L'Ami de Musée n°47 été 2014
L'Ami de Musée n°47 été 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°47 de été 2014

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : FFSAM

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 5,0 Mo

  • Dans ce numéro : collections et musées d'archéologie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
s 16 Civaux L’Association des Amis du Pays de Civaux et le musée archéologique Par Emmanuelle et Jean-Claude Papinot L’Association des Amis du Pays de Civaux (AAPC) fut créée en février 1961 dans le but de valoriser le patrimoine historique et archéologique, connu essentiellement jusqu’alors par sa célèbre nécropole mérovingienne. C’est à la suite des fouilles effectuées par François Eygun, directeur régional des Antiquités et à son souhait de poursuivre ses investigations, que ce projet fut envisagé. Une équipe de fouille, composée d’étudiants de Poitiers et d’habitants de Civaux, réalisa des sondages dans des champs avoisinants le bourg. Des vestiges d’habitats et d’artisanat gallo-romains furent exhumés et du mobilier archéologique recueilli. Des interventions furent menées également lors de découvertes fortuites dans des carrières de sable. Cinq campagnes de fouilles annuelles, de 1965 à 1969, révélèrent dans la nécropole mérovingienne l’existence d’inhumations d’époques différentes et de structures antiques. En 1961 et 1962, deux chantiers de l’association Concordia réunissant des jeunes de plusieurs nationalités permirent de mettre au jour les vestiges d’un sanctuaire romain et d’un baptistère sur la place de l’église. Dès cette époque, une exposition provisoire des objets découverts se tint chaque année dans une salle de la mairie et reçut les nombreux visiteurs qu’attirait la nécropole. La municipalité fit alors construire un petit bâtiment face au cimetière que l’association aménagea en musée. Elle en assurait, grâce à des bénévoles, l’animation et la gestion. En 1980, l’annonce du projet de construction d’une centrale nucléaire conduisit le service régional de l’archéologie à organiser un vaste chantier de fouilles préventives sur plusieurs centaines d’hectares. Les résultats furent très importants  : villa gallo-romaine, nécropoles protohistoriques, romaines, mérovingiennes, structures médiévales, etc. La municipalité décida d’aménager un nouveau musée face à l’église pour présenter tant les découvertes anciennes que récentes, allant de la Préhistoire jusqu’au Moyen-âge. Cette réalisation fut mise en œuvre par un architecte spécialisé dans la création des musées. L’ouverture au public eut lieu le 7 mars 2004. Une personne fut spécialement recrutée pour en assurer la gestion. Depuis, la responsable effectue les visites du site et du musée ainsi que de nombreuses animations, notamment pour les enfants, avec l’aide de bénévoles de l’association. Un film produit par l’association avec des crédits européens raconte, grâce à la participation des archéologues qui ont dirigé les fouilles sur l’emprise de la centrale, l’histoire du « Val de Civaux », autrement dit du Pays de Civaux. Il passe « en boucle » dans l’auditorium du musée. Deux ouvrages traitant de l’histoire de Civaux sont disponibles sur place. Ils ont été édités avec le concours de l’AAPC. Le musée fait l’objet en ce moment de travaux de rénovation L NI Restitution d'une sépulture médiévale au musée archéologique de Civaux réalisée et financée par l'Association des amis du Pays de Civaux dans le jardin archéologique  : nouvelle salle de Préhistoire et nouvelles vitrines dans les salles protohistoriques et gallo-romaines. La conception résulte encore de la collaboration de la responsable du musée et des membres de l’association. L’AAPC a financé, jusqu’à une date récente, la restauration des objets, assurée désormais par la commune. L’AAPC a encore, par exemple, pris en charge la restitution d’une sépulture médiévale en caissons de pierres sèches et l’édition de cartes postales vendues au musée. Elle apporte une aide logistique aux études et interventions archéologiques sur le site ainsi que ses conseils à la commune pour les projets de protection et de mise en valeur des vestiges. Depuis 2006, l’AAPC a lancé un projet nommé « Mémoire de Civaux » qui s’est donné pour objectif la mise à disposition du patrimoine civausien sur l’ensemble des périodes, et en particulier, le XX e siècle. Ce projet, qui a pris une envergure exceptionnelle notamment grâce à une collaboration avec l’Équipe Sémiotique et Cognitive des nouveaux Médias (ESCoM) de la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme, devient pionnier dans son domaine avec le concours des habitants du village, de l’Association des Amis du Pays de Civaux, de la commune et des chercheurs. http://www.memoirecivaux.msh-paris.fr
Bavay Le site de Bavay Bavay se situe au cœur du Hainaut français, sur un plateau légèrement surélevé, au carrefour de nombreuses voies romaines, entre Trèves, Cologne et Boulogne, Reims, Gand, Saint-Quentin et Amiens. Par celles-ci les armées romaines de César conquirent rapidement les territoires de la rive gauche septentrionale du Rhin, apportant la Pax Romana. Entre Escaut, Sambre et Meuse la zone est occupée par les turbulents Nerviens ; leur capitale, création romaine, est Bagacum (Bavay). Tibère, futur Empereur, s’appuiera sur cette position stratégique pour assurer l’administration locale de l’Empire ; le commerce suivra rapidement les troupes. La ville occupera 40 hectares au II e siècle. S’y trouvent un vaste forum et des thermes ; l’eau y est amenée par un aqueduc de 20 km depuis la localité de Floursies. Au cours du III e siècle la ville est ravagée par les invasions des Francs. Elle se protège par un rempart et sa superficie se réduit à 4 ha puis au bas-empire la capitale nervienne sera transférée à Camaracum (Cambrai). La période médiévale est mal connue, le forum sera enfoui pour une raison méconnue sous plusieurs mètres de terre assurant ainsi sa protection. Les diocèses actuels sont la persistance du découpage administratif romain. Le forum antique. En 1716 une plaque gravée témoignant du passage de Tibère à Bavay est découverte (entreposée à Douai et détruite lors des bombardements de 1944). Avec le Romantisme se développe une curiosité pour le passé « ancien », en 1790 le Père Lambiez organise les premières fouilles permettant la découverte de pièces en bronze. Un Hercule mis à jour en 1814 sera acquis par le British muséum en 1834. En 1862 le site est l’objet d’une première mesure juridique de protection. En 1906 Maurice Hénault, archiviste de la ville de Valenciennes, crée le premier musée. Après la guerre il reprend les fouilles sur place et hors Bavay ; l’essentiel du Forum reste cependant largement enfoui sous le collège Notre-Dame de l’Assomption bâti au dessus. Comme l’église, adjacente, il sera bombardé en 1940. L’église sera reconstruite sur sa place initiale au-dessus des thermes ; le collège sera installé à l’écart permettant un dégagement plus large mais encore incomplet du Forum. Le Chanoine Biévelet reprendra les fouilles de 1942 à Par Alain Rozié 1976. Jean-Claude Carmelez professeur d’histoire au lycée de Bavay lui succédera jusqu’en 1997. Le musée. Au cours des XVIII e et XIX e siècles de nombreuses pièces quittèrent Bavay pour des collections privées ou publiques. Le premier musée date de 1906, il expose des pièces trouvées sur place à Bavay. La construction d’un nouveau musée est décidée avant la découverte en 1969 de 290 pièces de bronze ; dès lors la construction s’accélère et aboutit en 1976 au musée actuel. D’un statut initial communal, il deviendra départemental en 2000. Madame Véronique Beirnaert-Mary est l’actuelle directrice. L’université. À partir des années 1980 l’Université marque son intérêt pour le site de Bavay, le plus grand du nord de la France. Plusieurs campagnes de fouilles seront menées et Bavay fut pour de nombreux étudiants le premier contact archéologique. Germaine Leman-Delerive et Xavier Deru ont activement participé à la création d’un laboratoire de recherche au sein de l’UMR (Unité Mixte de Recherche) CNRS, Lille 3, MCC Halma-Ipel (Histoire, Archéologie, Littérature des Mondes Anciens - Institut de Papyrologie de Lille 3) et Christine Hoët-Van Cauwenberghe (MCF) assure actuellement le lien entre l’Université Lille 3 et le musée. Pierre Leman, Conservateur Honoraire du Patrimoine, spécialiste des voies romaines, demeure très attaché au site et très présent. La coexistence d’instances universitaires, administratives régionales, départementales et communales, du CNRS et des fouilleurs témoigne de l’activité et l’intérêt du site. L’Association. L’Association des Amis du Musée et du Forum Antique de Bavay organise trois ou quatre conférences par an, en rapport avec les expositions temporaires ou un thème archéologique prononcées par des conférenciers confirmés, archéologues professionnels, universitaires, jeunes doctorants. Le partenariat universitaire et archéologique nous permet d’amener à un public non professionnel des conférenciers de grande qualité, toujours heureux de transmettre leur savoir et de nous faire partager leurs découvertes. Les Amis > http://bagamicus.over-blog.com Le musée > http://forumantique.lenord.fr/fr/Accueil.aspx Dossier Collections & musées d'archéologie 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :