Gazette des Transferts n°33 février 2011
Gazette des Transferts n°33 février 2011
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°33 de février 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (280 x 370) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 10 Mo

  • Dans ce numéro : Benzema à Manchester.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
BRUITS DE VESTIAIRE RETOUR D’AYITÉ À ANGERS Jean Tigana ne semblant pas compter sur lui, Floyd Ayité étudie toutes les offres. Sous contrat jusqu’en juin 2011, le jeune attaquant togolais a d’ailleurs tenu à clarifier son avenir : dans un premier temps, son souhait est de s’imposer chez les Girondins, mais en cas d’échec, il envisage sérieusement de signer dans un autre club de L1 ou de L2. Ses premiers mois chez les Marine et Blanc pourraient l’inciter à privilégier la seconde option. A la recherche d’un attaquant de pointe, Angers pense d’ailleurs à cette ancienne connaissance du club, puisqu’Ayité avait passé une saison dans le Maine-et-Loire. Prêté au SCO en 2008, il avait laissé de bons souvenirs au stade Jean Bouin. POLLET EN PRÊT À CLERMONT Cet été, de nombreuses rumeurs envoyaient David Pollet à Angers ou Clermont. Si l’attaquant a finalement décidé de rester à Lens, tout indique que la marche qui sépare le National de la L1 s’avère trop grande pour lui. D’autant qu’une vilaine blessure (fracture du péroné) est venue retarder son adaptation. L’ancienne star du Paris FC (22 buts en 35 matchs) pourrait donc rebondir à Clermont pour la seconde partie de saison. Un prêt serait à l’étude. DIJON FAIT REVENIR LOTIÉS L’expérience nancéienne a tourné court pour Jordan Lotiès. Une première saison au cours de laquelle il fut abonné au banc de touche suivie d’une deuxième qui n’a guère mieux commencé, le défenseur central est dans l’impasse. Quoi de mieux qu’un retour aux sources pour relancer une carrière ? Meilleur défenseur de L2 lorsqu’il appartenait à Dijon, le natif de Clermont-Ferrand, âgé de 26 ans, aurait été approché par son ancien club qui s’est justement mis sur la piste d’un défenseur dans la perspective du mercato hivernal. MONCEF NÉGOCIE AVEC GRENOBLE Moncef Zerka ne joue plus beaucoup à Nantes et il ne rentre plus vraiment dans les plans de Baptiste Gentili. Bien qu’il ait reçu une proposition du club grec de Kavala, le milieu offensif d’origine marocaine, né à Orléans, se verrait bien rester dans l’Hexagone, et plus précisément à Grenoble, en difficulté au classement et qui recherche activement un attaquant d’expérience. L’ancien Nancéien (champion de France de Ligue 2 en 2005) étudie actuellement la proposition iséroise. BELAÏD EN ROUTE POUR LE MANS L’international tunisien (19 sélections) Tijani Belaid qui évolue au Slavia Prague pourrait rebondir en France, après trois saisons passées dans le championnat tchèque. Le milieu offensif, formé au Paris FC et qui avait rejoint l’Inter Milan à l’âge de 16 ans, pourrait rejoindre Le Mans. Le joueur avait déjà été tout proche de signer dans la Sarthe lors du dernier mercato, mais également à Nuremberg où une grave blessure avait empêché le club allemand d’honorer son contrat. NANTES TIENT LA CORDE POUR ALIADIÈRE Jérémie Aliadière prépare son retour en France. Neuf saisons après avoir débuté sa carrière avec Arsenal, l’ancien grand espoir du football français pourrait revenir, à 27 ans, dans l’Hexagone, après des essais infructueux en Angleterre. Blessé gravement à un ligament du genou en septembre alors qu’il effectuait un essai avec West Ham, le natif de Rambouillet est aujourd’hui au chômage après des passages au Celtic Glasgow, à Wolverhampton et à Middlesbrough. Nantes serait sur les rangs et tiendrait la corde pour le recruter au mercato hivernal. CHAPUIS PROCHE DE REIMS Le destin de Cyril Chapuis n’est pas très flamboyant. Sans club depuis juin 2009, sa carrière de joueur n’aura peut-être jamais vraiment commencé. Le tournant ? Certainement son échec à Marseille où il n’aura marqué que quatre buts en un an et demi. Avant, il fut starlette de Niort puis espoir rennais. Après, il a galéré de Leeds à Metz, en passant par Grenoble ou même Bruxelles, sans jamais convaincre. A l’essai du côté d’Arles-Avignon en juillet dernier, en vain, l’attaquant de 31 ans et beau-frère d’Anthony Réveillère, espère désormais signer en Ligue 2, où les Rémois sont à la recherche d’un buteur. SEDAN N’OUBLIE PAS BOUTABOUT Son dernier but en match officiel remonte à mai 2007, en conclusion d’un joli 3-1 face à Lorient en Ligue 1. Quelques mois plus tard cependant, Sedan retrouvait la Ligue 2, et Mansour Boutabout s’envolait vers d’autres cieux. Après des intermèdes plus que décevants à Angers, Courtrai (Belgique), et dans le pays de ses parents, l’Algérie, à l’USM Blida (2 matchs seulement disputés), on retrouvait trace de l’attaquant de 32 ans dans nos contrées en août dernier. Boutabout participait alors à une victoire - sous forme de test - de l’UJA Alfortville face à Tournai (D2 belge). En vain. Sans club depuis, mais en contact avec les dirigeants sedanais, Boutabout pourrait cependant très vite retrouver les Ardennes, terres de ses plus belles heures footballistiques. 16 - Le Foot gazette des transferts n°33 - Février 2011 LIGUE 2 Le Sochalien suscite l’intérêt de nombreux clubs de Ligue 2 BOULOGNE EN POLE POUR POUJOL A l’image de Sloan Privat parti à Clermont en Ligue 2, un autre grand espoir sochalien en la personne de Loïc Poujol pourrait redescendre d’un échelon pour accumuler du temps de jeu. Boulogne compte bien en tirer profit. Toute génération dorée a les mêmes règles. Immuables. D’un côté, il y a ceux qui captent la lumière et les louanges, et de l’autre ceux qui restent au bord du chemin. En un mot, il n’y a pas de place pour tout le monde. Loïc Poujol a semble-t-il été versé dans la seconde catégorie. Dans l’ombre de Marvin Martin (22 ans) et Ryad Boudebouz (20 ans), deux éléments moteurs des Lionceaux cette année, le milieu de terrain se morfond sur le banc des remplaçants ou le plus souvent en CFA, ne récoltant que les miettes laissées par les blessures ou les suspensions de ses partenaires. Malgré son jeune âge (21 ans) et son potentiel, ce genre de situation implique une réflexion sur la suite à donner à sa carrière. D’autant plus que la très faible moyenne d’âge des titulaires a de quoi l’inquiéter. A cette aune, l’horizon est bel et bien bouché, et ce pour un bon bout de temps. UN PRÊT DE SIX MOIS ? Dès lors, que faire ? Confronté au manque de confiance de Francis Gillot, son ancien coéquipier au centre de formation Sloan Privat a préféré renoncer à l’élite et filer en L2 - où il est prêté à Clermont - pour la retrouver plus tard avec un Deuxième plus mauvaise défense de Ligue 2, Vannes souhaite se renforcer dans ce secteur de jeu cet hiver. L’attaque n’est pas non plus florissante, mais le club breton, en position de relégable, doit avant tout s’améliorer en commençant par la base. Difficile en effet de construire des résultats dans le football moderne sans solidité défensive. Cela tombe bien : le milieu bagage plus conséquent. Concernant Poujol, ce ne sont pas les propositions qui manquent. Plusieurs formations de L2 se seraient déjà renseignées à propos de l’ancien international des moins de 20 ans. Mais c’est Boulogne, en raison de son passé récent en L1, qui tiendrait la corde. Tentés par un prêt de six mois, les dirigeants de l’USBCO font le défensif Mathieu Berson est libre, et s’entraîne même au VOC, gracieusement, depuis quelques semaines… Si l’affaire venait à se conclure, la boucle serait bouclée. Mathieu Berson est en effet un pur Breton : il est même carrément né à… Vannes. Là où il a dû taper dans ses premiers ballons, et où il s’efforce de garder la forme depuis début décembre. On voit souvent les footballeurs forcing pour éviter que d’autres ne rentrent dans la danse. Le physique du Lionceau (1m88, 91 kg) est également un argument dans la perspective des duels âpres qu’il ne manquera pas de rencontrer en L2. Après avoir fait leurs classes ensemble, Poujol et Privat suivront-ils des trajectoires en tous points similaires ? Il s’entraîne avec le club breton depuis plusieurs semaines VANNES S’OUVRE À BERSON au chômage amicalement accueillis dans leur club formateur, Berson a quant à lui préféré s’entretenir du côté du club de sa ville natale plutôt qu’au FC Nantes, à un peu plus de 100 km du Stade de la Rabine. Inconsciemment ou pas, le milieu défensif de 30 ans estime peut-être avoir plus de chances de signer au VOC que chez les Canaris, où des politiques de formation et d’intégration de jeunes semblent de retour. Mathieu Berson peut le comprendre, lui qui a vécu la dernière période dorée nantaise en date, en particulier avec la Coupe de France remportée en 2000, puis le titre suprême de champion de France l’année suivante. Il quitte enfin Nantes en 2004, et ses idéaux en voie de disparition, sur une finale de Coupe de la Ligue perdue. IL ATTEND LA PROPOSITION DE CONTRAT DU PRÉSIDENT Fort de son expérience nantaise, le milieu défensif fait le grand saut, et débarque à Aston Villa outre- Manche. L’échec d’alors le ramène dans l’Hexagone dès la saison suivante, en prêt à Auxerre. Et si l’Angleterre ne lui aurait peut-être jamais convenu, Mathieu Berson ne renonce pas à « globe-trotter » et rejoint les Espagnols de Levante dans la foulée. Il y effectue deux saisons pleines, avant de revenir en France, à Toulouse. Doublure d’Etienne Capoue, Mathieu Berson y exerce son métier avec rigueur et volonté, comme à l’habitude, et satisfait son coach Alain Casanova. Malgré tout, le milieu de terrain n’est pas prolongé pour raisons financières. Libre de tout contrat et à la recherche d’un nouveau challenge, il déclare alors, sans vraiment prendre conscience de la réalité de ses propos : « J’ai quelques contacts, mais tout le monde prend son temps. » Tellement, que six mois après, Mathieu Berson se retrouve toujours sans club, ou presque. Présent dans le groupe vannetais depuis quelque temps, il n’attend plus que la proposition de contrat du président Michel Jestin.
Depuis son arrivée au Real Madrid, Karim Benzema peine à convaincre. Si la blessure d’Higuain lui a permis d’obtenir du temps de jeu, il n’a pas su en profiter pour faire parler son immense potentiel et s’imposer définitivement sur le front de l’attaque madrilène. La question d’un départ est donc toujours d’actualité. Il se murmure même que l’ancien lyonnais ANGLETERRE Le club anglais n’en est pas à sa première tentative LES RED DEVILS RELANCENT BENZEMA Le serial buteur bosnien était la priorité absolue des Citizens pour cet hiver. Convaincu qu’il peut l’aider à gagner le titre, Roberto Mancini a réussi à décider son richissime patron de mettre le paquet pour s’attacher les services de l’attaquant de Wolfburg. Alors que l’intense période que viennent de passer les clubs anglais sur les terrains pendant les fêtes ont conforté Manchester City dans ses ambitions, Roberto Mancini voulait absolument recruter Edin Dzeko. Selon l’entraîneur italien des Citizens, l’attaquant bosnien de Wolfsburg était l’élément manquant de son équipe pour décrocher le titre, au nez et à la barbe des favoris que sont Manchester United, Arsenal ou Chelsea. « Nous avons une chance de remporter le championnat cette année et le facteur décisif pourrait être Edin Dzeko. Il peut décider du gain de titres et c’est pour cela que nous le voulons », avait même déclaré l’Italien. Mancini a été entendu par le propriétaire du club, le Sulaiman al-Fahim, richissime homme d’affaires émirati. « IL POURRAIT ÊTRE LE FACTEUR DÉCISIF POUR REMPORTER LE CHAMPIONNAT » pourrait rebondir à Manchester United où il trouverait un contexte plus favorable. En début de saison, avant la blessure de Gonzalo Higuain, Karim Benzema squattait le banc de touche du Real Madrid, d’où José Mourinho ne l’extirpait que quelques instants avant le coup de sifflet final. Une manière de lui céder un os à ronger, en somme. Mais pas de quoi le placer dans les dispositions adéquates. En agissant de la sorte, l’entraîneur portugais, qui officiellement n’envisage pas se séparer de Benzema, s’était engagé dans une stratégie à haut risque. En mettant ainsi à l’épreuve son joueur, il courrait le risque de provoquer une rupture. Pour l’heure, le divorce n’est pas consommé (« C’est le meilleur coach que j’ai connu avec Gérard Houllier », concède l’attaquant) et l’ancien Lyonnais joue le jeu. En n’hésitant pas à en rajouter. Sans que l’on sache vraiment s’il s’agit d’une authentique opération de communication, Benzema a flatté l’ego des socios. « J’avais le choix. J’aurais pu aller à Barcelone ou à Manchester United, a-t-il révélé dans une interview accordée à AS. Mais j’ai choisi le Real, car j’aime ce club. Le Real est la meilleure équipe du monde. » Comment ne pas déceler un malaise derrière ces déclarations de bonnes intentions ? S’il est encore jeune - il vient d’avoir 23 ans -, le numéro 9 est en train de perdre l’avance considérable que sa précocité lui avait octroyée. L’INTER ET LA JUVE À L’AFFÛT Les Citizens sont parvenus à leur fin avec le buteur bosnien CITY CONCLUT DZEKO En effet, les Citizens ont proposé 35 millions d’euros au club allemand pour s’attacher les services du géant bosnien, auteur de 10 buts en 17 matchs de Bundesliga cette saison. Depuis qu’il est arrivé à Wolfsburg en 2007, Dzeko a inscrit 66 buts en 111 matchs de championnat, ce qui fait de lui l’un des buteurs les plus prolifiques d’Europe. Mancini est persuadé que son gabarit (1,92 m pour 80 kg) et son exceptionnel sens du but en feront le complément idéal de Carlos Tevez en attaque. City, qui a déjà recruté Fülop, Kolarov, Yaya Touré, David Silva et Mario Balotelli, dispose de 60 millions d’euros pour se renforcer cet hiver. S’il était pratiquement acquis que Dzeko aller s’engager avec Manchester City, la Juventus a tout de même tenté une action de dernière minute. En effet, le club du Piémont a proposé 30 millions aux Loups et d’inclure dans la transaction le milieu international malien, MohamedSissoko pour recruter le Bosnien. Les Italiens aussi sont revenus dans la course pour le titre avant les fêtes et souhaitaient mettre tous les atouts de leur côté. Une proposition qui n’a pas inquiété City qui a également été tenté de proposer un de ses nombreux milieux de terrain dans la transaction. Une chose est sûre, le transfert d’Edin Dzeko qui jouait à FK Teplice (modeste club de République Tchèque) avant de signer à Wolfsburg à l’âge de 21 ans (il en a 24 aujourd’hui), a été la plus grande transaction jamais réalisée par un club allemand. Avec des débuts en pro à l’OL à tout juste 16 ans, le Madrilène avait pris la voie rapide. Depuis son arrivée dans la capitale espagnole, il aurait plutôt tendance à emprunter la bande d’arrêt d’urgence. « Karim a vécu toute sa vie dans un quartier de Lyon (Bron), dans une ambiance très familiale, où il a été très protégé. Ses amis étaient les garçons avec lesquels il jouait au foot dans la rue. Et ses parents ont toujours été très proches de lui. Mais à Madrid, il se retrouve seul. Sa maman lui manque », aurait affirmé Guy Roux. L’hypothèse avancée par l’ancien coach de l’AJ Auxerre est séduisante, mais encore faut-il en tirer la conclusion qui s’impose : si l’on considère que le Français reste un compétiteur - et il n’y a aucune raison objective de penser le contraire -, Benzema devra forcer sa nature s’il souhaite poursuivre sa carrière. « Je sais pourquoi je ne joue pas beaucoup, jure-t-il, mais je le garde pour moi. » Dès lors, comment échafauder une sortie de crise ? Les solutions ne sont pas légion. Pour tout dire, elles tiennent sur les doigts d’une main. De deux choses l’une : soit Benzema corrige son attitude, que Mourinho ne semble guère appréciée, et utilise à bon escient les quelques minutes de jeu (voir encadré p.3) dont il dispose pour pousser Higuain sur le banc des remplaçants ; soit il devra se résoudre à quitter la Maison Blanche pour garder du temps de jeu. Une denrée rare que l’Inter Milan ou la Juventus sont susceptibles de lui offrir. Mais c’est probablement dans le nord-ouest de l’Angleterre, à Manchester, que Benzema jouit de la plus haute renommée. Sir Alex Ferguson n’a jamais fait mystère de son admiration pour le talent du Français. Et ce n’est pas tout : avant que ce dernier ne rejoigne le Real au même moment que Ronaldo et Kaka, l’Ecossais souhaitait faire de lui le successeur de… Ronaldo chez les Red Devils. Devant le refus de Benzema, l’Ecossais, pragmatique, a changé son fusil d’épaule en mettant sur orbite Rooney, Berbatov, Valencia et Chicharito. Bien lui en a pris. Il reste que le Madrilène n’aurait pas grand-chose à perdre en rejoignant Evra et Obertan dans le Lancastre. Surtout, il semble plus aisé de faire son trou à Manchester qu’au sein de l’armada offensive du Real. Même quand on s’appelle Benzema. BRUITS DE VESTIAIRE CITY A UNE ENVELOPPE DE 60 MILLIONS D’EUROS POUR RECRUTER Selon la presse anglaise, c’est la somme qui est attribuée à Roberto Mancini, pour renforcer Manchester City pendant le mercato. La priorité étant de recruter dans le secteur offensif, bien trop dépendant de Carlos Tevez. Alors que Santa Cruz, Adebayor et Jô pourraient faire leurs bagages en janvier, les pistes des Citizens mènent, outre à l’attaquant de Wolfsburg, Edin Dzeko, au brésilien du FC Porto, Hulk. NEWCASTLE AU SECOURS DE ZIANI De moins en moins souvent utilisé par SteveMcClaren à Wolfsburg où il a même été écarté du groupe avant la trêve, le milieu international algérien Karim Ziani pourrait trouver refuge en Premier League. Particulièrement à Newcastle, qui cherche activement à se renforcer. Ziani y retrouverait son ancien coéquipier à l’OM, Hatem Ben Arfa. CHIMBONDA PRIÉ DE QUITTER BLACKBURN Vice-champion du monde 2006 avec l’équipe de France sans avoir joué la moindre minute, avant de retourner aux oubliettes après le Mondial allemand, Pascal Chimbonda ne devrait pas terminer la saison avec Blackburn où il lui reste six mois de contrat. Ses dirigeants ne veulent plus de lui et pourrait être laissé libre dès cet hiver. Des clubs turcs sont venus aux renseignements. DAVIES RÊVE DE JOUER À ARSENAL De retour dans le groupe sochalien, plus d’un an après son grave accident de voiture, Charlie Davies pourrait être prêté pour obtenir un peu de temps de jeu et retrouver le chemin de son meilleur niveau. Mais celui qui était considéré comme l’un des meilleures joueurs de son pays avant ce coup d’arrêt, garde le moral. « Mon objectif à long terme n’a pas changé, il prendra peutêtre juste un peu plus de temps à se réaliser, explique le Sochalien. Je rêve toujours de partir en Angleterre, de jouer pour Arsenal et de me montrer plus décisif avec la sélection des États-Unis. Je travaille dur pour être encore plus fort que je ne l’étais avant mon accident. » Le Foot gazette des transferts n°33 - Février 2011 - 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :