Faribole n°3 fév/mar 2013
Faribole n°3 fév/mar 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de fév/mar 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Berme & Wängler

  • Format : (215 x 307) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 22,6 Mo

  • Dans ce numéro : Nina Simone... la femme libre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Sim par Denis LIVRARD WWW.EAOIOOLE.006 at FeIpij Il a deux types d'artistes  : ceux qui changent de style de musique, comme on change de costume, et ceux qui s'approprient des concepts musicaux aussi divers que variés, pour les renverser complètement selon leurs propres idées et leurs propres identités. Nina Simone est clairement de la seconde catégorie. Du blues, en passant par le gospel, du jazz en passant par la folk, et la world music, elle intègre et joue à la perfection tous les styles. De ses premiers enregistrements aux derniers, le producteur Richard Seidel démontra avec quelle énergie elle saisissait chaque son qu'elle captait  : que ce soit Duke Ellington, Kurt Weill, de la musique folk ou les dernières compositions pop/rock entendues à la radio. Nina Simone eut du succès, en cédant à une créativité totale. Ses performances étaient spontanées, son humeur était impétueuse et caractérielle. C'était une diva. Un de ses premiers enregistrements en studio fut une interprétation de Mood Indigo d'Ellington, qui la présente comme une chanteuse de jazz lm raffinée et une pianiste hors pair. Mais elle est imprévisible dans son jeu  : elle peut passer d'un chant très piano à des explosions forte vocales éclatantes. Elle chante chaque chanson comme si elle était pensée pour elle. Comme peut l'être sa version de Sinnerman. A l'origine, ce fut seulement un chant gospel, qu'elle métamorphosa en objet musical non identifié. Elle le chante avec chaque once de son corps. Sinnerman par Simone est absolu et indépassable  : par cette chanson, elle a touché une sorte de Graal musical. Sa voix est profonde et riche, mais sa puissance est réellement mise en exergue sur des titres comme I Put a Spell on You. Simone nous fait vivre ses chansons  : son univers est urbain et nocturne. Dans chaque pore de sa musique nous le ressentons. Rien n'est plus urbain comme musique que celle de Nina Simone. 06
WWW.E/41IOOLE.006 Son engagement pour les droits civiques trouve une traduction musicale puissante et totale, notamment avec Pirate Jenny dans sa version live enregistrée à New-York, en 1964, Strange Fruit, ou encore Mississippi Goddam qui fut enregistrée après l'assassinat de Dr. King où elle dit  : "I m not about to be non-violent, honey ! ". Simone n'est pas militante, mais sa résistance n'est pas passive. Elle considéra, dans une interview à la BBC(1), la musique comme une arme politique. Nina Simone est définitivement une femme libre. Sélection non-exhaustive et totalement subjective d'albums  : Pastel Blues, Philips, 1965 Wild Is the Wind, Philips, 1966 Black Gold, BMG, 1970 A Single Woman, Electra, 1 993 (1) La playlist des morceaux cités dans l'article  : http://goo.gl/c371i 0J (1) H Music is a political weapon », Interview de Nina Simone pour "Hard Talk" par Tim Sebastian mars 1 999, BBC  : http://goo.gl/o45vC STEREO Wild is the Wind Fealunng the Ilnfnrgfdahrs W FOUR WOE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :