Idées Femme n°3 aoû/sep/oct 2016
Idées Femme n°3 aoû/sep/oct 2016
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°3 de aoû/sep/oct 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 43,8 Mo

  • Dans ce numéro : tous les secrets de séduction.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
Moi & moi mine, car ce sont les symptômes psychosomatiques qui sont le plus facilement confondus, à tort, avec les signes de certaines maladies ou affections graves. Le mécanisme mental inclut les véritables sensations d’angoisse, de nervosité, d'anxiété, de panique et aussi les pensées telles que  : « Quelque chose ne va pas ». La meilleure façon de se représenter l'ensemble des mécanismes de la réaction « faire face ou fuir », c'est en se rappelant qu'ils ont tous pour fonction de préparer l'organisme à réagir immédiatement et que leur but commun est de protéger l'organisme. Les manifestations physiques de la peur La peur s’accompagne d’une série de réactions physiques de mobilisation. Lorsque l’organisme perçoit un danger, les glandes surrénales augmentent leur production d’adrénaline. L’organisme se mobilise alors pour la fuite ou la défense  : accélération des battements du cœur, augmentation de l’acuité mentale, décomposition des graisses pour fournir plus d’énergie, etc... C’est seulement quand le péril est écarté qu’on ressent toute l’intensité des effets physiologiques de la peur. C’est aussi à ce moment où l’attention se relâche qu’on se met parfois à trembler et à prendre complètement conscience de l’ampleur du danger auquel on doit faire face. ADOBESTOCK 28 - idées femme L'angoisse générée par cette manifestation phobique peut être de différente ampleur selon la réceptivité du sujet. Les individus les plus exposés peuvent alors présenter des crises de spasmophilie, appelées aussi « crise d'angoisse » ou « attaque de panique ». À l'exception des personnes présentant des pathologies particulières (déficients cardiaques, asthmathiques...), les crises de spasmophilie ne présentent au demeurant aucun danger pour la santé ou la vie du sujet. Néanmoins, les victimes comparent ces épisodes à une sensation de mort imminente. Ces attaques de panique présentent une ou plusieurs caractéristiques psychologiques et manifestations physiques  : Palpitations, tachycardie (accélération du rythme cardiaque), Tremblements ou secousses musculaires (d'où vient le nom de spasmophilie), Douleur, gênes thoraciques, Sensation d'étranglement, souffle court, Parfois, déréalisation ou dépersonnalisation. Les patients subissent une forte peur de plein fouet, les sensa- La peur est un processus d'anticipation et de protection. tions de vertige, d'étouffement, de perte de contrôle, accompagnées des manifestations physiques d'une angoisse intense, ce qui les amène à redouter les situations dans lesquelles ils craignent d'avoir peur (peur d'avoir peur = Phobophobie). Ils peuvent alors élaborer par opposition un processus dit d' « évitement », consistant à éviter toute situation représentant l'objet de leur phobie. EXPERT ADOBESTOCK Différentes réactions face à la peur Nous avons toutes sortes de réactions devant la peur. Certaines fois, ces réactions sont tout à fait fonctionnelles mais à d’autres moments, elles nous handicapent. La paralysie Dans certains cas, la paralysie est une réaction protectrice fort efficace. Si j’assiste à un cambriolage où les voleurs sont armés, il est probablement mieux que je me fasse oublier plutôt que de tenter de m’échapper ou de crier de peur. Mais lorsque je rencontre un danger sur la route, il est généralement plus efficace de tenter de l’éviter que d’attendre passivement. L’évitement Il est tentant d’éviter, sans discrimination, tout ce qui nous fait peur. Si on vit ainsi, toutefois, on s’aménage une existence qui s’avérera de plus en plus restreinte. Pour gagner de la liberté dans la vie, il est nécessaire, au contraire, d’apprivoiser ses peurs. L’important, pour décider de ce que l’on fait avec une peur, est de prendre soin d’évaluer le prix que nous paierons à l’apprivoiser comparativement à celui de l’éviter. JEAN-LUC EMERY, psychiatre, auteur de "Surmontez vos peurs  : vaincre le trouble panique et l'agoraphobie". S’entraîner à faire face à l’angoisse « La phobie ou le trouble anxieux créent des pensées et des comportements face aux angoisses qui sont censés mettre fin à ces angoisses. Mais au final, ils les augmentent. Il faut donc s'entraîner à faire face à l'angoisse de manière efficace. Pour cela, il faut d'abord repérer les situations, les expériences qui vont créer l'angoisse et tous les "trucs" que les patients ont ou font pour y faire face, se rassurer  : on les appelle les "comportements de sécurité en situation" (avoir toujours un téléphone portable dans sa poche, se placer à proximité des portes dans le métro…) Il faut ensuite apprendre à faire face sans fuir et sans entrer dans un scénario catastrophe, en y substituant des comportements efficaces. Il faut les aider à comprendre que quand ils sont angoissés, ils ne sont pas en danger et qu'ils peuvent contrôler ce qu'ils pensent et ce qu'ils font. Dans ces situations, il ne faut pas se centrer sur ce qui peut se passer mais sur ce qui se passe  : c'est-à-dire la peur. Qu'est-ce qui se passe dans mon corps quand j'ai peur ? Par exemple, si j'ai les jambes molles cela ne veut pas dire que je vais m'évanouir mais seulement qu'il y a plus de sang dans les muscles de mes membres inférieurs. Il faut réinterpréter correctement ce que l'on ressent  : c'est-à-dire que même s'il on ressent une faiblesse, il y a en réalité beaucoup d'oxygène qui est apporté aux muscles de nos jambes et que celles-ci peuvent nous porter longtemps... »
La négation du danger À l’opposé de l’évitement, on trouve les comportements « contre-phobiques » où la personne fonce, tête baissée, apparemment insensible au danger. Elle aborde le danger en le minimisant ou en ne le considérant pas comme réel. Une telle attitude amène ces personnes à se lancer dans des aventures qui sont nettement au-delà de leurs forces ou encore à négliger de prendre les précautions nécessaires pour minimiser les dangers. Quand la peur est utile La peur nous avertit de la présence possible d’un danger. L’information qu’elle fournit nous permet de prendre les mesures pour nous protéger. À ce titre, elle est très précieuse et même indispensable à la vie. Les animaux disposent eux aussi de cette émotion protectrice. En fait, tout est question de mesure, d’où l’intérêt de relativiser ses peurs mais aussi le danger ! Avoir peur de tout n'a jamais empêché personne de mourir. En revanche, cela en a empêché plus d'un de vivre ! Votre but doit donc être d'apprendre à trier Vaincre ses peurs est possible, le tout c’est d’accepter de s’y confronter. ADOBESTOCK Les phobies sociales Les phobies sociales peuvent être très variées (on estime que 3% à 13% de la population en est atteinte), cela peut aller d'une gêne limitée à une situation (éreutophobie  : peur de rougir en public) à un blocage social complet, empêchant la personne de sortir de chez elle. Attention de ne pas confondre la phobie sociale et la timidité ou le trac. Ce sont des réactions normales, et qui arrivent à se combattre par la volonté. La phobie sociale va bien au-delà, la souffrance est réelle et demande souvent un traitement psychologique pour apprivoiser ces réactions. et relativiser certains dangers. Vous ne pouvez pas mettre sur le même plan le risque lié au fait de prendre un avion et celui de vous faire agresser dans un quartier malfamé en pleine nuit. Une fois que vous aurez identifié ces "dangers" qui vous inquiètent pour rien, à vous de travailler dessus pour parvenir à passer outre vos craintes. Sortir de la peur Ne nous leurrons pas  : la phobie n’est simplement qu’une peur de la mort, une peur ancestrale, encore plus forte chez les noncroyants. Mais l’objet phobique est nécessaire. Il assure ainsi une vie normale, organisée et maintenue dans la cohérence autour de ce « cristal signifiant » comme dit Lacan. N’ayez plus peur de vos phobies et apprenez à les apprivoiser. Si vous n’y arrivez pas seul, n’hésitez pas à consulter un médecin spécialisé ou à suivre des méthodes qui ont fait leurs preuves comme l’hypnose, la sophrologie ou la PNL (programmation neurolinguistique). Les thérapies cognitives et comportementales (TCC) sont aujourd'hui parmi les plus indiquées dans le traitement de ce type d'état. La relaxation et l'apprentissage du contrôle de soi (émotions et manifestations corporelles conséquentes) vont permettre au patient d'atténuer l'anxiété persistante, et de se confronter plus sereinement aux ADOBESTOCK situations redoutées. Pour cela, une technique de désensibilisation systématique met le patient en situation phobogène, en imagination, dans un premier temps, puis progressivement, en situation réelle « in vivo ». Vaincre ses peurs est possible, le tout c’est d’accepter de s’y confronter. n E.A. À LIRE Quand nos peurs nous protègent Entre nous et le bonheur, il n'y a que des peurs ! Un jour, André Charbonnier a compris qu'il avait construit sa vie sur la peur d'être rejeté. Depuis, il n'a cessé de s'intéresser à la peur pour en comprendre la mécanique. Il a découvert que les peurs irrationnelles, disproportionnées ou inadéquates remplissent une mission particulière  : nous protéger des dangers dans notre vie professionnelle, amoureuse, familiale - voilà pourquoi nous avons du mal à nous en défaire. Or, ces dangers reposent fondamentalement sur une illusion  : en réalité, nous créons de toutes pièces ces peurs (d'être jugé, rejeté, de réussir...). Elles ne sont pas révélatrices d'une menace réelle présente dans le monde extérieur mais viennent de l'intérieur, nous rendant prisonniers de nous-mêmes. « Plus de peurs que de mal » d’André Charbonnier, Préface de Frédéric Lenoir, 2016, Ed. Points, 190 pages, 10 € . idées femme - 29 ADOBESTOCK



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 1Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 2-3Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 4-5Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 6-7Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 8-9Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 10-11Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 12-13Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 14-15Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 16-17Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 18-19Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 20-21Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 22-23Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 24-25Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 26-27Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 28-29Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 30-31Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 32-33Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 34-35Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 36-37Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 38-39Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 40-41Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 42-43Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 44-45Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 46-47Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 48-49Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 50-51Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 52-53Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 54-55Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 56-57Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 58-59Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 60-61Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 62-63Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 64-65Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 66-67Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 68-69Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 70-71Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 72-73Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 74-75Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 76-77Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 78-79Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 80-81Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 82-83Idées Femme numéro 3 aoû/sep/oct 2016 Page 84