Intelligence Magazine n°7 mar/avr/mai 2016
Intelligence Magazine n°7 mar/avr/mai 2016
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°7 de mar/avr/mai 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 27,4 Mo

  • Dans ce numéro : cerveau et alimentation.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
étudie et ne cesse de voyager en composant son œuvre  : « Le Canon de Médecine ». Devenu vizir en Iran, il est donc homme politique le jour et se consacre à la science la nuit. Stakhanoviste avant l’heure, il connaît la prison à la mort de l’émir pour lequel il travaille, et s’enfuit… Sa réputation le précède et les grands du Moyen-Orient le réclament, jusqu’au roi de Perse. Contrairement à Hippocrate, il mène une vie dissolue, et meurt jeune, à 57 ans, n’ayant pas réussi à se traiter lui-même. Il fut un véritable génie, et ce dans quasiment tous les domaines, de la poésie à la physique, des mathématiques à l’astronomie, en passant par la médecine. Dans ce dernier secteur, son « Canon », ou « Livre des lois médicales », en 5 tomes est une œuvre majeure. Ecrit vers l’an 1000, lorsque les croisés la ramènent en Europe, l’ouvrage va influencer le pratique de la médecine jusqu’au XVII e siècle, en particulier dans les domaines de l’ophtalmologie, de la gynécologie et de la psychologie… Selon Avicenne, « La médecine est l’art de conserver la santé et éventuellement, de guérir la maladie survenue dans le corps ». La prévention avant la guérison. > LAËNNEC Ce breton est né à la fin du XVII e siècle et sa grande trouvaille est d’avoir en quelque sorte inventé le diagnostic médical par auscultation, grâce à cet instrument dont il est à l’origine  : le stéthoscope. En 1800, il étudie à Paris sous un autre grand de la médecine, Corvisart, le célèbre médecin de Napoléon. C’est Laënnec qui a inventé le stéthoscope. 24 INTELLIGENCE MAGAZINE Laënnec GÉNIES PORTRAITS En s’intéressant aux maladies pulmonaires, il utilise les techniques de percussion, qu’il a apprises à la faculté. C’est en cherchant à les améliorer qu’il finit par mettre au point l’ancêtre du stéthoscope, sorte de cylindre démontable en buis qui ne cessa de se perfectionner ensuite. Titulaire de la chaire de médecine pratique du Collège de France, et grâce au stéthoscope, il fait faire des progrès énormes à l’étude des maladies pulmonaires. Laënnec a également été à l’origine de grandes évolutions sur la péritonite, la tuberculose et la cirrhose. C’est également lui qui est à l’origine du mot « mélanome ». > ALEXIS CARREL Son nom est nettement moins connu du grand public que bien d’autres cités ici. Pourtant, ce biologiste de formation, né en 1873, fut lauréat du Prix Nobel en 1912 pour ses « travaux sur la suture vasculaire et la transplantation de cellules sanguines et d’organes ». Il n’a à l’époque que 39 ans et sa reconnaissance est internationale. Ce médecin devient un fervent catholique lors d’une aventure peu commune. Il est amené à examiner une jeune fille en phase terminale pendant le voyage qu’elle entreprend pour aller à Lourdes, et constate par la suite la disparition de la maladie après application de l’eau de Lourdes. Il relate les Alexis Carrel PRÉCISIONS LE POULET D’ALEXIS CARREL Alexis Carrel est notamment connu pour une expérience  : il fit battre un cœur de poulet in vitro dans un liquide spécifique bien longtemps après la mort de ce poulet. En réalité, ce cœur continua à battre plusieurs décennies prouvant ainsi qu’il était ainsi possible de conserver des organes vivants en attendant leur greffe. Par cette expérience, il fut également possible de tester la durée de vie de différents organes.
examens qu’il a effectués estimant avoir assisté à un véritable miracle. Cela lui valut les quolibets de toute la profession, à tel point qu’il décida de partir pour l’Amérique du Nord. Cela contribua certainement à son succès, puisqu’en travaillant notamment pour le Rockefeller Institute for Medical Research, il eut l’occasion d’approfondir ses connaissances en pratiquant dès le début du XX e siècle des auto-transplantations sur animaux, et ce, pour la plupart des organes. Mais c’est le cœur qui l’intéresse et sur lequel il se spécialise. Le premier pontage est ainsi effectué en 1910. Il sera ensuite concerné par le traitement des brûlures pendant la première guerre mondiale. On sent percer le génie lorsque l’homme pressent en quelque sorte l’avenir. Ainsi, il suggère qu’une cellule propre et bien nourrie, en quelque sorte entretenue, peut se renouveler quasiment ad vitam aeternam. Aujourd’hui, selon les médecins, l’homme peut vivre jusqu’à 120 ou 130 ans. Carrel suggérait déjà cela. Alexis Carrel a beau être un grand homme dans sa spécialité, il fut néanmoins fortement contesté dans d’autres domaines, de par ses opinions qui l’amenèrent à devenir un proche de Pétain. Il fut également dans un autre domaine un précurseur, à l’origine entre autres de la loi sur la médecine du travail. > CHRISTIAAN BARNARD Il restera comme le premier à avoir réussi la première transplantation cardiaque au monde en 1967. Sa vocation médicale n’est GÉNIES PORTRAITS Christiaan Barnard pas étrangère à son histoire familiale, car son frère aîné était décédé des suites d’une pathologie cardiaque, alors que Christiaan n’était encore qu’un enfant. La transplantation cardiaque intéressait déjà bien des chirurgiens dans les années 60, en particulier aux Etats-Unis où des expérimentations avaient déjà lieu sur les animaux. Cependant, il n’était pas possible à l’époque de pratiquer ce type d’opérations du fait d’une législation américaine, modifiée depuis, qui ne prenait pas en compte le concept de mort cérébrale. Mais rien n’interdisait de le faire dans le pays de Barnard, l’Afrique du Sud. Le chirurgien commence par une greffe de rein, se forme aux procédures de traitement immunosuppresseur et s’entraîne ensuite comme ses confrères américains à réaliser des greffes cardiaques sur des chiens avec un succès tout relatif, à vrai dire. Cela ne l’empêchera pas de prendre le risque de se lancer dans la première greffe cardiaque humaine le 3 décembre 1967, au grand dam des Américains, qui ne s’y attendaient pas. L’intervention dura plus de neuf heures. Suivent ensuite d’autres tentatives avec des survies respectives de 18 jours, 9 mois, 12 mois et 23 mois. Le professeur Barnard deviendra la star de la greffe du cœur. Abondamment critiqué par certains confrères, il fut un véritable pionnier dans son domaine, ainsi qu’un homme très engagé contre l’apartheid. > HUGUES DUFFAU L’époque actuelle dispose également de ses petits génies. La preuve en est avec Hugues Duffau, né en 1966. En 2001, la Société des fédérations mondiales de neurologie lui a attribué le Prix du jeune neurochirurgien. Ce ne sera que le début d’une série de récompenses pour ce médecin, à l’origine de quelques coups d’éclat qui étaient du ressort de la science-fiction il y a encore quelques années. Duffau réalise des opérations à cerveau ouvert, pendant lesquelles le patient est en partie conscient, ce qui permet de dialoguer avec lui, d’avancer notamment dans l’ablation des tumeurs à petit pas et d’éviter de nombreuses séquelles. C’est aux Etats-Unis qu’il s’est formé à cette méthode. Dans ses publications, il a totalement révolutionné la vision du cerveau en affirmant notamment qu’aucun des deux hémisphères n’avait en réalité de fonction spécifique. Selon sa théorie, le cerveau est avant tout personnel et individuel. Chacun est unique et modifie son cerveau de façon différente dans le temps. Notre matière grise peut donc être assimilée à une gigantesque toile web qui fonctionne en réseau, grâce à des fibres qui sont relativement semblables chez tous les humains, alors que les terminaisons sont quant à elles Hugues Duffau INSOLITE LA PIANISTE RUSSE DE DUFFAU Cette pianiste parlait 5 langues avant son opération prévue par H. Duffau. Mais pour préserver ce savoir, il aurait fallu procéder à une opération bien trop longue. La pianiste décida de garder sa langue natale le russe, ainsi que le français et l’anglais. Grâce à la méthode d’opération dite « du patient éveillé », la pianiste n’aura effectivement perdu que l’italien et l’espagnol. Incroyable… mais vrai ! INTELLIGENCE MAGAZINE 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 1Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 2-3Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 4-5Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 6-7Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 8-9Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 10-11Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 12-13Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 14-15Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 16-17Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 18-19Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 20-21Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 22-23Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 24-25Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 26-27Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 28-29Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 30-31Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 32-33Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 34-35Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 36-37Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 38-39Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 40-41Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 42-43Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 44-45Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 46-47Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 48-49Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 50-51Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 52-53Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 54-55Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 56-57Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 58-59Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 60-61Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 62-63Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 64-65Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 66-67Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 68-69Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 70-71Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 72-73Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 74-75Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 76-77Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 78-79Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 80-81Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 82-83Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 84