L'Ami de Musée n°49 été 2015
L'Ami de Musée n°49 été 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°49 de été 2015

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : FFSAM

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : la renaissance du musée de l'Homme à Paris.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
s 22 RAPPORT MORAL F.F.S.A.M. 2014 L’exercice 2014-2015 La dernière AG à Paris a été l’occasion pour notre Fédération de refonder sa « doctrine ». Le texte « Les Amis de Musée, rôle, engagements et valeurs » est notre référence pour la vie de nos associations et notre développement avec un objectif d’actualité  : défendre et protéger la spécificité culturelle de nos musées. Une spécificité qui doit donner lieu à des politiques publiques claires et supportées par des acteurs territoriaux bien identifiés, un enjeu d’actualité avec la réforme territoriale. C’est le sujet de nos ateliers et de notre débat de cet après-midi. Nous nous étions fixés comme objectif 2014  : les activités concernant l’Éducation Artistique et Culturelle sont centrales pour « développer » le niveau de culture du public des musées, élément essentiel de notre patrimoine commun et nous voulons être les partenaires de l’appropriation sociale de ce patrimoine. Avec qui ? Avant de développer nos actions, faisons le point sur notre vie propre  : 1. Notre développement Il est dynamique. Fin 2014 nous comptions 292 associations après constatation d’un certain nombre d’absences de cotisations. 8 nouvelles associations ont été accueillies depuis la dernière Assemblée Générale en 2014  : AUVERS-SUR-OISE - Amis du Musée Daubigny GAILLAC - Amis des musées et du patrimoine GIVERNY - Amis du Musée des Impressionnismes LYON - Amis du Grand Musée de la Santé ORANGE - Amis du Musée et des Archives d’Orange SÈTE - Amis du Musée Paul Valéry TOULOUSE - Amis du Musée de l’Affiche VILLANDRAUT - Amis du Musée de Villandraut Nos groupements régionaux À noter deux « réactivations » de groupements régionaux  : Champagne-Ardenne et Bourgogne, sans attendre la mise en place des nouvelles régions. Une réflexion s’engage au niveau du CA à ce sujet notamment sur la praticabilité pour nous de ces grandes régions. 2. Le travail du bureau de Paris C’est d’abord la relation avec les associations par le téléphone et de plus en plus internet, c’est pourquoi il devient indispensable que chaque association dispose de son propre contact e-mail ! Nous renseignons nos associations sur diverses questions  : création, statuts, fonctionnement, fiscalité, convention avec leurs « partenaires » territoriaux ou même conflits judiciaires. Plusieurs fois avec l’aide de notre partenaire In Extenso. Quelques exemples  : Bordeaux, Dieppe, Compiègne, Château-Thierry, Châtillon-sur-Seine, Chatou, Giverny, Mende, Morlaix, Paris (Musée Musique - l’IMA - Vie Romantique – Palais de Tokyo), Le Puy-en-Velay, La Roche-sur-Yon, etc. De plus la relation avec vous tous est formalisée par la revue L’Ami de Musée = 2 numéros, 5 lettres d’information aux associations, l’envoi de la revue Associations de In Extenso La coordination nationale c’est votre Conseil d’Administration qui s’est réuni 5 fois (février, avril, mai, septembre, décembre 2014). Le bureau de Paris c’est aussi le socle pour la participation à la vie associative nationale, notamment au sein de la COFAC que nous avons fondée en 1999 et dont je suis vice-président (activité à laquelle je consacre environ une journée par mois). 3. Nos moyens Les moyens financiers de votre Fédération - essentiellement vos cotisations - sont toujours limités, malgré l’effort de tous dans ces « temps » difficiles. Nos ressources sont confortées par la subvention du Ministère de la Culture (MCC), l’aide à l’emploi Fonjep et notre partenariat avec In Extenso. Notre exercice se termine par un déficit de 3 769 € essentiellement dû, comme l’année dernière, à la rentrée difficile des cotisations et pour moitié à la légère diminution de la subvention du Ministère de la Culture.
Le budget prévisionnel de 2015 est à l’équilibre mais dépend d’une meilleure rentrée des cotisations et d’un effort du Ministère de la Culture correspondant à nos propositions. Notre trésorier, André Retord, fera le point après moi sur les comptes 2014 et le budget 2015, il analysera notre situation financière. Les moyens centraux Le site internet est bien fréquenté, en moyenne 16 400 visites par mois et 100 000 à 200 000 pages vues et pourtant de nombreuses fiches sont vierges ! Votre Conseil réfléchit à une refonte du site mais celle-ci et son budget doivent être justifiés par l’usage qu’en font les associations. Vous connaissez tous l’engagement de Murielle Le Gonnidec, notre coordinatrice nationale, sans qui le quotidien serait impossible et les services que nous vous rendons inexistants. À ses côtés il y a des bénévoles dévoués dont font partie vos administrateurs et présidents de Groupements, au total une véritable équipe de plus d’une trentaine de personnes… Je remercie vivement Geneviève Lubrez pour son travail sur L’Ami de Musée, Olivier Byl-Dupuich notre secrétaire général, Alain Leroy et Danièle Thénot pour le Salon Museum Expression et bien entendu Ellen Julia et Claudie Hanon qui nous apportent régulièrement leur concours au bureau de Paris. 4. Nos actions fédérales Organisation des pouvoirs publics Votre Fédération suit avec attention les conséquences pour nous de l’organisation des pouvoirs publics et les débats parlementaires qui vont avec. Ainsi la nouvelle organisation territoriale de la République (loi NOTRe) Dans celle-ci les droits culturels des citoyens « sur chaque territoire, […] sont garantis par l’exercice conjoint de la compétence en matière de culture, par l’État et les collectivités territoriales ». Malheureusement la mise en place des Conférences territoriales de l’action publique (CTAP) instituée il y a un an par la loi « métropoles », fait débat dans d’autres entités, notamment pour la création d’une commission thématique « culture » en leur sein, un outil essentiel à nos yeux. Inutile de dire que le monde associatif n’est pas consulté. Avec le Ministère de Culture Phase finale du « dossier photos » avec la décision du Musée d’Orsay ? Pour ce qui est des autres musées j’espère que quand ils sont concernés nos amis font pression sur les élus en charge des musées territoriaux. Par ailleurs nous avons ouvert avec le MCC le dossier du « droit de parole » dans les musées. Loi sur le patrimoine  : en mai prochain ? Elle comportera une actualisation de la loi sur les musées de 2002 qui donnera, entre autres, une importance accrue au Programme Scientifique et Culturel des musées. Sous certaines conditions dont nous avons fait part au MCC (PSC rendu public et adapté à chaque nouveau conservateur), cette évolution est essentielle pour nous car elle clarifiera nos relations avec nos musées tout en guidant nos projets associatifs. Les ressources propres  : autre dossier qui prend de l’importance, l’impécuniosité publique ne doit pas entraîner les établissements publics ayant recours à celles-ci à abandonner les « fondamentaux ». Le musée est un patrimoine destiné à « la connaissance, l’éducation et le plaisir du public et un lieu d’accès de tous à la culture ». Sous prétexte de la nécessité pour nos musées d’augmenter leurs « ressources propres » les professionnels sont conduits à ne plus voir dans nos associations que des producteurs de flux monétaires. C’est ce que j’appelle le développement du « virus du tiroir-caisse ». Notre position est claire  : nous le refusons. La plupart des ressources propres relèvent de la « commercialisation » du Patrimoine commun. Les actions de « mécénat » sont en fait de l’échange marchandise ou au mieux du partenariat. Dans ce cadre, les moyens prévus par la loi pour l’éducation artistique et culturelle ne doivent pas faire partie des outils de ressources propres (par ex. rentabilisation de l’auditorium). Il faut reconnaître la philanthropie individuelle et le monde associatif qui la supporte (hors flux monétaires). C’est notre bénévolat, qui par sa gratuité, allège les coûts de recherche et de gestion des levées de fonds. C’est notre bénévolat qui souvent organise des actions éducatives ou de démocratisation culturelle. Assemblée générale a 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :