Gazette des Transferts n°33 février 2011
Gazette des Transferts n°33 février 2011
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°33 de février 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (280 x 370) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 10 Mo

  • Dans ce numéro : Benzema à Manchester.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Le Monégasque Mathieu Coutadeur, le Nîmois Jonathan Ayité et le lillois Pierre-Alain Frau font partie des priorités de Saint-Etienne pour le mercato, alors que Gonzalo Bergessio est pressenti pour quitter le Forez. Le club stéphanois avait déjà tenté de les recruter cet été LES VERTS N’ABDIQUENT PAS POUR COUTADEUR ET FRAU La priorité de Christophe Galtier sur le front de l’attaque reste Pierre-Alain Frau, mais devant le difficulté du dossier, les Verts ont déjà approché le Si Saint-Etienne a repris des couleurs avant la trêve, l’automne plus que délicat vécu par les Verts ont fini de convaincre le tandem Romeyer/Caïazzo de se renforcer pendant le Mercato. Christophe Galtier a précisément défini ses besoins : ce seront normalement deux joueurs au profil plutôt offensif qui devraient rejoindre le Forez. Des joueurs capables d’évoluer sur les côtés pour permettre à Payet et Sako de souffler, tout en proposant des solutions supplémentaires dans un secteur de jeu sous équipé. Mais si Saint- Etienne veut recruter, il devra aussi se délester d’au moins un élément. « Pour recruter deux joueurs il faudra, qu’il y ait un joueur qui parte, explique Galtier. Pour l’instant aucun joueur n’est venu me voir pour me dire qu’il souhaitait partir faute de temps de jeu ». Selon nos informations, Gonzalo Bergessio n’est pas loin de le faire. Utilisé seulement qu’à de rares reprises depuis le début de la saison, l’Argentin est le premier à placer sur la liste des départs, puisque Sanogo, qui devait être opérationnel lors de la reprise, conserve encore pour lui le bénéfice du doute. Et surtout, comme il vient de passer environ dix mois à l’infirmerie, s’est fait complètement oublié. Si Matuidi pour lequel Liverpool serait prêt à mettre 8 millions d’euros sur la table devrait au moins terminer la saison sous le maillot vert, l’avenir de Loïc Perrin est quant à lui plus incertain. En fin de contrat en juin prochain (puisqu’il n’toujours pas prolongé), le capitaine des Verts intéresse de nombreux clubs de Ligue 1 (de Monaco à Rennes en passant par Marseille et Bordeaux), et inquiète de plus en plus les supporters stéphanois, bien que rien n’ait réellement évolué de son côté, les clubs intéressés préférant maintenant attendre le mois de juin pour récupérer le joueur gratuitement. Galtier peut donc se concentrer sur ses futurs recrues. L’entraîneur stéphanois, qui a prolongé son bail dans le Forez, aurait dressé une première liste à l’attention de ses dirigeants. Trois noms ressortent : le Monégasque Mathieu Coutadeur, le Lillois Pierre-Allain Frau et l’attaquant congolais de Nîmes, Jonathan Ayité. Tous les trois ont le profil que recherche Galtier. AYITÉ COMME ALTERNATIVE LIGUE 1 A commencer par l’ancien Manceau Mathieu Coutadeur, qui n’a pas réussi à confirmer à Monaco tout le bien que l’on pensait de lui lorsqu’il évoluait au Mans. Transféré sur le Rocher contre 4 millions d’euros en 2009, le petit milieu de terrain (il mesure 1,69m) n’a joué moins d’une trentaine de matchs sous les ordres de Guy Lacombe. Ses rapports à la « je t’aime moi non plus » avec l’entraîneur à la moustache ne lui garantisse pas de temps de jeu et un départ au mercato est envisagé. Au mois d’août dernier déjà, un prêt à Saint- Etienne avec option d’achat avait été sérieusement évoqué. Une formule que Caïazzo, conseiller par Dominique Rocheteau, tenterait de remettre au goût du jour. Seul un départ précipité de Guy Lacombe pourrait faire capoter le transfert, dans le cas où un nouvel entraineur souhaiterait travailler avec l’ancien Manceau. Plus les jours passent, plus la possibilité de voir Jonathan Ayité rejoindre le Forez devient sérieuse. Agé de 25 ans, l’attaquant international togolais de Nîmes a l’avantage de ne pas coûter trop cher. Révélation de la saison dernière sous les couleurs du club gardois (11 buts en 34 matchs), le joueur formé aux Girondins de Bordeaux est reparti sur les mêmes bases malgré Le Lorientais est l’un des joueurs les plus courtisés de L1 Lorientais Amalfitano. Problème : Lille, l’OM et le PSG sont aussi sur le coup. Bien placés dans la première partie du classement de Ligue 1, les Verts envisagent le mercato avec sérénité. Bien que « marqué à la culotte » par la DNCG et contraint de surveiller sa masse salariale, Saint-Etienne envisage de se renforcer en attaque. Ainsi, comme cela a été révélé depuis plusieurs mois déjà, Christophe Galtier a fait de Pierre-Alain Frau sa priorité. Capable de jouer à pratiquement tous les postes offensifs, notamment sur les côtés, le Lillois a le profil recherché par le technicien forézien. En fin de contrat en juin prochain, PAF est de son côté convaincu que son avenir ne se situe plus dans le Nord et s’est déjà mis en quête d’un nouveau club. A 30 ans, il sait aussi qu’il a intérêt à profiter de son excellente forme actuelle et peut difficilement se permettre de prendre le risque d’une blessure ou d’une grosse baisse de régime d’ici la fin de la saison. « Sans doute les Lillois ne voudront-ils pas le lâcher parce qu’ils peuvent en avoir besoin et qu’il peut rapporter des points mais je vais tout tenter », a expliqué Galtier. RIBAS, MESLOUB ET FÉRET ONT RETENU L’ATTENTION DE GALTIER les difficultés des crocodiles en championnat. Déjà suivi par de nombreux clubs, en France et en Allemagne (Schalke 04 et Hambourg), il est finalement resté à Nîmes mais verrait aujourd’hui d’un très bon œil un transfert vers un club lui permettant de donner une nouvelle impulsion à sa carrière. Sous contrat avec Nîmes jusqu’en juin 2012, Jonathan Ayité pourrait signer à Saint-Etienne après un transfert avoisinant les 3 millions d’euros. Reste le cas Frau. A 30 ans, PAF est en fin de contrat à Lille et sera libre de signer dans le club de son choix gratuitement. Voilà pourquoi le tandem Romeyer- Caïazzo se refuse à afficher son intérêt pour le joueur. Mais l’ancien sochalien, parisien, lensois et lyonnais fait bien partie de la liste de Galtier. Et pour cause, il a inscrit 17 buts en 49 matchs de Ligue 1 depuis août 2009 ! Des stats qui font rêver n’importe quel attaquant des Verts. Le faire venir dès le mercato d’hiver pourrait coûter entre 1 et 2 millions d’euros à Saint-Etienne. AMALFITANO ARRACHÉ PAR SAINT-ETIENNE ? 6 - Le Foot gazette des transferts n°33 - Février 2011 L’entraîneur des Verts rêve de recruter l’ancien joueur de Sochaux, Lyon, Lens et Paris, pour permettre notamment à Dimitri Payet de souffler un peu. Mais aussi parce que Frau a marqué autant de buts en Ligue 1 au cours des 18 derniers mois (17 buts en 50 matchs) que Rivière, Sanogo et Bergesio réunis. Seul petit hic : comme le prévoyait Galtier, Rudi Garcia a fait savoir qu’il entendait conserver tous ses joueurs jusqu’à la fin de la saison. Alors que Lille est encore engagé dans trois compétitions (Coupe de France, Europa Ligue et championnat), Garcia aura effectivement besoin de Frau. Mais il sait aussi qu’il sera compliqué pour le LOSC de conserver le joueur sans le faire prolonger au moins d’une saison. Un véritable dilemme, car si Lille peut obtenir quelque chose du transfert du joueur, c’est en le laissant partir maintenant. Frédéric Paquet, directeur sportif de Lille, explique même qu’un accord existe entre le joueur et le club. « Pierre-Alain et nous, dirigeants, avons conclu qu’il ne partira pas cet hiver. C’est acté. Il nous a donné sa parole qu’il resterait jusqu’à la fin de la saison, donc toutes les rumeurs de départ le concernant en janvier sont fausses » déclare le dirigeant nordiste. Mais Pierre-Alain Frau n’est pas la seule piste de Christophe Galtier. Saint-Etienne apprécie aussi tout particulièrement le Lorientais Morgan Amalfitano. Agé de 25 ans, celui qui est l’un des joueurs de Ligue 1 les plus réguliers depuis deux ans, arrivera en fin de contrat au mois de juin prochain et n’a jamais caché qu’il souhaitait quitter la Bretagne. Un sentiment accru depuis l’annonce du départ imminent de Kevin Gameiro pour Bordeaux. Amalfitano, courtisé par plusieurs clubs de Ligue 1, dont Bordeaux, l’OM, Lille et surtout le PSG, présente l’avantage d’être polyvalent au milieu de terrain et notamment de jouer sur le côté droit, poste occupé aujourd’hui par Dimitri Payet dont le départ en juin prochain est inéluctable. L’entraîneur des Verts lorgne aussi vers la Ligue 2. Outre le Nîmois Jonathan Ayité, Sébastien Ribas, le buteur de Dijon et le milieu du Havre Walid Mesloub, figurent sur sa short-list. Un autre joueur de Ligue 1, au profil particulièrement intéressant, a séduit les dirigeants stéphanois : le Nancéien Julien Féret (28 ans). Si sa venue paraît difficile à envisager dès le mois de janvier, il pourrait se rapprocher de Saint- Etienne l’été prochain.
Le meilleur buteur de L1 est un ancien Rennais. Que les supporters rennais doivent regretter Moussa Sow, auteur de plus d’une dizaine de buts cette saison avec Lille ! Gyan et Bangoura avec... Une très mauvaise gestion de mercato qui a laissé à Antonetti un seul véritable avant-centre de formation, le Colombien Victor Hugo Montaño. Rennes voulait un joker, en vain. Le club breton compte bien profiter du mercato d’hiver pour réactiver. Après avoir recruté Razak Boukari, les dirigeants rennais pourraient réactiver la filière nordique si efficace par le passé. saison sera celle de Rennes ! » : un marronnier en L1 depuis quelques « Cette années. Qui par définition n’accouche jamais de quelque chose d’exceptionnel. Tout juste quelques frissons en début d’exercice avec une place de leader inédite depuis 40 ans obtenue à l’issue de la 8ème journée. Tout allait alors pour le mieux en ce qui concerne le club breton : 18 points, aucune défaite, la meilleure défense avec 4 buts encaissés, et une attaque correcte avec 12 buts marqués. Une fois la trêve arrivée, la machine s’était quelque peu grippée. La faute à un manque de solutions offensifs et une attaque qui est loin de faire des ravages. La gestion du mercato d’été est alors sérieusement pointé du doigt. Peu à peu, on se rend à l’évidence qu’encore une fois en Ille-et-Vilaine, des choses ont été mal gérées et en premier lieu le secteur offensif. Car à l’opposé, Rennes conserve pour le moment la défense la moins perméable du championnat. Et LIGUE 1 Après la signature de Boukari… RENNES PART À L’ABORDAGE POUR AVDIC Malgré son statut tout neuf de « titulaire en équipe de France », YannM’Vila reste le même. Toujours disponible pour ramasser les ballons à la fin des entraînements et encore perfectible sur le rectangle vert, le gamin d’Amiens (20 ans) s’est livré sur son avenir notamment qu’il ne voit pas ailleurs qu’à Rennes pour le au milieu de terrain, les Dalmat, Leroy, Mandjeck, Brahimi et M’Vila font le boulot. Les meilleurs buteurs rennais, quant à eux, n’en sont qu’à un faible rendement avec Victor Hugo Montaño (4 buts) et Jirès Kembo-Ekoko (3 buts). Le premier arrive après 5 saisons de progression à Montpellier, mais tarde à s’imposer dans son nouveau club. Le deuxième a enfin son ouvert son compteur-buts à la 12ème journée face à Lyon, mais n’a dépanné au poste d’avant-centre que de manière occasionnelle. LA PISTE HUSEKLEPP S’EST REFROIDIE moment. Après des débuts fracassants, vous avez connu de moins bien avant de repartir vers les sommets. Avez-vous ce même sentiment ? Oui, c’est vrai. Depuis le début de saison, quand je jouais avec les Bleus, tout se passait bien. Mais, à Rennes, je n’arrivais pas à reprendre mes repères. Le match à Wembley m’a redonné beaucoup de confiance et j’ai pu exprimer tout ce que je pouvais Effectivement, Kembo-Ekoko, formé au club, est un joueur d’aile. Et après un intérim décevant en pointe, le natif de Kinshasa a pu retrouver le chemin des filets après son repositionnement à droite : « Il y a une bonne entente entre moi, le milieu de terrain et Romain (Danzé). J’espère que ça va continuer. Je suis surtout content pour l’équipe. J’ai mis en valeur le pressing de l’équipe », jugeait l’ailier de 22 ans. Pressing, sérieux... quid de la folie et du spectacle ? A l’aile opposée, Sylvain Marveaux peine à retrouver un seconde souffle après une saison dernière tonitruante ; dans le milieu axial, Dalmat reste un intermittent, et Leroy commence à ressentir le poids de son âge (36 ans). Enfin, en pointe, Montaño déçoit, malgré sa blessure et ses 47 buts en 178 matchs à Montpellier. Surtout, sa solitude à son poste exige une doublure. Pierre Dréossi a ainsi longtemps supervisé Erik Huseklepp, l’auteur des deux buts victorieux de la Norvège face aux Bleus en août dernier. Mais la piste de l’attaquant de 26 ans semble se refroidir, comme le confirme une source proche du dossier : « Rennes l’observe régulièrement depuis plusieurs mois. Ce n’est pas pour rien. Mais les derniers échos ne sont pas positifs. On lui reproche notamment certaines limites sur le plan défensif. » De quoi lorgner du côté de la Suède, patrie des ex- Rennais Kallström et Hansson. A Elfsborg en effet, Denni Avdic, 22 ans, a terminé sa saison avec 19 buts en 28 matchs. Une piste plus ou moins confirmée par le directeur adjoint du club : « Il y a eu de faire à Rennes. Tout part de la confiance. Du coup, j’ai pu m’exprimer comme je le voulais. Vous parlez de « reprendre vos repères ». Etiez-vous perdu à Rennes ? Je ne sais pas ce qui s’est passé. J’ai eu un coup de moins bien, c’est sûr ! C’est clair, je le dis ! En équipe de France, tout se passait bien. A Rennes, ce n’est pas que je faisais de mauvais matchs, mais ce n’était pas comme l’année dernière. Et là, depuis quelque temps, j’ai retrouvé ce que je savais faire et j’espère que ça va continuer. Selon moi, en début de saison, je n’étais pas au niveau. Je sais que je pouvais faire beaucoup mieux. « J’AI ENCORE DES CHOSES À APPRENDRE ET C’EST LE BON CLUB POUR » Pas inquiet au niveau de votre jeu, Frédéric Antonetti a indiqué que vous devriez « faire attention à votre vie », révélant notamment qu’un jet avait été affrété pour vous pour aller tourner une pub Nike à Londres… Tous ses à- côtés peuvent-ils vous avoir perturbé ? Peut-être. Le staff technique parle souvent des entraînements invisibles, où il faut beaucoup récupérer. Et, c’est vrai, à un moment, je ne venais pas en soins, je ne récupérais pas comme il faut. Peutêtre que ça jouait aussi. Après, le coach a tout à fait raison. Quand on ne parle pas du foot, il y a les nouveaux amis qui viennent dans ta vie, les médias qui peuvent retourner certaines choses… Il va falloir faire attention là-dessus ! Plus on est connu, plus il faut faire attention. Pensez-vous avoir progressé depuis le début de saison ? Oui, un peu quand même. J’ai progressé dans le domaine offensif. Mais il faut encore que j’apporte plus. Cela va m’ouvrir des portes offensivement nombreux émissaires de clubs à la Boras Arena tout au long de la saison. Je ne serais pas surpris si Rennes était l’un de ces clubs. » Mathias Svensson évoque également un « gros » chèque en échange de sa pépite. Petit argument ou anecdote en sa faveur : Avdic est d’origine bosnienne, au même titre qu’un certain Ibrahimovic... Malgré les nombreuses sollicitations, YANN M’VILA ne souhaite pas quitter le club breton « JE SERAI TOUJOURS À RENNES L’ANNÉE PROCHAINE » pour, pourquoi pas, marquer ou faire la dernière passe. Aujourd’hui, trouver les décalages, ça, j’y arrive. Mais la dernière passe, c’est plus compliqué. Ce n’est pas forcément sur le joueur qu’il faut jouer, mais dans la course et c’est plus difficile. Je n’ai toujours pas marqué de but en L1. J’espère que ce sera pour bientôt (rires). Mais je ne me prends pas la tête avec ça. Titulaire en équipe de France, sentez-vous qu’on attend plus de vous à Rennes ? Oui, quand même. Comme je suis en équipe de France. A l’extérieur, on va attendre plus de moi. Ça ne me met pas de pression particulière. Je ne me prends vraiment pas du tout la tête. Au contraire, plus il y a de pression, mieux c’est pour moi : j’adore ça ! Nicolas Douchez a récemment évoqué l’idée que vous deviez devenir un leader du groupe. Quand pensez-vous ? J’en ai discuté avec lui. Pour l’instant, ce n’est pas à moi d’être le leader, je pense. Des personnes sont là pour… Je pense qu’il parlait pour l’avenir. Je pense pouvoir être un peu plus leader l’année prochaine. Je l’ai été en jeunes, pourquoi pas l’être aussi en pro. Mais j’avais besoin d’un temps d’adaptation aussi avec les pros à observer, à écouter les anciens. Et, à la fin de l’année, si tout se passe bien, j’aurai deux saisons pleines en L1 et là, je pourrai un petit peu m’imposer. Et l’avenir du Stade Rennais s’écrit avec YannM’Vila ? Oui, je suis sous contrat jusqu’en 2014. Oui, je serai à Rennes l’année prochaine. Je ne veux pas brûler les étapes. La plupart des joueurs qui sont partis tôt à l’étranger n’ont pas réussi. Certains ont besoin d’une ou de quatre saisons en L1 avant de partir. Moi, je sens que je suis prêt pour tout ! Mais il faut que j’apprenne encore certaines choses à Rennes et c’est le bon club pour. Le Foot gazette des transferts n°33 - Février 2011 - 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :