Jouets de Collection n°15 avr/mai 2007
Jouets de Collection n°15 avr/mai 2007
  • Prix facial : 9,50 €

  • Parution : n°15 de avr/mai 2007

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (230 x 290) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 49,7 Mo

  • Dans ce numéro : les trains Edobaud... massifs et exotiques.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Ci-dessous  : Le monde d’Edobaud à travers un cliché célèbre du livre « Cent ans de trainsjouets en France » qui, à l’époque, a beaucoup contribué à la redécouverte de la marque, d’après les antiquaires spécialisés de l’époque. La voie à deux files de rails est au premier plan. 10 - Trains et accessoires - Jouets de collection nº15 A gauche et ci-dessous  : Le très rare autorail « Renault » produit par Edobaud  : une simple voiture motorisée. La grande firme nationale faisait quand même mieux avec ses magnifi ques types VH et ABJ réels, à l’époque…
considérables, des bogies réellement suspendus et au roulement excellent, et le recours à l’acier, au bronze, au laiton et au bois. En tête de ces lourdes rames, ce sont des locomotives de type électrique exclusivement, du type 2B2 ou 2C2. Très paradoxalement, elles se veulent de type suisse, présentées comme reproduisant les locotracteurs de la ligne du Simplon. On trouve aussi, comme matériel moteur, deux automotrices électriques, l’une qui n’est qu’une voiture à voyageurs motorisée portant l’inscription « Renault » en hommage à ce constructeur automobile et véritable champion de l’autorail dans les années 1930, et l’autre qui ressemble à une camionnette ou un « pickup » avec un plateau à ridelles. De nombreux signaux de type mécanique français, un passage à niveau en zamac, un viaduc et un château d’eau monumental complètent le tout. La fabrication est, ici encore, lourde, soignée. La qualité des trains et accessoires Edobaud est réelle, et leur indestructibilité est telle qu’ils parviennent en général complets, et en état très acceptable jusqu’à nous. Une locomotive curieuse. Lorsque Edobaud lance son programme de trains à voie normale en écartement « O », la firme de dimensions modestes évite le piège de la locomotive type vapeur qui demande beaucoup de pièces rapportées, le cintrage d’une chaudière, la découpe d’une cabine, et, en plus, la fabrication d’un deuxième véhicule, le tender. C’est dommage, car, sans nul doute, le style général et la conception très mécanicienne choisis par Edobaud auraient donné une locomotive à vapeur sans doute très présente, tout à fait remarquable et réaliste, et de haute qualité. Dans la mesure où la locomotive type électrique est plus simple, comportant une caisse à formes plus planes, et comme, durant les années 1920, la traction électrique est en train de faire sa percée « médiatique » avec les grandes électrifications suisses, allemandes, ou françaises, Edobaud choisit de réaliser une locomotive qu’il présente comme suisse, et plus précisément du type engagé sur le Simplon 4. A droite  : La vraie locomotive essayée sur la voie du tunnel du Simplon, et qui a sans doute inspiré Edobaud. 4 - C’est dommage qu’Edobaud ne soit pas allé chercher son inspiration du coté des locomotives électriques françaises de l’époque, comme celles du Midi. Il faut chercher cette raison du coté de liens familiaux et professionnels avec la Suisse, un pays dans lequel E. Baud voyage fréquemment à l’époque. Alors  : Simplon, ou pas ? Présentée comme telle au catalogue sous la forme 2C2 puis 2B2, cette locomotive est-elle vraiment une machine de la ligne du Simplon ? On pourrait en douter, quand on connaît les locomotives suisses engagées sur la ligne. Ouvert en 1906, le tunnel suisse du Simplon a posé, pendant les travaux, la question de choisir le mode de traction. Il est certain que la longueur de l’ouvrage bannit la vapeur, mais la traction électrique n’est pas encore vraiment au point, notamment pour le déplacement de trains lourds, et en toute sécurité. Les premiers essais en courant monophasé, la solution que choisiront l’ensemble des réseaux d’Europe centrale sous une fréquence spéciale, n’ont pas encore tenu leurs promesses, et l’entreprise Brown-Boveri propose d’établir, à ses frais, une électrification en courant triphasé 3.000 V et 15 Hz, une solution qui fait, à l’époque, ses preuves en Italie. En 1906 la ligne est prête et deux locomotives, à disposition d’essieux 1C1, construites par le hongrois Ganz, destinées en principe à la ligne italienne de la Valteline, sont engagées à titre provisoire. En 1908, à la réception définitive de la ligne, quatre locomotives du type 1C1 circulent, tandis que des locomotives pour manœuvres, dites « tracteurs » et du type D, complètent le parc. Toutes sont à transmission par bielles. Elles comportent des capots d’extrémité, mais sans être des « boîte à sel », car ces capots sont petits, à la manière suisse ou allemande. Ce sont, peut-on penser, ces locomotives qui inspirent Edobaud – bien que la ressemblance entre le jouet et le modèle réel soit assez vague, notamment avec une disposition d’essieux de type 2C2 ou 2B2, donc avec des bogies porteurs au lieu des bissels des locomotives du Simplon. Chose encore plus surprenante  : les locomotives réelles datent de 1907-1908, et le modèle Edobaud de 1931 ! Un tel délai de pas moins de vingt-trois années dénote un sens de la réflexion préalable assez développé chez Baud… Un examen de l’ensemble des locomotives qui ont circulé sur la ligne du Simplon entre 1907 et les premières années 1930 ne montre l’existence d’aucune autre locomotive, de type 2B2 ou 2C2, à bielles, à cabine centrale et capots, et qui aurait pu inspirer Edobaud. Il faut donc bien croire qu’Edobaud a bien voulu reproduire les locomotives des débuts et de type 1C1. Jouets de collection nº15 - Trains et accessoires - 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 1Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 2-3Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 4-5Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 6-7Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 8-9Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 10-11Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 12-13Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 14-15Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 16-17Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 18-19Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 20-21Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 22-23Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 24-25Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 26-27Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 28-29Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 30-31Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 32-33Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 34-35Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 36-37Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 38-39Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 40-41Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 42-43Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 44-45Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 46-47Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 48-49Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 50-51Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 52-53Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 54-55Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 56-57Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 58-59Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 60-61Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 62-63Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 64-65Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 66-67Jouets de Collection numéro 15 avr/mai 2007 Page 68