L'Officiel Auto n°1 mar/avr 2016
L'Officiel Auto n°1 mar/avr 2016
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°1 de mar/avr 2016

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 69,3 Mo

  • Dans ce numéro : dossier french touch.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
HISTO/Porsche Porsche prend conscience (où l’avait-il anticipé ?) que beaucoup de propriétaires de la 356 n'ont pas forcément les moyens ou l’envie de s’offrir la 911. C'est pourquoi la 912 est lancée dans la foulée dès 1965 soit quelques mois seulement après la commercialisation de la 911. Il s'agit en fait d'une 911 dépouillée équipée du flat 4 de la 356. Elle est en moyenne 20% moins chère que la 911, la remettant à un niveau de prix comparable aux 356 haut de gamme. La 912 a été un véritable succès dépassant même au début les ventes de la 911. Elle a tout de même représenté pour les millésimes 65 et 66 jusqu'à 70% des ventes de Porsche. Depuis la mort de Ferdinand Porsche en 1951, une scission s'est produite entre les enfants de son fils, Ferry, et ceux de sa fille, Louise, mariée Piëch. Le fils de cette dernière, prénommé Ferdinand comme son grand-père, dessine certains modèles de course dont la glorieuse 917 qui inaugure en 1970 le palmarès de la marque aux 24 Heures du Mans. Premier des quatre fils de Ferry, Ferdinand Alexander, n'a pas 30 ans quand il dessine l'intemporelle 911 dont le moteur est préparé par le cousin Piëch. A la fin des années 1960, les ventes de cette dernière ont fait exploser celles de Porsche qui voit sa production tripler en quelques années. Porsche écoule plus de 30 000 modèles par an mais bientôt, les ambitions de chacun se révèlent au grand jour. Afin de tirer les ficelles, les coups bas se multiplient alors que chaque branche détient la moitié des parts de la marque laissées à sa mort par le patriarche. 56/L’OFFICIEL AUTO En 1972, Ferry et Louise décident d'empêcher radicalement une lutte plus violente pour le pouvoir : plus aucun héritier ne pourra occuper des fonctions à la tête du groupe. Ayant contribué à étendre la notoriété de la marque grâce aux victoires de ses modèles de course, Ferdinand Piëch, vexé, quitte l'entreprise familiale pour le concurrent Audi qu'il portera vers les sommets avant de devenir président de Volkswagen en 1988. La suite, on la connaît tous, les succès ne quitteront jamais cette marque mythique ! Porsche en dix dates 25 avril 1931 : Ferdinand Porsche crée l'entreprise Porsche qui est officiellement reconnue comme telle à Stuttgart, berceau de la marque. 1948 : Ferdinand Porsche, emprisonné en France pour sa collaboration au régime nazi, c'est son fils aîné, Ferry, qui prend les rênes de l'entreprise. 8 juin 1948 : la 356 « N°1 », première Porsche de l'histoire, est homologuée. Mars 1950 : la production en série de la 356 démarre dans les ateliers de Zuffenhausen, quartier de Stuttgart. 12 septembre 1963 : présentation du prototype de la Porsche 911 lors du Salon de Francfort. Porsche 356 1300 de 1951 à 1953. Ci dessous, Porsche 911 RS 2,7, 1973. Porsche 911, première et dernière génération. Août 1972 : la présidence de Porsche n'appartient plus à un héritier de Ferdinand Porsche, selon le souhait de son fils qui dirigeait l'entreprise depuis 1948. 1er août 1993 : Wendelin Wiedeking prend ses fonctions de PDG de Porsche et, avec lui, l'entreprise allemande est totalement réorganisée. 15 juillet 1996 : Porsche produit la millionième voiture de son histoire, une 911 Carrera destinée aux forces de police allemandes. 27 mars 1998 : Ferry Porsche meurt en Autriche à l'âge de 88 ans. 20 août 2002 : Porsche présente le premier SUV de son histoire avec le Cayenne.
QuelQues modèles mythiQues e 8 juin 1948, la première automobile portant le nom de Porsche obtint L son homologation : il s'agissait de la Porsche 356/1 Roadster fabriquée à Gmünd (Carinthie/Autriche).Le « Roadster de Gmünd » était propulsé par un moteur quatre cylindres à plat, refroidi par air de 1,1 litre de Volkswagen. La puissance de ce moteur avait été portée à 35 ch pour la 356. Ainsi, le roadster, avec un poids de seulement 585 kilogrammes, atteignait des vitesses allant jusqu'à 135 km/h. Les premières 356 (appelées aussi « Pré- A ») sont facilement identifiables grâce au parebrise divisé en deux parties avec une barre centrale. Celui-ci a été remplacé à partir de l'année - modèle 1952 par un pare-brise d'une seule pièce présentant un pli au milieu. Toutes les générations de 356 étaient également disponibles dans une version « ouverte » (Cabriolet, Speedster ou Roadster). Porsche 901 (1964) Porsche 911 (1964/1973) n an plus tard, c'est-à-dire à partir de U l'année - modèle 1965, la production en série du modèle rebaptisé peu après 911 commençait. La 911, tout d'abord produite uniquement sous la forme Coupé, disposait d'une carrosserie autoporteuse et était propulsée par un nouveau moteur 2,0 litres six cylindres à plat générant une puissance de 130 ch. À partir de l'année - modèle 1967, la 911 Porsche 356 (1948/1965) fut également disponible comme « cabriolet de sécurité » (Targa), équipée d'un arceau de sécurité fixe et d'un toit pliant escamotable. À partir de l'année - modèle 1969, l'empattement a été allongé de 57 mm, ce qui permit d'accroître le confort de conduite et d'obtenir un comportement dynamique plus stable. En outre, le premier moteur dérivé de la 911 fit son apparition sur le marché avec la 911 S. Au cours des années suivantes, les modèles présentant les désignations supplémentaires T, L et E se succédèrent. 911 Targa (1967-73). Avec le lancement des modèles Targa, Porsche réagissait aux exigences accrues en matière de sécurité concernant les véhicules ouverts aux États-Unis. Grâce à l'arceau de sécurité fixe, les occupants étaient protégés en cas de retournement. 911 S (AM 1967-73). La version Sport de la 911 disposait, à la suite de diverses modifications du moteur, d'une puissance dans un premier temps de 160, puis de 190 ch. En plus d'un équipement amélioré, le modèle S était la première 911 à être dotée n septembre 1963, Porsche présente E au public sur le Salon IAA de Francfort le modèle qui succède à la 356, la Porsche 901. La production en série de la 901 débuta en septembre 1964. Lorsque Porsche présenta ce véhicule en octobre de la même année au Salon de l'Automobile de Paris, le constructeur automobile français, Peugeot, fut interpellé par la désignation du modèle et mis son veto contre celle-ci. La raison invoquée : Peugeot avait déposé les désignations de modèle à trois chiffres avec un 0 au milieu. Porsche rebaptisa dès lors sa 901 en 911. Cette combinaison de chiffres correspond au numéro d’urgence aux États-Unis et était de ce fait déjà bien connue sur ce marché important pour Porsche. Jusqu'à la modification du nom, 82 exemplaires de la 901 ont été produits au total. de jantes « Fuchs » au design caractéristique à 5 rayons. 911 T (AM 1968-73). La « Touring » devint le nouveau modèle d'entrée de gamme de la série des 911, avec tout d'abord 110, puis, plus tard, 130 ch. Son équipement correspondait à celui du modèle quatre cylindres 912. Elle se distinguait des modèles plus puissants, entre autres, par son monogramme argenté au lieu de celui de couleur or. 911 L (AM 1968). Avec l'introduction de la version T comme nouveau modèle de base doté d'un moteur moins puissant et d'une boîte mécanique 4 rapports, l'ancienne 911 fut rebaptisée 911L. La motorisation demeura inchangée. 911 E (AM 1969-73). Les anciens moteurs 2,0 litres entrèrent avec l'AM 1969 dans leur dernière année de construction et furent remplacés par de nouveaux moteurs 2,2 litres. La version L fut rebaptisée, avec le changement de génération de moteurs, pour s'appeler 911 E et développait de 140 à 165 ch. L’OFFICIEL AUTO/57



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 1L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 2-3L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 4-5L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 6-7L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 8-9L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 10-11L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 12-13L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 14-15L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 16-17L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 18-19L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 20-21L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 22-23L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 24-25L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 26-27L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 28-29L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 30-31L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 32-33L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 34-35L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 36-37L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 38-39L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 40-41L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 42-43L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 44-45L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 46-47L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 48-49L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 50-51L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 52-53L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 54-55L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 56-57L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 58-59L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 60-61L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 62-63L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 64-65L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 66-67L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 68-69L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 70-71L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 72-73L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 74-75L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 76-77L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 78-79L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 80-81L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 82-83L'Officiel Auto numéro 1 mar/avr 2016 Page 84