Jouets de Collection n°17 aoû à nov 2007
Jouets de Collection n°17 aoû à nov 2007
  • Prix facial : 9,50 €

  • Parution : n°17 de aoû à nov 2007

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (230 x 290) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 32 Mo

  • Dans ce numéro : le « Coupe-Vent » du PLM.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
Ci-dessus  : Une publicité le Jouet mécanique M. Magnin à Lyon publiée en noir-blanc dans une revue professionnelle au cours des années cinquante. On y découvre une moto solo bicylindre qui pourrait être la moto de 20,5 cm (n°3 du tableau) annoncée en 1934 avec pierre à briquet imitant l’échappement dans les catalogues des grands magasins parisiens. Ci-dessus à droite  : Ces deux publicités JML publiées dans une revue professionnelle datant des années cinquante mettent parfaitement en exergue les deux couleurs dominantes utilisées pour la décoration des motos solos, des side-cars et des triporteurs, à savoir le bleu et le rouge. On peut aussi y découvrir, en comparant les dites publicités à la précédente en noir et blanc, que les ateliers JML ont gagné en importance puisqu’ils occupent désormais les locaux du 26, mais aussi ceux du 28 de la rue Chalopin à Lyon. (1) JML  : à ne pas confondre avec la marque parisienne de jouets ML de Martinan & Larnaude dont les bureaux se situaient 38-40 rue des Panoyaux, dans le 20 e arrondissement de la capitale, pas très loin du cimetière du Père-Lachaise, et des ateliers de la Manufacture de jouetsC.R. 32 - Motos - Jouets de collection nº 17 Le siècle de la lumière pour la jeunesse Si les autos disposaient de phares électriques, alors pourquoi les motocyclettes n’en auraient-elles pas disposé elles aussi ? Avec les side-cars français Righetti & Pinard, les motos de fabrication allemande T & Co (TippCo) furent les premières à bénéficier d’un équipement comprenant un phare accompagné de son ampoule à éclairage réel alimenté par une pile. Lorsque la marque française JML fit l’acquisition auprès de TippCo des matrices nécessaires à la fabrication des motos 0158 (solo, side-cars et triporteurs), elle avait prévu de poursuivre l’idée entreprise par la firme allemande en estampillant la tôle de façon à disposer l’installation électrique nécessaire à l’alimentation d’un phare. Cette bonne nouvelle fut même annoncée via les catalogues des grands magasins parisiens en décembre 1938. Hélas, cet effet d’annonce resta sans suite. Un choix considérable et surprenant La fabrique JML doit son sigle aux premières lettres de sa raison sociale qui est Jouet Mécanique Lyon, une manufacture créée par un nommé M. Magnin et implantée tout d’abord au 26 de la rue Chalopin, dans la capitale rhodanienne, avant que les ateliers ne s’agrandissent et prennent pied sur l’emplacement du n°28. Le logotype qu’utilise cette manufacture est composé de l’écu au lion emprunté aux armoiries de la 2 e ville de France sur lequel ont été ajouté les trois lettres JML. Cette marque produira, entre 1935 et 1958, un total dépassant la vingtaine de versions et de variantes de motos que nous allons découvrir ensemble dans les lignes qui suivent. Avant de fer- mer définitivement ses ateliers, JML (1) produira un scooter style Vespa dénommé Bambino (voir l’encadré relatif à cette ultime production). Voici les différentes versions des motos JML  : motos mesurant 16,5 cm  : monocylindre référencée 152 et bicylindre à référence non apparente motos mesurant 20,5 cm  : bicylindre solo et sidecars à référence non apparente motos mesurant 30 cm  : bicylindre solo, side-cars et triporteurs, référence 0158 apparente et non apparente. Le terme « référence non apparente » est utilisé lorsqu’aucune référence est imprimée sur la moto et par opposition aux références apparaissant sur les motos sous forme d’une plaque d’immatriculation fixée sur le garde-boue avant, un type de disposition qui était autrefois légale sur les réelles motos. A l’exception de la bicylindre solo à référence non apparente qui n’a été produite qu’en dominante de couleur bleu, toutes ces différentes motos solo, sidecars et triporteurs ont été produites en deux séries parallèles avec pour différence la couleur dominante qui est soit bleu soit rouge, agrémentée d’un parement pour l’accessoirisation mineure dans le ton opposé, c’est-à-dire bleu pour la dominante rouge et rouge pour la dominante bleu. L’outillage utilisé pour la fabrication de ces diverses motos JML provient de chez le fabricant germanique TippCo(2). La preuve nous est fournie par la présence dans l’ouvrage « Bing Bing Click Clak Tric Trac Brum Brum » de Fabio Baudino & Peter Höchli, édité par la Galerie Gottardo, à Lugano (Suisse), également par la présence sur la couverture du livre « Antique
Motorcycle Toys » de Rich Bertoia (Ed. A Schiffer, USA) de motocyclettes solo T & Co portant l’immatriculation T-694, ainsi que dans « Motos jouets » de Frédéric Marchand (Ed. L’Automobiliste, France) d’un side-car dont la moto porte également la marque TippCo et le numéro T-694 qui sont - si l’on excepte la décoration - en tous points semblables à ceux de la JML portant l’immatriculation 0158. Cette filiation pourrait être également valable pour des motos concurrentes fabriquées ailleurs qu’en France ou en Allemagne et dont les marques connues sont Alemanni, Lima et Ingap en Italie ; RSA et Rico (c’est la même marque), en Espagne ; ainsi que Mettoy, une marque déposée en Grande-Bretagne par le propre propriétaire de TippCo comme je l’ai déjà écrit. Toutes les motos JML sont obtenues selon une technique bien connue. Il s’agit d’imprimer à plat les feuilles de métal de l’intégralité des deux côtés d’une moto ; puis, séparément, toujours à plat, les feuilles de métal servant à la réalisation des bras et du guidon comprenant un support d’instrumentation ou non constituant un seul élément. Enfin, les divers accessoires venant se greffer aux motos, aux side-car et aux caisses des triporteurs, à l’exception des carters des moteurs servant à la propulsion qui étaient en métal brut, électro-zingués ou peints, ainsi que des châssis des side-cars qui étaient peints. Ces divers éléments étant imprimés avec la finition requise – à quelques exceptions près -, ils étaient ensuite mis en forme et estampillés avant d’être agrafés entre eux. Les ensembles monobloc composés des bras des motocycliste-guidon et des éventuels supports d’instrumentation sont fixés sur le réservoir pour ce qui concerne les plus grandes motos (longueur 30 cm, réf. 0158) et sur les sommets des fourches pour ce qui concerne les motos de dimensions inférieures. Ces éléments ne sont pas toujours correctement finis au niveau de la décoration puisqu’ils doivent se contenter quelquefois d’un simple apport de deux couleurs en à-plat sans qu’aucun détail (les gants des motocyclistes, par exemple) n’ait été imprimé pardessus. On trouve encore ce manque de finition sur les roues avant des triporteurs marchand de glaces qui ne sont plus rayonnées mais constituées d’une simple présence de couleur jaune en à-plat pour composer la jante et d’une autre couleur en rouge (voire gris foncé) toujours en à-plat, pour composer le pneu. Peu puissants, les divers moteurs mécaniques destinés à la propulsion de ces petites motos disposent soit d’un carré dans lequel doit être introduite une clé au moment de la mise en tension du ressort, soit d’une clé fixe dite « permanente ». La marque JML A droite  : Voici la moto monocylindre solo à dominante de couleur bleue réf. 152 (n°1 du tableau). Le motocycliste ne porte pas de lunettes et la moto est dépourvue de phare et de porte-bagages. L’échappement est à double sortie. Des rondelles sont déposées sur l’axe de la roue avant. (composée d’un logotype différent selon le type de la moto défini par sa longueur) est logée en lieu et place où habituellement les véritables motos reçoivent leur marque ou logotype, c’est-à-dire de chaque côté du réservoir d’essence. Les petites motos de 16,5 cm Rétro  : la monocylindre solo référence 152 Portant l’immatriculation-référence 152 sur une plaque disposée sur le sommet du garde-boue avant, cette moto solo (16,5 cm) à fourche à parallélogramme (3) est, en théorie, propulsée par un monocylindre, du moins si l’on s’en réfère à sa décoration. Dans la réalité, il s’agit d’un moteur mécanique des plus asthmatiques, comme nous l’avons déjà indiqué, fixé sur le côté arrière gauche, qui tente de la déplacer en agissant sur la roue arrière. Comme toutes les motos solo de marque JML, celle-ci repose sur deux grandes roues A gauhe  : La même moto solo réf. 152 à quelques détails près  : veste, casque, ceinture… Aucune rondelle n’est déposée sur l’axe de la roue avant. (2) Ce fabricant opta successivement pour les sigles T & Co, puis TCo. Cette marque fut créée par une… demoiselle. Et pourquoi pas ? Répondant au nom de Tipp, celle-ci fonda la dite fabrique en 1912 à Nüremberg. Sept ans plus tard, elle revendit son entreprise à un certain Philippe Ullmann. Ce dernier fonda en Grande-Bretagne, durant la 2 e Guerre mondiale, la marque de jouets Mettoy. Pas étonnant que les motos Mettoy ressemblent étroitement aux motos TippCo ! Philippe Ullmannreprit possession de son usine en Allemagne après la guerre. A dater de 1971, il ne fut plus produit de jouets chez TippCo. (3) Les motocyclettes des années 1920-1930 étaient « agrémentées » (si l’on peut dire…) d’une unique suspension qui était la fourche à parallélogramme à l’avant. Les roues arrière n’étaient pas suspendues. Quand on parlait confort au sujet de ces engins, il fallait obligatoirement relativiser… Jouets de collection nº 17 - Motos - 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 1Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 2-3Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 4-5Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 6-7Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 8-9Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 10-11Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 12-13Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 14-15Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 16-17Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 18-19Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 20-21Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 22-23Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 24-25Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 26-27Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 28-29Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 30-31Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 32-33Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 34-35Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 36-37Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 38-39Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 40-41Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 42-43Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 44-45Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 46-47Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 48-49Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 50-51Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 52-53Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 54-55Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 56-57Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 58-59Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 60-61Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 62-63Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 64-65Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 66-67Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 68