Jouets de Collection n°18 déc 07/jan 2008
Jouets de Collection n°18 déc 07/jan 2008
  • Prix facial : 10 €

  • Parution : n°18 de déc 07/jan 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (230 x 290) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 34,5 Mo

  • Dans ce numéro : les Panhard et Levassor 7391 et 7392.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
Ci-contres  : Nickelée, la carrosserie de l’Automobile à catastrophe de Blondinat possède des ressemblances avec les réelles De Dion- Bouton du début de l’aventure automobile. Ci-dessous  : La carrosserie de l’Automobile à catastrophe est de type tonneau. En observant cette photo, prise après quelques centimètres de parcours, on ne peut pas dire que le type tonneau attribué à la Blondinat est usurpé. Ci-dessous  : Voici une illustration d’époque montant les deux versions de l’Automobile à catastrophe Blondinat avec, à gauche, la version inspirée du tonneau De Dion-Bouton et, à droite, la version provenant d’un modèle Renault course. Les petites blondinettes de Blondinat gisent à terre… 44 - Automobiles et camions - Jouets de collection nº 18 accidents à la portée des enfants ! Après tout, démantibuler les jouets n’est-elle pas une fonction désirée par le plus grand nombre de marmots ? De là à écrire que les autos à catastrophe ou autos accident furent nombreuses, il y a un pas que je ne franchirai pas puisque je n’en ai comptabilisé que deux pour le début du siècle et deux autres par la suite. Il s’agit de l’Automobile à catastrophe de marque Blondinat et de l’Automobile accident de marque A.O., pour les deux premières annoncées. L’une et l’autre seront suivies par une auto à qui j’ai attribué la dénomination d’« Auto explosive » puisque je n’en ai pas trouvé d’autre officielle comme je ne lui ai pas trouvé, d’ailleurs, sa marque de fabrique, ainsi que par une ultime proposée par le fabricant Me-Mo au début des années cinquante sous le nom de Crac’Auto. Si les deux premières autos citées voient leurs passagers éjectés gisant à terre, les concepteurs des deux dernières citées sont moins morbides puisqu’ils ont eu la délicatesse de ne placer aucune figurine à bord de leur auto respective. L’Automobile à catastrophe L’Automobile à catastrophe de marque française Blondinat date de 1906. Il a été produit deux versions de cette auto. L’une est en réduction une auto de course dont les deux sièges sont réservés au conducteur et à son mécanicien (sur toutes les voitures de course du début de l’aventure automobile, le chauffeur confiait les soins de réparation et d’entretien à un mécanicien qui, assis à ses côtés, participait aux courses dans leur intégralité). Cette auto est gratifiée d’un long capot identique aux capots des réelles Renault de course. Cette version d’auto à catastrophe Blondinat bénéficie de la présence sur les sièges de deux poupées miniatures. Superbement nickelée, la seconde version met en évidence une auto ressemblant à une De Dion-Bouton à carrosserie de type tonneau, une appellation correspondant tout à fait à sa fonction qui est d’effectuer des… tonneaux avant de se désintégrer en plusieurs éléments et d’expédier au sol la blondinette de Blondinat. Si cette dernière version à un unique passager se partage en deux disparates éléments, la version course précédemment citée avec deux passagers se scinde en trois parties. Certaines de ces autos sont équipées de jantes à 8 raies de couleur rouge, d’autres de couleur jaune, enfin d’autres panachent les deux sur lesquelles on trouve montés des pneumatiques en caoutchouc blanc portant latéralement l’inscription « Pneumatique Gallus » en bas-relief. Le fonctionnement des autos de M. Blondinat fait appel à un système mécanique complexe à la base duquel on trouve un moteur à ressort situé à l’arrière de l’auto. Après avoir comprimé le dit ressort à l’aide
d’une clé, l’Automobile à catastrophe Blondinat est déposée sur le sol où elle effectue quelques premiers tours de roues avant de se désintégrer totalement sans qu’elle ait heurté un obstacle. Le principe repose sur une came dont le mouvement est dépendant du moteur. Lorsque la came arrive à hauteur d’une fermeture, maintenant solidaires entre elles la partie avant et la partie arrière de l’auto pour la version tonneau, et la partie avant, la partie arrière plus le capot moteur pour la version course, elle libère celle-ci qui, à son tour, avec l’aide d’un puissant ressort indépendant de celui du moteur, projette la partie arrière de la plateformechâssis, avec en plus le capot moteur pour la seconde version citée. C’est sous cette plateforme qu’est installé l’essieu arrière muni de ses roues avec, au-dessus, les sièges, la partie avant avec son essieu lui aussi muni de roues sur lequel repose l’accessoirisation. Fort heureusement, pour le plaisir du jeu, l’accident en question est répétitif à l’infini. Blondinat eut recours - ou plutôt son sous-traitant qui pourrait bien être Righetti & Pinard - à la tôle ondulée pour les éléments de capot moteur, estampillée et soudée, ainsi qu’aux mêmes jantes à 8 raies et aux mêmes ressorts de suspensions avant que l’on trouve sur les automobiles de production Righetti & Pinard. Les intérieurs des sièges sont luxueusement finis avec l’apport de peau de veau, parsemés de boutons décoratifs. Quand aux passagers, il s’agit de petites poupées à tête en porcelaine, coiffées et habillées en tissus comme savait les réaliser la firme Vichy. L’argument « illusion parfaite de la réalité » prôné par Blondinat prenait tout son sens et sa saveur avec cette réalisation. L’Automobile accident Toujours à la même époque, c’est-à-dire dans les premières années du 20 e siècle, Blondinat découvre qu’il a un concurrent. Celui-ci, connu sous les initiales A.O., propose non pas une Automobile à catastrophe mais une Automobile accident. Nuance ! Par sa physionomie de bolide de course, son absence de numéro de départ et sa réalisation, cette auto est ressemblante à l’Automobile à catastrophe de Blondinat. L’auto de course de A.O. se désagrège, elle aussi, après quelques tours de roues. Ici aussi, la partie avant comprenant l’essieu dit directionnel part d’un côté ; la partie arrière avec l’essieu arrière tracteur d’un autre, et le pilote et son mécanicien sont éjectés chacun de leur côté. En tôle peinte, ce jouet collait furieusement à l’actualité, Ci-dessus  : La Renault course d’origine Righetti & Pinard à capot en tôle ondulée, qui a été probablement utilisée pour réaliser la version course de l’Automobile à catastrophe de Blondinat. Les ressorts de suspension avant, ainsi que les jantes, sont identiques entre ces deux autos. Jouets de collection nº 18 - Automobiles et camions - 45



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 1Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 2-3Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 4-5Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 6-7Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 8-9Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 10-11Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 12-13Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 14-15Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 16-17Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 18-19Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 20-21Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 22-23Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 24-25Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 26-27Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 28-29Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 30-31Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 32-33Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 34-35Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 36-37Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 38-39Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 40-41Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 42-43Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 44-45Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 46-47Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 48-49Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 50-51Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 52-53Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 54-55Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 56-57Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 58-59Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 60-61Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 62-63Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 64-65Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 66-67Jouets de Collection numéro 18 déc 07/jan 2008 Page 68