L'Ami de Musée n°49 été 2015
L'Ami de Musée n°49 été 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°49 de été 2015

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : FFSAM

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : la renaissance du musée de l'Homme à Paris.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
s 28 Une réflexion du Président du Groupement Nord-Pas-de-Calais D’où venons-nous, que sommes-nous, où allons-nous ? En ces temps de mutations accélérées, technologiques, sociales et culturelles, peut-être est-il utile de faire le point sur la légitimité, le rôle et l’avenir de nos associations des Amis des Musées. La dimension patrimoniale de nos associations est issue d’une double évolution, celle des sociétés savantes basées sur les lumières du XVIII e siècle et du XIX e siècle à la fois défendeurs du patrimoine et vecteurs du progrès scientifique, mais aussi issues du lien associatif démocratique basé sur la loi républicaine de 1901. Ce modèle est-il encore d’actualité à l’heure des réseaux sociaux, virtuels et d’internet, diffuseurs tout azimut du « savoir » ? Loin d’être obsolète il apparaît en fait que dans une société de plus en plus individualisée et destructrice l’union de bénévoles visant des objectifs communs au service de la société demeure plus que jamais essentielle ; tout le politique actuel tend d’ailleurs à affirmer leur importance indispensable au pouvoir politique et administratif. Le rôle de nos associations a bien sûr évolué ; attachés à la défense d’un patrimoine, à sa promotion et à son enrichissement, les Amis des Musées sont souvent confrontés aux vicissitudes des musées. FÉDÉRATION MONDIALE Musées et démocratie Exposé pour la réunion du Conseil, Assemblée générale de la FMAM, Mexico 12/06/2015 Chers amis, Lors d’une rencontre récente avec Elias Sacal nous sommes convenus que cette réunion de Mexico et la mise en place de la nouvelle équipe étaient l’occasion de définir les objectifs de la FMAM pour son futur. Je le remercie de me donner la parole pour vous présenter quelques idées. Cela m’a amené à relire l’exposé de Jeremy Rifkin fait à Buenos Aires en 2002. Merci à Nelly Arrieta de Blaquier d’avoir voulu nous faire profiter de réflexions prospectives uniques il y a 13 ans et de les avoir publiées dans le compte-rendu du congrès ! Leur force est d’être totalement indépendants et donc de représenter l’intérêt général, ce qui constitue aujourd’hui un atout dans un monde où les groupes de pression et d’intérêt économique sont multiples. Ainsi le mécénat d’entreprise est certes un élément de plus en plus recherché par les musées mais la spécificité humaine et culturelle des associations doit demeurer affirmée et défendue. La dimension sociale de nos associations est désormais importante, associée à la volonté collective de diversification des publics, à la diffusion de leur activité ainsi qu’à leur dynamique pédagogique auprès des adultes ; ces actions complémentaires à celles des musées doivent être de plus en plus reconnues, partenariat d’autant plus important que les moyens humains et financiers des musées sont souvent limités. L’avenir de nos associations est bien sûr en partie lié à leur capacité à défendre leur légitimité et leur crédibilité. Cela passe par leur présence aux structures de réflexions et de décisions, par l’affirmation de leur spécificité et de l’utilité d’un bénévolat au service de l’intérêt général. À nous tous de savoir accompagner les mutations inévitables des musées en étant les porte-parole d’un public élargi et diversifié, public sans lequel les objectifs des musées ne pourraient être atteints. Michel Damman Pour Rifkin les musées « sont des lieux de réfl exion, des espaces pour la révélation » - comme pour Clisthène le réformateur d’Athènes au V e siècle av. J.-C. qui le voyait comme lieu où le citoyen peut développer son sens critique ; - comme pour le grand artiste argentin Julio Le Parc  : « dans ces lieux publics que sont les musées, le public peut inventer davantage et réveiller son potentiel de réfl exion inutilisé par tous les codes de lecture imposés ». Mais Rifkin allait plus loin en mettant l’accent sur les dangers qui menacent les musées  : - la marchandisation de ces espaces publics et gratuits - les dangers des nouvelles technologies et de leur efficience par rapport à la valeur du temps et de la réflexion - les dangers du commerce et du tourisme culturels transformant les musées en simple commodity. Lors d’une conférence pour l’Assemblée Générale de la Fédération française en 2006 à Paris, Johannes Schaub a
aussi attiré notre attention sur les dangers d’une colonisation des loisirs par les médias et son corollaire, la « marchandisation » de la culture. Son exposé a été publié dans notre revue L’Ami de Musée (n°31) ainsi que les opinions sur le même sujet de Geoffrey Williams (UK) et du regretté Mauro del Corso (Italie). Schaub argumentait notamment sur le glissement sémantique de la notion de loisir antique, qui consistait à philosopher, vers le loisir contemporain qui est divertissement et consommation. Le musée comme divertissement marchand risque de ne plus être le lieu consacré à la pensée critique, pourtant indispensable en démocratie. Et Rifkin rappelait que « selon l’anthropologie l’homme crée la culture avant le commerce et les échanges… que la culture précède le gouvernement et que le musée est essentiel pour que cette histoire reste vivante ». Ainsi le musée est une institution majeure de la démocratie, non seulement parce qu’il conserve notre patrimoine commun, parce qu’il est un lieu de plaisir et d’éducation mais aussi parce qu’il est le lieu où face au consumérisme culturel « le rôle de l’art est de produire du discernement » comme le dit le philosophe Bernard Stiegler. En ces temps où le terrorisme s’attaque au patrimoine de l’humanité la valeur symbolique du musée est un « point d’appui » de la démocratie que les Amis de musées doivent défendre. Ces dernières années nous avons développé, à juste raison, un partenariat constructif avec les professionnels des musées au travers de l’ICOM, nous avons soutenu et soutenons les musées par notre bénévolat et notre argent… Mais nous ne pouvons en rester là ! Les Amis de musées sont une partie de la société civile organisée, donc une partie active de la vie démocratique. Faire respecter notre contribution à la démocratie est un enjeu local pour nos fédérations nationales, et un enjeu global pour la FMAM. La FMAM doit être l’organisme représentatif de la communauté de la société civile attachée au patrimoine des musées certes mais aussi à la valeur éducative de celui-ci et surtout à sa valeur symbolique dans la démocratie. Cette valeur symbolique conduit les Amis à être des acteurs de la démocratie au niveau local comme au niveau global. Participants à l’Assemblée Générale de la Fédération Mondiale à Mexico C’est pourquoi nous devons reprendre notre statut de partenaire global de l’UNESCO comme homologue démocratique de l’ICOM. Face à Daesh l’UNESCO ne peut en appeler seulement aux professionnels des musées mais doit prendre en compte les centaines de milliers de « militants culturels » que nous sommes. Voilà un grand projet pour la FMAM. À Buenos Aires Jeremy Rifkin nous demandait  : « Élargissez votre Fédération pour pouvoir être une force sociale et une force politique dans la communauté, pour pouvoir décoloniser la société civile, pour pouvoir rendre leurs facultés… à la culture dans toute sa diversité. Soyez leaders, créez un héritage qui fera comprendre aux jeunes de demain où ils se trouvent et qu’ils ont un avenir ». Reprenons cet objectif mobilisateur des citoyens autour de leurs musées. Si j’en juge par les courriers échangés entre mon prédécesseur Annick Bourlet et José Pintado pour le congrès d’Oaxaca il y a 19 ans ces idées sont conformes à celles qui ont conduit à la création de la FMAM. J.-M. Raingeard, Président FFSAM Une nouvelle équipe > Ekkehard Nümann  : Président Cecilia Garcia-Huidobro  : Secrétaire Générale Ronald Stride  : Trésorier Carolyn Forster  : Vice-Presidente Afrique-Asie-Pacifique Elsa Amatriain  : Vice-Présidente Europe Murray Tarnapoll  : Vice-Président Amérique du Nord Sofia Weil de Speroni  : Vice-Présidente Amérique du Sud Fédération Mondiale a 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :