L'Ami de Musée n°49 été 2015
L'Ami de Musée n°49 été 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°49 de été 2015

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : FFSAM

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : la renaissance du musée de l'Homme à Paris.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
4 Paris Renaissance du Musée de l’Homme Le Musée de l’Homme 1, qui a fêté ses 75 ans en 2013, est fermé au public pour rénovation depuis mars 2009. Sa réouverture au public aura lieu le 17 octobre 2015, après une transformation complète de ses aménagements intérieurs et de son parcours muséographique (Maîtrise d’œuvre  : Brochet-Lajus- Pueyo/Atelier d’architecture E. Nebout/Zen+DCO muséographie) sur la base d’un projet scientifique et culturel entièrement repensé. Le musée-laboratoire Réaffirmant le concept de musée-laboratoire voulu par ses créateurs, Paul Rivet et George-Henri Rivière, le musée qui s’apprête à rouvrir ses portes, est aussi un centre de recherche, d’analyses et d’enseignement pluridisciplinaire sur l’évolution humaine. Cent cinquante scientifiques s’y consacrent à l’étude biologique de l’Homme et de son évolution, à l’étude de ses comportements techniques, culturels et symboliques ainsi qu’aux interactions entre 1 - Le musée de l’Homme est un site de l’Établissement public du Muséum national d’Histoire naturelle Vénus préhistorique de Lespugue MNHN-Jean-Christophe Domenech les sociétés et l’environnement. Les recherches menées au Musée de l’Homme constituent le socle du propos du musée  : elles seront restituées au public à travers la Galerie de l’Homme, exposition permanente du musée, le Balcon des Sciences, espace d’actualité consacré à la recherche, les expositions temporaires, le centre de ressources Germaine Tillion et la programmation de l’auditorium Jean Rouch. Le musée et le centre de recherche s’appuient euxmêmes sur une bibliothèque universitaire spécialisée en préhistoire et en anthropologie biologique, ainsi que sur les collections rassemblées essentiellement au cours du XIX e siècle dans le cadre des chaires d’anatomie, d’anthropologie et de préhistoire du Muséum National d’Histoire Naturelle. Certains ensembles sont aussi issus de collections royales ayant rejoint le Muséum à sa création en 1793. Ces collections ont été les supports de l’émergence et du développement des disciplines de l’anthropologie, de la préhistoire et de l’ethnologie dans la seconde moitié du XIX e siècle et au début du XX e siècle. Séries ostéologiques, cires et préparations anatomiques, fossiles humains originaux d’Homme moderne et d’Homme de Néanderthal, moulages phrénologiques et anthropologiques, momies égyptiennes et amérindiennes, art mobilier préhistorique, en sont les éléments les plus remarquables sur le plan historique. Aujourd’hui s’y ajoutent des ensembles liés à l’actualité des techniques et aux axes de recherche en anthropologie physique et culturelle, tels que des séries de références en ADN moderne et ancien ou la collection d’anthropologie culturelle relative aux relations des sociétés contemporaines avec leur environnement. Un musée de sciences qui questionne notre essence, raconte nos origines et interroge notre avenir Porté par un commissariat scientifique réuni au sein des équipes de recherche du Muséum national d’Histoire naturelle et par un Comité d’Orientation Scientifique pluridisciplinaire composé de personnalités qualifiées et de membres du Conseil Scientifique du Muséum, le concept retenu pour le nouveau Musée de l’Homme est celui du récit d’une histoire globale de l’évolution humaine replacée dans l’ensemble du vivant et croisant systématiquement les approches biologiques, sociales et culturelles. Nous ne sommes qu’une espèce parmi les 8,5 millions d’espèces animales qui peuplent la Terre, le genre Homo n’est apparu qu’il y a 2,5 millions d’années, ce qui est récent à l’échelle de la vie sur Terre, mais notre histoire évolutive et culturelle nous a conduits à adopter dans cet écosystème une position dominante qui doit être questionnée pour l’avenir.
Vue 3D de l’entrée des galeries permanentes, vitrine free-standing. À l’arrière plan vitrine murale, fabrique du corps partie 1 - Qui sommes-nous Zen+dCoOffice pour design Trois parties structureront ce récit articulé autour des grandes questions intemporelles et universelles s’adressant à un très large public. 1/Qui sommes-nous ? Plusieurs critères biologiques permettent de définir un être humain  : son génome, son squelette, sa bipédie exclusive parmi les primates, son cerveau spécifique. Mais cette définition n’embrasse pas toute la complexité et la diversité humaine façonnée par notre environnement naturel, social et culturel. De ce point de vue notre espèce nous apparaît bien singulière. Et pourtant sommes-nous les seuls à utiliser un langage élaboré ? À vivre en société ? À avoir une culture ? Ce questionnement relatif au propre de l’Homme, cet examen des frontières qui nous séparent des non-humains, bien spécifique à notre approche occidentale, sera éclairée par les études scientifiques les plus récentes mais aussi par les visions d’autres sociétés. 2/D’où venons-nous ? Il s’agit, pour nous, Homo sapiens du XXI e siècle, unique espèce humaine sur Terre depuis 18 000 ans, d’aller à la rencontre des plus anciens représentants des premières lignées humaines. Les nombreuses découvertes paléoanthropologiques réalisées depuis le milieu du XX e siècle ont permis de mettre à jour le récit de la préhistoire ancienne. Ces données, récentes et en constante évolution seront restituées dans un langage simple et accessible. L’objectif est de permettre au public de comprendre à la fois comment s’écrit cette histoire et ce qu’elle nous dit de nos origines, en déroulant le fil de notre évolution qui n’est pas une histoire de progrès technique mais une histoire d’interactions. Depuis toujours l’Homme et les sociétés humaines à la fois s’adaptent à leur milieu, le transforment et sont eux-mêmes transformés par leur environnement. Un éclairage particulier sera porté sur le néolithique, période charnière durant laquelle les Hommes, jusqu’alors essentiellement dans une démarche d’adaptation et de sélection des ressources, entament un processus de domestication du vivant qui va se généraliser puis s’amplifier avec la mise en place des grands empires, l’industrialisation, la colonisation. 3/Où allons-nous ? Alors que l’Homme est devenu depuis deux siècles la principale force géophysique agissant sur la planète, alors que les effets de la mondialisation imposent à la quasi-totalité des sociétés de s’insérer dans ce modèle d’appropriation systématique des ressources entamé il y a 10 000 ans, quel est l’avenir de l’espèce humaine et des sociétés humaines ? Si les identités culturelles semblent résister comme le montre le panel très varié de sociétés et de relations à l’environnement, les effets négatifs des nouveaux modes de vie, dont certains furent sensibles dès le néolithique, ont atteint aujourd’hui ce qui peut nous apparaître comme un point culminant. Modifications du climat, raréfaction des ressources en énergies fossiles, pertes de biodiversité impactent déjà, ou vont impacter dans un avenir proche, notre bien-être, nos modèles socio-économiques et, le cas échéant, notre propre pérennité en tant qu’espèce. Le rôle du musée de l’Homme est donc aussi de s’interroger sur la capacité de l’espèce humaine à évoluer et à s’adapter aux conséquences du modèle qu’elle s’est elle-même forgé, en posant la question fondamentale  : L’Homme saura-t-il s’adapter à lui-même ? Cécile Aufaure Directrice du projet de rénovation du Musée de l’Homme Infos Musées 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :