IT-expert n°95 jan/fév 2012
IT-expert n°95 jan/fév 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°95 de jan/fév 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Press & Communication France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 38

  • Taille du fichier PDF : 6 Mo

  • Dans ce numéro : une dette technique ruineuse pour la DSI.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Certes, toutes les applications ne sont pas critiques. Néanmoins, elles contribuent généralement toutes à des processus dont plusieurs aspects sont stratégiques pour l’entreprise. C’est pourquoi le volet sécurité se révèle primordial. Les applications Cobol tant décriées – voire moquées, restent cependant les plus sécurisées, et de loin. Un résultat rassurant, car nombre d’applications majeures et fortement transactionnelles sont écrites dans ce langage, dont les experts se font de plus en plus rares. Et l’étude précise justement que les applications financières et des assureurs sont les mieux notées sur l’aspect sécurité. Un constat logique, puisque la plupart de ces programmes est exécutée dans des environnements mainframe, plus fermés et hautement sécurisés. Les auteurs précisent que ces applications, souvent les plus anciennes, bénéficient pleinement d’un historique en sécurité qui les a aussi rendus plus fiables. Les applications développées en.Net ou Visual Basic enregistrent les plus faibles scores. Longtemps réservés à des applications moins stratégiques, ces technologies (et surtout.Net) gèrent aujourd’hui des applications critiques. Espérons que les responsables de ces projets se montreront plus vigilants sur tous ces aspects. Une tendance qui doit certainement se dégager aujourd’hui face aux obligations de conformité réglementaire, et qui explique certainement qu’une partie de ces applications obtiennent un score plus élevé. X x Security Scoreo. N W,. Ô Ô Ô Ô Energy & Utilities Ç wi :.-< Financial Services. co O fD N Insurance LT s< 1 = Q IT Consult.. Ç to,. Ġ Manufacturing Governement M Retail Technology Telecom.. Ell (/) cQ 3 CD = r+ ; uaurgas dmnpuI Autre constat intéressant, si l’on examine la sécurité des applications par secteur d’activité, les services financiers et la grande distribution arrivent en tête, tandis que le consulting informatique arrive bon dernier ! L’étude explique cela par le fait que les prestataires informatiques, hébergeur ou outsourcers, ont hérité d’applications dont d’autres entreprises leur ont confié la maintenance et l’évolution. Or, ces dernières ont souvent été développées sans réelle stratégie et de sécurité et à une époque où les bonnes pratiques en la matière restaient encore confidentielles. Bref : ils ont accepté de prendre en charge la patate chaude… 16 IT-expert n°95 - janvier/février 2012
Technique Java EE à la traîne derrière.Net, C++ et Cobol Performance Scores by Technology Low 4.0 Risk i T I 2.0 High Risk 1.5.NET C C++ COBOL Java EE Oracle Oracle Visual Forms ERP Basic Technology Pour analyser la performance évoquée ici, les ingénieurs de CAST n’ont pas réalisé des mesures sur les applications en production, mais recherché les violations ou manquements en termes d’architecture applicative ou de bonnes pratiques d’écriture de code. Autant d’aspects qui impactent forcément les performances lors de l’exécution (appels ou boucles « lourdes » vers des bases de données, par exemple). Sur le plan des performances, des langages structurés et exigeants comme C++ ou.Net obtiennent logiquement les meilleurs résultats. Et malgré des applications souvent anciennes, le langage Cobol se classe très honorablement. Applications critiques obligent… On a très longtemps reproché à Java d’être lent et moins efficace. Au grand dam des développeurs qui y trouvent une simplicité de programmation, et qui obtiennent donc souvent une meilleure productivité. Autant d’aspects qui ont contribué à son succès. Toutefois, le langage Java a fortement évolué et peut aujourd’hui obtenir d’excellentes performances. Les résultats de l’étude montrent pourtant que les applications Java-EE se révèlent bien peu performantes comparées aux autres technologies. Et pour cause ! Comme l’expliquent les auteurs, les programmeurs choisissent souvent la facilité et recourent à de nombreux frameworks facilitant un développement rapide et moins complexe. Certes, la complexité est marquée par ces frameworks (type Hibernate ou Struts), mais au prix d’un effondrement des performances d’autant plus flagrant lorsque le nombre d’utilisateurs ou de transactions explose. L’orientation objet et la modularité favorisent la qualité Le CRASH Report vient contredire l’idée reçue selon laquelle la qualité applicative se dégrade lorsque l’application devient plus imposante. En effet, le Total Quality Index (intégrant les 5 caractéristiques citées plus haut) n’est pas significativement impacté selon la taille des applications. En revanche, un zoom sur les applications Cobol a révélé une influence clairement négative de la taille des applications Cobol sur leur qualité. 1 Une explication historique peut expliquer ce résultat. Le langage Cobol est né à une époque durant laquelle on se préoccupait peu de la modularité dans le développement. Résultat : des applications avec très peu de composants, imposants et complexes. IT-expert n°95 - janvier/février 2012 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :