L'Ami de Musée n°47 été 2014
L'Ami de Musée n°47 été 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°47 de été 2014

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : FFSAM

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 5,0 Mo

  • Dans ce numéro : collections et musées d'archéologie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
18 Douai Arkéos Un nouveau musée et parc archéologique Arkéos est né du souci de valoriser les découvertes réalisées à l’occasion des nombreuses fouilles archéologiques menées sur le territoire de la Communauté d’Agglomération du Douaisis (CAD) depuis plus de 40 ans. Conçu comme un centre de valorisation et d’expérimentation, il s’appuiera sur deux pôles, un musée et un parc de reconstitutions archéologiques. Le premier présente depuis le 21 juin 2014 de riches collections archéologiques de la Préhistoire jusqu’au XVIII e siècle. Le second, en préparation, sera exclusivement consacré à la période médiévale. Par la constitution d’un équipement culturel unique dans la région, la CAD marque sa volonté de faire de son passé et de son patrimoine un levier du développement local et un atout du développement touristique. Le dépar tement d’archéologie préventive de la Communauté d’agglomération du Douaisis est le plus important service de collectivités de France. Fondé initialement comme service municipal de Douai en 1971, il compte aujourd’hui environ 90 personnes aux compétences multiples  : archéologues, céramologues, an thropo logues, archéozoologues, carpologue, géomorphologue, régisseurs, techniciens et médiateurs. La CAD participe également à la recherche et à la préservation de notre patrimoine grâce à l’aménagement de deux laboratoires, le Laboratoire de Conservation et de Restauration du Mobilier Archéologique et le Laboratoire d’Analyses Physiques et de Caractérisation des Matériaux. Arkéos est implanté sur les communes de Douai et Râches (59), en bordure de la Scarpe. Musée et parc de reconstitutions, créés de part et d’autre de la Scarpe, sont réunis par une passerelle, trait d’union entre la recherche et l’expérimentation. Depuis l’ouverture du musée le 21 juin 2014, près de 1 500 objets sont exposés, emmenant le visiteur dans un voyage dans le temps, à la rencontre des hommes et des femmes vivant sur notre territoire depuis la Préhistoire. Avec pour trame l’évolution du Douaisis sur près de 200 000 ans, l’exposition permanente explore au fil d’un parcours divisé en six étapes chronologiques la vie quotidienne de nos ancêtres, l’habitat, les activités, l’aménagement du territoire. La présentation d’objets et de nombreuses maquettes, la présence de bornes audiovisuelles et d’éléments tactiles offrent un discours adapté à tous les publics  : adultes, enfants, scolaires, personnes à mobilité réduite, malvoyants… Les « coins des chercheurs » disposés tout au Par E. Louis, Président des Amis du musée Arkéos long du parcours permettent d’aborder les métiers de l’archéologie et les sciences qui y sont appliquées (anthropologie, archéozoologie, carpologie…). Un espace d’exposition temporaire proposera une programmation événementielle d’une grande diversité tout en offrant un lieu adapté pour la mise en lumière des découvertes douaisiennes. Ainsi, l’exploration continue de notre sous-sol alimentera la collection permanente tout en offrant les ressources d’une programmation culturelle riche et dynamique. Implanté dans un vaste espace d’environ 75 000 m² sur la rive gauche de la Scarpe, le parc archéologique sera entièrement consacré au Moyen Âge et plus particulièrement à la période du Premier Moyen Âge (VII e - XI e siècles). La réalisation du parc archéologique est envisagée sur 10 à 15 années, permettant à terme la restitution de trois ensembles  : Une occupation urbaine du X es. (habitats, commerces, artisanats) de type portus, sorte de comptoir d’échanges et de ventes de produits importés et exportés situé en bordure d’une voie d’eau ; Une motte féodale (XII es.), symbolisant le pouvoir politique et militaire, avec donjon et basse-cour ; Une église et une abbaye mérovingienne et carolingienne (VIII e - IX es.), témoin de la vie religieuse et spirituelle d’une période qui voit l’Europe occidentale se couvrir de monastères. Les structures (maisons, ateliers, donjon…) seront remontées avec le souci d’utiliser les matériaux et techniques d’époque, leur restitution sera confiée à des artisans spécialisés dans les techniques anciennes. L’association « Les Amis d’Arkéos » participera à l’animation du parc et du musée. www.arkeos.fr facebook/arkeos
Éauze Montréal-du-Gers Un pôle archéologique de territoire est né dans le Sud-Ouest ! Le pôle archéologique Elusa Antique dans le Gers est l’une des plus grandes réserves archéologiques de France. Il regroupe la Villa gallo-romaine de Séviac (Montréal du Gers), le Musée archéologique/Le trésor d’Éauze en cœur de ville (Éauze) et le site archéologique de la Domus de Cieutat dans l’antique Elusa. Un exceptionnel patrimoine archéologique. La découverte du fabuleux Trésor d’Éauze en 1985 et les fouilles de la Domus de Cieutat dans l’antique Elusa (capitale de Novempopulanie et métropole religieuse au VI e siècle), proches de la villa gallo-romaine de Séviac aux exceptionnelles mosaïques, ont mis en lumière l’immense potentiel archéologique et culturel de ces deux communes situées en Armagnac dans la Région Midi- Pyrénées. Création du SIVU Pôle archéologique Éauze Montréal-du-Gers en 2008. En 2008, Éauze et Montréal ont décidé de se réunir au sein d’une structure administrative, le Syndicat Intercommunal à Vocation Unique (SIVU) du Pôle archéologique Éauze-Montréal pour assurer la protection et la mise en valeur du patrimoine archéologique identifié sur les deux sites. Trois entités proches et complémentaires, réalisations et projets en cours  : Le Musée archéologique/Le trésor d’Éauze, inauguré en 1995, conserve un exceptionnel trésor (photo de gauche) de 28 054 monnaies et cinquante objets précieux. Une muséographie moderne présente l’occupation humaine depuis la Préhistoire et montre les trois sites d’Éauze (oppidum d’Esbérous au nord, Elusa sur le plateau de la Gélise à l’est et la ville actuelle centrée sur le bourg monastique), ainsi que la vie quotidienne des habitants d’Elusa. Une exposition ouverte en 2013 met en beauté les objets les plus rares trouvés en dix ans de fouilles de la Domus. La Domus de Cieutat (photo de droite) fouillée de 2001 à 2011 est associée à un centre d’interprétation installé sur une réserve archéologique de 20 ha ; Il introduit la visite de la Domus, demeure urbaine de 3 000 m² aux vestiges « brut de fouilles ». Les cheminements reprennent la voirie antique et révèlent la ville située aujourd’hui au milieu des champs. La Villa gallo-romaine de Séviac, luxueuse résidence rurale au cœur d’un domaine agricole, fait l’objet d’un projet d’aménagement par des architectes portugais, qui comprend notamment la dépose, après restauration, de plus de 600 m² de mosaïques. Un fonds de dotation vient d’être créé pour recourir au mécénat. Le pôle archéologique Elusa Séviac a depuis peu un nouveau nom « Elusa Capitale Antique ». Par Reine Labarthe Présidente des Amis du Musée d’Éauze L’Association des Amis du Musée d’Éauze (L’AAME), qui a doublé le nombre d’adhérents (presque 100 aujourd’hui), vient de fêter son 20 e anniversaire et d’inaugurer avec fierté le site de la Domus, signe de sa vitalité, de son attachement au musée et de son intérêt pour l’archéologie. L’association fondée en 1993 a connu trois phases. 1993-1995  : une phase de combat pour le retour du Trésor et une forte mobilisation pour informer les habitants d’Éauze (réunions publiques, conférences, parutions, exposition, recherche d’un Conservateur pour ouvrir le musée, participation à l’installation du mobilier). 1996-2001  : phase de réflexion et de recentrage. Des voix s’élèvent pour réclamer des fouilles. L’AAME achète le trésor de Manciet et la Collection Saint-Créac. Le Musée d’Éauze intègre le réseau des Musées du Gers et l’association accompagne ses animations. 2001-2013  : phase dynamique avec participation aux fouilles en 2001, organisation de soirées et visites du chantier. En 2005 Éauze accueille la Journée rencontre du Groupement des Amis de musées Midi-Pyrénées à l’initiative de Claude Janssens et de la regrettée Françoise Cambriel. 2006  : L’AAME partenaire. Les fouilles sont dirigées par Pierre Pisani (Archéologue INRAP) qui est à la tête d’une équipe pluri-institutionnelle et pluridisciplinaire. De par sa volonté de dialogue avec l’association et sa présence au Conseil d’Administration aux côtés de Jean- Pierre Bost, conseiller scientifique, se nouent des liens de confiance mutuelle et d’entraide. Ainsi l’AAME a participé à l’organisation des premières Journées de l’archéologie en 2011, aux ateliers d’initiation à la fouille lors des Festivals « Galop romain » et au comité technique lors des travaux du centre d’interprétation. Aujourd’hui une réflexion est engagée pour penser notre engagement au sein du Pôle Elusa antique. Dossier Collections & musées d'archéologie 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :