Idées Job n°8 jan/fév/mar 2010
Idées Job n°8 jan/fév/mar 2010
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°8 de jan/fév/mar 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 48,2 Mo

  • Dans ce numéro : gagnez plus avec des idées en or.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
FRANCHISE & STRATÉGIES > DOSSIER 50 qui se sont ouvertes à elle depuis le salon de la franchise 2008. Un investissement global qui doit inclure un apport personnel de l’ordre de 250 000 euros. Pour en savoir plus : www.tigerwok.com > PLANETALIS Après la restauration thématique, voici encore un concept innovant qui flirte avec le bon manger dans le cadre du respect de l’environnement et de la nature. Les recettes sont élaborées dans le respect des apports vitaminiques, sels minéraux, fibres, oligo-éléments… Des menus équilibrés utilisant des produits provenant en partie de l’agriculture biologique et de la production locale si possible, ou favorisant le commerce équitable. De plus, chaque repas consommé permet de reverser 5 centimes d’euros à un programme environnemental. Les restaurants utilisent autant que faire se peut une énergie propre et renouvelable, recyclage des déchets et des emballages, matériaux naturels tout cela en dégustant une cuisine de qualité. Née dans le Var à Hyères, l’entreprise dispose d’un site de formation à Grenoble, et participe à Franchise Expo Paris. L’entreprise date de 2001 elle aussi comme Tiger Wok et lance sa franchise il y a quatre ans. Un droit d’entrée de 13 000 euros et des redevances de 4% et quinze implantations à ce jour soit sous la forme d’un restaurant, soit sous la forme d’un corner en centre commercial. Pour en savoir plus : www.planetalis.com La plupart de ces franchises récentes exige une très forte implication de la part des candidats, comme tous les métiers de restauration et d’entrepreneur qui demandent que l’on ne compte pas son temps. Mais il n’est pas forcément nécessaire d’être restaurateur, en particulier pour tous les concepts de restauration rapide. Pour ce qui est de l’alimentation, les grandes chaînes de distribution se sont quasiment toutes construites et développées via la franchise et l’affiliation. Les unités en propre existent bien entendu, mais ce qui était au départ uniquement de la distribution de produits s’est largement étoffée, d’autres produits et enseignes se sont greffées sur le secteur y compris d’ailleurs des concepts de restauration tels que les Flunch, Restaumarché et autres Cafétérias Casino. Vient ensuite ce que l’on nomme l’épicerie générale : les épiceries (surfaces de moins de 120 m²), les commerces de produit surgelés et les supérettes au nombre d’une vingtaine de mille (entre 120 et 400 m²). C’est cette dernière catégorie qui recrute le plus de franchisés avec des enseignes telles que 8 à Huit, Marché Plus, Coccimarket... Le chiffre de la branche de l’épicerie générale représente quasiment 8 milliards d’euros, ce qui est très peu par rapport au marché global (environ 3,5% du commerce de détail alimentaire). Il s’agit d’entrepreneurs qui souhaitent s’installer à leur compte quitte à ne pas compter les heures et qui ne disposent pas au départ des apports conséquents qui sont nécessaires pour de plus grandes unités. En dehors de ces grands créneaux, les Français font leurs courses chez les artisans et commerçants spécialisés comme les boulangeries, boucheries… Ce type de commerce dit de proximité a fortement décliné dans le passé, mais les meilleurs ont su se repositionner. Sans oublier les créations et innovations en ce domaine. > CARREFOUR De nos jours, le second distributeur mondial, le groupe Carrefour dispose de nombreux magasins en franchise, qui sont d’ailleurs en grande partie l’héritage de l’ancien groupe Promodès. Ce sont essentiellement des enseignes telles que les Champion ou Shopi par exemple. Pour les hypermarchés franchisés, il s’agit des centrales d’indépendants qui sont concernées telles que E. Leclerc ou Intermarché. > INTERMARCHÉ Cette dernière enseigne a ouvert son concept à la franchise depuis longtemps avec l’alimentaire, mais aussi Restaumarché, Vêtimarché, Bricomarché, Ecomarché… Les Mousquetaires communiquent tous azimuts et sont très fortement présents sur le marché de proxi- La France métropolitaine compte plus de 1 400 hypermarchés et environ 9 000 supermarchés dont nous connaissons bien les noms qu’il s’agisse de Auchan, Intermarché, Système U ou Aldi et Cora…
mité. Les conditions d’adhésion sont larges, même si l’enseigne annonce une tranche d’âge peut être restrictive (entre 25 et 50 ans). Elle demande également de s’engager en couple, ce qui est courant en distribution, en sachant que l’investissement temps est très exigeant et qu’un couple aura plus de facilité à s’adapter aux contraintes horaires. Le chiffre d’affaires du groupement des Mousquetaires dépasse les 31 milliards d’euros. > AUCHAN Le quatrième groupe français est aussi concerné par la franchise via une de ses enseignes : Atac qui regroupe un peu plus de 410 magasins. La plupart sont intégrés, mais il existe également environ 80 magasins associés et une soixantaine en franchise. Cette dernière a été lancée en 1987. Les magasins sont des supermarchés à forte dominante alimentaire et qui sont positionnés sur le prix bas. Chaque région dispose d’un directeur de franchise. La franchise recrute essentiellement des candidats ayant déjà travaillé en grande distribution. La plupart de ces enseignes privilégie un profil de candidat qui connaît déjà le secteur. Que ce soit en France ou à l’étranger, il est clair que la grande distribution a largement utilisé le créneau de la franchise pour se développer. Ce secteur intègre peu à peu les nouvelles tendances dont nous avons parlé plus haut, telles que les produits bio, ou l’agriculture A noter que les anciens de la grande distribution sont généralement recherchés par les franchises alimentaires qui savent que la formation a été satisfaisante en termes de gestion et qu’ils savent travailler dur. raisonnée des produits Auchan par exemple. La distribution de produits alimentaires peut aussi faire preuve d’innovation avec la création de nouveaux produits à marque distributeur ou la création des supermarchés Biocoop, réseau coopératif d’indépendants qui disposent de 280 points de vente. L’enseigne est aujourd’hui leader sur un marché qui progresse lentement, mais sûrement. Mais il existe bien entendu d’autres possibilités de franchise dans le domaine de l’alimentation. En voici quelques exemples. > PAUL Lorsque l’on parle d’alimentaire en France, il est impossible bien entendu d’oublier nos chères boulangeries. Une maison comme Paul, maison de qualité, fondée en 1889, couvre un réseau de plus de 450 points de vente, dont 127 à l’étranger dans 27 pays. Son offre relativement classique propose une gamme riche, avec pains spéciaux, viennoiseries, gâteaux, macarons et sandwiches fabriqués à la demande. L’image s’appuie clairement sur la tradition et fait également salon de thé. Originaire du Nord, la société a su prendre plusieurs virages qui ont conduit à son développement : dans un premier temps, la fourniture de pains de qualité à la grande distribution sous la marque du Moulin Bleu et en parallèle des boutiques travaillant à l’ancienne avec fours à bois visibles de la clientèle et des farines répondant à des cahiers des charges très stricts. Cette belle histoire de cinq générations a commencé avec Charlemagne Mayot dans le Nord de la France, mais c’est à la quatrième génération que l’enseigne va véritablement prendre une nouvelle dimension. A 15 ans, c’est donc Francis Holder qui démarre dans la boulangerie familiale comme apprenti et c’est 17 ans plus tard qu’il remonte le four du sous-sol en plein centre de la boutique. C’est la grande époque du pain industriel et notre boulanger en a assez. Il décide de refaire du pain à l’ancienne. Aujourd’hui, il est difficile d’imaginer que l’idée ne fût pas très bien accueillie, car le vrai goût de ce type de pain contrastait avec la neutralité des pains industriels. Mais la patience a fini par payer. C’est le début du développement et de l’installation de nouvelles implantations, moins coûteuses qu’aujourd’hui qui se font tout simplement sans véritable concept en dehors du produit. L’international fait son apparition en 1990 avec la première boutique Paul au Japon et la petite restauration proposée par Paul fait son chemin. Vient ensuite la réflexion pour obtenir une farine issue de l’agriculture raisonnée. Le rendement est nettement inférieur mais la qualité du produit est bel et bien là. Si l’expérience a été épique au départ, Paul a su mettre les rieurs de son côté et expédie aujourd’hui sa farine aux quatre coins du monde. Enfin, en 1993, c’est la démarche globale qui est repensée avec notamment la présentation et l’aménagement des boutiques conformément à l’image du produit : un aspect rustique et qualitatif. Autre innovation : aller à la rencontre des clients là où ils sont. Ceux qui en ont assez des sandwiches de gare et d’aéroports peuvent enfin profiter du savoir-faire 51



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 1Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 2-3Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 4-5Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 6-7Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 8-9Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 10-11Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 12-13Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 14-15Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 16-17Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 18-19Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 20-21Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 22-23Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 24-25Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 26-27Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 28-29Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 30-31Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 32-33Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 34-35Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 36-37Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 38-39Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 40-41Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 42-43Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 44-45Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 46-47Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 48-49Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 50-51Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 52-53Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 54-55Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 56-57Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 58-59Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 60-61Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 62-63Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 64-65Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 66-67Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 68-69Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 70-71Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 72-73Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 74-75Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 76-77Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 78-79Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 80-81Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 82-83Idées Job numéro 8 jan/fév/mar 2010 Page 84