Intelligence Magazine n°7 mar/avr/mai 2016
Intelligence Magazine n°7 mar/avr/mai 2016
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°7 de mar/avr/mai 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 27,4 Mo

  • Dans ce numéro : cerveau et alimentation.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
tique qui a révolutionné intellectuellement la médecine en Grèce antique, en instituant cet art comme une discipline distincte des autres disciplines de la connaissance auxquelles elle avait traditionnellement été rattachée, faisant ainsi de la médecine une profession à part entière. C’est également grâce à lui, que la diététique a pris son essor, car il expliquait déjà à son époque qu’une bonne santé dépendait au préalable d’une alimentation variée, vitaminée, nutritive et complète. LA DIÉTÉTIQUE SELON HIPPOCRATE Hippocrate a donc ouvert la voie à la diététique en prônant notamment l’utilisation des légumes et des fruits. À cette époque, la diététique repose sur quatre idées simples  : La digestion est une cuisson des aliments ; Il est préférable de manger des aliments cuits, pour faciliter la digestion ; Le corps est composé d’éléments ou humeurs qui déterminent un tempérament ; Il est recommandé de manger une nourriture équilibrée, c’est-à-dire des aliments correspondant à son tempérament. Dans la diététique hippocratique, on classe les aliments en fonction de leur correspondance avec l’un ou l’autre des quatre éléments  : l’Eau, la Terre, l’Air, le Feu qui correspondent à quatre tempéraments définis EXPERT FRANÇOISE FORETTE PROFESSEUR DE GÉRIATRIE À L’UNIVERSITÉ PARIS-V ET DIRECTRICE DE LA FONDATION NATIONALE DE GÉRONTOLOGIE Pour vivre centenaire, il faut un bon cerveau ! « Pour atteindre les 100 ans, il faut avoir envie de vivre, être optimiste. Arrêter de travailler trop tôt n’est pas une bonne idée. Car à la retraite, on fait dix fois moins de choses que quand on travaille, ce qui est délétère pour les fonctions cognitives. Or pour vivre centenaire, il faut un bon cerveau ! La majorité des maladies qui assombrissent le vieillissement peuvent être prévenues. C’est tout au long de la vie et même dès le plus jeune âge que l’on peut s’entraîner à bien vieillir. » 18 INTELLIGENCE MAGAZINE DOSSIER « CERVEAU & ALIMENTATION » par la théorie des humeurs  : lymphatique, mélancolique, sanguin et colérique. Chaque aliment est classé en fonction de ses qualités (voir ici) qui s’échelonnent en quatre degrés sur deux axes principaux  : « chaud et froid », « sec et humide », accessoirement selon les axes « doux et amer », « cru et cuit ». Ces qualités influent sur la façon dont l’aliment se transforme dans le corps et sur la qualité et la consistance des humeurs ainsi engendrées dans l’organisme. La chaleur de la digestion transforme les aliments en lymphe qui, elle-même, se transforme en humeurs ou agit sur la qualité et l’équilibre des humeurs en présence. Pour rester en bonne santé, au fil des saisons, il faut avoir une nourriture équilibrée. Pour cela, les médecins se recommandant de la tradition hippocratique préconisent à leurs patients de consommer des aliments qui correspondent à leur tempérament, pour corriger le déséquilibre des humeurs prédominantes dans chaque tempérament. Ainsi le vin rouge (chaud et sec), comme la viande (chaude et sèche) sont recommandés aux personnes âgées, aux flegmatiques et aux mélancoliques, de nature froide. Par contre, le poisson frais (froid et humide), les fruits ou légumes (froids et humides) conviennent plutôt aux colériques et aux sanguins, ainsi qu’aux jeunes, de tempérament chaud. L’alimentation doit aussi varier selon le climat et les saisons qui influent sur les humeurs, l’hiver, période où le flegmatique L’alimentation méditerranéenne (et notamment crétoise) est la meilleure pour la santé.froid et humide domine, il est préférable de consommer des viandes en sauce, cuisinées avec des épices qui réchauffent ; au printemps, période où le sanguin chaud et humide domine, il est conseillé de passer peu à peu du bouilli au rôti et de commencer à manger davantage de légumes verts ; l’été, période où le colérique chaud et sec domine, c’est le moment de manger des viandes et des poissons grillés, plus légers, et de préférer des aliments froids et humides comme les melons, les prunes ou les cerises ; l’automne, période où le mélancolique (ou atrabilaire) sec et froid domine, il faut manger des aliments appétissants et acidulés pour chasser la mélancolie et diminuer le vin et les fruits. LES BIENFAITS DES « RÉGIMES » CRÉTOIS ET OKINAWA Plusieurs études ont démontré que les modes d’alimentation crétois et de l’île d’Okinawa permettent de  : Diminuer la morbidité et même la mortalité relative aux maladies cardio-vasculaires et à certains cancers, Diminuer le risque de maladie d’Alzheimer et de maladie de Parkinson, Entretenir un cerveau en meilleure santé. > La diète crétoise ou méditerranéenne Le régime crétois, également appelé méditerranéen, est une pratique alimentaire caractérisée par quelques principes et leurs bienfaits sur la santé. Il repose sur quelques idées simples  :
Consommer chaque jour - du pain (multi-céréales), des céréales (blé, lin, sésame, orge) et des légumineuses (haricots, pois, lentilles, soja…), - en abondance, des légumes et des fruits frais, secs (raisin…) ou à coques (noix, noisettes, noix de cajou, pistaches), ainsi que des olives et des aromates, - du fromage ou des yaourts (brebis et chèvre exclusivement), mais très modérément. Consommer plusieurs fois par semaine et en quantité modérée - du poisson, - du poulet, - des œufs. Boire de l’eau, un peu de vin rouge et des infusions. Cuire et assaisonner à l’huile d’olive. Ne consommer de la viande rouge que trois ou quatre fois par mois. Il s’agit donc d’une alimentation riche en lipides mais d’origine végétale (huile d’olives) et pauvre en viande, contrairement à l’alimentation américaine entre autre. Les produits laitiers sont très peu consommés. Ce régime traditionnel est équilibré et couvre l’ensemble des besoins nutritionnels. Il n’est pas fondé sur des restrictions alimentaires drastiques ou des règles intenables à terme. > Le régime de l’île d’Okinawa On trouve à Okinawa, petite île du sud du Japon, une concentration unique de centenaires, ainsi qu’un taux incroyablement bas C’est sur l’île d’Okinawa qu’il y a le plus de centenaires. DOSSIER « CERVEAU & ALIMENTATION » de maladies graves. Le secret de ces centenaires d’Okinawa serait-il alors ce fameux régime, réputé saint et qui permet de maigrir sans souffrir ? En fait, ce n’est pas un régime, mais un mode d’alimentation particulièrement équilibré qui permet de se maintenir en bonne santé et sans kilos en trop ! L’alimentation à Okinawa est un régime semi-végétarien faible en matières grasses (moins de 25% des calories totales). L’un des principes de ce régime est de proposer une restriction calorique sans avoir à compter les calories, pour atteindre un poids de forme et bien vieillir. Ce que l’on nomme désormais le régime Okinawa repose essentiellement sur une alimentation variée et savoureuse, peu calorique et très riche en nutriments protecteurs  : antioxydants, sels minéraux et acides gras oméga 3. Mais au-delà de l’alimentation, il faut évoquer la philosophie Okinawa  : une propension à rester en mouvement, une perception très positive du monde et de la vie, de puissants outils de gestion du stress, de solides réseaux de soutien et, enfin, beaucoup d’humour et de créativité. Okinawa  : 12 grands principes à respecter 1. Ne jamais manger jusqu’à rassasiement total. Le « hara hachi bu », consistant à ne s’alimenter que jusqu’à 80%, est une véritable habitude culturelle à Okinawa. 2. Consommer des aliments peu caloriques, mais riches en vitamines et minéraux. Privilégier les aliments sains tels que le poisson, les algues et les céréales. 3. Consommer au quotidien 7 fruits et légumes pour leurs vitamines, minéraux, eau… 4. Consommer 7 portions de céréales complètes et/ou de légumes secs par jour + 2 plats à base de soja. 5. Beaucoup d’épices, d’herbes et d’algues. 6. Limiter la consommation d’alcool. 7. Cuire peu les aliments, à feu doux ou à la vapeur (Éviter le four à micro-ondes et le barbecue). 8. Du poisson et des crustacés 3 fois par semaine. 9. Peu d’autres produits d’origine animale (viande, produits laitiers). 10. Peu de sucre, de sel et de matières grasses. 11. Associer des aliments crus et cuits. 12. Boire 1.5 l d’eau par jour voire plus et 2 thés verts dans la journée au minimum. Comme on peut le voir, ce régime est assez facile à mettre en œuvre et ne requiert qu’une bonne connaissance des principes pour pouvoir les appliquer facilement au quotidien. 3 CLÉS BIEN SE NOURRIR, BIEN DORMIR ET FAIRE DE L’EXERCICE Si les médicaments peuvent être de bons outils, ils ne traitent pas la source des maladies. Ils ne répondent pas aux besoins du corps ni ne restaurent ses défenses naturelles. Ils ne peuvent qu’échouer dans le maintien de la santé globale si les citoyens ignorent ce que les médecins se lassent de répéter  : Bien se nourrir, bien dormir et faire de l’exercice ! INTELLIGENCE MAGAZINE 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 1Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 2-3Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 4-5Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 6-7Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 8-9Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 10-11Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 12-13Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 14-15Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 16-17Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 18-19Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 20-21Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 22-23Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 24-25Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 26-27Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 28-29Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 30-31Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 32-33Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 34-35Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 36-37Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 38-39Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 40-41Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 42-43Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 44-45Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 46-47Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 48-49Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 50-51Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 52-53Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 54-55Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 56-57Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 58-59Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 60-61Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 62-63Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 64-65Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 66-67Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 68-69Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 70-71Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 72-73Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 74-75Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 76-77Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 78-79Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 80-81Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 82-83Intelligence Magazine numéro 7 mar/avr/mai 2016 Page 84