Francs-Jeux n°647/648 1er jui 1974
Francs-Jeux n°647/648 1er jui 1974
  • Prix facial : 3 F

  • Parution : n°647/648 de 1er jui 1974

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : Francs-Jeux

  • Format : (186 x 274) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 49,6 Mo

  • Dans ce numéro : spécial vacances... découvre la mer.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
— Parlons maintenant un peu de cette pêche. Même à sept kilomètres des Lu côtes, ce doit être passionnant ! rio Et comment, affirme le pêcheur. dm D'ailleurs, il faudrait dire « les pêches• n et non pas la pêche, car la pêche varie avec les saisons. IL Je m'écrie  : — Au premier de ces messieurs les poissons ! — Les premiers « poissons sont les coquilles Saint-Jacques ! On les pêche avec un filet raclant le fond sableux d'octobre à avril. Puis, vient la pêche des étrilles, ces petits crabes à pinces plates. Ensuite, vient la pêche aux crevettes à l'aide d'un chalut à mailles très fines. Le pêcheur rejette à l'eau tous les poissons et ne garde que les crevettes ! Le visage du pêcheur s'assombrit  : — Hélas, Furet, la Seine est tellement polluée que son eau pourrit tout le littoral et les crevettes quittent la Manche souillée pour des eaux plus pures. — Que pêche-t-on en été ? — En été, répond le pêcheur, les équipages pêchent le maquereau à la ligne à sept hameçons connue sous le nom de « mitraillette ». On garnit les hameçons de morceaux de queue de maquereaux. Quand le maquereau se fait rare, les pêcheurs relèvent les casiers à homards, sortes de restaurants à homards dont la porte se referme sur eux ! Tant pis pour eux et tant mieux pour les gourmets ! Crevettes, homards, maquereaux, coquilles Saints-Jacques, vous mangez quelquefois ces fruits de mer. Avez-vous songé à tous ceux qui, marée après marée, sillonnent la mer pour les apporter sur votre table ? Les pêcheurs que j'ai rencontrés à Courseulles aiment leur métier  : notre maitre, m'ont-ils dit, c'est la mer. Mais quand elle est mauvaise, on reste à terre et là, elle ne peut rien contre nous ! ■ DANS LES FILETS DE PÊCHE Tous ces poissons sont communs près des côtes françaises. 1. PETITE VIRE (18 cm de long environ) s'enfouit dans le sable jusqu'aux yeux et les piqûres de sa nageoire dorsale sont très douloureuses. 2. LIEU jeune (30 cm, adulte 80 cm de long). Très vorace. 3. BLENNIE COMMUNE (10 à 15 cm de long). Couverte d'un mucus épais et non d'écailles. Se trame hors de l'eau sur le sable avec ses nageoires ventrales. 4. GOBIE (10 cm). Le mile veille farouchement sur la ponte. Vit prés des côtes. 5. MOTELLE MUSTELE (15 à 30 cm de long) vit dans les herbiers et sous les pierres. 6. SAINT PIERRE (30 à 60 cm de long) se trouve sur toutes les côtes françaises. Sa chair est délicieuse. 7. TRIGLE ou GRONDIN (jeune) 40 à 60 cm de long. Marche sur le sable avec six rayons de ses nageoires pectorales. 8. CYCLOPTERE LOMPE (mile long de 40 cm et femelle de 65 cm) se fixe très solidement aux rochers par son disque ventral. Sans écailles. 9. CALLIONYME LYRE (25 à 30 cm). Rare en Méditerranée. Le mile a de belles couleurs. 10. CHABOT DE MER (mile 9 cm de long, femelle 23 cm), rare au sud de la France. Ses épines sont venimeuses. 11. LABRE VIEILLE (30 à 60 cm) commune en Bretagne. Grande variété de coloration. 12. PLIE ou CARRELET (jeune 20 cm de long, adulte 70 cm). Change de coloration selon le fond où il se trouve.
Au temps de la marine à voile, la discipline à bord des navires était d'une sévérité difficilement imaginable. La moindre faute était durement punie ; un refus d'obéissance pouvait entraîner la mort du coupable. Quant aux équipages qui, poussés à bout, se mutinaient, ils savaient qu'ils n'avaient à attendre aucune indulgence des tribunaux maritimes. Il n'y avait pour les actes de mutinerie qu'un châtiment  : la pendaison. Il en fut ainsi jusqu'à la fin du XVIIl'siècle. Alors se produisit l'un des drames les plus célèbres de l'histoire de la Marine. Le 23 décembre 1787, le sloop Bounty quittait l'Angleterre à destination de Tahiti pour y rechercher des plants d'arbres à pain. Après un séjour de cinq mois à Tahiti, il reprend la mer. Mais, à bord, la colère gronde... us moines DU 1111111T5" Bligh et dix-huit matelots fidèles furent abandonnés par l'équipage révolté ; àr Alf-f>t,egre-r 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :