Gazette des Transferts n°55 juin 2013
Gazette des Transferts n°55 juin 2013
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°55 de juin 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (315 x 380) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 13,4 Mo

  • Dans ce numéro : El Shaarawy pharaon du parc.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
En manque de temps de jeu chez les Rossonerri, l’attaquant auriverde est à la recherche d’un nouveau challenge. Annoncé au Brésil, c’est pourtant au Paris Saint-Germain qu’il pourrait redonner un second souffle à sa carrière. A son L’attaquant italien du Milan AC, révélation du début de saison, connaît un petit passage à vide. Pas grave. Les dirigeants qataris ont fait de l’actuel meilleur buteur lombard leur priorité pour remplacer Jérémy Ménez sur le départ. Jeunesse et talent, un pari gagnant ? « A arrivée sur le Vieux Continent en juin 2005, on le décrit comme le futur crack de la Selecao. Celui qui prendra la relève des Ronaldinho, Rivaldo, Ronaldo... « C’est un joyau rare, même dans le football brésilien », souligne Carlos Alberto Parreira qui le sélectionne au Mondial 2006. Comparé à Pelé, le natif de Sao Vicente fait alors rêver l’Europe du football, par ses dribbles et sa vitesse de course. « Et Dieu créa Robinho ». C’est par ce titre que les journaux madrilènes ont célébré sa première apparition sous le maillot madrilène. A travers des prestations en demi-teinte pour sa première saison, il devient cependant un des grands artisans du titre de champion d’Espagne la saison suivante. Un titre qu’il remportera une autre fois, avant de connaître une expérience en Angleterre en signant à l’été 2008 avec Manchester City, pour 42 millions d’euros - où il effectuera une très bonne première saison. Terminant meilleur buteur des Citizens, il effectue une seconde saison médiocre avant d’être prêté au club de ses débuts le FC Santos, avant de poursuivre son tour d’Europe au Milan AC qui l’engage pour 18 millions d’euros avec un contrat de 4 ans. PARIS À LA MODE DE MILAN Rai, Valdo, Ronaldinho, Thia Silva, Lucas Moura et maintenant Robinho. Le Paris Saint-Germain entretient de bons rapports avec la filière brésilienne, la Mecque LIGUE 1 du football. Sans compter ceux qui n’ont pas briller sous le maillot parisien, Paris attire les footballeurs Auriverde pour le plus grand plaisir des amoureux du beau jeu. Avec Leonardo dans le rôle de directeur sportif, cette tendance prend encore un peu plus d’effet. Après les arrivées de Thiago Silva, Zlatan Ibrahimovic, la rumeur El Shaarawy, c’est aussi une véritable communauté d’anciens Milanais se compose à Paris. De quoi faciliter l’acclimatation de chacun. Mais l’arrivée de l’attaquant brésilien dépend aussi du sort de certains joueurs. Si Ménez est déjà annoncé partant, d’autres pourraient suivre. Le retour en Italie de l’Argentin Lavezzi est aussi dans l’air du temps, tout comme celui de Zlatan Ibrahimovic. Ses 420.000 euros mensuels ne feront certainement pas pâlir les dirigeants qataris. Le frein le plus important à ce transfert reste l’envie du joueur de rejoindre le Brésil, la saison prochaine. Déjà en partance vers son pays natal cet Paris a déjà remplacé Ménez EL SHAARAWY UN PHARAON CHEZ LES PRINCES six ans, il nous faisait gagner les matches à lui seul, à dix ans, il inventait des gestes qu’on ne voyait même pas en Serie A », raconte son premier entraîneur à Legino près de Savone. Formé au Genoa, le natif de Savone est un joueur précoce. C’est à 16 ans et 55 jours qu’il débute en série A, sous le maillot du Genoa, le 21 décembre 2008. Sa seule apparition de l’année, avant de connaître deux autres apparitions la saison suivante. Pour s’aguerrir au monde professionnel et trouver du temps de jeu, il s’exile à padoue en série B, où il inscrit 9 buts ne manquant pas d’attirer les regards des dirigeants milanais qui le recrute à l’été 2011. Mais c’est véritablement cette saison que le talent du « Petit Pharaon », surnom donné à cause de ses origines égyptiennes, se révèle aux yeux de l’Europe. « La famille de mon père habite près du Caire. Je me sens italien mais je n’oublie pas mes racines. Est-ce que ce surnom me plaît ? Bien sûr puisque c’est moi qui l’ai inventé », expliquait le numéro 92 du club lombard dans la presse italienne. Joueur complet au style proche d’une de ses idoles, Kaka, El Shaarawy est aussi un joueur polyvalent. Capable d’évoluer sur un côté ou en soutien d’un numéro 9, il a tout de l’attaquant moderne. En équipe nationale, Cesare Prandelli n’hésite pas à l’associer avec Mario Balotelli. Vitesse, élimination en un contre un 6 - Le Foot gazette des transferts n°55 - Juin 2013 grâce à une parfaite technique et un centre de gravité assez bas (1m78), il a tout du futur grand joueur. « Je trouve qu’il me ressemble beaucoup. Il s’améliore match après match, et il a encore une grande marge de progression », dixit une autre de ses idoles, Andreï Shevchenko. L’AXE MILAN-PARIS Plus aussi fringuant qu’en début de saison, l’attaquant italien ne fait plus figure de titulaire indiscutable, dans le onze milanais. Lors de la 32ème journée face à Naples, El Shaarawy avait été laissé sur le banc au détriment de Pazzini, Boateng et Robinho. Une entrée à la 74ème minute qui n’avait pas Samba do Brasil à Paris ROBINHO POURSUIT SON TOUR D'EUROPE À PARIS manqué d’alimenter les rumeurs quant à de réelles tensions entre le jeune attaquant et Massimiliano Allegri, l’entraîneur italien. Lui qui a pourtant prolongé son contrat jusqu’en juin 2018, cet hiver, pourrait être cédé au club parisien. On le sait, la présence de Leonardo en tant que directeur sportif facilite les relations entre les deux clubs. Lui qui avait déjà fait oublier Ibrahimovic du côté de San Siro pourrait donc retrouver l’attaquant suédois. Deux personnalités qui feraient des étincelles, aussi bien sur le terrain qu’en dehors. Le Milan AC aurait quant à lui déjà ciblé son remplaçant en la personne... d’Ezequiel Lavezzi, jugé parfait complément de Mario Balotelli. Encore faut-il que les Qataris soient vendeurs... K.R. QUI POUR REMPLACER ANCELOTTI ? Le Paris Saint-Germain va être au centre d’un jeu de chaises musicales que s’apprête à vivre la planète football. Annoncé au Real Madrid en lieu et place de José Mourinho, qui va bien pouvoir succéder à Carlo Ancelotti ? Plusieurs noms font figurent de favoris. Pour commencer Arsène Wenger. Le technicien français, à qui il reste une année de contrat avec les Gunners, n’a jamais semblé aussi proche de partir de Londres après une année encore vierge de titres. Autre nom, autre personnage : José Mourinho. Même s’il est annoncé avec insistance chez les Blues, un club qui lui est cher, le « Special One » s’est dit attiré par le projet des Qataris : « Il m’a dit que Paris était une belle ville et que ce projet pourrait éventuellement l’intéresser », relatait sur les ondes de RMC Luis Fernandez, fin avril. Enfin, les autres pistes possibles, mènent à Manuel Pellegrini, l’entraîneur de Malaga, autre club détenu par les Qataris. Un standing moins important que les techniciens précédents, mais dont le souci du beau jeu et la présence de résultats là où il est passé valorisent sa position. Une liste qui peut aussi être élargie à d’autres noms : Rafa Benitez, JuppHeynckes, Franck Rijkaard, Laurent Blanc... A moins que le futur entraîneur de Paris soit Ancelotti en personne. hiver, le club milanais avait jugé trop faible l’offre de Santos qui proposait 7 millions d’euros pour racheter l’année de contrat de l’attaquant brésilien. « Je sais ce à quoi il pense et, comme cela se passe traditionnellement au Milan, nous ne parlerons des renouvellements qu’en fin de saison. En effet, nous devons d’abord savoir dans quelle compétition européenne nous serons engagés la saison prochaine », déclarait le président adjoint du Milan AC Adriano Galliani sur Milan Channel, en avril dernier. Si l’attaquant brésilien veut s’assurer une place de titulaire pour la prochaine Coupe du monde dans son pays, il doit au plus vite retrouver des prestations sportives à la hauteur des attentes placées en lui. A 29 ans, il doit sans doute faire face à l’un des grands virages de sa carrière. BRUITS DE VESTIAIRE KÉVIN RICOUL LE POINT SUR LES CONTRATS 2013 : Le Crom, Camara, Beckham 2014 : Douchez, Sakho, Matuidi 2015 : Sirigu, Maxwell, Alex, Jallet, Chantome, Motta, Gameiro, Ibrahimovic 2016 : Areola, Van der Wiel, Pastore, Lavezzi 2017 : Silva, Moura, Verratti ISCO SUPERVISÉ Révélation ibérique, le jeune milieu de terrain de 21 ans a grandement contribué au bon parcours de Malaga en Ligue des Champions. Auteurs de 11 passes décisives et de 6 buts en 42 matchs, son prix est fixé à 30 millions d’euros. Et Malaga ne disputera pas la prochaine Ligue des Champions… MATIC DANS LE VISEUR Le milieu de terrain serbe du Benfica Lisbonne qui effectue une excellente saison avec son club a tapé dans l’œil des parisiens. Agé de 24 ans, il viendrait renforcer l’entrejeu de l’équipe de Carlo Ancelotti. L’international serbe dispose d’un contrat qui court jusqu’en juin 2018. Manchester United est aussi à l’affût, pour un joueur dont le prix est estimé à 17 millions d’euros. MOUTINHO C’EST CHAUD Le milieu de terrain du FC Porto et de l’équipe du Portugal intéresse fortement Leonardo. Le profil et a polyvalence du joueur de 26 ans plaisent énormément au directeur sportif parisien. OTAMENDI AUSSI Avec Joaquim Rodriguez, un autre joueur du club de Porto suscite l’intérêt du PSG : Nicolas Otamendi. Capable d’évoluer dans l’axe ou sur le côté droit, le défenseur international argentin avait déjà été approché l’été dernier. Sous contrat jusqu’en juin 2016, son prix avait été fixé à 15 millions d’euros. Feront-ils un prix Otamendi-Rodriguez ? MÉNEZ L’HEURE DU DÉPART L’attaquant français de 25 ans ne manque pas de pistes. Après des rumeurs l’annonçant en Italie (Juventus, Roma) c’est un retour à Monaco qui pourrait s’effectuer. Mécontent de son statut de remplaçant depuis l’arrivée de Lucas Moura, l’international tricolore, dont le contrat s’achève dans un an, pourrait faire un retour en Principauté. L’INTER GARDE UN ŒIL SUR SIRIGU En cas de départ d’Handanovic la saison prochaine, le club lombard serait intéressé par le portier italien. PASTORE INTRANSFÉRABLE C’est son agent Marcelo Simonian qui la déclaré en avril dernier. El Flaco se sent bien à Paris. « Il va mourir à Paris, expliquait-il aux confrères de TMW. L’agent a par ailleurs précisé que sa valeur marchande était fixée à 60 millions d’euros : « Ce n’est pas facile d’arriver en France et de s’y imposer tout de suite. Ce n’est pas comme en Italie ou en Angleterre. Je suis persuadé qu’il fera encore mieux la saison prochaine. » VERRATTI C’EST 25 MILLIONS Si quelques clubs italiens se sont montrés attirés par les performances du jeune prodige italien, les dirigeants parisiens n’ont pas tardé à fixer le prix de son transfert : 25 millions d’euros. Un échange incluant Boateng et Robinho a même circulé le mois dernier… ARMAND RETOUR À NANTES ? Révélé au FC Nantes en 2001, Sylvain Armand pourrait revenir sur les bords de l’Erdre. En fin de contrat en juin prochain il devra malgré tout consentir a une diminution de son salaire de 150 000 euros mensuels. GAMEIRO UN FRENCHIE DE PLUS CHEZ LES MAGPIES L’avenir de Kévin Gameiro n’est certainement plus du côté du Paris Saint-Germain. Pour avoir des chances d’être à la Coupe du Monde 2014, il lui faut retrouver du temps de jeu. Sous contrat avec le PSG, jusqu’en juin 2015, Newcastle ce serait renseigné. Dortmund, Séville et Valence se sont également mis sur le dossier.
Son nom vous est sûrement inconnu, à moins que vous ne soyez un supporter avisé du championnat danois. Andreas Cornelius, la révélation danoise de cette saison 2012-2013, est le grand espoir du football viking. Valenciennes ne s’y est pas trompé et en aurait fait une cible prioritaire. Son profil frise la caricature : drand blond (1m93), il a tout du parfait Viking. Mais Andreas Cornelius, n’est pas qu’un joueur au squelette impressionnant ne misant tout que sur son jeu de tête. Certes, efficace dans les airs grâce à sa taille, il est également à l’aise techniquement, comme en témoigne sont but marqué en sélection en mars dernier, lors des éliminatoires de la Coupe du monde, face à la République Tchèque, sur une frappe toute en puissance à l’entrée de la surface de réparation. Battus trois à zéro, les Tchèques ont pu prendre la mesure du talent de l’attaquant danois et de ses partenaires. UNE FORTE CONCURRENCE Dans un groupe comprenant l’Italie, la Bulgarie, la République Tchèque, les hommes de Morten Olsen sont à la lutte pour décrocher une place qualificative. Avec les Jorgensen, Kristensen, Jacobsen, Ottessen... il fait partie de la belle génération du football danois. L’attaquant de 20 ans, à quant à lui décrocher une place de titulaire au profit de Nicklas Bendtner, perdu de vue depuis son prêt peu concluant à la Juventus l’été dernier. Souvent comparé à ce dernier, il réussit plutôt bien en sélection, mais c’est surtout avec le FC Copenhague qu’il a explosé cette année, en inscrivant 18 buts en 30 rencontres de Super Ligaen. Auteur d’une excellente saison sous les couleurs du club de la capitale, où il a été formé, il devrait faire ses valises cet été, pour connaître un championnat plus médiatisé. Mais sur ce dossier chaud, Valenciennes n’est pas seul. Et s’il est quasiment certain que le jeune attaquant danois foulera les pelouses d’un autre championnat la saison prochaine, quid de sa nouvelle destination ? L’OM, l’ASSE, des clubs anglais mais aussi le Milan AC ont déjà coché son nom pour le prochain mercato. Des noms un peu plus ronflant pour un joueur international, qui va certainement chercher un club d’un autre standing. Mais Valenciennes LIGUE 1 VA en mode Viking LE CHOIX CORNELIUS DE VALENCIENNES Trois ans après avoir débarqué en Gironde, le bilan de Fahid Ben Khalfallah n’est pas très élogieux. En quittant Valenciennois après une saison 2009-2010 irréprochable (36 matches, 7 buts), il s’était lancé le pari d’aller s’imposer à Bordeaux, qui venait d’être sacré champion de France. Opportunité empoisonnée ou erreur de carrière ? Toujours est-il qu’il envisage désormais de rebondir à Nancy. est à la recherche d’une autre pointe pour renforcer son secteur offensif. Aboubakar étant en fin de contrat en juin prochain, les Nordiques ne disposent que d’Anthony Le Tallec et de Grégory Pujol devant, un handicap en cas de blessures d’un de ces deux joueurs. Avec Andreas Cornelius, La parenthèse bordelaise se referme Comme en proie à un certain parallélisme, sa qualité de jeu a baissé, tout comme le niveau de jeu général des Bordelais depuis l’année du titre. Les résultats parlent d’eux même, après avoir perdu de nombreux joueurs, ils stagnent désormais dans le ventre mou du classement. Ils affichent actuellement une bien triste neuvième place, qu’ils doivent sans aucun doute à une attaque trop peu cinglante. En effet, si les Girondins peuvent se targuer d’une défense plutôt solide, c’est loin d’être le cas concernant le secteur offensif. A trois journées de la fin, les Bordelais sont actuellement la quatrième plus mauvaise attaque de ligue 1, et la statistique prend tout son sens quand on regarde le nombre de matchs nuls obtenus par Bordeaux cette année. Au cours de cette saison, les Girondins ont quitté à 16 reprises leur adversaire sur un score identique. Sans être alarmante la situation traduit clairement un manque d’efficacité devant le but et dans la construction du jeu. Et ce n’est pas le recrutement bordelais qui depuis trois ans s’apparente à une vaste blague qui changera la donne. En se séparant de ses hommes en forme à chaque fin de saison, les Girondins sont les seuls artisans de leurs mauvaises prestations. Sans réelles ambitions, le club stagne, et les joueurs pâtissent d’un manque d’homogénéité au sein de l’équipe : Ben Khalfallah en est l’exemple vivant. Après trois saisons en Aquitaine et quelques 70 rencontres disputées sous le maillot Bordelais, Ben Khalfallah à trouver le chemin des filets… à une seule occasion. Même s’il n’est pas buteur a proprement parler, le Tunisien a la qualité technique pour se créer des occasions. A tel point que depuis le début de sa carrière en L1, il n’avait jamais finit une saison sans ouvrir son compteur but. Mais ça, c’était avant les périodes de disettes bordelaises. Il ne s’est jamais fait au jeu des Girondins, si tant est qu’on puisse encore parler d’un jeu bordelais... QUITTER BORDEAUX, LA SOLUTION ? Cette année l’ancien Valenciennois a effectué 23 rencontres sous le maillot bordelais, dont seulement 9 où il a débuté sur le terrain au coup d’envoi. Clairement, le Tunisien ne rentre plus dans les plans de Francis Gillot (lui aussi donné sur le départ). Il est temps pour lui, comme pour le club, de tourner cette mauvaise page. L’objectif maintenant est de se relancer dans une autre équipe. Seulement, au vu de ses récentes prestations, Ben Khalfallah est un joueur qui doit prouver qu’il est encore dans le coup, du haut de sa trentaine d’année. Et c’est justement son expérience qui pourrait faire les bonheurs de certains clubs. Sans pouvoir aspirer à de grosses écuries avec le récent bilan qu’il propose, il peut être un renfort de luxe pour une équipe comme Nan-cy. Si tout se passe bien pour les Nancéiens, qui reste sur une belle deuxième partie de saison, le maintien est assuré. Avec le probable départ de certains cadres jeunesse et talent seraient un atout de plus dans l’animation offensive de l’équipe de Daniel Sanchez. Son prix est estimé à un million d’euros, une somme bien à la portée des finances valenciennoises. Déjà supervisé par des émissaires de VA lors d’une rencontre internationale cet hiver, le club de Jean-Raymond Le Grand devra se montrer convaincant. Mais il reste l’équipe au profil intéressant pour une transition entre le championnat danois et un club plus huppé. Nul doute que l’attaquant danois saura garder son sang froid... à l’heure de faire son choix. BEN KHALFALLAH EN PASSANT PAR LA LORRAINE ? BRUITS DE VESTIAIRE LA PLUS-VALUE MOLLO Même si Nancy souhaiterait voir Yohan Mollo de retour au club à la fin de la saison, les Lorrains ne se font guère d’illusions quant à l’avenir du milieu offensif. Prêté à Saint-Etienne, le Français est l’auteur d’une saison remarquable, si bien que les Verts ne comptent pas s’en séparer. Dès lors, Nancy réaliserait tout de même une belle opération en laissant son joueur porter les couleurs stéphanoises l’année prochaine. Attention quand même pour Sainté, d’autres écuries sont sur le coup, Newcastle notamment. SANÉ EN BELGIQUE ? Déjà pisté lors du mercato d’hiver par le club d’Anderlecht, le profil de Salif Sané intéresse toujours en Belgique. Sous contrat jusqu’en 2016 avec les Lorrains, l’ancien défenseur bordelais représenterait un coût d’environ 2 millions d’euros pour une signature chez les Mauves. QUE FERA LOTIÈS ? L’année dernière déjà, Jordan Lotiès était annoncé sur le départ. Après avoir refusé une offre des canaris qui stagnaient alors en L2, ce dernier s’était montré particulièrement intéressé par une proposition de Parme. Lotiès est désormais libre de tout contrat en fin de saison. L’occasion pour Parme de se réaligner sur le dossier ou une occasion pour lui de réfléchir à nouveau à une nouvelle offre des Canaris… BAKAR A LE CHOIX Sans doute le meilleur membre de l’effectif nancéien cette année, Djamel Bakar sera libre de en fin de saison. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’attaquant lorrain a du choix, puisqu’il est attendu à Marseille, Saint-Etienne, ou plus récemment Montpellier. Pour s’offrir les services du lorrain, l’heureux propriétaire devra débourser 2,5 millions d’euros. LE POINT SUR LES CONTRATS 2013 : Brou Angoua, Ducourtioux, Traore, Gomis, Aboubakar 2014 : Leca, Bong, Mater, Danic, Dossevi, Saez, Massampu, Pujol 2015 : Gil, Isimat-Mirin, Lala, Camara, Da Silva, Djuric, Le Tallec 2016 : Penneteau, Nery LE POINT SUR LES CONTRATS 2013 : Jeanvier, Lotiès, Bakar, Efoulou 2014 : Gregorini, Ndy Assembe, Jebbour, Luiz, Sami, Rahman Dampha, Mangani, Rachid, Moukandjo 2015 : Nardi, Muratori, Puygrenier, Ayasse, Grange, Hammar, Karaboue, Louis, Bassilekin, Joachim 2016 : Sané BRUITS DE VESTIAIRE KÉVIN RICOUL ISIMAT-MIRIN SUR LE ROCHER Les pistes ne manquent pas pour le défenseur espoir de 20 ans Nicolas Isimat-Mirin. Déjà approché par l’OM, c’est Monaco qui serait désormais intéressé. Sous contrat jusqu’en 2015, cette concurrence pourrait faire les affaires des dirigeants valenciennois, qui pourraient faire monter les enchères. YOUSSOUFA, L’AVENIR DE VA Camal Youssoufa devrait prendre la relève d’un Isimat-Mirin sur le départ. Agé de 18 ans, ce joueur est capable d’évoluer aussi bien dans l’axe que sur le côté gauche. PITAU SUIVI Relégué sur le banc par la jeunesse montpelliéraine, le milieu de terrain de 35 ans Romain Pitau pourrait s’offrir une dernière pige dans le Nord. ARMAND CAP AU NORD ? En fin de contrat en juin prochain, le défenseur parisien de 33 ans pourrait faire une dernière pige à Valenciennes. Il y retrouverait son ancien camarade, Grégory Pujol, qu’il avait côtoyé au FC Nantes. offensifs l’année prochaine (Bakar notamment), l’arrivée du milieu tunisien offrirait au club lorrain une belle op-portunité de consolider cette équipe dans une bonne dynamique. Ce dernier retrouverait du temps de jeu et aurait alors tout le loisir de montrer qu’il n’est pas un joueur mort, comme l’est le spectacle actuellement à Chaban Delmas. JULIEN MONFRAY Le Foot gazette des transferts n°55 - Juin 2013 - 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :