Jouets de Collection n°12 oct/nov 2006
Jouets de Collection n°12 oct/nov 2006
  • Prix facial : 9,50 €

  • Parution : n°12 de oct/nov 2006

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (230 x 290) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 36,4 Mo

  • Dans ce numéro : les motos Arnold... innovation et animation sur deux roues.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
Automobiles et camions Vol au-dessus d’un nid d’hirondelles Six cas de Simca sympas textes & illustrations  : Mick Duprat L’hirondelle est l’oiseau annonciateur du printemps. Il est aussi l’emblème de la marque d’automobiles Simca, aujourd’hui disparue, emblème qui possédait pour critère essentiel la mise en exergue de l’appétit d’oiseau de ses modèles. L’appétit des collectionneurs n’étant jamais rassasié, je me suis permis de dresser le couvert et j’ai mis les six grands plats que voici dans les petits, avec pour garniture un bouquet de Dinky. Ci-dessus  : La Simca 5 de R.C.P. dispose d’un toit ouvrant en tôle coulissant. Lorsque celui-ci est en position ouverte, il permet l’observation d’un couple assis sur les deux sièges de la petite Simca. Sur cet exemplaire, les roues sont maintenues à force sur leur axe respectif à l’aide de fixations en aluminium bien peu esthétiques. (1) Il est difficile de comprendre pourquoi les Italiens comparaient leur Fiat à la souris Mickey Mouse et dans le même temps lui attribuaient le nom de « Topolino », alors que la topolino est une taupe aveugle qui évolue sous le sol et non sur le sol. Ce qui est certain, c’est que la Simca 5 ne fut jamais appelée « topolino ». On peut aussi se demander pourquoi fut attribué le N°5 à ce type de Simca, alors qu’il s’agit d’une 3 CV et que ce chiffre 5 est sans rapport aucun avec un numéro de classement dans l’ordre d’apparition de ce véhicule chez son constructeur. Voilà un article qui va faire plaisir à ma consoeur Caroline Pigozzi, grand reporter à « Paris Match », digne héritière du patrimoine Simca et collectionneuse devant l’Eternel des autos miniatures portant la marque créée par son père Henri-Théodore Pigozzi. J’espère qu’il siéra aussi à tous nos autres aimables lecteurs… Pour mieux saisir ce qui suit, il faut savoir que les automobiles de la marque italienne FIAT (abréviation de Fabrica Italiana Automobili Torino) furent régulièrement importées en France jusqu’en 1932, avant que la première Fiat ne soit intégralement produite en France. Ces nouvelles productions mi-italiennes mi-françaises portent alors le nom de SIMCA (Société Industrielle de Mécanique et Carrosserie Automobile) licence Fiat, dénominations qui s’accompagnent de la formule « Usines Simca – Nanterre-Paris ». Après le type 508 dite « 6 CV Fiat française », SIMCA poursuivit la fabrication d’une toute petite auto nouvellement apparue chez Fiat en Italie et qui porte le nom de Fiat « Topolino » (1) du côté oriental des Alpes et Simca 5 sur notre territoire. Cette nouveauté à deux places seulement allait devenir la plus petite de toutes les Simca. La première des six cas de Simca sympas dont il est question ici représente, en réduction, cette Simca 5. Une Simca 5 à toit coulissant Contrairement aux constructeurs d’automobiles Citroën, Renault et Peugeot, Simca ne posséda jamais de marque de jouets. Il n’a, par conséquent, jamais existé de marque Jouets Simca. Pour palier à cette carence, ce sont divers fabricants de jouets qui se chargèrent de concevoir et de réaliser des automobiles miniatures représentant des Simca. Parmi eux, Dinky Toys, qui reproduira, elle aussi, les six Simca d’origines différentes dont il est question dans ces lignes. En métal injecté et mesurant seulement 60 mm, la Simca 5 est intéressante a plus d’un titre puisqu’elle fut la première Simca 26 - Automobiles et camions - Jouets de collection nº 12
reproduite en miniature et la première – avec la 402 Peugeot – a être produite dans les ateliers Dinky Toys France juste avant la 2e Guerre mondiale. Quelques saisons plus tard, apparaît une hirondelle Simca venant faire le printemps dans le monde de l’enfance. Il s’agit d’une Simca 5 concurrente qui s’expose sur les étals des bazars et autres vendeurs plus ou moins spécialisés de jouets. Elle porte la marque R.C.P. La Simca 5 de R.C.P. (135 mm) se présente sous la forme d’une coque emboutie d’une seule pièce comprenant la structure, les ailes, le capot moteur, le panneau arrière et les portes, ensemble sur lequel est rapporté un toit ouvrant coulissant également en tôle. Son intérêt principal réside dans le fait que lorsqu’on fait coulisser ce dernier vers l’arrière, apparaissent deux figurines en terre cuite assises à l’intérieur et que lorsqu’on lui redonne sa place initiale, on découvre que la petite R.C.P. est dépourvue d’une lunette arrière. S’il a bien existé sur des autos de marques autres, ce toit coulissant en tôle ne fut toutefois pas utilisé sur la Simca 5 modèle, puisque c’est un toit en toile et donc enroulable qui était utilisé sur les versions découvrables de la série de luxe. Cette différence ne porte pas, de toute façon, préjudice à cette charmante réalisation. Après tout, la Simca 5 de R.C.P. Ci-contre  : Il n’existe pas de lunette à l’arrière de la Simca 5 R.C.P. Peut-être pour éviter l’effet « guillotine » sur les doigts des enfants. n’était-elle pas d’abord un jouet qui n’avait pour prétention que d’amuser son propriétaire et ses petits amis ? La coque de cette Simca 5 est rapportée sur une plate-forme métallique comprenant à l’arrière un train propulseur animé par un modeste moteur mécanique – aussi modeste que celui de son modèle - et, à l’avant, un train directionnel. Les roues sont en tôle et sont chaussées de pneumatiques en caoutchouc noir. Celles-ci sont maintenues sur leurs axes respectifs soit à l’aide de pastille en plomb-étain, soit à l’aide de fixations en aluminium dont l’esthétique, pour ce qui concerne ces dernières, est quelque peu discutable. Si cette reproduction est connue, en revanche, sa marque l’est beaucoup moins. Voici ce que l’on en sait  : le sigle R.C.P. provient de Richard & Compagnie, Paris, ville dans laquelle Richard entama une seconde carrière. En effet, la marque Richard & Co avait été créé initialement à Nuremberg en 1928 avant de disparaître du territoire allemand au moment de la montée du nazisme au milieu des années trente. Cette marque réapparut donc en France après la fin de la Seconde guerre mondiale. Elle fut déposée à Paris, le 11 avril 1947, par Albert Richard, avec pour siège social le 17 boulevard Richard-Lenoir, à Paris. Toutefois, par la suite, l’adresse commerciale sera située au 20 rue Sedaine, à Paris 11e. Le premier logotype, celui utilisé en Allemagne, se composait d’un clown jongleur disposé dans un cerceau, tenant dans sa main droite les lettres RI, dans la main gauche les lettres C° et entre les jambes la lettre N. Le lecteur aura compris qu’il s’agit des deux premières lettres de Richard, de C° pour compagnie et de N pour Nuremberg. Lorsque la marque Richard s’installa en France, elle modifia légèrement ce logotype. Le clown jongleur subsista présent dans un cerceau, toutefois les lettres RI furent remplacées par la lettre R, l’abréviation C° par un simple C et la lettre N entre les jambes par la lettre P pour Paris. Petit détail  : Ci-contre et ci-dessous  : Ces deux exemplaires de Simca 5 R.C.P. disposent de fi xations de roues en alliage de plomb-étain coulés plus esthétiques que les fixations à force en aluminium. L’exécution de la découpe de l’orifice du passage de la clé n’est pas toujours d’une grande précision, comme on peut le voir, de même que l’application de la peinture qui laisse quelquefois à désirer (voir la Simca rouge). Jouets de collection nº 12 - Automobiles et camions - 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 1Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 2-3Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 4-5Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 6-7Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 8-9Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 10-11Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 12-13Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 14-15Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 16-17Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 18-19Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 20-21Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 22-23Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 24-25Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 26-27Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 28-29Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 30-31Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 32-33Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 34-35Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 36-37Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 38-39Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 40-41Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 42-43Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 44-45Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 46-47Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 48-49Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 50-51Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 52-53Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 54-55Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 56-57Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 58-59Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 60-61Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 62-63Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 64-65Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 66-67Jouets de Collection numéro 12 oct/nov 2006 Page 68