Journal des Professionnels n°139 mai/jun 2018
Journal des Professionnels n°139 mai/jun 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°139 de mai/jun 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Rhéa Marketing

  • Format : (300 x 425) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : les points de presse de l'entreprise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
À 10 N°139 Retrouvez tous les articles et dossiers sur www.journaldesprofessionnels.fr sion sociale à la propriété en facilitant la vente de logements sociaux. L’objectif est de passer de 8 800 logements vendus par an à 40 000 (1% du parc). Les bailleurs sociaux, filiales du groupe Action Logement, lancent donc leur plateforme, conçue comme une place de marché, pour mettre à la vente les 1% de logements sociaux prévus. Le site havitat.fr propose ainsi des appartements ou pavillons. Ces logements sont en priorité proposés à leurs locataires. Si ceux-ci ne sont pas acheteurs, le bien est alors proposé aux autres locataires de logements sociaux. Ce n’est qu’une fois ces étapes franchies que le bien est mis en vente sur le marché. Les prix de vente de ces biens sont très encadrés pour rester accessibles à des foyers modestes. Par ailleurs, les bailleurs s’engagent à accompagner les nouveaux propriétaires et sont signataires d’une charte garantissant la qualité des biens mis en vente. Autre projet, le lancement d’un syndic solidaire qui assurera la maintenance des biens vendus. Pour les bailleurs, la vente d’une partie de leur parc permet de trouver de nouvelles sources de financement pour continuer à créer du logement social de qualité. IM limousin Innovation et dynamisation du centre-ville Depuis deux ans, Brive travaille à la redynamisation de son centre-ville et n’hésite pas à utiliser les moyens des nouvelles technologies pour y parvenir. Elle a fait appel à la start-up Kokorikoo, fondée à Limoges, par Jean-Baptiste Daigueperce. Celle-ci propose, après avoir nettoyé et relooké les locaux commerciaux vacants, de leur trouver un occupant adéquat. Des capteurs statistiques sont installés pour mesurer le passage piétonnier et automobile et établir la périodicité et la saisonnalité des flux. Ils permettront au futur commerçant acquéreur d’avoir des données chiffrées qui justifient son installation à tel ou tel endroit par rapport à son activité. Ils lui permettront aussi de vérifier la validité d’une ouverture entre midi et deux heures ou d’établir le type de fréquentation… toute information qui rassurera le futur commerçant sur son exploitation mais qui fondera aussi la solidité d’un dossier auprès d’une banque. L’idée, grâce à ses informations, c’est donc de trouver l’emplacement idéal pour chaque commerçant en quête d’installation. La connaissance des flux de passage permettra sans doute aussi de déconstruire les a priori sur le prix de l’immobilier en confrontant les commerçants à la réalité… et d’avoir un levier pour la mairie face aux propriétaires qui pourraient décourager des installations de nouveaux commerçants en surévaluant le prix de leurs locaux commerciaux. Pour mieux connaitre et comprendre son quartier, le site « Combien de personnes passent dans ma rue » créé par la start-up sera rendu accessible à tout le monde. Cette expérience prend tout son sens dans le cadre du plan à cinq ans de l’Etat pour redynamiser les centres villes d’agglomération de taille moyenne et servira sans doute d’observatoire pour les villes du territoire. 16 charente Eurekatech veut doper l’économie charentaiseI Le monde économique et politique angoumoisin était rassemblé le 15 mars dernier au Moulin de l’Abbaye de La Couronne pour assister au lancement d’Eurekatech, la technopole de territoire du Grand Angoulême. Cet outil appelé à rayonner sur l’ensemble du département doit permettre d’accompagner la création, la croissance et la venue d’entreprises innovantes ; être un trait d’union entre la recherche, l’enseignement supérieur, l’innovation technologique et le développement économique local. Pour ce faire, la structure va s’appuyer sur les forces de l’économie charentaise que constituent les secteurs de l’image, du packaging, de l’énergie, du luxe et des spiritueux. À la barre de ce nouveau navire, quelques-unes des plus importantes entreprises du territoire, épaulées par des partenaires institutionnels que sont le conseil régional Nouvelle Aquitaine, la CCI, la chambre de métier, l’agglomération du Grand Angoulême, Magelis et l’Union Patronale. Lors de l’inauguration, Jean-François Dauret, président de l’agglomération et initiateur de ce projet, a rappelé que ce dossier était « notre priorité depuis 2014 ». De son côté, Alain Rousset, le président de la Nouvelle Aquitaine s’est réjoui d’une telle création  : « La Région joue un rôle de soutien financier dans cette aventure. En France, des entreprises connaissent des difficultés à innover, on doit les accompagner en stabilisant leurs finances (…) Il est primordial de soutenir la création et la croissance d’entreprises innovantes ». À signaler qu’Eurekatech est la neuvième technopole de la région Nouvelle Aquitaine et la 45 e en France. Intermarché roule pour Roullet-Saint-Estèphe Depuis l’annonce d’Intermarché de vouloir regrouper en un même site sa base logistique « frais » de Roullet-Saint-Estèphe et « sec » d’Alloinay, les préfets, élus et acteurs économiques de Charente et des Deux-Sèvres se livrent une bataille acharnée afin que le Groupement choisisse leur territoire respectif. Finalement, les Mousquetaires ont tranché. Le 5 avril, ils ont annoncé avoir opté pour la Charente. L’activité « sec » quittera donc les Deux-Sèvres et sera transférée sur Roullet où elle fusionnera dans une nouvelle base avec l’activité « frais ». L’implantation se fera sur un ancien site que Cosea avait utilisé lors des travaux de construction de la ligne à grande vitesse Paris-Bordeaux. La position géographique de l’emprise, en bordure de la RN 10 et au centre de la région Nouvelle Aquitaine, a, sans nul doute, eu raison des voisins deux-sévriens. Lors d’un premier chiffrage, le groupe Duval, aménageur de ce projet, évoquait un chantier à plusieurs dizaines de millions d’euros et partait sur dix-huit mois de travaux pour livrer entre 60 000 et 70 000 m² de bâtiments. À terme, quelque 400 personnes pourraient travailler dans ce centre. Photovoltaïques  : Territoires Charente aux côtés des collectivités Valoriser des mètres carrés de toitures de bâtiments publics en captant le soleil du sud Charente. C’est l’option prise par la communauté de communes des 4B qui, pour ce chantier, a choisi de s’appuyer sur la société d’économie mixte Territoires Charente. Comme assistant à maîtrise d’ouvrage, la SAEML a établi cinq projets possibles sur du bâti existant ainsi que sur deux terrains adaptés pour recevoir une centrale solaire au sol. L’appel d’offres à investisseurs privés en photovoltaïques, lancé en mai 2017, a été remporté par l’entreprise bretonne Lango qui va attaquer les premiers projets. Ils vont concerner plus de 2000 m² de toiture qui produiront l’énergie équivalente à la consommation de 115 foyers. Pour les collectivités locales, ces équipements sont également source de revenus non négligeables. Ainsi, à Baignes-Sainte-Radegonde, l’installation de panneaux photovoltaïques sur la toiture de deux écoles et d’un gymnase (1 300 m² pour 214 KWc) permettra de générer une Imposition forfaitaire sur les entreprises de réseaux (IFER) de 1 600 euros par an pendant vingt ans. De même à Barbezieux, l’équipement des toits du centre équestre (1 200 m² pour 190 KWc) rapportera 1 400 euros d’IFER aux collectivités pendant 20 ans. Depuis 2010, Territoires Charente a accompagné une quarantaine de projets photovoltaïques de collectivités et des structures privées, situés sur des toitures de bâtiments et sur des ombrières de parkings. « Ils représentent une puissance totale de 8 000 kWc, soit environ 5 ha de panneaux photovoltaïques et l’équivalent de la consommation électrique (hors chauffage et eau chaude) de 2 880 foyers », ont rappelé Julien Delage et Guillaume Genre, spécialistes photovoltaïques au sein de la société d’économie mixte. e charente 17 maritime 3,8 ME pour la requalification de la zone de Périgny Après quatre années de travaux, la communauté d’agglomération de La Rochelle a livré les aménagements de la zone d’activités industrielles de Périgny. Démarré en 2013, le chantier a permis de transformer l’ancien site vieillissant de 270 hectares en un parc mieux intégré dans son environnement. Ainsi, près de 7 kilomètres de voies ont été réaménagés afin d’améliorer les déplacements des salariés et usagers de cette zone qui compte 250 entreprises employant 7 000 salariés. « Les structures de chaussées ont été renforcées afin d’être adaptées au trafic lourd actuel. Plus de 10 kilomètres de trottoirs ont été créés et plus de 4 kilomètres de pistes réalisées. Les carrefours ont été sécurisés. De nouvelles places de stationnements ont été dessinées pour les voitures et les poids lourds. Cette meilleure répartition entre les modes de déplacement améliore les conditions de sécurité et d’accessibilité aux différentes entreprises », ont expliqué les responsables du chantier au sein de l’agglomération. Consultez toute l'actualité économique régionale sur www.journaldesprofessionnels.fr La collectivité a souhaité également un traitement environnemental important. Des éclairages led ont remplacé les anciens lampadaires et un système de détection de présence a été installé pour la coulée verte qui relie le centreville de Périgny à Rompsay. L’ensemble devrait permettre de réduire de moitié la consommation d’électricité de l’ensemble du site. Par ailleurs, des bassins de rétention ont été aménagés pour traiter les eaux de pluie avant leur rejet dans le canal de Rompsay. Enfin, plus de 200 arbres, 75 000 arbustes et plantes ont été plantés. Au total, l’ensemble du chantier a demandé un investissement de 3,8 millions d’euros (HT), dont 2,5 millions pour la requalification du parc et 1,3 ME pour la création de la coulée verte. Le chantier a été financé par l’agglomération de La Rochelle, la Région et la ville de Périgny. La Rochelle Technopole sélectionne ses premiers dossiers Chargée d’accompagner des projets innovants ou de haute-technologie issus de la recherche, de porteurs de projets individuels ou d’entreprises existantes, La Rochelle Technopole a vu le jour le 1er janvier dernier. Le comité de sélection de cette structure (créée en partenariat par la communauté d’agglomération, la Région, la chambre de commerce et d’industrie de La Rochelle, l’école d'ingénieurs en génie des systèmes industriels, Sup de Co, l’université et l’incubateur départemental) s’est réuni le 6 mars afin de sélectionner les trois porteurs de projets qui seront accompagnés pour créer leur entreprise ainsi que les trois jeunes entreprises retenues pour « leur ambition novatrice et responsable ». Si le nom des trois porteurs de projets reste pour le moment confidentiel, on connaît le nom des trois entreprises. Il s’agit de Prima Coating qui a créé une nouvelle formule de peinture et de revêtements ; C & L qui lance un logiciel d’optimisation de revenus pour l’hôtellerie et de Novengine spécialiste des moteurs innovants et éco-responsables. Un OFS pour des logements accessibles En zone littorale, la tension sur le marché du foncier est une réalité que la reprise économique pourrait rapidement accentuer. Afin de rester à l’abri de ce type de risque, les bailleurs sociaux, Habitat 17 en Charente-Maritime et la Compagnie du Logement en Vendée, ont enclenché en début d’année une réflexion qui devrait conduire à terme à la création d’un organisme de foncier solidaire (OFS). Cette structure aura pour but d’acquérir et de gérer des terrains, bâtis ou non, de les mettre en bail très longue durée en vue de réaliser des logements à usage d’habitation, accession ou location, ainsi que des équipements collectifs. « Le principe est de créer un parc de logements à vocation sociale qui conserve indéfiniment son accessibilité économique au fil des reventes, et ce, grâce une dissociation de la propriété du foncier et du bâti », expliquent de concert les deux bailleurs. Pensé sur le principe du « Community Land Trust », l’OFS sera également un outil anti-spéculation qui favorisera la création de logements à un prix abordable ; offre aujourd’hui freinée par le coût du foncier.
/Crédit photo  : GettyImages A ASIA >Des experts pays pour vous conseiller Des rendez-vous personnalisés pour faire avancer vos projets Des trophées pour récompenser Les réussites à l'international bpiFrance 14 ! Neou elvei n1 I et -eAr r ! tai ionne l ») » m ») » m ») » m ») » m » » » » » » » » » » » » » » » me W RLD Les rendez-vous Export des entreprises de Nouvelle-Aquitaine Infos & inscriptions sur worldconnections2018.fr 8USMIIMSFRANCE V DOUA » DROF1rn 2018 CONNECTIONS S’OUVRIR AU MONDE AVEC SUCCÈS ! 25 JUIN/BORDEAUX Palais de la Bourse 26 JUIN/BIARRITZ Halle d’Iraty 27 JUIN/LIMOGES Ester Technopole 28 JUIN/POITIERS Palais des Congrès du Futuroscope Des experts pays pour vous conseiller Des rendez-vous personnalisés pour faire avancer vos projets Des trophées pour récompenser les réussites à l’international NOUVELLE ITA tNE « « « « me,er gme gre gage sleer gle gooe gr'gle sleme,er.49 sle gooe sle queer Nie Nue gme.49we gle sleer gme gre Nue gage sle qe, gmeme,er gme sle.49.49 gme gr'atme,er gme sle gooe



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :