Idées Job n°20 oct/nov/déc 2012
Idées Job n°20 oct/nov/déc 2012
  • Prix facial : 9,90 €

  • Parution : n°20 de oct/nov/déc 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (180 x 280) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 112 Mo

  • Dans ce numéro : spécial Internet... monter un site e-commerce.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 72 - 73  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
72 73
A LIRE E-COMMERCE E-COMMERCE - COMMERCE & FRANCHISE UNE QUESTION DE TERMINOLOGIE Les ventes réalisées à travers plusieurs canaux (boutique puis Internet, catalogue puis boutique…) sont qualifiées de crosscanales ou intercannales. 72 Hors-série 2012 104 CRÉATION D’ENTREPRISE MAGAZINE COMMERCE & FRANCHISE• Pure-player Cela désigne les distributeurs présents uniquement sur Internet.• Click&Mortar Cela désigne les distributeurs qui allient réseau de distribution physique et présence sur Internet. L’achat et le SAV peuvent donc se faire sur Internet ou en magasin. Ces grandes distinctions semblent aujourd’hui appelées à disparaître tant les acteurs œuvrent pour adopter le profil intermédiaire : Click&Mortar. Les géants de la distribution physique comme la FNAC et Décathlon se sont ainsi pro- gressivement développés sur Internet tandis que les pure-player comme Pixmania ou Promovacances investissent dans des points de vente physiques. La présence sur Internet devient primordiale car c’est un vecteur de croissance important. Les Click&Mortar ont ainsi réalisés en moyenne +32,9% de chiffre d’affaires en 2010 concernant les ventes en ligne, contre seulement +3% pour les ventes physiques. De plus, les clients sont demandeurs de cette dualité, ils sont ainsi 86% à considérer comme important le fait qu’un distributeur propose ses produits à l’achat sur Internet. Aujourd’hui c’est le modèle de distribution Click&Mortar qui domine. LA VENTE MULTICANALE Sont qualifiées de multicanales les ventes qui peuvent être effectuées via différents canaux (Internet, téléphone, catalogue, boutiques …). Les ventes réalisées par des distributeurs ayant adopté le modèle Click&Mortar sont donc multicanales. Ces ventes multicanales gagnent en importance pour les enseignes car selon la chaîne américaine de vente d’électronique grand public BestBuy, les clients multicanaux génèreraient ainsi plus de chiffre d’affaires et de meilleures marges. De même, développer un réseau de distribution physique est important pour les pure player qui souffrent généralement d’un a priori négatif concernant leur service après-vente. Pour un client, savoir que si son bien ne fonctionne pas, il pourra le rapporter en boutique est une assurance qui peut contribuer à la réalisation d’un achat. De plus, posséder une boutique physique permet à la marque d’acquérir plus de visibilité. Cependant, le modèle Click&Mortar présente quelques risques, car s’il répond à une attente des clients et combine les avantages des deux modèles mono-canaux, il cumule aussi leurs inconvénients. De la vente multicanale à la vente cross-canal Le passage au modèle Clic&Mortar et donc à la multicanalité doit s’accompagner d’une stratégie globale incluant les deux canaux de vente qui, loin de se cannibaliser, sont complémentaires. Ainsi, la fréquentation d’un site marchand a un impact globalement positif sur le trafic en magasin. 24% de ceux qui fréquentent un site déclarent se rendre plus souvent dans le magasin contre 12% qui disent y aller moins souvent. Les consommateurs apprécient fortement de pouvoir se renseigner sur le site marchand puis d’aller essayer le produit en boutique avant de l’acheter. Un consommateur dispose donc de nombreux points d’entrée sur un même produit. 78% des internautes préparent leurs achats sur Internet. Internet est ainsi devenu un canal prescripteur. 50% des clients qui achètent un produit en magasin l’avaient vu auparavant sur Internet.
Cette capacité des consommateurs à utiliser de façon indifférenciée les différents canaux qui s’offrent à eux pour effectuer leurs achats (Internet, catalogue ou boutiques) trouve aujourd’hui son expression à travers diverses initiatives. Les clients compartimentés qui n’utilisent qu’Internet ou ne vont qu’en boutique n’existent plus. Aujourd’hui, les consommateurs attendent une offre globale. Pour répondre à cette attente, les distributeurs doivent désormais assurer la synergie entre leurs différents canaux de vente. L’analyse de Catherine Barba (Digital Commerce Factory) Créée fin 2010, la Digital Commerce Factory accompagne les marques et les enseignes du retail dans la définition et la mise en œuvre de leurs projets e-commerce. Son offre de service s’appuie sur l’expertise de Vente-privee.com, leader du secteur. Parce que ses clients ont besoin de simplicité, la DCF propose une solution « full service » pour les accompagner à chaque étape de leur e-commerce et parce qu’ils ont besoin de souplesse, ils peuvent librement choisir les « briques » dont ils ont besoin. La mission de la DCF est double : • D’abord valider avec ses clients les meilleures options pour la mise en œuvre de leur projet e-commerce. Quelles sont les compétences stratégiques à garder en interne ? Quelles sont celles sur lesquelles il faut capitaliser ? Quelles sont celles qu’il faut mutualiser avec votre réseau de magasins ? • Puis déployer leur e-commerce et le faire grandir, en proposant à leurs clients une expérience de marque unique et cohérente, avec le soutien et la pleine adhésion de leurs magasins. Sur commande de la FEVAD et avec le soutien du ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, Catherine Barba a réalisé une étude passionnante intitulée : « 2020 : la fin du e-commerce… ou l’avènement du commerce connecté ? ». Voici ce qui ressort de ce rapport en matière de mix entre boutiques physiques et en ligne. Pour la majorité des acteurs de la vente physique, la création d’un e-store compte en bonne place parmi les projets de développement prioritaires. COMMERCE & FRANCHISE Accélération de l’arrivée des enseignes physiques en ligne Pour la majorité des acteurs de la vente physique, la création d’un e- store compte en bonne place parmi les projets de développement prioritaires. Les années 2011 et 2012 vont être marquées en Europe par une forte accélération de l’arrivée des enseignes physiques et des marques sur le commerce en ligne. 42% des groupements en coopératives ont en 2011 une activité de vente en ligne. Les autres ont l’intention ou s’ont en train d’en développer une. Ces acteurs n’ont pas été pionniers en termes d’Internet marchand, ils n’ont pas « essuyé les plâtres » mais directe- E-COMMERCE SPARTOO En mai 2011, le pure player spécialiste de la vente de chaussures en ligne, Spartoo, a ouvert une boutique concept éphémère qui proposait aux clients d’essayer les chaussures en magasin et de bénéficier des conseils des vendeurs. Cependant, ils ne pouvaient finaliser leurs achats que sur Internet, assistés une nouvelle fois des vendeurs, grâce aux ordinateurs et Ipad mis à disposition ou à leur domicile. Et ce type d’initiative est appelée à se développer. ZOOM SUR… CATHERINE BARBA La pétillante Catherine Barba est reconnue comme étant une pionnière du web. Dès 1995, elle est tombée dans les fils tissés par la Toile. Dès les balbutiements d’Internet, elle a su comprendre tout l’intérêt et le potentiel que représente cet outil. Après avoir revendu la société qu’elle avait créée et dirigée, elle est aujourd’hui à la tête de la Digital Commerce Factory qui conseille les marques sur les stratégies web à adopter pour se faire une place dans le monde virtuel. Hors-série 2012 73 CRÉATION D’ENTREPRISE MAGAZINE 105



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 1Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 2-3Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 4-5Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 6-7Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 8-9Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 10-11Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 12-13Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 14-15Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 16-17Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 18-19Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 20-21Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 22-23Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 24-25Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 26-27Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 28-29Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 30-31Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 32-33Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 34-35Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 36-37Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 38-39Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 40-41Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 42-43Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 44-45Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 46-47Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 48-49Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 50-51Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 52-53Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 54-55Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 56-57Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 58-59Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 60-61Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 62-63Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 64-65Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 66-67Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 68-69Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 70-71Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 72-73Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 74-75Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 76-77Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 78-79Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 80-81Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 82-83Idées Job numéro 20 oct/nov/déc 2012 Page 84