Gazette des Transferts n°37 juillet 2011
Gazette des Transferts n°37 juillet 2011
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°37 de juillet 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (315 x 400) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 12,8 Mo

  • Dans ce numéro : le gros coup de l'été, Eto'o à Paris.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Ce n’est plus un secret pour personne, Nicolas Maurice-Belay, le milieu de terrain de Sochaux, va quitter l’équipe de Francis Gilot et tenter l’aventure ailleurs après quatre années chez les Lionceaux. Si des rumeurs l’annoncent à l’étranger, en Espagne ou en Angleterre, le joueur devrait poursuivre sa carrière dans le championnat de France. Si Paris le suit depuis quelques Le club nancéien est en quête de joueurs offensifs temps, Nancy l’a placé en haut de sa liste pour ce mercato estival. Le club lorrain cherche des joueurs offensifs et apprécierait la polyvalence de Maurice-Belay. Malgré un contrat arrivant à son terme en juin, Nicolas Maurice-Belay a obstinément refusé toutes les propositions de prolongation et les appels du pied qui lui faisait son club, le FC Sochaux Montbéliard. Une attitude qui démontre et prouve que l’attaquant ne va pas s’attarder plus longtemps au sein de la formation de Franche-Comté. Il a luimême confirmé l’hypothèse, qui n’en est plus vraiment une, d’un départ dans les colonnes de l’Equipe : « Je pense que c’est définitif. (...) Je suis content de partir sur cette note, mais en même temps, après avoir connu trois années la lutte pour le maintien, partir l’année où l’on a les meilleurs résultats c’est un peu dommage ». Si l’on sait maintenant que le natif de Sucy-en-Brie va quitter le Doubs, l’inconnue réside dans le choix du joueur quant à sa future destination. « Mais où ce diable de Maurice-Belay va-t-il défaire ses valises » peut-on lire sur toutes les lèvres. AUCUNE INDEMNITÉ DE TRANSFERT À PAYER Il est vrai que le joueur est très demandé en cette période de transferts. Dans les petits papiers du Paris-Saint-Germain, l’ailier serait aussi pisté par une équipe de Premier League et une autre de Liga. Cependant, le club qui a fait part de l’intérêt le plus appuyé est l’AS Nancy. Dans la bataille pour le maintien comme une dizaine d’autres formations, cette saison n’a pas été de tout repos pour les Lorrains. Finalement, le groupe de Pablo Correa termine en treizième position : tout est bien qui finit bien pour L’AC Ajaccio a réussi l’exploit de remonter parmi l’élite après une saison de Ligue 2 forte en émotion et très serrée. Le promu est donc en pleine recherche de joueurs capables de consolider son effectif. Le club supervise notamment Enzo Reale : un jeune lyonnais qui n’a pas encore eu sa chance chez les Gones. Le contrat du milieu de terrain expirant en juin, l’ACA pourrait acquérir sans frais un des français champions d’Europe des moins de 19 ans l’année dernière. LIGUE 1 MAURICE-BELAY SE FAIT LA BELLE À NANCY BRUITS DE VESTIAIRE ÇA DISCUTE POUR MAGRO Nancy aime tout particulièrement les Brésiliens. Alors que le club pourrait engager Kim, son ancien attaquant sud-américain, l’ASNL superviserait un de ses compatriotes, Yan Magro. Cet attaquant de 25 ans joue actuellement à Tupi en première division brésilienne et est libre de tout contrat à partir de cet été. Le président de Nancy, Jacques Rousselot l’a présenté lors d’une conférence de presse : « Nous avons de bons renseignements à son sujet et allons discuter avec lui ». Un bail d’une année serait en préparation. ANDRÉ LUIZ OPTE POUR LA PROLONGATION Le défenseur central, André Luiz, a prolongé son contrat avec Nancy jusqu’en juin 2013. Celui-ci se terminait cette année et le Brésilien était en pleine tractation avec Montpellier depuis de nombreuses semaines. Contre toute attente, il a finalement opté pour les couleurs nancéiennes qu’il porte depuis 2005. A 31 ans, le joueur est toujours une pièce maîtresse dans le dispositif de Pablo Correa et n’a pu résister aux offres successives de ses dirigeants. BAUP À LA TÊTE DE L’ASNL ? Après neuf saisons sur le banc nancéien, Pablo Correa a fait part de longue date de son intention de quitter le club une fois la saison terminée. Le club lui cherche donc un remplaçant pour entamer d’un nouveau cycle. Le favori pour succéder au tacticien urugayen n’est autre qu’Elie Baup, l’ancien coach de Bordeaux et Toulouse. A la recherche d’un point de chute, le consultant de Canal + pourrait se poser en Lorraine alors qu’Auxerre l’a également approché. Si l’affaire ne se faisait pas, les solutions de rechange se nomment Didier Ollé-Nicolle et Daniel Sanchez. ET SI DELORT RESTAIT ? L’attaquant d’Ajaccio, Rudy Delort, est très courtisé en ce début de période des transferts. Le jeune joueur de 19 ans est dans la ligne de mire des Girondins de Bordeaux et de l’AS Monaco alors que son contrat en Corse court jusqu’en 2014. Néanmoins, la montée de l’AC Ajaccio dans l’élite devrait inciter Delort à rester dans son club. D’autant plus qu’une signature à Monaco signifierait un retour par la case Ligue 2. Pas vraiment le pied quand on s’est battu toute une saison pour découvrir la Ligue 1. L’ACA SOUHAITE CONSERVER SES TRENTENAIRES Les dirigeants ajacciens ne sont pas prêts à laisser partir leurs éléments les plus expérimentés qui pourraient être d’une aide non négligeable l’année prochaine. Ils font donc des pieds et des mains pour conserver et prolonger Thierry Debès (37 ans), Jean-François Rivière (34 ans) et YoannPoulard (34 ans). Des joueurs qui ont activement participé aux performances de l’ACA cette saison et dont le vécu pourrait s’avérer précieux dans une éventuelle course au maintien. FOURNIER DÉFINITIVEMENT À CHÂTEAUROUX Ajaccio avait prêté son défenseur central, Rémi Fournier, à Châteauroux cet hiver. Le joueur s’y est apparemment plu puisqu’il a signé un bail d’un an avec le pensionnaire de Ligue 2. Lié à son nouveau club jusqu’en juin 2012, le joueur de 27 ans devra malheureusement regarder de loin ses anciens partenaires jouer dans l’élite. 10 - Le Foot gazette des transferts n°37 - Juillet 2011 Le centre de formation de l’Olympique Lyonnais est un véritable vivier de futurs champions. Les Lacazette, Grenier ou Pied en sont tous originaires et l’ASNL. Mais le club n’a pas brillé par son efficacité devant les buts adverses et cherche des joueurs capables de remédier à ce problème préoccupant. De nombreux joueurs à vocation offensive ont donc été annoncé en partance vers le club présidé par Jacques Rousselot. Les noms de Kim, gloire locale sans club, ou de Grégory Pujol ont notamment été cités. Maurice-Belay fait partie de cette liste non-exhaustive et semble tenir la corde dans ce dossier. On ne peut pas proprement parler de qualité de finisseur quant on évoque le milieu offensif : il n’a fait trembler les filets que trois fois cette saison et, pour l’anecdote, n’a inscrit son premier but chez les professionnels qu’au bout de 64 matchs. Des chiffres qui ne sont pas vraiment flatteurs mais qui semblent néanmoins ne pas poser de problèmes aux dirigeants nancéiens. Ceux-ci apprécient beaucoup le Sochalien qui, à 26 ans, est arrivé à maturité. De plus, la perspective de faire signer un joueur libre, et donc de ne pas payer d’indemnités, devrait les conforter dans leur choix. D’autant plus que Maurice-Belay, qui n’est pas un buteur on l’aura compris, possède énormément de qualités. Percutant, vif et technique, ce n’est pas pour rien que l’ancien Monégasque a tapé dans l’oeil du PSG. Il a même reçu un éloge de la part de Daniel Bravo, ancien joueur du club de la capitale : « Ce joueur a d’énormes qualités. il a le talent pour jouer à Paris même s’il faut rester prudent sur une éventuelle adaptation dans un club de ce calibre ». Un transfert de Dimitri Payet à Paris aurait l’avantage de clarifier la situation, et d’écarter un concurrent de Nancy dans la course à Maurice- Belay. HUGO DERRIENNIC Le club corse lui permettrait de lancer sa carrière au plus haut niveau AJACCIO S’EMBALLE POUR REALE devraient, selon toute vraisemblance, devenir les cadres de l’OL dans les années à venir. Après l’éclosion de Karim Benzema, les autres clubs ont compris que les jeunes pousses rhodaniennes étaient dignes du plus grand intérêt. Pour preuve, la bataille que se livrent de nombreuses équipes pour s’attacher les services du tout jeune Enzo Reale. Agé de 19 ans, le milieu de terrain offensif vient juste d’intégrer l’équipe première de Lyon. Il sévissait auparavant avec la réserve en CFA, championnat qu’il a éclaboussé de sa classe innée. Ce créateur de poche (1m73 pour 63 kg) a toutes les cartes en main pour être un futur crack. Son contrat avec les Gones se terminant à la fin du mois, Reale est l’objet de nombreuses convoitises. Pur produit lyonnais, il pourrait continuer l’aventure avec l’OL qui aurait déjà pris les devants en lui proposant une prolongation de contrat jusqu’en 2014. Cependant, beaucoup de formations sont à l’affût d’une pareille affaire et permettrait au jeune joueur de gagner un temps de jeu considérable. Outre Arles-Avignon, Evian-Thonon-Gaillard et Boulogne-sur-Mer, Ajaccio veut Enzo Reale. Fraîchement promu en Ligue 1, le club corse est en plein renouvellement de son effectif pour préparer un retour dans l’élite qui s’annonce difficile. Une nouvelle ère s’ouvre pour l’Athlétic Club Ajaccien qui végétait en deuxième division depuis cinq saisons. CHAMPION D’EUROPE DES MOINS DE 19 ANS Une renaissance qui était difficile à prévoir. Il y a deux ans, le club se battait pour ne pas descendre en National et finissait seizième de Ligue 2. Un retournement de situation impressionnant, et une deuxième place cette année qui apparaît comme une victoire, voire une libération, pour l’Ile de beauté qui n’avait plus de représentant en Ligue 1 depuis 2006. La fin de la descente aux enfers pour les clubs corses qui se matérialisent aussi par la bonne saison du SC Bastia, les hommes de Frédéric Hantz ayant trouvé les ressources nécessaires pour remonter en Ligue 2. Le temps du renouveau est donc venu pour l’AC Ajaccio. L’équipe doit se racheter auprès de ses supporters et obligatoirement se maintenir l’année prochaine. Car, si la remontée n’a pas été simple (tout s’est joué lors de l’ultime journée de championnat), c’est une tâche doublement plus compliquée qui attend les joueurs entraînés par Olivier Pantaloni. Il est toujours difficile pour un promu de se maintenir dans l’élite : la saison que vient de vivre Arles-Avignon en est la plus flagrante démonstration. Il lui faut trouver des joueurs de talent et Enzo Reale, s’il est peut-être inexpérimenté, en est un. Son autre qualité est son prix : libre en juin, il ne coûtera rien à l’ACA. Il lui faut maintenant prouver tout le bien qu’il inspire et confirmer. Sacré champion d’Europe avec l’équipe de France des moins de 19 ans en 2010, il a encore du temps pour s’affirmer. L’ACA pourrait lui permettre de sauter dans le grand bain plus tôt que prévu. Une chance à saisir avant de s’élever au plus haut niveau. H. D.
La capitale parisienne est devenue ces dernières années un véritable pèlerinage pour footballeur en fin de carrière. Mais lorsque l’on parle de Samuel Eto’o, on oublie l’âge et on pense à un Paris Saint- Germain enfin à la hauteur des espoirs de ses supporters. Le départ de Mevlut Erding est le symbole de la reconstruction du PSG qui doit se débarrasser du passé. La saison vient à peine de se terminer que le club de la porte d’Auteuil fait déjà parler de lui. Cependant ce n’est pas en vue de ses résultats sur le terrain que le Paris Saint- Germain suscite autant d’engouement en ce début de période estivale. En effet, le PSG devra se satisfaire d’une modeste quatrième place qualificative pour l’Europa ligue. Même si les Parisiens n’ont pas démérité au niveau du jeu produit, notamment grâce au talentueux Nenê, les faits sont accablants : depuis la saison 2004/2005 le club n’a plus participé à la prestigieuse Ligue des Champions. Le grand PSG LIGUE 1 A peine arrivés, les nouveaux investisseurs ont l’intention de frapper fort PARIS RESSERRE L’ÉTAU AUTOUR D’ETO’O MARVIN MARTIN a une préférence pour le club de la capitale est redevenu un club comme les autres. Les puristes se sont d’ailleurs posés la question de savoir si le club avait réalisé une meilleure saison que celle de l’exercice 2009/2010. Les Parisiens avait alors fini la saison à une modeste treizième place mais en remportant la coupe de France contrairement à cette année où ils finissent la saison sans le moindre titre. Mais depuis quelques jours, l’arrivée du richissime prince héritier du Qatar, Tamim Bin Hamad al-Thani, à la tête du club de la capitale, a réveillé l’euphorie autour du Parc des Princes puisque l’on évoque une arrivée prochaine de Samuel Eto’o. Le joueur de l’Inter Milan, trentenaire depuis mars dernier, semble être prêt à revoir à la baisse sa masse salariale pour s’engager avec le club (8 millions annuels à l’inter). Celui qui a fait les beaux jours du FC Barcelone en marquant 130 buts en cinq saisons et qui occupe la pointe de l’attaque du club intériste depuis 2009, a fait savoir à son entourage son envie de venir jouer à Paris en désignant le club de la capitale comme le club de son coeur. SON PRIX A ÉTÉ FIXÉ À 50 MILLIONS D’EUROS Cette saison, Samuel Eto’o a inscrit 21 buts en 34 matches de championnat et affiche un palmarès incroyable avec trois Ligues des Champions (2006 et 2009 avec le club catalan, 2010 avec l’Inter), quatre coupes nationales (2003 avec Majorque, 2009 avec Barcelone, 2010 et 2011 avec l’Inter) « LE PSG, UN RÊVE DE GOSSE » Meilleur passeur de Ligue 1 et récemment appelé en équipe de France par Laurent Blanc, il n’en fallait pas plus à Marvin Martin pour être dans le collimateur des plus grandes équipes françaises et européennes. Suivi par Lille, Lyon, Marseille ou encore le Borussia Dortmund, le Sochalien ne cache pas son attirance pour le Paris Saint-Germain. Marvin, comment expliquez-vous la bonne saison réalisée par Sochaux ? On joue ensemble, pour la plupart d’entre nous, depuis plus de trois ans. On s’entend très bien aussi bien sur qu’en dehors du terrain. On est vraiment très solidaires. L’ambiance est vraiment très bonne. On est à l’écoute de l’entraîneur (Francis Gillot, Ndlr). Cette saison, ça a plutôt bien marché. Le jeu pratiqué explique-t-il les bons résultats enregistrés ? C’est certain. Notre force se base surtout sur le jeu. En particulier sur le plan offensif. On essaye vraiment d’insister sur ce plan-là et de reproduire en match ce qu’on travaille à l’entraînement. Quel était l’objectif du club pour cette saison ? Le premier objectif, c’était clairement le maintien. Mais, nous joueurs, on avait envie de viser plus haut. On avait envie aussi de réussir un bon coup dans les coupes. Mais on a été éliminés, donc on avait à coeur se racheter en championnat. On voulait finir dans le top 10. C’était en tout cas le challenge que l’on s’était fixé. Et on a réussi à relever au-delà de nos espérances avec cette 6ème place. A titre personnel, pensiez-vous pouvoir terminer à la première place du classement des meilleurs passeurs de L1 ? Je pensais avant tout au collectif ; gagner les matchs et obtenir le plus rapidement possible le maintien. Mais évidement, je suis heureux d’avoir fini meilleur passeur du championnat même si je ne me suis pas trop pris la tête avec cet objectif. Faire marquer vos coéquipiers a-t-il été toujours plus naturel pour vous qu’inscrire des buts ? J’ai toujours été un passeur. J’adore faire la dernière passe. Je préfère faire la dernière passe que marquer. Même si marquer reste toujours un bonheur, un moment inoubliable. Une passe décisive pour moi, ça vaut largement un but. Vous sortez de deux saisons pleines depuis 2008. Comment expliquer votre côté décisif cette saison ? Dans le jeu, j’avais réalisé plutôt de belles performances la saison dernière mais je n’étais pas décisif. J’ai appris qu’il fallait l’être plus au niveau professionnel. Je travaille beaucoup à l’entraînement. J’ai peutêtre aussi plus d’assurance et de confiance dans le jeu. Quelle position préférez-vous occuper sur le terrain ? Relayeur ou meneur ? J’apprécie les deux postes mais il est certain que j’évolue en numéro 10 depuis mes débuts. Un poste qui m’a beaucoup apporté. Vous ne rechignez pas à vous atteler aux tâches défensives ? Ça ne me dérange pas d’être placé milieu défensif. Lorsque j’évolue en 10, cependant, je suis plus offensif et il m’est plus facile d’être décisif. « JE SUIS AMBITIEUX ET JE VEUX GAGNER DES TITRES » Vous êtes surnommé le « Petit Xavi ». Comment avez-vous accueilli cette comparaison ? C’est gentil et très flatteur. Mais ce joueur appartient à la classe mondiale. Il a prouvé sa valeur et possède énormément de talent. Pour égaler leur niveau, il n’y a que le travail. Xavi est petit, rapide et technique. Ce sont des qualités qui vous caractérisent néanmoins ? Juste la taille en fait (rires) ! J’adore regarder jouer ce type de joueurs, vifs, rapides, avec du jeu en mouvement et qui ne perdent pas beaucoup de ballons. Vous inspirez-vous d’eux ? Je regarde beaucoup le jeu du Barça, c’est vrai. Vous êtes l’un des plus grands espoirs de Sochaux depuis Jérémy Ménez. L’avez-vous côtoyé au centre de formation ? « Jérém », c’est mon pote. Je l’ai encore au téléphone. Il est resté le même malgré son statut d’international. Il est toujours de bon conseil. Comme Mevlut (Erding, Ndlr), il est resté simple. A-t-il été un modèle pour vous ? Bien sûr. Il a signé pro très jeune car il avait le talent. Il a joué pour l’AS Monaco et l’AS Rome. Pour moi, « Jérém » est un exemple. Evoluer pour un club étranger constitue-t-il une évolution logique dans votre carrière ? Je suis ambitieux et je veux gagner des titres. Je continue à travailler. Mais pourquoi pas ? On ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve… Vous jouez à Sochaux depuis neuf ans. Vous êtesvous fixé une date de départ pour évoluer dans un club plus ambitieux ? Non. J’ai un contrat qui me lie à Sochaux jusqu’en 2014. J’ai réalisé une bonne saison. J’espère continuer ainsi et rester régulier. Il ne faut pas s’enflammer. Vous êtes né à Paris. Si le PSG vous contactait, serait-ce une destination envisageable ? C’est bien entendu un rêve de gosse. Quand j’étais petit, j’allais au Parc pour supporter le PSG. Un club qui m’a fait rêver. A l’heure actuelle, je suis à Sochaux et je n’ai eu aucun contact avec le club parisien. mais n’a jamais gagné l’Europa Ligue, compétition dans laquelle le PSG est engagé pour la saison prochaine. Un nouveau défi donc qui devrait être concrétisé dans les jours à venir grâce à un Paris Saint-Germain ‘nouveau riche’qui cherche un attaquant de grand standing pour remplacer le Turc Mevlut Erding en instance de départ vers Galatasaray. Les atouts techniques du Camerounais ne sont plus à énumérer et mettent la pression sur le président Robin Leproux qui devra débourser les 50 millions réclamés par Massimo Moratti en vue du transfert du joueur à qui il reste deux années de contrat. Mais avec le nouvel actionnaire qatari, dompter le Lion camerounais ne semble plus être impossible. Reste à savoir si le nouvel investisseur compte réellement débourser autant d’argent pour un club dont il ne possède que 70% des parts. De plus, la concurrence sera rude car le Real Madrid et Chelsea sont sur les rangs alors le Parc trouvera-t-il les moyens de s’offrir un nouveau prince ? Ce qui est certain, c’est que le PSG semble être aux portes d’une nouvelle ère à la manière de Manchester City et de son rachat en 2008 par Khaldoon Al Mubarak, lui aussi, à la tête d’une fortune considérable. Mais rappelons que malgré des moyens illimités, les Citizens n’ont gagné qu’une Coupe de la Ligue anglaise en trois saisons. Ils sont néanmoins parvenus à décrocher leur ticket pour la Ligue des Champions. Alors l’avenir parisien est-il destiné au même rendement ? Affaire à suivre... BRUITS DE VESTIAIRE UNE OFFRE POUR BERBATOV ? NORDINE BENALI C’est peut être le coup de poker de ce mercato estival. Dimitar Berbatov pourrait rejoindre les rangs parisiens d’ici la fin du mercato pour un montant avoisinant les 15 millions d’euros. L’attaquant bulgare ne figure plus dans les plans de Sir Alex Fergusson qui ne l’a même pas retenu pour la finale perdue de Ligue des Champions face au FC Barcelone. Une éviction qui pourrait précipiter le départ du joueur vers le PSG. CE SERA SANS ZOKORA… Le milieu international ivoirien du FC Séville, un temps annoncé comme le digne successeur de Claude Makelele au PSG va finalement s’engager avec les turcs de Trabzonspor. Un nouveau coche de rater pour les dirigeants parisiens. …ET PEUT-ÊTRE NI CEARA L’arrière droit brésilien du PSG, revenu à son meilleur niveau en fin de saison, serait dans le viseur de Toulouse en quête d’un successeur à Adrian Gunino pour 2011/2012. Ceara suivrait ainsi les traces de son compatriote Paulo César passé du PSG au TFC à l’hiver 2006. D’autant qu’il n’a toujours pas reçu de prolongation de contrat, qui se termine en juin 2012, de la part de ses dirigeants. C’EST BON POUR THÉBAUX ? C’est bien connu, le malheur des uns fait le bonheur des autres. Ainsi la non prolongation de contrat du portier arméno-camerounais, Apoula Edel, devrait profiter au gardien caennais de 26 ans, Alexis Thébeaux. Il deviendrait ainsi la doublure de choix du futur titulaire du poste, Nicolas Douchez. Peut-être enfin de sérénité dans le but parisien… LE PSG CHAUD SUR SIO Très utilisée par Antoine Kombouaré cette saison, la star brésilienne du club parisien Nenê n’a pas eu beaucoup d’occasions de souffler. La faute notamment à l’absence dans le groupe parisien d’une véritable doublure au poste de milieu gauche. Conscient de cette faille, les dirigeants parisiens multiplient les pistes pour dénicher la perle rare. C’est en Suisse qu’elle pourrait se trouver et plus précisément au FC Sion. En effet, le club de la Capitale suivrait de très près les performances de Giovanni Sio, un joueur encore inconnu de notre championnat mais peut-être plus pour longtemps... Le nouvel actionnaire qatari devra verser 5 millions d’euros pour rallier le joueur à la Porte de Saint- Cloud. Le Foot gazette des transferts n°37 - Juillet 2011 - 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :