IT-expert n°95 jan/fév 2012
IT-expert n°95 jan/fév 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°95 de jan/fév 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Press & Communication France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 38

  • Taille du fichier PDF : 6 Mo

  • Dans ce numéro : une dette technique ruineuse pour la DSI.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
Amazon illumine les bases NoSQL avec DynamoDB evil° Q 7INMZ2411 CYl1aIi1a `° d S..A -Fri WiEE.SDP., En quelques clics, le nouveau service cloud DynamoDB d’Amazon Web Services (AWS) permet au client de créer, dimensionner et maintenir des tables de base de données NoSQL. Le tout réalisé sur la plateforme AWS qui assure à l’utilisateur de bonnes performances avec mesure de celles-ci. Stockées sur des disques SSD, les données profitent aussi d’une réplication synchrone sur plusieurs datacenters AWS. Les systèmes de gestion de données NoSQL permettent de gérer les données non structurées en très gros volume. D’où l’importance des performances. Un service cloud peut s’avérer très intéressant pour une utilisation momentanée, ou encore pour lancer une grosse opération sur quelques heures ou quelques jours. Et Amazon confirme l’intérêt de cette tendance, comme pour Big Table (analyse de données en volume). En effet, l’éditeur associe logiquement sa nouvelle offre à Amazon S3 (stockage cloud), mais aussi cette offre à son service cloud Amazon EMR (Elastic MapReduce, ou Big Data). Expert aussi en marketing et en tarification, Amazon annonce que DynamoDB est vendu 1 dollar le gigaoctet par mois. Séduisant avec un stockage SSD ! n.r. S4 HiT Y RHEV 3.0, la plateforme de virtualisation griffée RedHat Dans la guerre de la virtualisation, Red Hat sort sa nouvelle arme : Red Hat Enterprise Virtualization 3.0 (RHEV 3.0). Présentée comme une alternative ouverte et abordable aux logiciels VMware, RHEV 3.0 s’appuie sur le modèle open source, sous l’égide d’un éditeur bénéficiant d’une « indéniable rentabilité financière ». Suite au rachat de Qumranet en septembre 2008, Red Hat a intégré sa technologie KVM à RHEV un an plus tard. Basée sur Red Hat Enterprise Linux 6.2, cette nouvelle version profite de plus de 1000 évolutions en performances, en montée en charge, mais aussi sur l’offre Desktop de virtualisation des postes de travail (ou VDI). La console de supervision a été réécrite en Java/JBoss et fonctionne désormais aussi sous RHEL, en plus de Windows. Des modules d’administration Web et en ligne de commande complètent le dispositif, de même qu’une API RESTful (architecture applicative pour systèmes distribués). Enfin, une nouvelle marketplace RHEV (http://marketplace.redhat.com/rhev/) permet d’afficher et de dynamiser les offres de l’écosystème autour de cette plateforme de virtualisation. n Oracle colmate 78 failles dans ses produits Entre le 17 et le 19 janvier 2012, Oracle a publié un ensemble de patchs corrigeant 78 vulnérabilités dans une grande variété de ses logiciels. Ce CPU (Critical Patch Update) concerne aussi bien les bases de données que le middleware ou les applications maison. Oracle reconnait que certaines de ses failles sont exploitables à distance sans authentification. ti 27 de ces correctifs viennent colmater des brèches de la base de données MySQL, très utilisée par les entreprises à travers le monde. 2 patchs corrigent des failles de Oracle Database, tandis que 11 d’entre eux concernent Fusion Middleware. La suite ERP E-Business profitera de six correctifs, de même que, Peoplesoft, contre 8 pour JD Edwards. Les produits Sun ne sont pas oubliés, avec 17 patchs pour GlassFish Enterprise Server ou le système d'exploitation Solaris. Mais rien pour Java, dont la dernière mouture date seulement de décembre dernier. Les entreprises sont fortement invitées à réaliser ces mises à jour. n Plus d’information ici : http://www.oracle.com/technetwork/topics/security/cpujan2012-366304.html 28 IT-expert n°95 - janvier/février 2012
Actualités internationales Une appliance Big Data Hadoopée par Oracle Oracle Big Distal,appllance Ibr1 InItgrBLNJ $97QaIa- F'a11vvri ï7 ! ENE ! fl 1== FC - ^`rJn - Zd-9r{m - Linares* P'stti P-a-tur p i Loyr+a`3 + 0.59.1.444. G3M4ti +'O4i1 P YYw.I1 J Disponible depuis quelques semaines, l'appliance Big Data d'Oracle associe la plate-forme serveur de Sun, le framework Hadoop Cloudera, une nouvelle base de données NoSQL et le langage d'analyse statistique R. On aurait pu penser qu’Oracle développerait sa propre pile Hadoop. Cependant, le time-to-market s’avère primordial pour prendre pied dans un nouveau marché. En outre, Cloudera est déjà présent dans de nombreuses grandes entreprises. Conçue pour travailler de concert avec Database 11g et les serveurs Exadata maison, l’appliance Big Data recourt à Exalytics, pour les traitements d'analyse décisionnelle. Les nouveaux Big Data Connectors permettent de puiser les données de l’entreprise. Objectif : déployer rapidement des environnements d’analyse Hadoop (Big Data) intégrant logiciel, matériel et intégration tout-en-un. La partie logicielle est orchestrée par Cloudera Manager, en combinaison avec les ressources matérielles. L’appliance repose sur un ensemble de 18 serveurs Oracle Sun en rack sous Linux totalisant jusqu’à 216 coeurs CPU, 864 Go de mémoire, un stockage maximal de 648 To, une connexion Infiniband à 40 Gb/s entre noeuds et une liaison externe en Ethernet 10 Gb/s. D’autres constructeurs ont déjà annoncé la disponibilité d’une appliance Big Data, comme Dell et NetAppavec la pile Hadoop de Cloudera, tandis qu’EMC a adapté sa solution Greenplum en intégrant la pile Hadoop de MapR. Il faut tout de même aligner environ 450 000 dollars pour commencer, hors connecteurs. n IBM se paie Green Hat, spécialiste des tests applicatifs GREENHAT ALL IBM-company Green Hat édite une plateforme virtuelle de tests, spécialisée dans les environnements SOA (Service Oriented Architecture) et le déploiement d’applications cloud. Avec cette solution, les développeurs testent leurs applications sans avoir à configurer physiquement des environnements de tests. Économie en temps et en argent à la clé, sans oublier une meilleure productivité, de qualité. Les produits et équipes de Green Hat seront intégrés à la division Rational d'IBM, proposant déjà des logiciels de tests. Green Hat apportera ses connaissances des environnements Netweaver de SAP, Fusion Middleware d'Oracle ou encore des services Rest ou les nombreuses API qui s’appuient sur ces architectures. Créée en 1996, Green Hat occupe aujourd’hui une place intéressante sur le marché auprès d’entreprises comme T-Mobile, BP ou de nombreuses banques britanniques. n devèIopment h s is. i 1i !.. L em.I i C4 i 185 Ç Frrrrvrk nlfl [gf ISTE CIOÛ 1,Tiar2ge TrPinarripnto Uesg r itv _f IT-expert n°95 - janvier/février 2012 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :