Gazette des Transferts n°42 février 2012
Gazette des Transferts n°42 février 2012
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°42 de février 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (315 x 400) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 12,3 Mo

  • Dans ce numéro : Kaka au PSG.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Désireux de renforcer un secteur offensif très défaillant, l’OGCN est à la recherche de la bonne affaire. L’équipe ayant une des plus mauvaises attaques de Ligue 1, le staff songerait au jeune Franco-Algérien Ishak Belfodil. Les temps sont durs pour les Aiglons. La blessure de Xavier Pentecôte, ainsi que les possibles départs pour la Coupe d’Afrique des nations en Janvier de Mouloungui, Guié Guié, Coulibaly et Palun obligent des Niçois en difficulté en championnat à chercher du renfort. L’attaque azuréenne montre en effet certains signes de faiblesse auxquels il est urgent de remédier sous peine de rejoindre la Ligue 2 en juin prochain. Malgré la confiance du staff, Dja Djédjé ne retrouve pas le niveau qui était le sien lorsqu’il évoluait à Arles-Avignon et Mouloungui, toujours capable du meilleur comme du pire, reste, lui, imprévisible. Ishak Belfodil serait donc le joueur rêvé par le staff niçois. Le natif de Mostaganem, qui ne parvient pas à tirer profit de son statut d’espoir à Lyon, pourrait-il démontrer l’étendu de son talent du côté de Nice ? Les dirigeants niçois y croient dur comme fer. Considéré comme une étoile montante du football français, Belfodil est perçu comme l’un des facteurs pouvant favoriser le maintien de l’OGCN en L1. APRÈS RÉMY ET MOUNIER BRUITS DE VESTIAIRE CAEN VEUT UN ARRIÈRE GAUCHE Le club cherche un remplaçant à Grégory Tafforeau qui a stoppé sa carrière. Deux pistes sont envisagées : Fabrice N’Sakala (Troyes) et Lindsay Rose (Laval). CROS SUIVI DE PRÈS Doublure de Teddy Richert à Sochaux, Pierrick Cros intéresse Caen qui aurait prit des renseignements sur le gardien doubiste afin de le recruter dès cet hiver. MALHERBE DIT NON À BORDEAUX On savait que les Bordelais souhaitaient recruter Romain Hamouma (24 ans), mais le président du Stade Malherbe à refusé d’entamer des négociations. « Bordeaux m’a fait savoir qu’ils s’intéressaient à Hamouma. Et j‘ai fait savoir à Bordeaux que, pour le mercato, il fallait qu’ils s’enlèvent ça de l’idée », a-t-il simplement indiqué. UN EXPAT, PREMIÈRE RECRUE N ORMANDE Le défenseur du Dynamo Minsk Aurélien Montaroup (26 ans) s’est engagé pour deux ans et demi avec Caen. Le Français est lié au Stade Malherbe jusqu’en juin 2014. Franck Dumas s’est dit satisfait de ce renfort : « C’est un joueur très tonique, qui se projette vite vers l’avant. Dans le jeu que je veux mettre en place, j’attends de mes latéraux qu’ils aient un réel apport offensif. » UN STÉPHANOIS EN PRÊT ? Sous contrat jusqu’en 2014 avec les Verts, Idriss Saadi intéresse Caen. Le club normand souhaite négocier un prêt de l’attaquant français. Troyes et Arles sont également sur les rangs. Le Gym va-t-il ensoleillé son attaque ? NICE AURAIT DÉCIDÉ BELFODIL L’OL et l’OGC Nice ont pour habitude de réaliser des transferts. Lors de la saison 2008-2009, les Lyonnais avaient ainsi vendu Loïc Rémy au Gym pour 8 millions d’euros, ce qui reste le plus gros transfert de l’histoire du club azuréen. Choix payant à l’époque puisqu’il avait disputé plus de soixante rencontres avec 25 buts à la clé et avait été le principal artisan du maintien de Nice en L1. Après la revente pour 15,5 millions d’euros à Marseille, l’OGCN pouvait se targuer d’avoir réalisé un gros coup. Mais Loïc Rémy n’est pas le seul exemple de négociations ayant abouties entre les deux clubs. Anthony Mounier a suivi le même chemin. Arrivé le dernier jour du mercato 2009 pour 2,5 millions, il fait toujours les beaux jours des Aiglons. Dans un registre similaire - un jeune joueur barré par la profondeur du banc lyonnais -, Belfodil est au cœur d’un nouveau dialogue entre les dirigeants des deux clubs. Pétri de talent, comme le démontre ses 42 réalisations en 44 matches de CFA, cet attaquant physique (1m91 pour 86 kg) permettrait à l’équipe azuréenne de trouver des solutions aériennes, sur coups de pieds arrêtés mais également dans le jeu. L’international des moins de vingt ans dispose en outre d’une pointe de Caen viendra-t-il ? Libre de tout contrat en juin prochain, Carlos Sanchez veut quitter Valenciennes. Caen est justement à la recherche d’un milieu de terrain... Souvenez-vous. Il devait quitter Valenciennes cet été pour rejoindre l’Olympiakos. Le milieu de terrain colombien avait d’ailleurs lui-même annoncé son probable départ. « J’ai clairement fait savoir à mon agent depuis quelque temps que je veux jouer à l’Olympiakos, prévenait-il en juin dernier. Ne reste plus aux deux clubs qu’à s’entendre. Si tout va bien, je viendrai en Grèce. » Six mois plus tard, l’ancien joueur de River Plate fait pourtant toujours partie du groupe de Daniel Sanchez qui compte sur lui pour le maintien. Il reste néanmoins très convoité en France (Bordeaux, Caen) mais aussi en Espagne (Valence) et en Grèce (Olympiakos). Sanchez a fait savoir qu’il privilégierait l’Hexagone où il a évolué durant quatre saisons, ce qui faciliterait son adaptation. Connu pour être un joueur complet, il a également de l’expérience au niveau international (il a pris part à la dernière Copa America). Véritable guerrier sur le terrain, capable d’orienter le jeu de son équipe, il souhaite désormais changer d’air. UN DUEL AVEC BORDEAUX Il avait été désiré par l’OL l’été dernier mais il semble que ce soit de l’histoire ancienne, et peu de clubs sont désormais prêt à le recruter, comme il le confirme à demi-mot. « Je n’ai pas beaucoup de propositions concrètes mais beaucoup de clubs me disent qu’ils sont intéressés. Ils préféreraient me recruter en juin prochain gratuitement. De nombreux clubs appellent mon agent mais nous avons des objectifs, nous avons fixé un montant pour le salaire, une prime aussi en fonction d’un départ en janvier ou en juin. Pour l’instant, nous n’avons pas eu beaucoup de retours mais je pense que ça devrait bientôt accélérer. » Sanchez a récemment confirmé que ses velléités de départ étaient toujours d’actualité. « Oui, je pense au départ, bien sûr. Valenciennes vitesse qui pourrait apporter bon nombre de solutions aux milieux de terrain niçois. Mais le temps presse et les dirigeants du Gym vont devoir rapidement entrer en négociation avec Jean-Michel Aulas afin de maximiser leurs chances d’attirer le joueur. Deux obstacles se placent toutefois sur le chemin de ce transfert. Après les réussites de Rémy et Mounier, les dirigeants lyonnais vont ils accepter de céder un autre joueur prometteur ? Secundo : repéré par Rémy Garde, actuel entraîneur de l’équipe A, Belfodil prendra-t-il le risque de rejoindre un petit club pour se relancer à l’instar de Loïc Rémy ? Face au possible départ de Mouloungui à Marseille, les Niçois qui ont repris espoir quant à leurs chances de maintien vont miser gros sur ce dossier. SÉBASTIEN ERSON MALHERBE ACCÉLÈRE POUR CARLOS SANCHEZ 10 - Le Foot gazette des transferts n°42 - Février 2012 LIGUE 1 est au courant, j’ai envie de partir, poursuit-il. Les dirigeants m’ont demandé de prolonger mais j’ai refusé de le faire pour l’instant, je préfère attendre. » Et la question d’un départ dès le mois de janvier revient sur la ta-ble, le Colombien est clair : « Bien sûr qu’un départ en janvier est possible. Je pense même que ce serait la meilleure solution pour Valenciennes parce dans six mois le club ne récupèrera pas d’argent et ce serait un coup dur. Moi je suis prêt à partir en janvier et je pense que ce serait la meilleure solution pour tout le monde mais il faut aussi que je reçoive des propositions intéressantes. Je pense que Valenciennes serait d’accord pour me laisser partir. » Quoi qu’il en soit, le Stade Malherbe qui prouve cette année son ambition en étant parvenu à convaincre Pierre-Alain Frau ou Frédéric Bulot de rejoindre la Normandie souhaite s’attacher ses services. Avant toute chose, les dirigeants caennais BRUITS DE VESTIAIRE NICE TIENT À MOULOUNGUI… Sous contrat jusqu’en juin prochain, l’attaquant gabonais pourrait quitter le club. C’est en tous les cas ce que redoute Jean-Pierre Rivière. « Je suis son premier supporter depuis mon arrivée au club, précise le président du Gym. Je trouve que c’est un gâchis de ne pas avoir prolongé ce joueur par le passé. Il peut effectivement être maladroit mais il est également capable de faire des matches que peu d’attaquants en France sont capables de faire. Je ne sais pas ce qui va se passer avec Eric. C’est très compliqué. Ce serait dommageable de le perdre. » … ET PRÉPARE SA SUCCESSION Suite à la blessure de Xavier Pentecôte au genou droit et à la pubalgie d’Abraham Guié Guié, Nice espère recruter un attaquant cet hiver. L’avantcentre du Genoa, Sebastian Ribas, et l’ancien Valenciennois de Stuttgart, Johan Audel, restent des pistes sérieuses. NEWCASTLE VISE COULIBALY Alan Pardew et ses dirigeants aiment l’Hexagone et ses footballeurs bon marché. Selon The People, les Magpies souhaitent recruter Kafoumba Coulibaly. Ils seront à la CAN Eric Mouloungui (Gabon) Llyod Palun (Gabon) Drissa Diakité (Mali) Larrys Mabiala (Cameroun) devront persuader le président de Valenciennes Jean-Raymond Le-grand qui a « la volonté de prolonger Carlos ». Les Rouge et Bleu s’apprêterait à proposer 4 millions d’euros à leurs homologues valenciennois afin de ne pas se faire doubler au dernier moment par une autre équipe de L1, Bordeaux notamment, un club que Sanchez apprécie. « Je n’ai pas eu de contact récent avec les dirigeants de Bordeaux mais ils ont sans doute parlé directement avec mon agent. C’est un club qui me suit depuis très longtemps, c’est vrai, et c’est toujours agréable. Même s’ils ne sont pas au top cette année, Bordeaux reste un très bon club et j’aime beaucoup cette ville. C’est le genre de club qui m’intéresse beaucoup. » A suivre… S.E.
En manque de jeu à Arsenal, l’international marocain est en plein doute HENRY VA-T-IL POUSSER CHAMAKH VERS LES GIRONDINS ? Définitivement barré par le talent de Van Persie, la star des Gunners, Marouane Chamakh, ne va pas se contenter longtemps de ce statut de doublure surtout depuis que Thierry Henry est revenu à Londres. Toujours en contact avec des joueurs sochaliens dont il fut à la base de l’éclosion, Francis Gillot espère en récupérer certains le plus rapidement possible. Anin et Erding en priorité. Maïga peut-être. Dans l’idéal, Gillot souhaiterait se renforcer d’un joueur par ligne cet hiver. S’il a déjà obtenu satisfaction en accueillant le Brésilien Mariano pour 3 millions d’euros, il lui reste une enveloppe de 7 millions d’euros pour acheter les deux autres. Pour limiter les risques, il a convaincu ses dirigeants - Jean-Louis Triaud l’était déjà- qu’en puisant dans l’école sochalienne, il trouverait ce qui lui manque. Au milieu de terrain, défensivement, il rêve d’associer Landry N’Guémo (26 ans) avec Kevin Anin (25 ans) que les difficultés à s’installer dans le projet sochalien et à trouver un nouveau challenge pourraient rendre moins gourmand (transfert estimé entre 2,5 et 3,5 millions). Ce n’est qu’à cette condition que le fantasque lionceau rejoindrait son ancien coach et formerait avec N’Guémo un duo de récupérateur-relanceur de premier ordre. Dans le domaine offensif, parce que les prix sont forcément plus élevés, un prêt est à l’étude avec une possible option d’achat. Dans cette logique, et si Chamakh ne revenait pas sur ses terres bordelaises, le choix de Gillot se porterait sur Mevlut Erding (24 ans), en manque de jeu et de confiance au PSG derrière Gameiro, Hoareau et que la perspective de voir arriver une recrue hivernale de niveau international pousse à envisager son avenir ailleurs. Malgré une prolongation de contrat signé cet automne jusqu’en 2014, l’international turc serait favorable à un départ vers les Girondins où il serait quasiment assuré d’une place de titulaire. A 8 millions, Paris est vendeur mais avec cette somme Triaud espérait acheter deux joueurs. Les négociations avec le club parisien ont débuté en fin d’année et leur issue dépendait forcément de la nature du mercato parisien et des ambitions salariales d’un joueur qui émerge à 240 000 euros mensuels. Rennes sera un concurrent très Lorsque le Franco-Marocain s’est exprimé dans les colonnes de Sud-Ouest au sortir d’un nouveau match de Premier League, à Birmingham, qu’il avait regardé depuis le banc de touche, il ne savait pas encore que son coach, Arsène Wenger, essayait de convaincre Thierry Henry d’effectuer une pige de quelques mois en 2012. L’ancien Girondin espérait encore inverser une tendance très défavorable. « Je voudrais jouer mais je suis victime d’un schéma tactique qui privilégie un seul attaquant, constatait-il impuissant. Je me retrouve face à un Robin van Persie « pourri » de talent et qui marche sur l’eau. » Face à l’insolente réussite du Néerlandais, Chamakh ne pouvait qu’espérer un changement de tactique, passer à deux attaquants… sans trop y croire : « Le schéma idéal pour moi serait de jouer à deux attaquants. Nous avons deux profils différents, nous pouvons jouer ensemble. (…) Mais je comprends que le coach ne veuille pas l’enlever et je ne peux pas non plus lui demander de changer de tactique dans la mesure où tout se passe bien ainsi dans l’équipe. » Ne restait alors plus qu’à essayer de conserver le rythme lors « d’entraînements intensifs à Colney », au cas où une baisse de régime ou une blessure du Batave ne lui offre une petite ouverture en dehors de quelques matchs de Coupe de la Ligue ou d’entrées en jeu frustrantes. La volonté de Wenger de faire appel à l’ancien capitaine historique des Gunners, récemment statufié de son vivant aux abords de l’Emirates Stadium et qui s’entraînait régulièrement avec son ancien club, tendrait à démontrer que dans le schéma à un seul attaquant qui permet à Arsenal de revenir dans la lutte pour le titre, il compte peut-être moins sur Chamakh que LIGUE 1 La filière sochalienne activée sérieux sur ce dossier et toute la surface financière du groupe M6 ne sera pas de trop pour rivaliser avec les Bretons. Reste à savoir quelle part de ce salaire voudront bien assurer les Qataris pour ne pas garder un joueur « inutile » dans leur effectif. MAÏGA, UN CHOIX RISQUÉ ? Si le Turc qui s’était révélé à Sochaux préférait finalement une autre destination, la filière sochalienne ne serait pas tarie pour autant : la possibilité de se rabattre sur Modibo Maïga qui disputera néanmoins la prochaine CAN avec le Mali serait toujours d’actualité. Après avoir été refoulé de Newcastle en fin d’année en raison d’un genou défaillant, le Malien est revenu traîner sa peine dans le Doubs… et sécher un décrassage après la défaite humiliante à sur un joueur de 34 ans. L’arrivée de Henry est un vrai coup dur pour l’international marocain même si officiellement elle se justifierait par les départs pour la CAN 2012 (Gervinho avec la Côte d’Ivoire et Chamakh avec le Maroc). Si Henry restait au moins trois mois, de janvier à mars, avant la reprise du championnat US avec les New York Red Bulls, et surtout si le joueur parvenait à redevenir efficace, cela compliquerait d’autant la position de Chamakh qui a peutêtre intérêt à anticiper un prêt lui assurant une fin de saison plus « joueuse ». 60 000 EUROS PAR SEMAINE QUAND MÊME ! Dans ce contexte, les Girondins de Bordeaux resteront à l’affût. Le président Triaud a carte blanche de la part de M6 pour actionner toutes les pistes, même les plus coûteuses, afin d’assurer un classement plus conforme à ses ambitions en fin de saison. Le salaire de son ancien buteur arrivé libre à Arsenal a de quoi faire réfléchir (60 000 euros par semaine) mais il ne serait pas insurmontable sur une courte période car, au-delà, le natif de Tonneins n’envisage pas de quitter un pays, l’Angleterre, et un championnat qu’il adore. « J’ai reçu beaucoup de propositions de l’étranger mais je tiens à rester en Angleterre. (…) Et si je devais retourner en France, ce serait à Bordeaux. Mais pas au mois de janvier, c’est sûr. « Disait-il avant de voir resurgir sur Londres l’ombre envahissante de Thierry Henry… GILLOT VEUT RÉCUPÉRER ERDING MAÏGA OU ANIN TOM BOISSY Bonal face à Ajaccio lors de la dernière journée de championnat. Cette nouvelle incartade a poussé les dirigeants à placer leur joueur sur la liste des transferts. Malgré des statistiques parlantes (15 buts en 36 matches), l’attaquant va donc quitter à 24 ans un club qu’il avait rejoint en 2010 en provenance du Mans… d’où il était déjà parti après un sérieux bras de fer. Sous contrat jusqu’en 2014, il en coûtera environ 3 millions d’euros aux Girondins s’ils veulent parier sur lui. Si Gillot pense pouvoir maîtriser un joueur qu’il a coaché lors de sa dernière saison à Sochaux, pas sûr que M6 accepte de prendre un tel risque. Pourtant, son profil technique ouvrirait de nouvelles perspectives à l’attaque girondine. T.B. BRUITS DE VESTIAIRE L’APPEL DU PIED D’OBRANIAK Ce n’est un secret pour personne, le milieu de terrain du LOSC va quitter le Nord cet hiver. Son talent de pur gaucher en fait un joueur particulièrement convoité que Bordeaux a les moyens de se payer. Si M6 veut, les Girondins auront ! Et ce d’autant plus facilement que le principal intéressé, Ludovic Obraniak, 27 ans, n’a pas hésité à se déclarer sur les antennes de RMC : « Bordeaux, ça peut être une solution très attractive. C’est un bon club, je pense pouvoir m’épanouir là-bas. Il y a d’autres pistes mais je sais que les deux parties sont en contact. Cela peut être un très beau challenge, avec l’occasion de prendre un maximum de plaisir en jouant plus. » En fin de contrat en juin prochain, l’international polonais est attendu au Haillan le plus vite possible par un coach, Francis Gillot, qui apprécie « ce joueur d’expérience qui est bon sur les coups de pied arrêtés », secteur particulièrement déficient à Bordeaux depuis le début de saison. Avec un attaquant supplémentaire, voire un défenseur d’expérience si Ciani et Planus venaient à partir, Obraniak est la tête de gondole du mercato hivernal bordelais. MARIANO, UN DÉFENSEUR QUI MONTE ! Latéral droit de Fluminense repéré par Jérôme Bonnissel, responsable du recrutement des Girondins, Mariano (26 ans, 1m77 pour 69 kg) est la première recrue de l’hiver, « une valeur sure », selon Gillot, que le club a payé 3 millions d’euros pour un contrat de quatre ans et demi et qui se prépare à découvrir la Ligue 1 avec un statut de meilleur défenseur droit du dernier championnat brésilien et un peu d’appréhension malgré la présence de compatriotes dans l’effectif bordelais. « J’ai commencé à apprendre le français, déclarait-il sur Globo, avant de quitter son pays pour la première fois. Au départ, ça fait froid dans le dos, le fait de rejoindre un pays qu’on ne connaît pas et de ne pas parler la langue. J’ai vraiment envie de connaître la culture française et l’histoire de mon nouveau club, un des meilleurs en France et en Europe. » Eh oui, le Brésilien est encore resté sur le dernier titre des Girondins et le quart de finale de la Ligue des Champions qui en a résulté ! HAMOUMA CONTRE BEN KHALFALLAH ? Non retenu par son club, le Marocain Fahid Ben Khalfallah (29 ans), sous contrat jusqu’en 2014, pourrait être transféré cet hiver et remplacé numériquement par le jeune milieu de terrain de Caen, Romain Hamouma (24 ans). SQUILLACI FAIT L’UNANIMITÉ Quasiment pas utilisé par Arsène Wenger cette saison, si ce n’est dans des matches sans enjeu, Sébastien Squilacci va changer d’air le plus rapidement possible. S’il trouve chaussure à son pied... Sous contrat jusqu’en juin 2013 (il est arrivé à Arsenal en 2010 en provenance du FC Séville), l’ancien international lyonnais est une piste qui fait l’unanimité à Bordeaux où le staff apprécie son parcours et sa personnalité. En quête d’un leader défensif, depuis que la paire Ciani (sur le départ)-Planus n’est plus ce qu’elle était, Gillot aurait fait de Squillaci (32 ans) sa priorité. Reste à négocier le transfert avec Arsenal, qui l’avait payé 7 millions d’euros au club andalou et semble prêt à le lâcher pour 2 millions, et le salaire de Squillaci, qui culmine à 200 000 euros mensuels… L’ancien Monégasque est aussi sur les tablettes de West Ham, l’Udinese, l’Espanyol Barcelone et Lyon. MAYUKA, LA PISTE ZAMBIENNE Jeune attaquant zambien de 20 ans évoluant aux Young Boys de Berne, en Suisse, Emmanuel Mayuka a inscrit 14 buts la saison dernière. Suffisamment pour attirer l’attention des recruteurs bordelais qui aiment son profil davantage que son prix : 7 millions d’euros. LE PARI DIARRA ? En échec depuis son départ du Real Madrid, Mahamadou Diarra n’a pas vraiment rebondi lors de son prêt de six mois à Monaco la saison dernière. Libre de tout contrat actuellement, il s’entraîne avec la réserve de son ancien club, l’OL, et cherche un point de chute en 2012. Bordeaux s’est renseigné mais ne fouillera cette piste qu’à défaut… Ils seront à la CAN Abdou Traoré, Cheick Diabaté (Mali) André Poko (Gabon) Lamine Sané (Sénégal) Le Foot gazette des transferts n°42 - Février 2012 - 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :