Intelligence Magazine n°8 jun/jui/aoû 2016
Intelligence Magazine n°8 jun/jui/aoû 2016
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°8 de jun/jui/aoû 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 20,7 Mo

  • Dans ce numéro : conseils pour se mettre au jogging en été.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
DODÉCAPHONISME MUSIQUE SÉRIELLE Il s’agit d’une technique de composition qui se construit sur des séries d’éléments musicaux comme son nom l’indique. C’est Arnold Schönberg qui en est l’initiateur, après la première guerre mondiale, on parle alors de « dodécaphonisme ». D’autres musiciens et compositeurs se sont ensuite intéressés à cette innovation musicale.fréquemment de manifestations physiques comme le froid, le chaud, les larmes, la modification du rythme cardiaque, etc. Cet impact est d’ailleurs reconnu par d’autres artistes. Les écrivains travaillent souvent au son d’une musique, comme les scénaristes et certains lient totalement une œuvre au type de rythme musical présent lors de la gestation de leurs écrits. L’EXEMPLE D’EINSTEIN Albert Einstein a étudié très tôt le violon, mais il se passionna vraiment à 13 ans pour la musique en découvrant les sonates de Mozart. Sa musique lui semblait être la porte d’entrée pour approcher l’harmonie globale Albert Einstein avait également une passion pour la musique. 28 INTELLIGENCE MAGAZINE GÉNIES PORTRAITS du monde, et c’est au même moment qu’il s’intéressa à la vitesse de la lumière. Alors Mozart, inspirant ? Il semble bien que la musique ait véritablement nourri le jeune Einstein y compris dans le domaine le plus scientifique qui soit. Des théories existent qui mettent en avant que certains musiciens classiques, tels Mozart, Beethoven ou Schumannpar exemple, aident l’esprit à se lancer sur de nouvelles pistes, que l’on peut qualifier de bonds imaginaires, comme il y a des bonds technologiques. Les personnalités que nous allons évoquer ci-après résultent bien entendu d’un choix totalement subjectif, car nombreux sont ceux qui pourraient être présents dans cet article. Mais nous pourrons constater que si un virtuose n’est pas forcément un génie, généralement le génie musical est aussi un virtuose. GUIDO D’AREZZO Guido d’Arezzo a élaboré le système des notes de musique. Si Guido d’Arezzo n’est pas à véritablement parler un compositeur, il a bel et bien révolutionné la musique, car ce moine bénédictin italien a élaboré le système de notation encore actuel aujourd’hui, même s’il a été perfectionné. On connaît fort peu de choses sur l’homme qui est décédé aux environs de l’année 1030 ou 1050. Ce qui est certain c’est que ce moine musicien avait pout tâche d’enseigner son art et le chant aux moines de l’abbaye de Pomposa, ce qui s’avérait parfois compliqué. Il chercha alors une méthode permettant une meilleure pédagogie. Il est à l’origine d’un pas majeur, car si la transmission se faisait jusqu’alors oralement,
c’est sa méthode qui permit ensuite la transmission des compositions. Il a construit les bases de la notation moderne sur portée. Il est également celui qui a inventé les dénominations des notes de musique. La formalisation des notations musicales a existé dans toutes les grandes civilisations maîtrisant l’écriture, notamment en Grèce. En Asie et en Inde, ces notations existaient depuis bien longtemps, quatre ou cinq siècles avant Jésus-Christ. En Europe, c’est donc au Moyen Age que se développe véritablement le solfège, qui sera ensuite amélioré au fil du temps. Guido d’Arezzo répond donc au critère d’un avant/après dans le monde occidental. PEROTIN LE GRAND Environ un siècle et demi après Guido d’Arezzo, le compositeur Pérotin a lui aussi été l’un des grands de la musique, il est aujourd’hui reconnu comme l’un de ceux qui ont créé les bases de la musique polyphonique en Europe. C’est dans les églises que le chant grégorien a évolué jusqu’à véritablement connaître sa révolution avec Pérotin, lié à Notre Dame de Paris, dont il était le maître de chapelle. On connaît assez peu de choses de sa vie, mais il composa des morceaux à trois ou quatre voix, et non plus à deux voix comme cela se faisait jusque-là. A cette époque, le « déchant » est le véritable changement en matière de musique sacrée où l’on fait apparaître le « contrechant » au-dessus du « plain-chant » (qui était la musique habituelle à une voix sans modulation harmonique, typique du chant grégorien). Il inventa en quelque sorte l’ancêtre de ce que l’on appellera plus tard le soprano. On assiste grâce à Pérotin à la Pérotin le Grand GÉNIES PORTRAITS CRÉATEUR JEAN-BAPTISTE LULLY L’homme n’est pas d’origine florentine pour rien, car il fut diplomate de cour autant que musicien et compositeur. Il régna sur la musique française à l’époque de Louis XIV, mais il influença également les œuvres des grands compositeurs européens de son siècle, tels Rameau, ou Haendel. Spécialiste de la musique religieuse et de scène, il est considéré comme le créateur de l’opéra en France. naissance du contrepoint qui sera ensuite confronté à la montée de l’harmonie de l’époque baroque. Pierre Boulez, bien des siècles plus tard, expliquera à ses étudiants « J’ai travaillé le contrepoint en même temps que l’harmonie… deux disciplines qui doivent rester étroitement liées, car harmonie et contrepoint ne sont que les deux aspects fondamentaux de toute écriture polyphonique… Ce qu’il faudrait, c’est enseigner aux élèves toutes les disciplines de la polyphonie. » Un autre compositeur français fit notamment évoluer cette musique, il s’agit de Guillaume de Machaut, au XIV e siècle. WOLFGANG AMADEUS MOZART Il est bien évidemment le premier nom qui vient à l’esprit lorsque l’on évoque la question du génie musical. Mais on pourrait également mettre en avant sa précocité, tant en matière de virtuosité qu’en matière de composition. Composer son premier menuet à l’âge de… quatre ans semble presque indécent. Point de maternelle donc pour notre très jeune prodige, et le fait qu’il vienne d’une famille de musiciens n’explique pas tout. Son père lui-même reste sceptique face à sa réponse pour expliquer des mains tâchées d’encre : l’écriture « d’un concerto de clavecin », mais il ne peut que constater qu’il ne s’agit pas d’un mensonge. On connaît la suite, le père devient en quelque sorte le coach, dirait-on aujourd’hui, et unique repère de cet enfant et lui fait faire des tournées qui attirent les foules alors que Wolfgang n’est âgé que de six ans. Chacun est fasciné par son talent et sa facilité d’écriture. Son génie réside notamment dans sa capacité à saisir sans même y réfléchir les accords, à appréhender et entendre la musique, et à la créer sans sembler vraiment y réfléchir. Manifestement, il est né avec le fameux « don ». Cela ne l’a pas empêché de mener une vie par ailleurs on ne peut plus agitée et de mourir très jeune, comme d’épuisement. Wolfgang Amadeus Mozart HOMMAGE MOZART LE GÉNIE Jean-Baptiste Lully. Le jeune Mozart a 26 ans lorsqu’il découvre une partie des œuvres de Bach, disparu des mémoires. Il aura cette phrase assez extraordinaire de prétention si ce n’était la réalité « Pour la première fois de ma vie, j’apprends quelque chose ». On retrouve ensuite dans certaines de ses œuvres ce fameux art du contrepoint. INTELLIGENCE MAGAZINE 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 1Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 2-3Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 4-5Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 6-7Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 8-9Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 10-11Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 12-13Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 14-15Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 16-17Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 18-19Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 20-21Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 22-23Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 24-25Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 26-27Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 28-29Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 30-31Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 32-33Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 34-35Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 36-37Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 38-39Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 40-41Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 42-43Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 44-45Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 46-47Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 48-49Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 50-51Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 52-53Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 54-55Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 56-57Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 58-59Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 60-61Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 62-63Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 64-65Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 66-67Intelligence Magazine numéro 8 jun/jui/aoû 2016 Page 68