L'Ami de Musée n°47 été 2014
L'Ami de Musée n°47 été 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°47 de été 2014

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : FFSAM

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 5,0 Mo

  • Dans ce numéro : collections et musées d'archéologie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
10 Narbonne L’Association des Amis des Musées de Narbonne œuvre pour faire connaître et aimer les quatre musées de Narbonne, installés au cœur de monuments classés  : le Musée d’Art et d’Histoire aménagé au XIX e siècle dans les anciens appartements des Archevêques (XVII e siècle), le musée archéologique aménagé dans le Palais Vieux (XI e - XIV e siècle), l’Horreum, un ancien entrepôt souterrain datant de la fi n du I er siècle avant J.-C., le musée lapidaire installé dans l’ancienne église Notre-Dame de Lamourguier, vestige d’un couvent bénédictin du XIII e siècle. En projet, un cinquième musée pour faire renaître la prestigieuse cité antique de Narbonne, MuRéNa, musée régional de la Narbonne antique. Ce musée sera réalisé par l’architecte Norman Foster, à l’origine du Carré d’Art à Nîmes et du viaduc de Millau. Notre association soutient ce projet, nous avons demandé à Ambroise Lassalle, conservateur du patrimoine chargé du Musée Régional de la Narbonne Antique, d’en faire une présentation. Si le nom de Narbonne évoque pour beaucoup une cité au passé antique prestigieux, première colonie romaine en Gaule et capitale de la province de Gaule Narbonnaise, la ville moderne ne présente que peu de vestiges antiques visibles. Pour réparer ce paradoxe, la Région Languedoc-Roussillon s’est engagée dans la construction d’un nouveau musée archéologique, le Musée Régional de la Narbonne Antique (MuRéNA). Avec un investissement de 44 millions d’euros, ce musée sera également doté des espaces de travail sur les collections permettant l’étude et la restauration de son mobilier. Entre lapidaire et peintures murales  : des collections exceptionnelles Pour témoigner de son passé romain illustre, Narbonne est dotée d’un patrimoine antique singulier. Elle conserve tout d’abord une collection lapidaire étonnante  : exposée dans l’actuel musée lapidaire, cet ensemble de plus de 1 400 blocs antiques, fragments de monuments d’époque romaine, a connu une longue histoire et plusieurs remplois successifs dans les remparts de la ville, avant d’être mise à l’abri dans son lieu actuel de conservation. C’est une bonne part des nécropoles de la ville qui se trouve Hyères Olbia, un musée sur site Par Claude CEAGLIO, Présidente des Amis du Musée Située sur un léger promontoire en bord de mer, Olbia est l’unique site de ce type conservé sur le littoral méditerranéen. Fondée par les Grecs au IV e siècle avant notre ère, la ville fortifiée d’Olbia, qui signifie « la bienheureuse », fut un comptoir maritime. De nombreux vestiges grecs et romains ont été mis au jour  : thermes, commerces, sanctuaires et habitats. Les vestiges d’une abbaye médiévale, Saint-Pierre de l’Almanarre, ont également été découverts sur le site. Le site d’Olbia a été transféré à la Ville d’Hyères en 2010 et un musée viendra compléter la visite du site ; il sera com- Le Musée Régional de ainsi conservée en pièces détachées. Si Narbonne n’a pas conservé de monument antique en élévation, cette collection témoigne à elle seule de la monumentalité révolue de la cité romaine. Le deuxième témoignage du passé illustre de Narbonne est aujourd’hui visible dans le musée archéologique  : il s’agit d’un ensemble de vestiges provenant du site du Clos de la Lombarde. Fouillé pendant près de 40 ans, ce site a révélé tout un quartier d’habitation d’époque romaine. Les décors de ces maisons, et en particulier un nombre important de peintures murales, ont pu être reconstitués, donnant à voir la richesse du cadre de vie des notables narbonnais. En troisième lieu, la Narbonne romaine a joué un rôle primordial en tant que port de commerce pendant toute l’Antiquité. Ce port a aujourd’hui disparu, mais une équipe d’archéologues (associant CNRS, l’Université Montpellier III et le Ministère de la Culture) est parti à sa redécouverte, et révèle ainsi un système portuaire d’une ampleur exceptionnelle.
la Narbonne Antique MuRéNA, un musée ouvert sur la recherche Le musée en préfiguration se donne pour ambition de raconter cette cité antique dans toute sa diversité et son originalité. Pour présenter et valoriser ces collections, plusieurs partis-pris ont été choisis  : le premier est d’imaginer un musée ouvert sur la recherche, équipé d’espaces permettant d’accueillir chercheurs et étudiants qui viendront travailler sur les collections, et d’un atelier de restauration d’enduits peints. Dans le prolongement naturel de cette activité de recherche, le musée sera un révélateur de la fabrique du patrimoine  : il ne présentera pas seulement des vestiges archéologiques, mais montrera aussi le travail qui a permis de les comprendre et de les interpréter. Pour construire ce musée, un concours de maîtrise d’œuvre a été lancé qui a suscité de nombreuses candidatures  : l’équipe retenue est composée de l’agence Foster + Partners, associée au scénographe Adrien Gardère. Le projet architectural développe un bâtiment de plainpied d’environ 8 000 m², qui s’inspire de la conception posé de plusieurs salles où sera présentée Olbia grecque, Olbia romaine, Olbia médiévale puis le site d’Aristée ainsi qu’un aperçu du commerce dans l’Antiquité. En attendant l’ouverture du musée, de nombreux ateliers sont proposés sur le site pour découvrir les aspects de la vie quotidienne des Olbiens ou encore les techniques de fouilles archéologiques. Actions des Amis du musée, site archéologique d’Olbia.Conformément à nos statuts, nous soutenons les activités de la conservation. Pour les journées archéologiques des 7 et 8 juin 2014, nous avons sollicité un mécénat de la Caisse de Crédit Agricole de Hyères et avons ainsi obtenu 1500 euros qui ont permis la prise en charge des repas de 80 Hoplites (soldats grecs) venus faire sur le site des démonstrations de combats et de manœuvres utilisés à l’époque lors des affrontements. Nous avons également financé l’achat de 50 m de lin et fait confectionner une dizaine de tenues grecques pour les bénévoles et le personnel du musée À gauche, vue de la galerie lapidaire du futur musée. À droite, détail de la peinture du plafond de la salle K de la Maison à Portiques de l’habitat romain. Le bâtiment au toit saillant, de forme simple et élégante, sera entouré d’un jardin qui contribuera à l’agrément du futur musée, facilitant l’intégration dans son environnement immédiat, entre le canal de la Robine et l’avenue principale d’accès à la ville. L’agencement intérieur sera marqué par la présentation spectaculaire de la collection lapidaire  : elle sera exposée dans une grande galerie traversant tout le bâtiment, sous forme d’un grand mur, accumulation verticale des blocs de pierre qui rappellera la monumentalité disparue de la cité antique. Le parcours muséographique se prolongera par la présentation des trois grandes composantes de la cité antique  : la ville, la maison (présentation des maisons du Clos de la Lombarde, avec reconstitutions de plusieurs pièces), le port. En regard des collections, plusieurs espaces d’interprétation permettront aux visiteurs de découvrir sur le mode immersif les activités des archéologues. Par ce projet ambitieux, qui devrait aboutir à l’horizon 2016, la cité de Narbo Martius retrouvera une nouvelle visibilité aux yeux du public. qui accueillaient les visiteurs. Les membres du bureau de l’association ont préparé et pris en charge la confection d’un buffet de 80 invités, buffet de mets anciens suivant les recettes d’un cuisinier romain Apicius. Nous avons assisté à l’arrivée du Protis, réplique navigante d'un bateau grec, retrouvé dans les fouilles du port de Massilia et reconstitué dans le cadre de Marseille Capitale de la Culture 2013 ; Le Protis s’est posté devant le site d’Olbia avant de repartir en direction de la Tour Fondue à Giens pour l’inauguration du Chemin de randonnée palmée archéologique de l’Almanarre. Dossier Collections & musées d'archéologie 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :