L'Ami de Musée n°49 été 2015
L'Ami de Musée n°49 été 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°49 de été 2015

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : FFSAM

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : la renaissance du musée de l'Homme à Paris.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
8 d’accueil car il était impensable de laisser la collection s’expatrier. Le bureau de notre groupement régional s’est adressé à de nombreux musées de la région, aux élus gestionnaires surtout qui pouvaient disposer d’autres lieux quand la cohérence de la collection des musées ou leur surface disponible ne pouvaient accueillir ces œuvres, à la Région également. Le 18 mai dernier, nous avons été invités à la conférence de presse qui offi cialisait la bonne nouvelle  : le Président de l’agglomération de Carcassonne a annoncé que s’ouvrirait, le 2 juillet prochain, la Coopérative-Collection Cérès Franco à Montolieu, ce village de l’Aude connu comme « le village du livre ». Elle présentera 450 Tours Un don des Amis Vue de l’exposition Les Amis de la Bibliothèque et du Musée des Beaux Arts de Tours (ABM) ont souhaité participer au nouveau parcours muséographique consacré au XX e siècle au Musée. Ils ont donc offert une œuvre de Pierre Buraglio, Rue Clément Marot, achetée dans l’atelier de l’artiste. Proche dans les années 1970 du groupe Support-Surface, Buraglio affirme dans son œuvre son intérêt pour les procédés plastiques dans lesquels il utilise des éléments divers qu’il assemble comme des pièces de puzzle. Il découpe des toiles ou des morceaux de bois, les entrecroise, les raboute, pour construire son œuvre. Ces fragments ne sont cependant pas disposés de manière aléatoire. Dans l’œuvre choisie pour le Musée, Rue Clément Marot, il a peint sur de petits panneaux les façades des maisons qui sont dans une rue proche de son atelier à Maisons-Alfort, puis les a assemblées sur un grand support. œuvres, soit le tiers de l’ensemble de la collection, dans une originale scénographie adaptée au lieu. C’est grâce au partenariat noué entre un généreux mécène, qui a acheté le bâtiment, les propriétaires de la collection et l’Agglomération de Carcassonne que la collection va pouvoir rester dans la région. Si nous attendons toujours les réponses de la plupart des élus à qui nous nous étions adressés, nous sommes heureux de constater que ceux de l’agglomération de Carcassonne ont été sensibles à l’intérêt que représente pour notre région la sauvegarde de cette collection. Dans un premier temps, la Coopérative-Collection Cérès Franco sera ouverte au public pendant six mois pour un prix d’entrée modique de 5 € par personne. Les associations d’Amis proposeront bien entendu à leurs adhérents d’aller la visiter. Le groupement régional est intervenu pour que le problème soit fermement posé et que ça se sache. Le réseau qu’il constitue est un atout important et développer les groupements régionaux ainsi que leur rôle s’avère indispensable. Gaby Pallarès, Présidente du Groupement Régional des Amis des musées du Languedoc-Roussillon -i Pierre Buraglio, Rue Clément Marot
LYON À l’occasion de l’exposition Dix ans d’acquisitions – dix ans de passion les Amis du Musée de Lyon ont publié un ouvrage retraçant leur prestigieuse histoire depuis la création de l’association en 1941. L’ensemble des participations aux acquisitions et les dons faits au musée y sont présentés, on découvre, entre autres, la contribution à la richesse du médailler qui vient en seconde position après celui de la Bibliothèque Nationale. LYON Ce très bel ouvrage a été réalisé par les Amis avec la participation des conservateurs du musée. Il a été préfacé par le sénateur Maire de Lyon M. Gérard Collomb, par la directrice du Musée des Beaux-Arts Mme Sylvie Ramond, par le Président de la FFSAM M. Jean-Michel Raingeard et par le président de l’association M. Jacques Convert. L’ouvrage est diffusé par la librairie du Musée et sur commande au prix de 16 € . Exposition « Fourvière Basilique de lumière » L’exposition qui ouvrira ses portes début liturgique aux XIX e et XX e dans le développement de l’art septembre est conçue siècles. Selon les vœux du comme la préfiguration de l’exposition perma- la scénographie et les anima- conseil scientifique du musée, nente mise en place dans le tions tiennent compte des trois « futur Musée », présentant le dimensions de l’exposition  : dire sanctuaire et le restituant dans la beauté de Fourvière, expliquer son histoire et permettre le contexte dévotionnel lyonnais au cours des âges. L’exposition ne sera pas statique ; l’évocation de la symbolique de un cheminement spirituel par des animations audiovisuelles la basilique. permettent d’aller plus loin Onze animations scénographiques sont proposées. Les dans la connaissance du sanctuaire et de la dévotion mariale. moments forts scénographiques L’exposition se veut adaptée à comme la matérialisation de tout public, avec une dimension ludique qui rend le sujet le Mal, thématique de la basi- l’axe du combat du Bien contre attrayant. C’est également une lique, sur une plaque de verre exposition expérimentale qui et en projection dans l’abside permettra de tester plusieurs de l’ancienne chapelle des Pères dispositifs innovants, scéniques Jésuites, la mise en image de la et muséologiques. vision de la mystique espagnole L’exposition met en scène les Marie d’Agréda, source d’inspiration de Pierre Bossan, qui fait Ostensoir de l’Épiphanie objets et œuvres d’art appartenant aux collections de la Fondation dont la couronne progresser le visiteur de la Terre jusqu’au Paradis. Plusieurs discours se croisent  : un discours historique retra- de la Vierge. C’est la présentation des œuvres, avec les moyens numériques contemporains qui permet de comprendre de l’intérieur la raison d’être de la basilique ac- du sanctuaire, un discours iconographique concernant la çant les deux millénaires du site et les 800 ans d’existence tuelle et d’appréhender l’attachement que les Lyonnais dévotion mariale et le décor marial de la basilique et le ont pour elle. plus important de tous, un discours spirituel qui amène La scénographie fait appel aux techniques les plus le visiteur à réfléchir sur la dévotion, la place de Marie récentes, elle permet d’entrer dans la conception symbolique de la basilique, de comprendre de l’intérieur le Les diverses mises en scène visuelles n’auraient pu être dans l’économie du Salut. développement de la dévotion mariale et sa projection faites sans l’appui financier des Amis du musée de Fourvière. lyonnaise ; son influence sur l’architecture, l’art religieux. Elle permet de comprendre aussi l’implication missionnaire de la ville sans nier non plus son rôle pionnier Conservateur du Musée d’art religieux de Bernard Berthod, Fourvière Vie des Amis a 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :