L'Ami de Musée n°49 été 2015
L'Ami de Musée n°49 été 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°49 de été 2015

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : FFSAM

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : la renaissance du musée de l'Homme à Paris.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
s 6 La Société des Amis du Musée de l’Homme Cent ans pour un musée La Société des Amis du Musée de l’Homme a eu cent ans l’an dernier. L’association, c’est donc d’abord une longue histoire. Créée en 1914 sous le nom de Société des Amis du Musée d’Ethnographie du Trocadéro, elle a été reconnue d’utilité publique en 1931 avant de devenir société des Amis du Musée de l’Homme en 1939. La première personnalité marquante de l’histoire de l’association est Paul Doumer, ancien gouverneur général de l’Indochine qui quittera ses fonctions de président des Amis du Musée pour devenir président du Sénat et, quelques années plus tard, Président de la République. C’est Charles de Noailles qui lui succède en 1928. Grand mécène, collectionneur d’art contemporain, ami des surréalistes, il assure le financement du film de Jean Cocteau Le sang d’un poète et celui de L’âge d’or de Luis Buñuel et commande à Robert Mallet- Stevens la célèbre villa de Hyères qui porte maintenant son nom. Ami de Georges-Henri Rivière, il donne une forte impulsion à la société des Amis, collecte des dons, enrichit les collections du musée et soutient ses activités comme la célèbre mission Dakar-Djibouti de 1937. Plus encore, parce que le Musée traverse une période financière très difficile, la société des Amis va prendre à sa charge une partie de ses dépenses de fonctionnement, elle achète des livres, du mobilier, finance des dépenses de personnel ou des travaux d’aménagement, comme ceux de la bibliothèque du Musée. La Seconde Guerre Mondiale met les activités de la société des Amis en sommeil. Elle reprendra vie en 1958 grâce à Albert Sarrault. L’ancien président du Conseil restera à la tête de la société des Amis jusqu’en 1962 et c’est Alix de Rothschild qui le remplace. La nouvelle présidente va très rapidement faire entrer l’association dans une des plus brillantes périodes de son histoire. Sa passion pour le Musée et son immense générosité transforment la société des Amis qui, de 1965 à 1972, va organiser des expositions marquantes ; on citera Chefs-d’œuvre du Musée de l’Homme, Arts connus et méconnus d’Afrique noire, Arts primitifs dans les ateliers d’artistes et À la découverte de la Polynésie. Alix de Rothschild développe également les activités de l’association, voyages, conférences, et son action, comme ses dons personnels, contribuent à l’enrichissement des collections. Marie-Alice de Beaumarchais succède à Alix de Rothschild en 1978. Sous sa présidence et jusqu’en 1998, la société des Amis connaît un nouveau développement. Elle lance une campagne de recrutement, ouvre des antennes régionales à Marseille, Nantes et Bordeaux et double le nombre des adhérents, ce qui permet à la société des Amis Masque du Vanuatu Don de la SAMH au Musée de l’Homme/2012 de soutenir toutes les expositions du Musée ou encore de commander à Savignac la célèbre affiche Allez au musée de l’Homme. Aujourd’hui, à quelques semaines de la réouverture du Musée au public, la société des Amis poursuit les missions qui figurent dans ses statuts, soutenir le travail des chercheurs, contribuer au développement des collections du Musée, soutenir ses activités et participer à son rayonnement. Pour soutenir l’activité de recherche du Musée, la société des Amis a créé en 2008 le prix Leroi-Gourhan. Le dernier prix a été remis en 2014 à Hermine Xhaufl air pour son travail sur « Le végétal dans l’économie des chasseurs – cueilleurs préhistoriques de Palawan », en Indonésie. La société des Amis soutient par ailleurs l’édition des travaux des chercheurs, ce qu’elle a fait, également l’an dernier, en aidant la publication du livre de Patrick Paillet sur L’art des objets de la préhistoire. L’enrichissement des collections du Musée est une autre mission fondamentale de la société des Amis. On citera pour illustrer ce propos trois dons récents, celui du fonds photographique de Laura Sonnino-Jannelli, celui de la belle collection d’objets ethnographiques Claire et Amédée Maratier et celui de la collection d’objets préhistoriques de David Charker ou encore l’achat de 38 objets du Vanuatu lors du voyage de la société des Amis en 2012. La toute dernière acquisition de la société des Amis est celle d’un autel funéraire Ming (XVII e siècle) qui va bientôt prendre place dans la galerie permanente du Musée. La société des Amis apporte aussi son aide aux activités du Musée. Avant la fermeture des galeries pour travaux en 2009, elle a soutenu toutes les expositions présentées au palais de Chaillot, notamment celles consacrées à Jean Rouch, à Germaine Tillion, à l’expédition de la Korrigane et au site d’Atapuerca. Elle s’associe au Musée pour l’organisation de conférences mensuelles et de rendez-vous réguliers avec les chercheurs. Dans les locaux rénovés du palais de Chaillot, mais aussi dans ses antennes de Marseille et de Nantes, la société des Amis va, dans les années qui viennent, poursuivre et développer ses activités au bénéfice du Musée et continuer à rassembler des passionnés de préhistoire et d’ethnologie comme des amateurs de voyages, tous curieux de mieux connaître les origines et l’évolution de l’espèce humaine et de mieux comprendre le monde où ils vivent. Vincent Timothée Président de la société des Amis du Musée de l’Homme
L’aéroport, une vitrine internationale pour les musées de Paris et de sa région Un musée dans un aéroport ? Pourquoi installer un musée dans un tel lieu quand ses usagers ont tellement d’autres préoccupations ? La question a un sens en effet et elle a trouvé une réponse aujourd’hui  : Espace-Musées est bien un lieu d’exposition créé à l’aéroport Charles de Gaulle dans le terminal 2E (Hall M) d’une surface de 270 m² et qui a été inauguré en décembre 2012. Installé au cœur du tout nouveau terminal de cet aéroport à Roissy, il a pour but de promouvoir les institutions muséales et les fondations artistiques de sa région et de faire connaître leur patrimoine, en organisant à partir de leurs collections des expositions sur des sujets précis  : ainsi avec le Musée Rodin en 2013 l’art de ce grand artiste, avec ses sculptures en bronze, en plâtre et en terre cuite, ses figures debout et ses bustes, ses œuvres achevées comme ses esquisses, étaient-ils largement déployés sur le thème Les ailes de la gloire dans les vitrines de cet espace entièrement aménagé pour recevoir et présenter des œuvres d’art originales. Les autres expositions ont porté sur Jean Dubuffet et la Fondation Dubuffet à Paris, les collections du Mobilier national et de la Manufacture des Gobelins sur le thème de la création de Louis XIV à Calder en 2014, ou encore en 2014-2015, avec le Musée des arts décoratifs un thème intitulé Voyager est un art, actuellement Paris 1900 avec le Musée du Petit Palais de la Ville de Paris. L’ensemble, de haut niveau, associe originalité et excellence de manière à mettre en valeur l’institution représentée et à renforcer l’identité culturelle d’Aéroport de Paris. Cette collection a été rassemblée par Madame Cérès Franco qui s’est intéressée aux œuvres et aux artistes qui, au moment où triomphait l’art conceptuel ou le minimalisme, s’orientaient aux antipodes de ce style. Elle a été assimilée à une collection « d’art brut » ce qui n’est pas tout à fait juste mais rend bien compte d’un esprit. À cause de son âge avancé, Madame Cérès Franco a souhaité trouver une solution qui garantirait de l’oubli sa prestigieuse collection. Sa fille avait reçu à Lagrasse (dans l’Aude) des représentants du Groupement régional des Amis des Musées du Languedoc-Roussillon. Nous avions pu voir (et admirer !) cette magnifique collection au moment où le nouveau Conseil municipal de Carcassonne revenait sur les engagements pris par l’ancienne municipalité. Celle-ci avait décidé de l’accueillir au musée qui devait être agrandi à Vue de l’exposition Paris 1900 Espace-Musées organise deux expositions par an qui sont prises en charge par un fonds de dotation qui recueille lui-même l’appui de plusieurs partenaires convaincus du caractère innovant et prospectif de cette initiative. Cet espace, qui n’a d’équivalent dans aucun aéroport au monde, contribue aujourd’hui à sa réputation. L’entrée est gratuite pour tous les voyageurs munis de leur carte d’embarquement, en partance ou en transit  : ils sont, en fonction de l’activité de l’aéroport lui-même, entre 600 et 2 000 par jour. Les membres des Sociétés d’Amis des musées pourraient y être accueillis à l’occasion des inaugurations comme ceux du Musée des arts décoratifs qui y ont bénéficié d’une visite guidée de l’exposition Voyager est un art. Serge Lemoine Un Groupement régional à la manœuvre  : la Collection Cérès Franco enfin sauvée ! cet effet et qui, d’ailleurs, avait présenté au cours de l’été 2014, une exposition d’œuvres choisies parmi celles de la collection. Il fallait donc tenter de trouver un lieu 7Infos Musées



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :