Journal des Professionnels n°138 mar/avr 2018
Journal des Professionnels n°138 mar/avr 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°138 de mar/avr 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Rhéa Marketing

  • Format : (300 x 425) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,1 Mo

  • Dans ce numéro : un chantier à ciel ouvert.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
MAAF VIE, Société Anonyme au capital de 69 230 896 euros entièrement versé - RCS NIORT 337 804 819 Code APE 6511 Z - Entreprise régie par le Code des Assurances - N°TVA intracommunautaire FR 82 337 804 819 Siège social  : Chaban 79180 CHAURAY - Adresse postale  : 79087 NIORT Cedex 09 - 09/17 - Document à caractère publicitaire. ÉPARGNE - ASSURANCE VIE LA RECETTE BIEN DOSÉE POUR DIVERSIFIER VOTRE ÉPARGNE * Découvrez une épargne dynamique pour accompagner tous vos projets Retrouvez les modalités d’octroi de ces récompenses sur maaf.fr/Epargne * Les montants investis sur les supports en unités de compte ne sont pas garantis mais sujets à des fluctuations à la hausse ou à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers. Cet investissement peut entraîner un risque de perte en capital supporté par l’adhérent. en agence Prenez rendez-vous sur maaf.fr ou sur l'appli mobile MAAF et Moi MAAF disponible pour vous au téléphone sur votre espace client Sur maaf.fr et l'appli mobile 3015 MAAF et Moi du lundi au vendredi de 8h30 à 20h et le samedi de 8h30 à 17h. LA RÉFÉRENCE QUALITÉ PRIX
sommaire Focus Région Croissance Verte..3 Réseaux & Clubs d'entreprises...4 Economie sociale et solidaire.4 Numérique..5 Master dossier  : Formation, un chantier à ciel ouvert La « plan d’investissement compétences »  : une résolution majeure..6 Les nouvelles pistes de la formation professionnelle..6 Les études et l’insertion professionnelle.7 Territoire Nouvelle-Aquitaine.9 Limousin...10 Charente...10 Charente-Maritime10 Creuse..11 Gironde.11 Vienne..12 Haute-Vienne12 Vendée.12 Dossier Manager  : Manager les générations Y et Z Les attentes des jeunes en entreprise.13 Les millennials  : un défi pour les ressources humaines...13 Challenger les générations Y et Z..14 Les entreprises qui bougent Charente...16 Charente-Maritime16 Gironde.17 Deux-Sèvres.19 Vienne..20 Haute-Vienne20 Vendée.20 Entrepreneur à l’honneur Frédérik Janssens.21 Solutions Business  : Export, l’atout french touch Où s’informer pour bien débuter à l’international ?..22 Le e-commerce transfrontière...22 Les avantages du VIE22 OPTIMISEZ VOS RECRUTEMENTS'GRÂCE À L'ALTERNANCE licence professionnelle, master, diplôme d'ingénieur en contrats d'apprentissage et de professionnalisation Informatique - multimédia Bâtiment - TP Réseaux - télécommunications Agro-aLimentaire Langue -audiovisuel - numérique Biologie Marketing - management Environnement Immobilier Optique Droit-gestion Culture Tourisme - hôtellerie Contrôke, qualité, maintenance industrielle LL Focusrégion Croissance CROISSANCE VERTE À BEI APPORTE 70 ME AU GROUPE ÉNERGIES VIENNE « Nous sommes très heureux de signer cette 100 e opération du Plan Juncker en France dans le département de la Vienne sur un secteur aussi stratégique que celui des énergies renouvelables ». C’est avec une enveloppe de 70 millions d’euros qu’Ambroise Fayolle, vice-président de la Banque européenne d’investissement (BEI) a rencontré les responsables de Soregies, SRD et Sergies, filiales du groupe Énergies Vienne, l’une des plus grandes entreprises locales de distribution d’énergie. Avec ce contrat de financement, signé le 21 décembre dernier, la BEI participera activement à l’ambitieux programme d’investissement du groupe. Baptisé Énergies Vienne 2025, il prévoit de consacrer 600 millions d’euros dans le développement d’énergies renouvelables, le déploiement de compteurs communicants, ainsi que l’extension et le renouvellement des réseaux de gaz et d’électricité. Le versement du financement s’effectuera sur appel de fonds, en plusieurs tranches, en fonction des besoins des entreprises, selon la répartition suivante  : 10 millions pour Soregies, 27 pour SRD et 33 pour Sergies. « C’est une opération emblématique puisqu’il s’agit de notre premier financement direct à une Société d’Économie Mixte Locale dans le secteur de l’énergie en France. C’est un signal fort que nous souhaitons donner aux entrepreneurs et promoteurs », a conclu Ambroise Fayolle. À NEXTALIM DÉPLOIE SES AILES Spécialiste de la valorisation industrielle des biodéchets par l’insecte, l’entreprise poitevine NextAlim emménagera d’ici à la fin du premier trimestre de cette année dans un bâtiment de 5 000 m², zone Industrielle La République à Poitiers. Installée sur un marché de niche, l’entreprise élève des larves de mouches, Black Soldier Fly. Ces dernières possèdent la particularité d’extraire les nutriments encore présents dans les déchets organiques et les sous-produits alimentaires avant de les métaboliser en protéines, graisses et autres coproduits Université de La Rochelle Pôle Alternance - 05 16 49 65 65 alternance@univ-ir.fr Arrelano mlalksrl « VIMY — L ! ŒA LW PSit e pirr Cd C41011,11Klk.075041fS tina de la Njen PieviTle4uitaee N°138 Retrouvez tous les articles et dossiers sur www.journaldesprofessionnels.fr à valeur ajoutée. « Les huiles et les protéines présentes dans les larves de la BSF peuvent être utilisées dans l’alimentation animale. Par ailleurs, elles possèdent également des propriétés probiotiques intéressantes », précise Jean-François Kleinfinger, le patron de l’entreprise. Ce marché devrait notamment intéresser les agriculteurs qui pourraient ainsi se passer de soja ou de farines de poisson dans l’alimentation de leur cheptel. À POUJOULAT ET STARKLAB TRANS- FORMENT LES FUMÉES EN ÉNERGIE Le groupe deux-sévrien Poujoulat, spécialiste des conduits de cheminée, entend devenir un acteur du développement durable en proposant à ses clients industriels une nouvelle technologie qui capte les fumées et en restitue l’énergie thermique. Ce procédé mis au point par la société Starklab de Grande- Synthe (Nord), utilise un échangeur thermique aireau de nouvelle génération, Terraosave, qui brasse les fumées avec de l’eau. L’innovation réside dans le brassage thermodynamique réalisé, qui impose un « parcours » aux fumées dans l’eau pour capter le maximum d’énergie. Grâce à cette technologie, les clients de Poujoulat pourront désormais autoproduire une partie de leur énergie et éviter la dissémination des rejets gazeux dans l’atmosphère pour ne pas accabler le réchauffement climatique en cours. La cible commerciale se compose des chaufferies et des processindustriels. À SERGIES ACQUIERT DEUX PARCS ÉOLIENS Le 4 janvier 2018, Sergies, groupe Énergies Vienne, a acquis auprès d’Enovos Luxembourg SA deux parcs éoliens. Situé sur la commune d’Essouvert, le parc de La Bénate (Charente-Maritime) est composé de six machines qui représentent une puissance de 12 MW, soit la consommation en électricité (hors chauffage) de 12 000 habitants. La ferme éolienne de la côte de Gibet à Souilly (Meuse) est dotée de cinq machines d’une puissance totale de 10 MW. Ce parc a la capacité d’alimenter 10 000 habitants en électricité (hors chauffage). Au total, ces deux parcs permettent une production annuelle de 45 GWh, équivalent à la consommation de 22 000 habitants (hors chauffage). verte - Réseaux et clubs d’entreprises Économie sociale et solidaire - Numérique À LE PHOTOVOLTAÏQUE ORGANIQUE POUR PRODUIRE DE L’ÉLECTRICITÉ PARTOUT Présentée comme une première mondiale, la toiture photovoltaïque organique (carbone) du collège Mendès-France de La Rochelle laisse envisager de belles perspectives d’avenir pour la filière. À l’origine de cette expérimentation, l’entreprise allemande Heliatek et son partenaire financier, le groupe Engie. Incassable, facile à installer grâce à de l’adhésif, léger (1,3 kg/m 2 contre 15 kg pour des panneaux classiques) et sans impact sur le bâti, ces films doivent avant tout permettre d’installer du photovoltaïque là où la pose de panneaux est impossible, comme c’était le cas sur la toiture du collège. Autre bon point, les bandes ne contiennent pas de métaux lourds, faisant dire à Thibaud Le Séguillon, directeur général de la start-up allemande  : « Dans vingt ans, on pourra mettre les films dans la poubelle jaune (destinée aux emballages, N.D.L.R.) ». Seul problème, même s’il ne s’agit pas de remplacer les traditionnels panneaux, la rentabilité du photovoltaïque organique n’est pas optimale. « D’ici 2019, l’objectif est d’arriver à convertir 10% de l’énergie solaire en électricité, explique Quentin Van Nieuwenhoven, ingénieur chez Engie. Les panneaux sont environ à 20%. Par ailleurs, aujourd’hui, nous ne disposons pas de site pour une production industrielle. Par conséquent, le procédé reste plus cher que le photovoltaïque classique. Ça devrait changer en 2019, puisqu’une usine dédiée sortira de terre à Dresde, sur le site d’Heliatek ». Le produit utilisé, HeliaSol, a été posé sur les 530 m² de toiture en trois jours, grâce à des films prédécoupés. L’installation produira 23,8 MWh d’électricité par an. L’énergie sera utilisée en autoconsommation au sein de l’établissement scolaire et permettra de couvrir entre 15 et 20% des besoins en électricité du collège. À signaler que cette expérimentation intervient dans le cadre d’un appel à projet lancé par le conseil départemental de Charente-Maritime. L’objectif est d’équiper toutes les toitures dont le Départemental est propriétaire, soit 600 000 m², d’un dispositif photovoltaïque. La eachelk...17. 1.1n ! Li À 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :