Jouets de Collection n°18 déc 07/jan 2008
Jouets de Collection n°18 déc 07/jan 2008
  • Prix facial : 10 €

  • Parution : n°18 de déc 07/jan 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (230 x 290) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 34,5 Mo

  • Dans ce numéro : les Panhard et Levassor 7391 et 7392.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
Ci-dessus  : L’Automobile accident de marque A.O. mesure seulement 20 cm. Il s’agit d’une auto de course avec conducteur et mécanicien qui se scinde en deux parties après seulement quelques dizaines de centimètres parcourus. Cette version est celle qui est dépourvue d’une lanterne au bas de son radiateur. (1)Les premières course d’automobiles ne s’effectuaient pas sur des circuits adéquats comme c’est le cas aujourd’hui, mais carrément sur routes ouvertes exposant les coureurs à renverser tout ce qui évolue normalement au milieu des chaussées empierrées et truffées de nids de poules, c’est-à-dire enfants, femmes et hommes, ainsi que veaux, vaches, cochons, attelages et j’en passe et des meilleures. (2) Il s’agit de la juridiction de Paris. Le préfet Lépine fut, comme l’on sait, l’instigateur du célèbre concours au cours duquel, dès 1902, profusion d’inventions dont diverses concernant les jouets, inventés uniquement par des citoyens français, obtinrent des prix, et qui fut instauré pour encourager les idées nouvelles de façon à lutter contre la profusion de jouets provenant d’Allemagne. puisqu’il fut produit quelques temps après la tragique course sur route ouverte 1. Paris-Madrid de 1903, arrêtée à Bordeaux pour cause de nombreux accidents mortels et où notamment Marcel Renault trouva la mort. Un événement qui a dû inspirer fortement l’inventeur A.O. de cette « Auto catastrophe » (et non Automobile accident), nom que lui attribua, par erreur, le chroniqueur de « L’Illustration » dans son numéro du 29 septembre 1906, en ouvrant toute grande la vanne alimentant les éloges sur ce jouet. Je vous laisse le soin d’en apprécier la saveur  : « Malgré sa formation étymologique outrageusement barbare, comme celle de maints néologismes du même ordre - auto-garage, auto-bus, etc - ce mot « Auto catastrophe » se comprend tout de suite  : du jargon abréviatif si fort en faveur aujourd’hui, il est facile à traduire en bon français et signifie catastrophe d’automobile. Exemple  : l’auto, où deux personnes ont pris place, part à une allure rapide ; elle va dévorer des kilomètres, ses pneus sont prêts à « boire l’obstacle », lorsque soudain l’accident fatal se produit. Patatras ! Brusquement, la voiture se disloque  : l’avant se précipite d’un côté, l’arrière d’un autre, tandis que le conducteur 46 - Automobiles et camions - Jouets de collection nº 18 et son invité, projetés hors de leurs sièges, culbutent et restent affalés sur le sol. Mais, rassurez-vous, il n’y a rien de cassé. Il s’agit ici d’une catastrophe « pour rire », d’un jouet nouveau, un des mieux réussis parmi ceux qui figurent au concours Lépine ouvert ces jours derniers et, bien que le drame se passe dans la juridiction de M. le Préfet de police, voire sous ses yeux bienveillants, ses agents n’auront point à intervenir 2. D’un modèle élégant, munie de tous ses accessoires, l’auto minuscule, châssis et carrosserie, porte la marque du bon constructeur ; elle est exempte de secousses trépidantes, de ronflements assourdissants. Elle n’empeste pas l’air de vapeurs d’essence, car - vous l’avez deviné - la machine pourvue du « truc à catastrophe », se remonte au moyen d’un ressort. Les deux sportsmen font bonne figure d’automobilistes fendant l’espace, en leur accoutrement approprié  : casquettes à oreillons, masque à lunettes, cache-poussières. Ils exécutent leur saut périlleux le plus correctement du monde. C’est coquet, propret, charmant ! L’effet ne rate jamais, paraît-il. La petite auto a, en outre, sur sa grande sœur, cette supériorité inestimable que ses morceaux disjoints se rajustent sans difficulté et que les
victimes sont relevés indemnes. La catastrophe, si l’on y prend plaisir, peut donc se renouveler indéfiniment jusqu’au jour où le jeune Bob se chargera de la rendre définitive en opérant lui-même, sous prétexte de scruter le secret du système. Chez l’ingénieux inventeur de ce jouet mécanique, il faut louer avant tout le sens de l’actualité. Il y eut, il est vrai, des précurseurs en ce genre d’opportunisme. Il y a quelques années, à la suite d’une série de graves accidents, on lança, sinon pour la tranquillité des parents, au moins pour la joie des enfants, le « chemin de fer à catastrophe » 3 qui obtint un certain succès. Etant donné les progrès de l’automobilisme, « l’Auto catastrophe », à l’usage de la jeunesse, était à son tour indiquée. La voilà ! On verra sans doute plus d’un censeur morose, plus d’un éminent docteur en puériculture l’accueillir d’une moue chagrine, d’un sévère froncement de sourcils. Ils blâmeront ce simulacre des méfaits de la force brutale. Ils en signaleront aux familles l’influence démoralisatrice. De vénérables louangeurs du temps passé, qui ne sont plus « dans le train », gémiront d’un ton lamentable  : « Où sont les bergeries, les arches de Noé, les Polichinelle, les balles, les jeux de patience d’antan ? ». N’exagérons rien. M. Prudhomme, toujours solennel et parfois judicieux, survient à son tour et prononce à l’adresse de son rejeton cette sentencieuse moralité  : « D’un mal, le sage doit savoir tirer un bien. Je vous donne ce jouet, mon fils, profitez de la leçon de choses et méditez sur les tristes conséquences où conduisent la témérité des hommes en général et la folle griserie de la vitesse en particulier. » L’Automobile accident… Quel nom et quel prénom se cachent derrière les initiales constituant le sigle A.O. estampillée sous la plateforme de cette auto aux côtés de la formule « Breveté SDGD - Article français » (Sans Garantie Du Gouvernement) ? En d’autres termes, cette auto vous plaît, vous pouvez l’acquérir, mais si elle tombe en panne (ou si elle se retrouve accidentée…), espérez qu’il existe un S.A.V. (service après-vente) car nous, gouvernement, ne pourrons rien pour vous venir en aide, ayant d’autres chiens à écraser. Cette auto, d’origine française, mesure 20 cm et possède le volant à gauche. Cette position, si elle est courante de nos jours, est exceptionnelle au début de l’aventure de l’automobile dont les volants sont le plus souvent placés à droite et cela jusque dans les années cinquante. L’Automobile accident A.O. est décorée par impression lithographique, ce qui semble correspondre, au niveau qualité à la décoration nickelée - bien que différente - de l’Automobile à catastrophe de marque Blondinat. La clé de type permanent qui permet la mise sous tension du ressort se trouve sous le châssis de ce jouet et les roues de l’Automobile accident A.O. sont composées de jantes et de pneus monoblocs en tôle obtenus à partir de deux demicoquilles assemblées entre elles. Le mécanicien - aujourd’hui, on citerait celui-ci sous le vocable de co-pilote - disposé dans son baquet sur le côté droit du conducteur (pilote) porte ou ne porte pas de masque à lunettes selon les versions produites. De même, on trouve des versions de ce bolide à dominante de couleur jaune et d’autre à dominante de couleur rouge, ainsi que des versions équipées ou non d’une lanterne installée au bas du radiateur, lanterne qui est éjectée - lorsque l’auto en est pourvue - au moment où le véhicule se désagrège. Le concours Lépine Entre 1846, son année de naissance à Lyon, et 1933, l’année où il décéda à Paris, le préfet de police Louis Lépine eut le temps de créer les brigades de police fluviales, les brigades de police cyclistes (dont les agents étaient populairement appelés hirondelles) et, surtout en 1902, le célèbre concours qui porte son nom et qui était destiné à récompenser les créations d’artisans ou d’inventeurs, plus particulièrement les inventions relatives aux jouets du genre Auto à catastrophe ou Auto accident, prévus pour contrer l’invasion des jouets allemands sur le territoire de la France. (3) Il s’agit du train de marque F.V. (Edmond Faivre) type tourne-en-rond qui fut produit à Paris aux environs des années 1890 et inspiré des nombreux accidents des débuts de l’aventure du chemin de fer. A gauche  : Une illustration d’époque concernant l’Automobile accident que l’on trouvait notamment sur la boîte du jouet. On y découvre les désagréments de vouloir rouler à tombeau ouvert au cœur d’un village de la France profonde au début du 20 e siècle. Adieu, veaux, vaches, cochons et automobilistes impétueux. Même l’unique lanterne - qui n’est pas systématiquement installé au bas du radiateur - n’a pas résisté au désir de jouer la fille de l’air (doc. G. Sherpereel). Jouets de collection nº 18 - Automobiles et camions - 47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 1Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 2-3Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 4-5Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 6-7Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 8-9Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 10-11Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 12-13Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 14-15Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 16-17Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 18-19Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 20-21Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 22-23Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 24-25Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 26-27Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 28-29Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 30-31Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 32-33Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 34-35Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 36-37Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 38-39Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 40-41Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 42-43Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 44-45Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 46-47Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 48-49Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 50-51Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 52-53Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 54-55Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 56-57Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 58-59Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 60-61Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 62-63Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 64-65Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 66-67Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 68