Idées Job n°7 oct/nov/déc 2009
Idées Job n°7 oct/nov/déc 2009
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°7 de oct/nov/déc 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 52,0 Mo

  • Dans ce numéro : gros revenus immédiatement.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 66 - 67  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
66 67
FRANCHISE & STRATÉGIES > DOSSIER 66 L’un des objectifs recherchés est de faciliter la vie des personnes en étant là où la vie les emporte : soit sur le lieu d’une maison de retraite, à domicile comme sur le lieu de travail, voire en étant mobile à l’aide de services itinérants. par le BIPE, société de conseil en stratégie, permet de mettre à jour certains éléments très importants : - Certains créneaux ne bénéficient pas d’une offre suffisante. En particulier, dans les secteurs suivants : la petite enfance, les prestations dites techniques, et enfin les services liés à la mobilité. - D’autres secteurs sont considérés comme n’étant pas suffisamment développés par rapport aux besoins de la société dans son ensemble. Par exemple, les besoins de sécurité, les problèmes d’isolement (également liés au problèmes de manque de services publics en milieu rural) sans oublier un besoin récent : la demande de services ayant pour cible les adolescents, ainsi que l’adaptation aux nouvelles technologies. Les acteurs du marché, privés et publics ont d’ores et déjà pris en compte certains de ces manques en particulier les problèmes liés à la mobilité des personnes, y compris fragiles, ainsi que ceux liés aux populations vieillissantes et non (ou partiellement) autonomes. Plusieurs facteurs jouent en faveur ou non du développement des services à la personne en France notamment. Les facteurs qui jouent en Salon des Services à la personne de Lyon Le secteur des services à la personne ne connaît pas la crise. Pour preuve, le premier Salon des Services à la Personne de Lyon qui s’est déroulé en avril dernier a connu un franc succès avec près de 2.220 visiteurs en deux jours. Les services à la personne ont le vent en poupe. Entre janvier et avril, le nombre de créations dans ce secteur a augmenté de 113%. C’est pourquoi, fort de ce constat, Sepelcom a lancé en avril dernier, le premier Salon des Services à la Personne de Lyon, une première en Rhône-Alpes. Ce salon, créé à la fois pour le grand public et les professionnels, se voulait un lieu de rencontres, d’informations et d’échanges autour du secteur porteur des services à la personne. Pari tenu puisqu’il a connu une forte fréquentation. En effet, 2.220 visiteurs et 280 congressistes se sont rendus au Palais des Congrès de Lyon les 3 et 4 avril dernier afin de trouver une réponse adaptée à leur besoin : choisir la bonne nounou pour les enfants, une auxiliaire de vie adaptée pour une « ainée » malade, ou pour la partie professionnelle, trouver la bonne formation, comment développer son entreprise … Selon une e-enquête réalisée à la suite du salon, ce dernier a su répondre à une demande réelle en Rhône-Alpes. En effet, 82% des personnes ayant reçu une e-invitation (sur un fichier ciblé) se sont rendues sur le salon. 28% d’entre elles étaient des créateurs d’entreprise/association, 28% étaient en recherche d’emploi, 10% d’entre elles recherchaient une formation… Le Salon des Services à la Personne de Lyon a su apporter les informations et éclairages attendus. En effet, ils sont 71% des visiteurs à être satisfaits du nombre d’exposants, 67% à l’être de l’offre proposée et 75% à envisager revenir pour l’édition 2010. Autre point positif, les 22 conférences, colloques et ateliers ont connu un grand succès : 85% des professionnels ayant assisté aux conférences se disent satisfaits de la qualité et du contenu. De plus, près de 280 personnes ont participé au colloque professionnel sur l’avenir des services à la personne. A l’heure où le statut d’auto-entrepreneur, lancé en janvier dernier, prend tout son essor, avec plus de 100.000 nouveaux statuts à ce jour, on constate que les visiteurs sont principalement des personnes en recherche d’emploi qui souhaitent se lancer dans ce secteur (37%). Le public du salon était très varié : 29% des visiteurs ont entre 36 et 45 ans, 26% entre 25 et 35 ans. Il en est de même pour la tranche 46/55 ans. 66 exposants se partageaient les pôles Grand Public et Professionnel sur près de 500 m². 67% des exposants sont globalement satisfaits du salon et autant souhaitent participer à l’édition 2010. 50% des exposants interrogés envisagent également d’organiser une conférence. Pour Véronique Szkudlarek, Directrice du Salon, « la première édition de ce salon est une vraie réussite, preuve que le salon a trouvé sa place auprès du grand public et des professionnels de Rhône-Alpes. Et afin de répondre encore plus aux attentes des exposants, qui l’ont souhaité à la majorité, la prochaine édition du Salon des Services à la Personne de Lyon se tiendra en septembre 2010 ».
FRANCHISE & STRATÉGIES > DOSSIER faveur du développement du marché du SAP : offrant au contraire des services complémentaires sous formes de différents forfaits par exemple, avec l’offre la plus globale possible. Mouvement qui peut se faire au fur et à mesure de la structuration du marché. avec des possibilités de prépaiement qui faciliteraient l’action des différents opérateurs et éviteraient l’impression qu’ont parfois les clients de payer trop cher pour un service, et de devoir payer trop d’intervenants différents. de distribution et la multiplication des prestataires. personne devienne plus courant, rassurant de ce fait les populations cibles. Les facteurs qui viennent freiner ce développement : du service, et en particulier au prix tel qu’il est ressenti par le l Les besoins de services concernant la petite enfance augmentent chaque année. client potentiel. Il est clair que le service à la personne s’adresse tout autant à des foyers aisés, qui cherchent à améliorer leur qualité de vie en ayant recours à des services de ménage, de jardinage, de gardes d’enfants en disposant des moyens financiers et en étant intéressés par l’aspect déduction fiscale. Mais une partie de plus en plus importante des clients ciblés est constituée par des personnes dont le niveau de vie n’est pas très élevé, en particulier des personnes retraitées, parfois dépendantes. Certains de ses foyers sont non imposables, et ne sont donc absolument pas sensibles à l’argument du fisc. Or, si l’on ne dispose pas de cette véritable possibilité de déduction, autant dire que le service est évidemment tarifé relativement cher. avoir à faire à un personnel stable, qui leur permet de lier quelques relations, ce qui est difficile étant donné le turnover important de ce type de personnel en particulier sur les prestations de ménage. des difficultés à réagir à l’urgence et au jour d’aujourd’hui, l’offre est très segmentée, ce qui ne facilité pas la vie du client. Il faut en effet s’adresser à plusieurs sociétés, signer différents contrats, etc., ce qui ne met pas particulièrement en confiance. Il faut en particulier mettre en avant le fait que le type de personnel travaillant dans ces entreprises de services à la personne est non seulement assez difficile à trouver, à recruter, mais aussi à garder. On le sait évidemment, le personnel est fréquemment une question sensible dans certains secteurs, comme dans l’hôtellerie par exemple, car les horaires sont difficiles à concilier parfois avec la vie de famille. Pour les services à la personne, le problème est double : le fait que l’on recrute en partie du personnel non qualifié qui a donc tendance à partir si une proposition plus alléchante se fait jour par ailleurs, la difficulté à répondre rapidement si la demande n’a pas été planifiée par avance, car il faudrait que le personnel soit disponible à tout moment. Et enfin, le fait qu’il faut pouvoir trouver des personnes « multi-qualifications » afin de pouvoir offrir une palette élargie de services et asseoir son chiffre d’affaires sur une base plus importante. Le dernier frein évoqué est assez logique : le milieu rural est moins pénétré par les entreprises de services à la personne, du fait que la demande est quantitativement moins importante et rend donc la visibilité d’une création d’entreprise plus compliquée. Jusqu’à présent un tas de petits boulots plutôt qu’une catégorie de métiers bien précis. En fait une convention nationale pour le développement des services à la personne distingue clairement cinq types de prestations : 1. les services à la famille : à l’enfance ou le maintien à domicile des personnes dépendantes 2. les services de santé : soins à domicile, information, prévention, soutien psychologique 3. les services associés à la qualité de la vie : assistance informatique, services de repas à domicile, bricolage, coiffure à domicile, ménage.. 4. les services associés au logement et au cadre de vie : gardiennage, jardinage, conseils en aménagement.. 5. les services d’intermédiation : conseil juridique ponctuel, assistance aux démarches administratives. L’un des éléments clé sur ce marché est la démographie. Il est possible de la prévoir, et cela permet de travailler sur l’avenir. Le Gouvernement doit bien entendu prendre en compte ce type d’évolution, mais les projets des entrepreneurs peuvent ainsi reposer sur des données tangibles. Tout le monde sait que notre société est en voie de vieillissement, mais aussi de rajeunissement pourrait-on dire, étant donné que de plus en plus de seniors sont en excellente forme par rapport à La cible privilégiée des entreprises est constituée en premier lieu par les familles avec jeunes enfants, suivi des personnes âgées et enfin des handicapés. 67



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 1Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 2-3Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 4-5Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 6-7Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 8-9Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 10-11Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 12-13Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 14-15Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 16-17Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 18-19Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 20-21Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 22-23Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 24-25Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 26-27Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 28-29Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 30-31Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 32-33Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 34-35Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 36-37Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 38-39Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 40-41Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 42-43Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 44-45Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 46-47Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 48-49Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 50-51Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 52-53Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 54-55Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 56-57Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 58-59Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 60-61Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 62-63Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 64-65Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 66-67Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 68-69Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 70-71Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 72-73Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 74-75Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 76-77Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 78-79Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 80-81Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 82-83Idées Job numéro 7 oct/nov/déc 2009 Page 84