Gazette des Transferts n°37 juillet 2011
Gazette des Transferts n°37 juillet 2011
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°37 de juillet 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (315 x 400) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 12,8 Mo

  • Dans ce numéro : le gros coup de l'été, Eto'o à Paris.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Fabian Monzon, arrière gauche et international argentin de Boca Juniors, est tout proche d’un accord avec l’OGC Nice. Le club azuréen tiendrait ici une recrue de choix pour la saison prochaine. Approché en janvier, l’Argentin aurait finalement donné son accord pour jouer sous le maillot rouge et noir. L’affaire devrait se finaliser dans les jours à venir. Un international argentin à Nice, ce n’est pas tous les jours que cela arrive ! L’arrière gauche prometteur de Boca Juniors, Fabian Monzon (24 ans), est en bonne position pour signer dans les prochains jours sur la Côte d’Azur. Contacté pour rejoindre le club niçois lors du dernier mercato hivernal, l’argentin aurait donné son accord de principe pour rejoindre les Aiglons. Une recrue de choix pour l’OGC Nice. Malgré un passage mitigé au Betis Séville, prêté par Boca lors de la saison 2008-2009 où il n’a disputé que 12 petits matchs (pour 2 buts inscrits), le champion olympique 2008 a plusieurs arguments de taille pour s’imposer chez les Azuréens. Latéral sud-américain typique, il est très porté sur l’offensive et dispose d’un pied gauche magique. Excellent centreur, il est surtout une arme redoutable sur coup-franc. Son seul défaut reste probablement son jeu défensif où il manque parfois de concentration sur son placement. « FABIAN EST HEUREUX, IL ATTENDAIT CETTE CHANCE DEPUIS LONGTEMPS » LIGUE 1 Après Civelli, l’OGCN accueille un nouveau défenseur argentin MONZON ATTERRIT CHEZ LES AIGLONS Pour sa première saison en Ligue 1, le club d’Evian cherchera à ne pas répéter les mêmes erreurs qu’a pu commettre Arles-Avignon. Sans chambouler son ossature, un recrutement malin et peu onéreux est de rigueur pour l’équipe entrainée par Bernard Casoni. Le vétéran Jérôme Leroy est pressenti pour amener de l’expérience à une équipe qui en aura bien besoin. Le coéquipier de Messi en sélection argentine, bien qu’arrière gauche, devrait donner du poids offensivement à des Aiglons en panne d’inspiration cette saison. Troisième plus mauvaise attaque de Ligue 1 avec seulement 33 petits buts, ils ont évité la relégation de justesse en terminant 17 ème. Celui qui dispose de 4 sélections en équipe nationale retrouverait ainsi un autre argentin en la personne de Renato Civelli. Il ne devrait malheureusement pas jouer l’an prochain avec le portier colombien David Ospina. Très courtisé en France et en Europe, celui qui a probablement sauvé Nice de la relégation dispose d’un bon de sortie et ne donnerait pas l’occasion à Nice d’avoir un secteur défensif aux forts accents sud-américain. Il pourrait filer à Rennes en vue de remplacer Douchez. Quoi qu’il en soit, Nice a flairé Le promu en a fait une de ses priorités Il avait joué son premier match de Ligue 1 en 1996 sous les couleurs du Paris Saint-Germain. Depuis, Jérôme Leroy a bourlingué un peu partout en France, avec une parenthèse de six mois au Betar Jérusalem. Fort de plus de 400 matchs pros en championnat, disposant même d’une bonne expérience européenne, Jérôme Leroy serait une recrue de choix pour le club d’Evian Thonon-Gaillard, qui va connaître sa première saison dans l’élite française. A 37 ans, il en a toujours sous le pied et sa dernière saison avec Rennes le démontre bien. En 34 matchs dont 22 titularisations, il a ainsi inscrit 2 buts et réalisé 6 passes décisives. Avant de raccrocher les crampons définitivement à l’orée de la saison 2011-2012, Jérôme le bon coup avec Monzon dont le transfert est estimé à 2,3 millions d’euros. Son agent, Marcelo Trapasso, a d’ailleurs confirmé au quotidien sportif argentin Olé qu’un accord est tout proche entre Nice et Boca. « Pour que le transfert soit officialisé, il ne manque que la signature. Et il faut aussi que Nice donne son accord concernant la dernière contreproposition de Boca. Le contrat n’est pas encore complètement réglé, mais presque. Fabian est heureux, il attendait cette chance depuis longtemps ». EVIAN SE JETTE À L’EAU POUR LEROY 6 - Le Foot gazette des transferts n°37 - Juillet 2011 Leroy pourrait se ressourcer du côté d’Evian pour le dernier challenge de sa carrière. Mais, forcément, un joueur du niveau de Leroy en fin de contrat est une aubaine pour plusieurs clubs de Ligue 1. Et notamment Nice qui a récemment pris contact avec le natif de Béthune. Jérôme Leroy va donc prendre le temps de la réflexion. Le challenge d’Evian a toutefois des chances de jouer en leur faveur. Ayant réalisé l’exploit de passer du National à la Ligue 1 en deux saisons, auréolé du titre de Ligue 2, Evian dispose surtout de l’argument Bernard Casoni. Jérôme Leroy avait joué sous ses ordres pendant plusieurs mois lors de la saison 1999-2000 quand celui-ci évoluait à l’Olympique de Marseille. LA CONCURRENCE AVEC NICE S’ANNONCE RUDE Et Jérôme Leroy ne verrait pas d’un mauvais œil d’assurer la transition avec les jeunes. Il avait d’ailleurs déclaré dans les colonnes de nos confrères de l’Equipe : « Je peux encore jouer une saison haut la main. Je compte rester en L1. Dans un championnat qui est devenu pratiquement un championnat de centres de formation, il n’y a plus beaucoup de joueurs d’expérience, et ça manque. Je suis encore apte à jouer un an. Pas plus ». Le club d’Evian dispose aussi peut-être de cette fraicheur qui lui permettrait d’attirer quelques joueurs d’expériences en Ligue 1. Au contraire de Nice, peu emballant au niveau du jeu lors de ces dernières saisons en Ligue 1 et qui a bien failli descendre cette année. Mais peut-être que pour sa dernière saison en Ligue 1, c’est le cadre de vie qui primera pour Jérôme Leroy. Et de ce côté-ci, Nice et la Côte d’Azur ont de sérieux arguments à faire valoir… Les deux clubs vont devoir se montrer très convaincants pour attirer ce leader aussi important sur le terrain que dans les vestiaires. Espérons pour Jérôme Leroy qu’il fera le bon choix pour couronner une carrière riche en rebondissements et en émotions. R. D. Reste à savoir si Monzon arrivera à bien s’acclimater au championnat de Ligue 1. Une saison d’adaptation sera sans doute nécessaire. Mais cela reste une excellente nouvelle pour Nice qui disposerait dans ses rangs d’un joueur talentueux qui ne demande qu’à être connu en Europe. Un bon tremplin pour le joueur de l’Albiceleste qui disputera probablement la Copa America organisée cet été par l’Argentine. BRUITS DE VESTIAIRE RAPHAËL DIDIO NICE AUSSI N’OUBLIE PAS LEROY En fin de contrat avec Rennes, l’expérimenté Jérôme Leroy (36 ans) souhaite s’offrir une dernière expérience avant de raccrocher les crampons. Il a en effet annoncé qu’il prendrait sa retraite en 2012. Annoncé du côté du promu Evian, il pourrait finalement s’envoler chez Nice. Malgré son âge, il serait une recrue de choix dans l’entrejeu pour des Niçois en panne d’inspiration offensivement. L’affaire pourrait se décanter dans les prochains jours. LES AIGLONS EN POURPARLERS AVEC MERIEM A 31 ans et une carrière au point mort, Camel Meriem, en fin de contrat et plutôt frileux de continuer l’aventure en Ligue 2 avec Arles-Avignon, ne verrait pas d’un mauvais œil le fait de rejoindre l’effectif niçois la saison prochaine. Les dirigeants du club ont d’ailleurs entamé des discussions pour engager l’ancien marseillais et international français. Une signature est attendue dans les prochains jours. Un énième challenge pour celui qu’on annonçait comme le futur Zidane lorsqu’il évoluait à Sochaux et qui ferait de Nice son sixième club. BUTELLE OU N’DY ASSEMBÉ DANS LA CAGE NIÇOISE Le départ du gardien de but David Ospina, probablement vers Rennes, oblige l’OGC Nice à trouver un successeur au prodige colombien. Et ce sont deux gardiens ayant évolué en Ligue 2 cette saison qui tiennent la corde pour le moment. Ludovic Butelle prêté par Lille à Nîmes et le portier nantais Guy N’Dy Assembé sont les priorités du moment. Le club azuréen aurait pour le moment une préférence pour le gardien camerounais du FC Nantes, auteur d’une bonne saison avec les Canaris. EVIAN VEUT SE FAIRE PRÊTER PAJOT Vincent Pajot, prêté cette saison par Rennes à Boulogne, pourrait être de nouveau prêté mais cette fois dans un club de Ligue 1. Auteur de 6 buts en 36 titularisations de Ligue 2, Evian s’intéresserait au profil de ce jeune milieu de 20 ans, associé avec YannM’Vila dans les plus jeunes catégories rennaises. Evian n’ayant pas beaucoup de moyens cette saison, ce prêt pourrait s’avérer être une bonne opportunité pour le promu. ETG, LE BON COUP PAF Pierre-Alain Frau est arrivé au terme de son contrat avec le LOSC. Celui qui a plus joué dans un rôle de joker de luxe avec le champion de France cette saison, en disputant 29 matchs dont 10 titularisations et 5 buts à la clé, aimerait relancer sa carrière. A 31 ans, son expérience et sa gratuité pourraient inciter Evian à prendre rapidement contact avec l’ancien international français. Comme pour Jérôme Leroy, Evian devrait faire face à la concurrence de Nice sur ce dossier… Et nul doute que la bataille s’annonce âpre pour s’approprier l’une des bonnes affaires de la Ligue 1. EVIAN RODE AUTOUR DE ROUDET C’est l’une des rares satisfactions cette saison chez le relégué lensois. Il s’agit bien évidemment de Sébastien Roudet qui serait dans le collimateur d’Evian Thonon-Gaillard. Sur ce dossier, les dirigeants d’Evian ont d’ailleurs peut-être une carte à jouer pour s’approprier les services du joueur, lui aussi en fin de contrat. En effet, le président Patrick Trotignon est une vieille connaissance de Roudet, du temps où les deux étaient à Châteauroux.
Après avoir été annoncé ou presque au Paris Saint Germain, Dimitri Payet pourrait finalement atterrir à Lille, la perspective de la Ligue des Champions étant forcément un argument de poids pour le Réunionnais. Reste pour les deux clubs à s’entendre. Ça tombe bien : les Verts voudraient, eux, Ludovic Obraniak. Cela avait animé un Mercato hivernal des transferts qui, crise économique oblige, avait été encore plus calme que les années précédentes. Dimitri Payet, auteur d’un début de saison tonitruant qui lui avait valu d’être sélectionné en équipe de France et d’être pisté par plusieurs grands clubs, dont le PSG, décidait de quitter Saint-Etienne le 30 janvier pour aller s’engager avec le club de la Capitale juste avant la fin du Mercato. Mais le refus catégorique de l’ASSE et une certaine « loyauté » du PSG empêchaient le Réunionnais d’arriver à ses fins. Sanctionné et privé de matchs, le purgatoire s’arrêtait tout aussi logiquement quelques semaines plus tard, l’ancien Nantais continuant à être performant à l’entraînement. Et en match, avec des passes décisives et des buts. Redevenant un élément décisif de l’équipe, Payet se faisait ainsi pardonner son écart de conduite par les supporteurs foréziens et ses dirigeants. Mais la proximité de la fin de saison, et un éventuel nouveau bras de fer entre le joueur et l’AS- SE aurait pu le perturber au point de voir son niveau de performance décliner notamment lors de la venue du PSG à Geoffroy-Guichard le 29 mai dernier à l’occasion de la dernière journée. Saint-Etienne aurait ainsi pu décider, dans le cadre du futur transfert entre les deux parties et d’un gentleman-agreement, d’écarter Payet. Une pratique qui se fait parfois, y compris par contrat, quand un joueur retrouve le club d’où il vient avec celui où il a été prêté et pour éviter qu’il brille face à l’équipe qui ne lui a pourtant pas fait confiance. Pour une (future) transaction en revanche, ça ne s’est jamais, ou rarement vu. Et Christophe Galtier l’a bien compris puisqu’il a aligné Payet que ce soit contre le PSG mais aussi… Lille. A nouveau performant après un passage à vide, l’intéressé a d’ailleurs confirmé qu’il n’avait qu’un seul objectif, bien finir son aventure avec Saint-Etienne pour pouvoir partir avec le sentiment du devoir accompli. « Je veux bien finir, d’abord pour Après avoir succéder à l’OM au palmarès de la Ligue 1, le LOSC l’est-il aussi pour lui servir de supermarché ? Le nombre de joueurs lillois qui intéressent le staff marseillais est en effet assez impressionnant… LIGUE 1 Les Dogues plutôt que le PSG ? LE LOSC FOU DE PAYET l’équipe. Mais je veux finir fort, quand même », affirmait-il. Ne serait-ce que pour raviver le désir des clubs qui étaient intéressés par sa venue à l’hiver dernier (Paris, Lille, Lyon, Marseille, Liverpool, Chelsea …) Et aussi faire monter les enchères de façon substantielle, car si Saint-Etienne s’est désormais résolu à laisser partir le joueur, ce ne sera pas à n’importe quel prix. OBRANIAK COMME MONNAIE D’ÉCHANGE « J’ai eu une conversation avec lui », explique ainsi Christophe Galtier. « Je ne serai pas ingrat. Il a joué le jeu, il aura sûrement un bon de sortie. Mais un bon de sortie conforme à ses prestations. Dimitri a inscrit une quinzaine de buts. Un joueur avec autant de buts inscrits, ça a un certain prix ». On parle par exemple de 8 M € minimum, une somme que le PSG, Ace rythme, s’il veut conserver son groupe en l’état, Rudi Garcia ferait peut-être mieux de succéder à Deschamps sur le banc de l’OM ! Car si le staff olympien reste en place, il fera tout pour s’attacher les services de bon nombre de Dogues qui ont le double avantage d’être en pleine confiance, d’être accessibles financièrement et, pour certains d’entre eux, prêts à un départ. C’était priorité du joueur en janvier, serait plus que jamais en mesure de débourser après l’arrivée de nouveaux investisseurs. Mais les contacts entre le club de la capitale et le joueur se sont refroidis depuis le couac de fin janvier. Voilà qui pourrait profiter au LOSC qui en a fait sa priorité en cas de départ de Gervinho. Un échange de bon procédé pourrait ainsi avoir lieu entre les deux clubs. Saint-Etienne a, en effet, besoin de bons joueurs de Ligue 1, type Obraniak, Lille a besoin de valeurs montantes de niveau international, type Payet. Christophe Galtier ne semblait ainsi pas surpris du tout lorsque la question lui a été posée concernant un possible échange. « C’est une hypothèse. Je vous mentirais en vous disant que l’on n’y pense pas. Obraniak est un joueur fiable, sérieux et c’est vrai que son temps de jeu à Lille est réduit. Du coup, c’est un profil que nous étudions, c’est vrai. Mais si Obraniak ferait le bonheur de Saint- Etienne, il ferait aussi le bonheur de bien des clubs de Ligue 1. Je crois que nous ne serons pas les seuls à nous positionner. Mais le contrat de Ludovic Plusieurs joueurs lillois sont courtisés par le club phocéen LILLE PILLÉ PAR L’OM ? notamment le cas de Yohan Cabaye qui avait failli signer à l’OM en 2010 pour un transfert de 5 millions d’euros pour compenser le départ de Ben Arfa. En fin de contrat en 2013, le milieu offensif nordiste a finalement choisi de rallier l’Angleterre et s’est engagé avec Newcastle. Autre hypothèse, autre joueur suivi depuis longtemps, Florent Balmont. L’activité inlassable du milieu défensif formé à Lyon et passé par Nice pourrait compenser les départs possibles de Kaboré, Cissé ou Abriel et en faire plus qu’un joueur de complément. BALMONT, MAVUBA ET GERVINHO TRÈS DEMANDÉS Désormais sous contrat jusqu’en 2013, Balmont plaît beaucoup à Anigo qui le met en balance avec Rio Mavuba, plus jeune (30 ans contre 27 ans) et donc beaucoup plus cher. Mais le capitaine lillois vient de prolonger jusqu’en 2015 et Garcia ne veut pas s’en séparer. Il serait donc étonnant que l’OM casse sa tirelire pour un joueur de ce profil alors que les priorités vont plutôt au secteur offensif. Dans ce registre, Gervinho a déjà été approché par l’OM en 2009 et en 2010 avant de quitter Le Mans pour Lille. Mais son avenir ne semble plus dans le Nord car il vient de refuser une prolongation de contrat offerte par ses dirigeants. Suivi par Arsenal et Tottenham, la route de l’international ivoirien ne semble pas pouvoir passer par Marseille. A moins que les deux clubs anglais ne trouvent mieux, ils en ont les moyens, et laissent l’OM se positionner pour un attaquant qui fait saliver tout son staff. Obraniak est clair, le club qui le voudra devra débourser tant, c’est écrit, c’est une clause de son contrat. Après, je sais que beaucoup de clubs sont intéressés par Obraniak et l’ASSE est intéressé par Obraniak ! » Côté Lillois, Michel Seydoux en « off » aurait confirmé, à mots couverts, l’idée de faire venir Dimitri Payet sans réfuter la possibilité d’intégrer Obraniak dans la transaction. Rudi Garcia va devoir gérer deux problèmes cet été : celui de garder ses têtes d’affiche, ce qui ne sera pas simple même si Hazard restera, pour ne citer que lui, mais il devra aussi compenser les départs de certains, celui de Rami en défense centrale, mais aussi celui, assez certain, de Gervinho. Il faudra donc trouver un milieu offensif de niveau international. Et Dimitri Payet entre forcément dans la réflexion de l’ancien Stéphanois. Sans que rien de concret ne soit sorti côté Lillois, l’intérêt du LOSC est bien réel. BRUITS DE VESTIAIRE CABAYE COURT VERS NEWCASTLE… Newcastle est définitivement très présent sur le marché des transferts cette année. Les Magpies, qui prospectent dans toute l’Europe, sont sur le point d’enrôler un tout nouveau champion de France, le Lillois Yohan Cabaye. Le milieu de terrain du LOSC sort d’une saison magnifique avec un doublé Coupechampionnat. La plaque-tournante des Ch’tis devrait donc rejoindre l’Angleterre contre six millions d’euros : le montant de sa clause libératoire. L’international français va quitter son club de toujours en pleine ascension. Newcastle a su trouver les chiffres pour le convaincre. Il faut dire qu’un salaire de 57 000 euros par semaine est un argument persuasif. …PEDRETTI PREND SA PLACE Lille a très vite anticipé le départ de Yohan Cabaye et vient de faire signer Benoît Pedretti. Milieu de terrain de l’AJ Auxerre depuis 2006, l’ancien Sochalien a vécu une deuxième jeunesse en Bourgogne. Capitaine de la formation ajaïste, il fut un élément majeur de la qualification pour la Ligue des Champions la saison dernière. A 30 ans, il a une ultime chance de s’imposer dans un club phare de la Ligue 1 après ses échecs consécutifs à Marseille et à Lyon. Et peutêtre de retrouver l’équipe de France. LILLE S’OFFRE RODELIN Le transfert de Ronny Rodelin au LOSC est pratiquement entériné. L’attaquant du FC Nantes est tout proche de parapher un contrat de quatre ans avec le club nordiste. A 21 ans, le joueur longiligne est un avant-centre prometteur qui a fait trembler les filets de Ligue 2 à cinq reprises cette saison. Lille prépare ainsi un possible exode de ses meilleurs joueurs offensifs. Gervinho, Moussa Sow et Eden Hazard sont effectivement très demandés. Rodelin va devoir faire oublier ses glorieux prédécesseurs pour se faire une place au soleil. LE LOSC JOUE LES ALLUMEURS POUR TORJE Agé de seulement 21 ans, Gabriel Torje est la nouvelle sensation du football roumain. Et le milieu de terrain offensif du Dinamo Bucarest n’a pas échappé au regard perçant du président lillois, Michel Seydoux. Ce dernier est prêt à débourser quatre millions d’euros dans une éventuelle transaction alors que le contrat de Torje dans son club expire en 2014. Néanmoins, Hambourg, Wolfsburg et le Lokomotiv Moscou sont aussi sur les rangs et veulent tous donner sa chance à l’international roumain. SOW N’EN A PAS FINI AVEC LES DOGUES La révélation du championnat de France se prénomme Moussa Sow. L’attaquant du LOSC, arrivé gratuitement de Rennes l’année dernière, a écoeuré les défenses françaises et est devenu le meilleur buteur de Ligue 1 cette saison avec 25 réalisations. Malgré les convoitises dont il est l’objet, le Sénégalais compte bien rester dans le nord : « Dans ma tête c’est clair, j’ai envie de continuer avec le LOSC. Je me sens bien ici. En plus, il y a la Ligue des Champions. Je sais que j’ai une année à confirmer. En tout cas, j’ai envie de prolonger et de continuer avec le LOSC ». Une bonne nouvelle pour les supporters lillois. Le Foot gazette des transferts n°37 - Juillet 2011 - 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :