CET ATTAQUANT SE BONIFIE. UNE BELLE REVANCHE... Récemment rappelé en sélection brésilienne, Jonas (9 sélections, 2 buts) n’en finit plus d’épater la galerie. Le Benfica a vraiment flairé la bonne affaire. Quand il a débarqué au Portugal, il est en effet arrivé gratuitement de Valence. Lors de sa première saison avec les Aigles, il a claqué but sur but (31 en 35 apparitions). Conséquence, il a été fortement sollicité l’été dernier, et ce à un an de la fin de son contrat. L’intéressé a finalement repoussé toutes les offres pour prolonger son bail avec Benfica jusqu’en juin 2018. A 32 ans, le natif de Sao Paulo a fait encore mieux cette saison. A l’heure où nous écrivons ces lignes, Jonas Gonçalves Oliveira avait inscrit 31 buts en 30 rencontres de championnat ! Contre Braga (5-1, 28ème j.) devant plus de 60 000 spectateurs, Jonas a pris une autre dimension. L’ancien attaquant de Santos a naturellement marqué, mais il a également délivré deux nouveaux caviars (le Brésilien en est à plus de dix passes décisives depuis le début du championnat). Un retour en arrière s’impose comme pour mieux expliquer l’étincelante forme actuelle dans laquelle se trouve Jonas. « Pistolas » est un surnom qui lui va magnifiquement bien, traduisant parfaitement son efficacité offensive. Formé dans le club de Guarani, Jonas attire immédiatement l’attention des plus grosses cylindrées brésiliennes (Palmeiras, Cruzeiro, Corinthians...). Il file à Santos, formation avec laquelle il remporte le championnat de Sao Paulo en 2006 et 2007. En fin de parcours avec le club pauliste, il est cantonné au banc de touche. Jonas décide a- lors de tenter sa chance à Gremio en s’engageant pour quatre ans. Mais en 2008 après de bons débuts, il perd progressivement sa place de titulaire. On lui reproche notamment son manque de puissance physique. Mécontent de son sort, le joueur demande à quitter le club. Il arrive prêté et gratuitement en juillet 2008 dans le club de Portuguesa. Bien que ne pouvant empêcher la descente de cette équipe, Jonas en est le meilleur buteur (10 buts en 25 matches). Un rendement optimal qui attire l’attention de Valence qui le recrute au début de l’année 2011 pour 1,5 million d’euros. A son arrivée, Jonas joue peu. Mais quand c’est le cas, il tire son épingle du jeu en formant avec Roberto Soldado un beau duo. Le 1er novembre 2011, il marque le deuxième but le plus rapide (derrière celui de Roy Makaay en 10,26 secondes contre le Real) de l’histoire de la Ligue des Champions contre le Bayer Leverkusen après 10,84 secondes de jeu. Libre de tout contrat après sa résiliation avec Valence, le Brésilien s’engage enfin avec le Benfica Lisbonne le 12 septembre 2014. On connaît la suite... LE FOOT MAGAZINE N°114 [33]



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 1Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 2-3Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 4-5Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 6-7Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 8-9Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 10-11Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 12-13Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 14-15Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 16-17Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 18-19Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 20-21Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 22-23Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 24-25Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 26-27Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 28-29Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 30-31Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 32-33Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 34-35Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 36-37Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 38-39Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 40-41Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 42-43Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 44-45Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 46-47Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 48-49Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 50-51Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 52-53Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 54-55Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 56-57Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 58-59Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 60-61Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 62-63Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 64-65Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 66-67Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 68-69Le Foot Magazine numéro 114 mai/jun/jui 2016 Page 70