l'écolomag n°72 jui/aoû 2019
l'écolomag n°72 jui/aoû 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°72 de jui/aoû 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : L'Ecolomag

  • Format : (315 x 470) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 32,8 Mo

  • Dans ce numéro : le féminin sans tabou.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 artisanales, écologiques, esthétiques, pratiques, robustes et accessibles… éco Livre écohabitat Et si vous faisiez tout vous-même ? Manuel pratique d’autonomie de Moune - Illustré par Nat Sinob Remèdes naturels, lessive, four solaire, toilettes sèches, cabanes, jeux de société, pain, fromages et beurres végétaux, parfums et déodorants... Pour une vie quotidienne écologique et économique ! Véritable manuel d’autonomie de la vie quotidienne, cet ouvrage conséquent met à disposition de toutes et tous l’essentiel des pas-à-pas pour réaliser soi-même nombre de ce que l’on a pris l’habitude d’acheter « tout fait ». Les intérêts sont multiples  : c’est réellement très économique, on utilise bien moins de produits toxiques et c’est beaucoup plus rapide qu’on ne l’imagine. Mère de deux filles, Moune a commencé à fabriquer ses produits de santé, de beauté et ménagers le jour où elle a décidé de faire les courses le moins souvent possible. Depuis plus de 10 ans, elle anime et organise des ateliers et des stages « d’autonomie » au sein d’une association  : L’Atelier Éco’Naturel. Elle écrit également chaque mois la rubrique Fait maison du magazine Rebelle-Santé. Éditions Mosaïque-Santé - 320 pages - 20 € L’écolomag n°72 ⎜ Juillet/Août 2019 Un billet pour l’autonomie Les fausses bonnes idées ! J’évoque ici avec vous, depuis quelques années, les solutions pour devenir autonome en énergie. Dans mes activités, il m’arrive – hélas de plus en plus fréquemment – de rencontrer des citoyens qui ont été leurrés par de fausses bonnes idées, incompatibles avec l’autonomie énergétique. De ce fait, à moins de réinvestir, l’accès potentiel à l’autonomie leur est fermé. Voici quelques-uns des concepts à éviter. Stockage de l’électricité via batterie au lithium  : Onéreux, sans recul suffisant, non recyclable et polluant, le lithium n’est pas une solution d’autonomie pragmatique. Et puis, comme il explose facilement, n’oubliez pas de signaler à votre assurance l’installation d’un parc lithium, et ne vous étonnez pas de voir votre prime augmenter… La durée de vie d’une batterie plombest au moins équivalente à celle du lithium, soit 15 ans. Véhicule électrique  : Voiture ou moto, le véhicule électrique n’a de sens que s’il est rechargé au photovoltaïque ! Une recharge sur le réseau se fait à partir d’une électricité issue d’une centrale au fioul, au charbon ou nucléaire, qui génère des pertes d’énergie Après un partenariat cordial entre l’écolomag et La Maison de l’économie d’énergie, un expert répond à vos questions. Patrick Denieul, expert diplômé en rénovation énergétique et constructions à zéro énergie, directeur de recherche fondamentale, écrira, à chaque parution, un article sur les économies d’énergie en neuf ou en rénovation, vous aidera à résoudre vos problèmes et à éviter les pièges de la rénovation et de la construction neuve. Il répondra à vos questions par mail ou téléphone. Les différents sujets abordés seront  : - La rénovation énergétique, comment appréhender le bâti, les aides et financements auxquels vous avez droit, éviter les pièges des commerciaux. - L’évolution du prix de l’énergie en Europe. - L’architecture bioclimatique, comprendre la courbe solaire, le confort d’hiver et le confort d’été. - Comment construire à zéro énergie et passer en autoconsommation. considérables, en plus d’empoisonner. Si la recharge solaire n’est pas envisageable, mieux vaut rouler avec un moteur thermique, ce sera moins polluant ! VMC double flux  : Il me semble que, si une fenêtre s’ouvre, c’est justement pour renouveler l’air d’une maison. Alors, quel intérêt de vouloir installer une VMC double flux, de plus consommatrice électrique non négligeable, et qui peut même devenir dangereuse si ses filtres ne sont pas changés à temps ? Pompe à chaleur, thermodynamie, géothermie  : C’est en hiver, quand la production photovoltaïque est la plus faible, que vous aurez besoin d’un maximum d’énergie pour ce type de chauffage. Alors, où trouver cette électricité si le photovoltaïque ne peut pas la fournir ? Cela vous imposera de rester connecté au réseau et de ne pas pouvoir accéder à l’autonomie. Poêle à pellet  : Le pellet révèle un impact écologique douteux quant à sa fabrication, et votre approvisionnement passe obligatoirement par un distributeur, comme pour une chaudière au fioul. Où est l’autonomie dans ce concept ? Et je ne parle pas de l’entretien et pièces de rechange de ces poêles à granulés… Filtre UV, osmose inverse  : S’il vous plaît, arrêtez de tuer l’eau et de vous intoxiquer à petit feu par la même occasion avec ce genre - Faire un bilan carbone de sa construction. - Les futures règles de la RTE 2020 (réglementations thermique et environnementale), les objectifs à atteindre et les clés pour y parvenir… Les grandes lignes de la future RTE 2020 - Consommation de chauffage et rafraîchissement inférieure à 12 KWh/m²/an. - Consommation globale d’énergie tout compris, électroménager inclus, inférieure à 100 KWh/m²/an. - Compensation de la consommation globale par une énergie renouvelable. - Réalisation d’un bilan carbone (matériaux, transport et mise en œuvre). - Les logiciels de calculs référents. Qui sommes-nous ? Une association loi 1901, mutualisation d’experts diplômés dans différents domaines liés à la construction et à l’environnement. Notre objectif  : diviser par 5 vos consommations d’énergie et concevoir des bâtiments qui consomment moins de 5 KWh/m²/an, par Emmanuel Toitot de filtres ! Il existe des filtrations naturelles qui respectent l’eau – au charbon de coco, céramique et KDF (Kinetic Degradation Fluxion) –, qui retiennent 99,9% des virus, bactéries, métaux lourds, résidus chimiques et médicamenteux. Adoucisseur, anticalcaire  : Pour l’antitarte, il suffit de transformer le calcaire en aragonite, par une opération simple et naturelle de dynamisation de l’eau. Tout ceci sans perdre aucun oligoélément, sans ajouter quoi que ce soit et sans électricité. Restons positifs ! La question du budget ne se pose pas puisque nous sommes sur les mêmes ordres de prix qu’une solution proposée dans le circuit classique. Nous disposons aussi des mêmes aides et subventions, et c’est tant mieux ! Libre à vous d’investir dans la solution qui vous satisfait aujourd’hui. Mais analysez bien l’impact de vos choix en matière énergétique à moyen terme, et orientez correctement vos dépenses. Ce serait dommage de devoir réinvestir une deuxième fois dans trois ans… L’autonomie énergétique est une évolution à laquelle on ne pourra pas déroger, c’est une intime conviction. Alors, autant s’y préparer dès maintenant en méditant sur sa future installation, plutôt que d’y être contraint dans l’urgence… À vous de jouer ! Emmanuel Toitot Expert en solutions autonomes Conseil, vente et installation www.toitot.com/06 89 19 62 71 Un expert répond à vos questions sur les économies d’énergie ! avec Patrick Denieul Petit lexique de géobiologie… La prise de terre Définition. La prise de terre est un dispositif primordial (et obligatoire) dans une maison car elle protège du risque d’électrocution. Elle représente donc un élément de sécurité. Dans notre approche d’électricité biocompatible, elle revêt une dimension supplémentaire  : évacuer un maximum de courants vagabonds vers la terre pour éviter qu’ils n’impactent les habitants. Cela constitue une bonne démarche puisque l’on intervient sur l’origine des perturbations en réduisant les courants présents dans la maison. Il est toujours préférable d’agir en amont sur les causes qu’a posteriori sur les conséquences. Installer une bonne prise de terre est donc la première action à entreprendre quand on cherche à obtenir un environnement électromagnétique sain. La seule réserve concerne le bois  : ce matériau étant isolant, il reste très difficile d’évacuer ces courants indésirables. Des mesures complémentaires s’avèrent la plupart du temps nécessaires. Il faut aussi savoir aussi qu’une ancienne prise de terre perd de son efficacité avec le temps. Il convient de la contrôler dans les vieilles constructions et, le cas échéant, de la faire remettre en état. 980 W/m² et par an, soit 16 € pour 100 m² pour 1 an de chauffage ! dans le respect de l’environnement. Notre record  : 980 W/m²/an, soit, pour une maison de 100 m², 16 € pour un an de chauffage. Nous conseillons les particuliers, mais aussi les professionnels. Une adresse mail et un numéro pour poser vos questions  : La Maison de l’économie d’énergie contact@lamecoenergie.fr/05 63 76 12 60 133 bis avenue François Verdier 81000 ALBI par Philippe Bouchaud Mon conseil bienêtre. Si l’on n’a pas les moyens de réaliser une véritable électricité biocompatible, il faut au minimum demander à son électricien d’optimiser l’efficacité de la prise de terre bien en-deçà des normes obligatoires. En électricité biocompatible, une valeur de 10 ohms est généralement préconisée. Philippe Bouchaud - GCB Conseils Aide à la conception d'un habitat biotique Expertises/Formations/Livres www.geobiologie-pb.com info@geobiologie-pb.com 06 15 21 18 74



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :