Gazette des Transferts n°9 janvier 2009
Gazette des Transferts n°9 janvier 2009
  • Prix facial : 2,95 €

  • Parution : n°9 de janvier 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (280 x 370) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 12,9 Mo

  • Dans ce numéro : Drogba en partance pour l'Inter.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
BRUITS DE VESTIAIRE BRUITS DE VESTIAIRE BRUITS DE VESTIAIRE BRUITS DE VESTIAIRE BRUITS DE VESTIAIRE BRUITS DE VESTIAIRE BRUITS DE VESTIAIRE BRUITS DE VESTIAIRE BRUITS DE VESTIAIRE BRUITS DE VESTIAIRE KarlSvensson pourrait retrouver la Suède et l’IFK Goteborg dès cet hiver. Jonas Olson, l’entraîneur de l’IFK a été clair dans la presse scandinave : « Nous sommes en discussion avec Karlet le voir revenir serait une très bonne chose pour le groupe. C’est un joueur de caractère dont nous avons besoin » a-t-il en effet expliqué. Le président Fortin ne devrait pas mettre son veto. A suivre de très près donc… Au-delà de Savidan et Svensson, plusieurs autres éléments bénéficient de leur bonne entame de saison et ont tapé dans l’œil des recruteurs. Rémi Gomis, après avoir obtenu sa première sélection avec le Sénégal, a reçu les avances du Lokomotiv Moscou (Russie). Youssef El Arabi lui, n’a pas encore joué avec les pros mais ses 9 buts en 12 matchs avec la CFA ont fait tilter Portsmouth (Premier league). El Arabi doit signer son premier contrat professionnel avec Caen en mai prochain. Enfin, le cas Brahim Thiam pourrait rebondir à l’ouverture du mercato. Encore jamais utilisé par Dumas en Ligue 1 cette saison, le Malien recherchera une porte de sortie dès le 31 décembre. Les pays du Moyen-Orient restent une destination à privilégier. Comme nous l’avions indiqué dans nos éditions estivales, Kevin Mirallas a bien failli rejoindre l’Olympique de Marseille. L’international belge avait en effet abordé le sujet avec son compatriote Erik Gerets. « J’avais l’option d’être transféré à Marseille durant le mercato estival. J’ai discuté avec Eric Gerets de cette possibilité. J’ai été très flatté de son intérêt envers moi mais je lui expliqué que j’avais déjà donné ma parole et mon accord à l’AS Saint-Étienne. Il l’a d’ailleurs très bien compris. Quand je donne ma parole, je ne reviens pas dessus. J’ai opté pour Saint-Étienne car c’était le meilleur choix pour moi. Il y a tout ici pour réussir » a-t-il expliqué sur le site internet de l’ASSE. Qu’on se le dise : le TFC ne recrutera pas cet hiver. Alain Casanova, le coach des Violets, a été catégorique sur ce point. « Je ne veux pas de renfort au prochain mercato d’hiver. Je suis très satisfait de mon groupe. D’autre part, je ne suis pas tellement favorable à l’arrivée de renforts en cours de saison » a-t-il expliqué dans les colonnes de nos confrères de La Dépêche du Midi. 10 - Le Foot gazette des transferts n°9 - Janvier 2009 Quand on recrute un joueur de la trempe de SteveSavidan et qu’en plus, ce dernier tape dans l’œil du sélectionneur de l’équipe de France au point de se retrouvé flanqué du maillot bleu pendant 45 minutes face à l’Uruguay, on doit s’attendre à ce que les clubs de tous horizons lui fassent les yeux doux. A cela, le président de Fortin était certainement préparé. Mais quand on voit les cylindrées qui ont déclaré leur flamme au buteur caennais, on peut avoir peur pour les Normands. Le nouveau Bleu affole les recruteurs Savidan : l’OM concurrencé par l’Atletico et la Samp Quand il a revêtu le maillot rouge et bleu, KarlSvensson laissait entrevoir un pedigree des plus encourageants. Un an et demi plus tard, le constat est sévère pour l’international suédois. 566 minutes jouées pour seulement sept matchs en Ligue 1. De quoi s’interroger sur l’avenir, d’autant que l’IFK Goteborg s’est montré intéressé ces derniers jours. Karl, vous ne jouez pas beaucoup en Ligue 1. C’est une situation difficile ? Vous savez, on veut toujours jouer et voir le match sur le côté n’a rien d’exaltant. C’est le métier qui veut ça, il faut respecter les choix de l’entraîneur. Alors bien sûr, c’est une situation compliquée, mais c’est la loi du football. LIGUE 1 En l’espace de 4 mois à Malherbe, SteveSavidan est devenu un aimant à sollicitations. C’est Erick Gerets qui a mis le feu aux poudres en déclarant sa flamme à Savigol il y a un mois de cela. Et comme le buteur du SMC n’est pas homme à répondre par détour, il a profité d’une de ses nombreuses interventions dans les médias pour mettre les choses au point. « Il y a trois cas de figure. Soit j’ai 20 ans et je suis un gamin qui fonce à l’annonce de Gerets, soit, je demeure flatté de l’intérêt d’un grand club comme l’OM, soit, et j’aurais plus tendance à opter pour cette solution, Gerets a dit ça pour botter les fesses de ses attaquants et les faire réagir. Je viens de signer pour trois ans et je ne peux pas me positionner sur le sujet. S’il venait à y avoir une proposition de l’OM, c’est aux dirigeants caennais de l’étudier. Tout ce que je sais actuellement, c’est que je viens d’arriver à Malherbe et que j’ai pas mal de choses à y faire ». Le président Fortin fut En plus, on ne peut pas dire que vous soyez verni ! C’est clair ! Je lutte tous les jours à l’entraînement pour être prêt et faire mon travail et quand j’ai une chance de jouer comme au Havre en Coupe de la Ligue, je suis obligé de sortir du terrain sur blessure après une demi-heure. A ce moment-là, on se dit que le sort s’acharne. Mais là encore, on ne peut rien contre ce type d’évènements. J’étais très énervé mais je ne voyais plus rien sur mon côté droit. Que voulez-vous, avant d’arriver à Caen, je n’avais connu que trois mois de blessure dans ma carrière. C’est le triple depuis que je suis là ! Et quand la spirale débute, elle ne s’arrête pas facilement. Comment voyez-vous votre avenir ici ? Pour l’instant, c’est le parcours de l’équipe qui est important. En ce qui me concerne, il faut que je sois patient… On ne veut pas vivre comme ça mais c’est le groupe qui est toujours le plus fort. Je ne vais pas dire que c’est tranquille pour moi ! Je ne suis pas dans mon pays, je suis loin de ma famille et de mes amis et je ne joue pas. Alors oui, c’est dur. Mais je garde espoir, je peux jouer dans le futur. Quand on est loin de son pays, est-ce que l’on se pose des questions ? Evidemment que l’on s’en pose ! Je réfléchis beaucoup sur les prochaines étapes de ma vie de footballeur. Je suis en France pour jouer et je ne joue pas. Je respecte tout le monde ici et je respecte les choix qui sont faits. PROPOS RECUEILLIS PAR SYLVAIN LETOUZÉ même contraint de monter au créneau lui aussi pour rassurer les supporters rouges et bleus. « Pape Diouf avec qui je m’entends très bien m’a assuré qu’il n’avait jamais été question que Marseille entreprenne des démarches pour le faire venir. Encore moins cet hiver ». La première rumeur infirmée, on aurait pu penser la situation calmée mais en l’espace de 24 heures, deux autres clubs ont témoigné leur intérêt pour Savidan. L’ÉQUIPE DE FRANCE COMME CATALYSEUR Et pas n’importe lesquels puisqu’il s’agit de l’Atletico Madrid et de la Sampdoria de Gênes. Alors bien sûr, il a fallu chercher d’où venaient ses accès d’amour subits. Le premier fut celui des espagnols de l’Atletico dans les colonnes de Marca le 7 novembre dernier. « Auteur d’un très bon début de saison avec Caen, SteveSavidan a tapé dans l’œil de bien des clubs dont récemment (le 6 novembre), celui de l’Atletico Madrid ». Jamais avares de bonnes sorties, les ibériques affirment s’être renseignés. Mais auprès de qui ? Pas du côté du président Fortin en tout cas, qui dit « n’avoir jamais entendu parlé de cela ». La presse italienne parle quant à elle de l’intérêt prononcé de la Sampdoria de Gênes. La Samp qui recherche un attaquant pour seconder Walter Mazzarri aurait en effet pensé à Savigol…. Autant de bruits qui ont le don de faire sortir les dirigeants normands de leurs gonds. « La situation est très claire, il ne partira pas cette année. Quant à savoir si on pourrait le laisser quitter le club avant la fin de son contrat, j’aurais plutôt envie de dire qu’on va tout faire pour l’améliorer. Ça pourrait être par une revalorisation salariale, mais je pense plutôt à un allongement » explique Fortin. Malherbe a certainement réalisé le meilleur coup de recrutement depuis bien des années en faisant revêtir la tunique rouge et bleue à l’ancien canonnier de Valenciennes. Et les sirènes ont beau s’égosiller, son numéro 9 n’est pas prêt d’être laissé vacant. Mais il y a quelques semaines, c’est l’équipe de France qui est venue frapper à la porte de Savidan. Et compte tenu de la mi-temps effectuée avec les bleus, le goleador normand n’a pas fini d’être sollicité. S.L. KARL SVENSSON se verrait bien repartir au pays « Je me pose des questions… »
En perdition à Rennes où le torchon brûle entre lui et Guy Lacombe, Olivier Sorlin tente de se trouver une porte de sortie. Son manque de temps de jeu actuel plaide en sa défaveur mais le HAC qui s’est renseigné sur lui pourrait lui sauver la mise... Décidément, les semaines se suivent et se ressemblent pour Olivier Sorlin. En effet, à quelques minutes de la clôture du Mercato estival, le Rennais espérait encore plier bagage. Avec prophétie, il tenait alors les propos suivants : « J’en veux plus. Je sais que les choses ne changeront pas. Or j’ai besoin de jouer bien plus que des matchs de CFA pour me sentir bien ». Incroyable spirale négative pour ce joueur qui devait être promu capitaine tout désigné de Guy Lacombe, lors de l’arrivée de ce dernier. Mais progressivement, Lemoine, Mangane, Mbia, Cheyrou lui ont grillé la politesse. Ne pouvant compter que sur deux touches (Lens et Grenoble) cet été pour Sehat Koç, un jeune attaquant qui fait un tabac en L2 hollandaise, a été supervisé à plusieurs reprises ces derniers mois par l’AS Nancy Lorraine. L’avant-centre du FC Eindhoven pourrait donc venir renforcer l’attaque des Lorrains en janvier prochain. Koç va-t-il nous quitter au mercato d’hiver ? Même si nous préfèrerions « Sehat le garder dans notre effectif, on ne peut pas l’exclure… » : voici ce qu’a récemment expliqué Marcel Wouterse, le directeur technique du FC Eindhoven. Ce club de Eerste Divisie (l’équivalent de la L2 française) est en effet en train de voir éclore le talent de Sehat Koç. Ce jeune joueur tuc (mais né aux Pays-Bas) a, à l’évidence, un potentiel énorme. Auteur de 13 buts en 18 matchs, cet attaquant est en train d’affoler toutes les défenses de Ligue 2 néerlandaise. Flairant la bonne affaire, Pablo Correa a donc demandé à ses superviseurs de jeter un œil sur un élément aussi ébouriffant. En octobre puis en novembre, un membre du staff OLIVIER SORLIN en a sa claque du Stade Rennais « Je suis ouvert à toutes les propositions… » s’extirper de ce marasme, le joueur sous contrat jusqu’en juin 2010, n’avait finalement pas trouvé preneur. Les raisons étaient surtout d’ordre financier. Le Stade Rennais exigeait ou un transfert définitif, ou un prêt à partir duquel le club acquéreur prenait en charge l’intégralité du salaire du milieu de terrain. Bref, les deux clubs en question déclinèrent la proposition pour des raisons économiques et Olivier Sorlin resta sur le carreau alors qu’il croyait son dossier réglé. « AUCUN CONTACT DIRECT AVEC LES DIRIGEANTS DU HAVRE MAIS… » lorrain a donc fait le déplacement pour disséquer son jeu. Des rapports élogieux ont depuis été transmis au coach nancéien. Attaquant de poche, Koç est un droitier très adroit qui a débuté sa carrière professionnelle l’été dernier. L’ATTAQUANT QUI MONTE EN L2 HOLLANDAISE LIGUE 1 Sa récente apparition...surprise en huitièmes de finale de Coupe de la Ligue contre...le Havre fut surtout la résultante d’une cascade de blessures à son poste et non à la soudaine bienveillance de Guy Lacombe à son égard. Et sans surprise, Olivier Sorlin n’était même pas sur le banc des remplaçants lors du match de la quinzième journée à Bordeaux. Olivier Sorlin nous a tout récemment fait part de son énorme frustration : « Je donne le maximum au quotidien. Et pourtant rien ne change. Lacombe fait ses choix et me fait irrémédiablement basculer avec la réserve chaque weekend. J’avais déjà eu une explication avec lui en juillet. Cela ne s’était pas bien passé du tout. Cela s’est à nouveau très mal passé à nouveau lors d’une nouvelle entrevue. Il est inutile que je parle de ma relation avec lui, cela n’en vaut même pas la peine. De toute façon pour moi à Rennes c’est cuit ! A moins que Lacombe s’en aille car je n’ai vraiment plus envie de travailler avec lui... Cela fait des mois que cela dure. Désormais j’en ai assez. Je respecte trop mon sport pour le faire dans de telles conditions. Sinon cela ne vaut pas la peine. Il faut se rendre à l’évidence, cela ne sert à rien de continuer à faire des efforts ici ». Poussé vers la sortie, Sorlin essaie donc de trouver un nid moins épineux où il pourra se relancer. Problème de taille, étant donné son manque de temps de jeu, les propositions n’affluent guère. Lens aurait certes toujours un oeil distrait sur lui, mais l’actualité du moment l’enverrait vers le HAC, club toujours enclin à relancer des joueurs en difficulté. Une destination qui séduirait plus que jamais l’intéressé : « Etant donné ma situation compliquée, je suis ouvert à toutes les propositions. Alors si certains estiment que le classement du HAC serait de nature à me freiner, ils se trompent. A l’heure où je vous parle je n’ai eu aucun contact direct avec les dirigeants du Havre mais s’ils m’exposaient leur projet, je ne pense pas qu’il y aurait de souci avec eux. Ni avec Rennes d’ailleurs qui n’a pas intérêt à me bloquer... » Entre temps, Mamadou Diallo, l’ancien Nantais, est parvenu à se défaire de son contrat au Qatar et s’entraîne au Havre. Mais comme Nikézic et Cédric Fauré dont le président de Reims ne serait pas contre un retour, présentent de fortes chances de quitter le navire cet hiver, l’arrivée d’Olivier Sorlin pourrait alors se concrétiser...Les dirigeants du club Ciel et Marine ont plus que jamais les cartes en main pour réussir un recrutement aussi judicieux que salvateur. Leur survie en L1 en passera certainement par là. Et par ce biais peut-être aussi la relance de la carrière d’un Olivier Sorlin au point mort à Rennes... Un jeune attaquant terriblement prometteur Nancy est fou de Koç JEAN-MARC AZZOLA En août dernier, il a signé un contrat de deux ans en faveur du FC Eindhoven (plus une option pour une saison supplémentaire). Sa valeur marchande est actuellement estimée à environ 500 000 euros. Toujours à l’affût de la bonne affaire, les Nancéiens songent à récupérer au plus vite ce talent émergent. Le président Rousselot et son staff sont cependant en concurrence avec le FC Groningen. Cet excellent club de L1 hollandaise a en effet lui aussi inscrit le nom de Koç sur ses tablettes. Or, le jeune attaquant qui a indiqué vouloir « franchir un palier » cet hiver est clairement intéressé par l’idée de rejoindre Groningen. « C’est un super club. Il est en outre entraîné par un super entraîneur (Jans)… Chaque année, ce club montre en puissance et permet à de jeunes joueurs de se révéler… » Un portrait-robot qui ressemble également trait pour trait à l’AS Nancy Lorraine. A suivre de près donc… D. B. BRUITS DE VESTIAIRE Pierrick Hiard était présent dans les travées de la Beaujoire pour assister au match entre le FC Nantes et l’AS Nancy Lorraine (0-1). L’ancien gardien a noirci son cahier de nombreuses notes. Reste à savoir si le superviseur rennais était là pour observer une recrue potentielle évoluant dans les rangs du FCN ou de l’ASNL ou bien s’il préparerait simplement le derby breton… Le MUC 72 est ravi du partenariat qu’il a entrepris voici plusieurs années avec le football guinéen. Les dirigeants l’ont rappelé lors d’un récent voyage en Guinée. « Avec Ismaël Bangoura, nous avons connu de grandes joies. Il nous a amené son talent naturel de footballeur que les formateurs du club ont poli. Nous lui avons appris à lire, écrire et compter. Nous voulons faire en sorte que notre partenariat continue à être basé sur le gagnant-gagnant » a expliqué le président Henri Legarda dans les colonnes de notre confrère Ouest-France. Après Bangoura, c’est au tour de Ibrahima Camara de faire le bonheur du club sarthois. Pourquoi dès lors en effet arrêter un échange de bons procédés aussi fructueux… Pierrot Lamy, le superviseur et recruteur du Mans, a eu la bougeotte durant le mois de novembre. Il a entre autre assisté au match Caen-Auxerre, Nancy- Caen, PSG-Lyon. Il s’est également rendu dans un mystérieux pays méditerranéen afin de revoir un jeune joueur qu’il avait repéré voici quelques temps lors d’un tournoi disputé au Portugal ! Quand à Alain Pascalou, il s’est lui aussi rendu fin novembre à l’étranger afin de superviser un joueur visé par le MUC 72 cher au président Henri Legarda en vue du mercato d’hiver. Bref, la cellule de recrutement des Sarthois ne chôme pas vraiment ! Eric Carrière a bien failli rester en Ligue 1. Avant de rejoindre le club de Dijon en L2, il a en effet été approché par Grenoble. L’ancien Nantais, Lyonnais et Lensois a cependant préféré rejoindre le club bourguignon qui lui proposait un contrat de deux saisons (plus une en option). « Depuis que je suis à Dijon, j’ai trouvé un groupe de qualité constitué de joueurs expérimentés et de jeunes à l’écoute. L’entraîneur aime le jeu, le président est ambitieux. Cela correspond à ma philosophie… » explique-t-il. Le quadruple champion de France devrait donc terminer sa carrière à Dijon… Le Foot gazette des transferts n°9 - Janvier 2009 - 11 BRUITS DE VESTIAIRE BRUITS DE VESTIAIRE BRUITS DE VESTIAIRE BRUITS DE VESTIAIRE BRUITS DE VESTIAIRE BRUITS DE VESTIAIRE BRUITS DE VESTIAIRE BRUITS DE VESTIAIRE BRUITS DE VESTIAIRE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :