Jouets de Collection n°17 aoû à nov 2007
Jouets de Collection n°17 aoû à nov 2007
  • Prix facial : 9,50 €

  • Parution : n°17 de aoû à nov 2007

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (230 x 290) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 32 Mo

  • Dans ce numéro : le « Coupe-Vent » du PLM.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
Automobiles et camions Le « London Motor Bus » textes & illustrations  : Clive Lamming Né Français, notre collaborateur Clive Lamming est fils d’une Française, alors interprète de De Gaulle à Londres pendant la Seconde Guerre mondiale, et d’un Anglais, ce qui lui vaut de passer une partie de son enfance sur les plateformes des autobus londoniens et aussi parisiens, en attendant qu’une vie passée entièrement en France l’emporte définitivement. Il nous conte ici l’histoire de ces bus, tellement reproduits dans le monde du jouet. Un exemple caractéristique de la période des débuts, ici avec un autobus Arrol-Johnston, de construction artisanale écossaise, acheté vers 1907 par l’exploitant Great EstearnLondon. C’est l’époque des adaptations artisanales, et tout le Royaume-Uni s’y met, tellement la demande est forte ! Le chauffeur pose fièrement, et le contrôleur semble moins convaincu. 20 - Automobiles et camions - Jouets de collection nº 17 Avec un poids de plus de dix tonnes et une longueur de plus de huit mètres par monstre, l’autobus londonien est collectionné par des amateurs de véhicules réels dans le monde entier, tant pour son charme certain que pour sa présence très voyante et envahissante. Ces qualités lui valent, dans les pires cas, une seconde carrière comme véhicule publicitaire ou baraque à frites quand les normes du pays où il émigre veulent bien l’accepter et le laisser aller se coincer sous les ponts enjambant les routes. Il était donc inévitable que, dans le domaine du jouet, ce véhicule soit amplement reproduit, à toutes les échelles et dans tous les matériaux possibles, ceci par un nombre élevé de fabricants et pas seulement au Royaume-Uni. Les débuts de l’autobus londonien à impériale. L’idée de l’omnibus à impériale 1, à l’époque des voitures à traction hippomobile, n’est pas spécifique à la ville de Londres car, à la fin du XIX e siècle, l’ensemble des grandes capitales du monde occidental et nord-américain l’utilisent. Même Paris a ses omnibus à impériale sur de nombreuses 1 Les Britanniques disent « double decker », soit littéralement « à deux ponts » au sens maritime du terme ; la présence du chiffre deux a créé la traduction en Français sous la forme « à deux étages », ce qui est incorrect au sens où notre langue entend le mot « étage » qui ne serait valable que pour le niveau supérieur. « Bus à impériale » ou « bus à étage » ou « bus à deux niveaux » sont donc plus exacts, et c’est bien ce que dit la SNCF avec ses voitures « à deux niveaux », par exemple.
fait-il un beau jouet ? Un modèle Carette, de 1910. Long de 16 cm, ce petit modèle comporte bien une plateforme arrière avec escalier… mais menant à une galerie à bagages !!! lignes, tractés par trois robustes percherons qui laissent, sur la chaussée et jusque dans les quartiers chics, de bonnes quantités de crottin odorant que les concierges ramassent à la pelle pour conserver le « standing » (terme d’époque) des avenues bien fréquentées et, éventuellement, pour servir d’engrais aux géraniums de la loge. Par contre, lors du passage à la motorisation, la capitale anglaise seule sait conserver avec un rare bonheur cette forme de carrosserie qu’elle monte sur des châssis de type poids-lourd automobile de différentes provenances, alors que les autres capitales se tournent plutôt soit vers l’autobus à un seul niveau, soit vers le tramway électrique à impériale ou non. Vers 1910 les rues de Londres sont déjà envahies par une flotte d’omnibus à impériale motorisés par pose de leur caisse sur un châssis Dennis, Leyland, Daimler, Maudslay, Wolseley, etc. ou même montés sur des châssis français comme De Dion- Bouton ou Ariès. De grandes compagnies concurrentes se constituent ou se convertissent de la traction animale au moteur automobile  : la plus ancienne est la London General Omnibus C° qui est, curieusement, créée à Paris en 1855 avec des capitaux français, suivie d’autres compagnies comme Vanguard C°, Tilling C°, etc sans compter une bande de « pirates » (c’est exactement le terme anglais d’époque) exploitant, en outsiders mal contrôlés, des lignes plus ou moins clandestines et reconnues par les pouvoirs publics, ceci dans la tradition libérale anglaise 2. Les jouets représentant cette première période. Ils illustrent, avec assez d’exactitude, les autobus de cette première période dans la mesure où ces autobus londoniens ont, tout compte fait, la forme d’un omnibus à chevaux dont la caisse a été posée sur un châssis automobile, et les fabricants de jouets n’ont plus qu’à en faire autant… En outre la position du chauffeur, placé derrière le capot du moteur, assis à l’air libre sous un simple auvent 3, est familière pour ces fabricants de jouets ayant déjà reproduit des camions ou des automobiles de l’époque. Sur le marché de la collection on trouve des petits jouets Carette longs d’une quinzaine de centimètres reproduisant des autobus londoniens mais avec un naïf marquage « Union Jack » qui ne correspond 2 On pourrait se plaire à imaginer qu’un particulier ouvre aujourd’hui, avec ses propres bus et à ses frais, une ligne « pirate » dans Paris, sous le nez de la RATP  : mais, ne désespérons pas, car, avec la libéralisation à l’européenne, cela pourrait se produire, et l’on retrouvera les courses entre les omnibus à chevaux privés et concurrents qui ont eu lieu, jadis, dans Paris, pour arriver le premier aux arrêts et rafler la clientèle ! On gagnera en vitesse, sinon en sécurité… 3 …qui le protège de la pluie seulement à l’arrêt semble-t-il ! Curieuse conception technique… Jouets de collection nº 17 - Automobiles et camions - 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 1Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 2-3Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 4-5Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 6-7Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 8-9Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 10-11Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 12-13Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 14-15Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 16-17Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 18-19Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 20-21Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 22-23Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 24-25Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 26-27Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 28-29Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 30-31Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 32-33Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 34-35Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 36-37Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 38-39Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 40-41Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 42-43Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 44-45Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 46-47Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 48-49Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 50-51Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 52-53Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 54-55Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 56-57Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 58-59Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 60-61Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 62-63Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 64-65Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 66-67Jouets de Collection numéro 17 aoû à nov 2007 Page 68