Intelligence Magazine n°8 jun/jui/aoû 2016
Intelligence Magazine n°8 jun/jui/aoû 2016
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°8 de jun/jui/aoû 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 20,7 Mo

  • Dans ce numéro : conseils pour se mettre au jogging en été.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
48 INTELLIGENCE MAGAZINE DÉVELOPPEMENT FŒTUS & CERVEAU AVANT & APRÈS LA NAISSANCE Paroles d’experts Notre cerveau et nos capacités cognitives se construisent inutero, bien avant notre naissance. Analyses et témoignages des experts sur la question. > CATHERINE VIDAL NEUROBIOLOGISTE ET DIRECTRICE DE RECHERCHE À L’INSTITUT PASTEUR Le cerveau continue de se former après la naissance « Il faut comprendre que les processus de développement intrautérin du corps et du cerveau sont différents. A la naissance, le corps est bien plus achevé que le cerveau. C’est-à-dire que l’on naît avec des petits poumons, un petit cœur et de petits muscles. Ensuite, notre corps va se contenter de grandir, mais il a été largement formé pendant la grossesse, ce qui n’est pas le cas du cerveau. Si nos cent milliards de neurones se fabriquent lors de la vie intra-utérine, les connexions entre eux ne sont établies qu’à 10%. Or, le cerveau ne fonctionne que si les neurones sont connectés entre eux. La majorité des milliards de connexions neuronales se construisent à partir du moment où l’enfant est en interaction avec son environnement. Par exemple, la vision du nouveau-né est extrêmement sommaire, et ce n’est qu’à l’âge de 5 ans que l’enfant aura une vision comparable à celle de l’adulte. Il faut donc cinq ans pour que les voies visuelles se construisent. Et cela nécessite que l’œil soit exposé à la lumière. Eh bien, c’est la même chose pour les fonctions cognitives : pour qu’elles se développent, les interactions sociales sont indispensables. Les enfants sauvages ont ainsi des handicaps mentaux majeurs et sont incapables de parler. L’inné et l’acquis sont indissociables dans la construction du cerveau. » > PROFESSEUR HANS SPEMANN EMBRYOLOGISTE ALLEMAND, PRIX NOBEL DE MÉDECINE EN 1935 100 milliards de neurones « La fabrication du cerveau, ce sont 100 milliards de neurones quo se forment et se connectent. Seize jours après la fécondation, le cerveau est déjà né. Au départ, c’est une forme floue faite de cellules indifférenciées. Quatorze jours après la conception, trois couches de cellules sont déjà formées. La couche supérieure, l’épiblaste, va devenir le système nerveux et la peau. La couche inférieure, l’hypoblaste, correspondra aux organes internes, comme les intestins. Entre les deux, le mésoderme apparaît, une couche à partir de laquelle se forment les os et les muscles. L’embryon s’organise aussi selon un axe « tête-queue », le long d’une ligne primitive : la notochorde. C’est une structure cellulaire flexible, en forme de tige. La notochorde fonctionne comme un chef d’orchestre, transmettant des ordres aux cellules. C’est autour de cet axe, avec une tête et une queue, que l’organisme se structure. Ce processus, la gastrulation, peut être considéré comme l’événement le plus important de la vie. S’il n’avait pas lieu, notre organisme serait comme celui d’un ver. »
> VALERIE AMARGER GÉNÉTICIENNE À L’INRA La nutrition maternelle est primordiale « La nutrition maternelle pendant la grossesse est primordiale pour le développement fœtal mais peut aussi conditionner la santé et les capacités de l’enfant sur le long terme. L’acide folique est largement recommandé en période péri-conceptuelle pour diminuer le risque de défaut de fermeture du tube neural et il est également indispensable à un bon neuro-développement. Cependant, les mécanismes sousjacents sont encore mal connus ainsi que les interactions possibles avec d’autres nutriments, comme certains acides aminés ou vitamines. C’est particulièrement le cas pour le système nerveux dont les différentes cellules sont formées à partir des mêmes cellules souches multipotentes qui ont la capacité de se différencier en neurones, astrocytes ou oligodendrocytes. Cette différenciation obéit à une régulation stricte qui est contrôlée entre autres par des mécanismes épigénétiques dont dépend l’expression spatio-temporelle des gènes. Le but de notre étude a été de définir l’effet de la teneur en composés donneurs de méthyls, les nutriments de la voie des folates, sur les cellules souches neurales de l’hippocampe et les conséquences à court terme sur les populations cellulaires constituant l’organe de la mémoire et des apprentissages. La nutrition maternelle, en affectant le programme de prolifération et différenciation cellulaire pourrait alors avoir des conséquences directes sur les capacités cognitives ou la mémoire des descendants et il s’avère alors intéressant de rechercher les manifestations comportementales induites par les régimes utilisés. » DÉVELOPPEMENT FŒTUS & CERVEAU > BERNARD DOUTRES PHARMACIEN ET AUTEUR DE UN CERVEAU AU TOP (ED. THIERRY SOUCCAR) La grossesse, une phase cruciale > EDWARD F. ROVER PRÉSIDENT DE THE DANA FOUNDATION Une œuvre inachevée « Le cerveau reste une œuvre inachevée tout au long de la vie. Son développement est le plus rapide avant la naissance, maintient un rythme effréné dans la petite enfance et se poursuit à un rythme soutenu à travers l’enfance et l’adolescence, mais il ne cesse jamais tout à fait. Pendant la troisième semaine de gestation, les gènes s’activent pour transformer certaines cellules souches de l’embryon (des cellules dites « ardoise vierge » pouvant potentiellement devenir toute sorte de tissu) en neurones et en cellules gliales. Guidées par des signaux chimiques dans le réseau anatomique du cerveau, ces cellules nouvellement formées se multiplient, migrent et se connectent les unes aux autres. Dès la septième semaine, les formes primitives du cortex, du cervelet et du tronc cérébral apparaissent. La naissance n’est que le début. Le cerveau grandit à un taux de croissance initial de 1% par jour, son volume augmentant de deux tiers au cours des trois premiers mois. Pour alimenter son développement, il requiert 43% de l’apport énergétique quotidien de l’organisme jusqu’à la puberté, ce qui explique, selon certains experts, pourquoi la croissance physique prend tellement de temps chez l’homme par rapport à d’autres espèces. De nouveaux neurones n’apparaissent pas puisque nous en avons en fait plus à la naissance qu’à l’âge adulte, mais ils grandissent et se connectent en formant des circuits spécialisés. Les centres sensoriels apparaissent tôt, tandis que l’hippocampe et l’amygdale, régions primitives importantes pour l’émotion et la mémoire, ne sont pas entièrement fonctionnels avant l’âge de 3 ans, ce qui explique pourquoi nous ne conservons pratiquement pas de souvenirs de la petite enfance. Le développement infantile dépend donc d’une interaction dynamique permanente entre le cerveau et le monde. » « La grossesse est une phase cruciale pour la construction du cerveau du fœtus et la préservation de l’intégrité des fonctions cérébrales de la mère. D’où l’importance de la nutrition pendant la grossesse. L’énergie amenée à notre cerveau est immense et l’oxygène utilisé pour cela est générateur de radicaux libres. Or nos neurones sont très sensibles à ces radicaux libres. En excès, ils altèrent notre capacité de réflexion, de réactivité et érode notre mémorisation ; les capacités cognitives se mettent en berne. Les vitamines C et E et les caroténoïdes des légumes et des fruits permettent de neutraliser les radicaux libres liés aux oxydations intenses dans notre cerveau. Les polyphénols contenus dans les plantes sont également de puissants antioxydants. L’EGCG du thé vert est très performant comme protecteur neuronal de la maman comme du bébé. Nous avons les neurones que nous méritons en fonction de ce que nous avalons. » n INTELLIGENCE MAGAZINE 49



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 1Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 2-3Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 4-5Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 6-7Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 8-9Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 10-11Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 12-13Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 14-15Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 16-17Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 18-19Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 20-21Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 22-23Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 24-25Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 26-27Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 28-29Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 30-31Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 32-33Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 34-35Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 36-37Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 38-39Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 40-41Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 42-43Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 44-45Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 46-47Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 48-49Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 50-51Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 52-53Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 54-55Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 56-57Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 58-59Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 60-61Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 62-63Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 64-65Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 66-67Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 68