Entreprendre Femme n°2 jui/aoû/sep 2015
Entreprendre Femme n°2 jui/aoû/sep 2015
  • Prix facial : 6,80 €

  • Parution : n°2 de jui/aoû/sep 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (220 x 300) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 24,3 Mo

  • Dans ce numéro : pourquoi elle réussissent !

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 70 - 71  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
70 71
n SECtEUR EnQUÊtE plémentaire efficace pour les fleuristes, notamment ceux sous enseigne et semble offrir de bonnes perspectives. Les grandes tendances du secteur Le secteur souffre de la baisse de la consommation de fleurs depuis plusieurs années. Le contexte économique défavorable conjugué aux pressions concurrentielles de plus en plus fortes contribue à cette diminution. La montée en puissance des autres canaux de distribution tend à créer un contexte concurrentiel difficile  : grandes surfaces alimentaires, surfaces de bricolage, jardineries, producteurs cherchent à capter des parts de marché du secteur en proposant une gamme étendue de végétaux d’intérieur (fleurs coupées, plantes en pot, compositions). Ainsi, seules les jardineries ont connu une progression de leurs chiffres d’affaires en valeur et en volume. Toutefois, pour faire face à cette concurrence, les fleuristes détiennent un certain nombre d’avantages concurrentiels  : leur image de spécialiste, leur capacité à conseiller les clients, leur implantation en centreville… Ils restent le premier circuit de distribution du secteur avec près de 54% de parts de marché. Alors que la vente de fleurs coupées chute tant en valeur qu’en volume, les végétaux d’extérieurs et les produits décoratifs constituent de véritables relais de croissance pour les professionnels du secteur (produits à plus forte valeur ajoutée). Surtout des TPE Le secteur « Fleurs » emploie en moyenne 2,7 salariés par employeur toutes catégories et contrats confondus. 70 Entreprendre Femme Un bon développement des enseignes Bien que le secteur restera dominé par les indépendants, les enseignes continuent de se développer (campagnes publicitaires, développement international…). Dans ce contexte de double concurrence (multiplication des circuits de distribution et développement des réseaux sous enseigne), les indépendants peinent à faire face à la hausse des prix des loyers et des fonds de commerce, ce qui contraint un grand nombre d’entre eux à céder leur pas-de-porte à des activités plus lucratives ou à adhérer à une enseigne. Seuls ceux qui tendront à se différencier par des concepts novateurs exploitant l’aspect créateur du métier, parviendront donc à tirer leur épingle du jeu. Les fleuristes sous enseigne sont, dans la plupart des cas, des franchisés. Ils bénéficient du nom de l’enseigne et doivent, en contrepartie, s’acquitter d’un droit d’entrée et verser une redevance proportionnelle à leur chiffre d’affaires. Le nombre de franchisés est en constante progression. Quelques données avant de se lancer > La réglementation L’accès à la profession de fleuriste n’est pas réglementé. Les seules obligations sont  : l’inscription au registre du commerce, l’inscription au répertoire des métiers, depuis 1986, formalité induite par la reconnaissance de la profession de fleuriste comme profession artisanale. > Les formations Le métier de fleuriste est éligible au statut d’artisan, qui nécessite l’obtention d’un diplôme dans le domaine de l’art floral (CAP, BEP, BAC Pro, BTS), ou à défaut, six années d’expérience dans le secteur. Bon à savoir Les fleuristes peuvent être qualifiés de « traditionnels » ou de « libreservice ». Parmi les traditionnels, les fleuristes-décorateurs sont les plus « hauts de gamme ». Ceux qui optent pour le libre-service cherchent avant tout à contrer l’offensive de la grande distribution et des jardineries, en jouant sur les prix et la proximité. > Investissement Pour une franchise (Monceau Fleurs, Rapid’Flore, Florajet…), l’investissement est plus limité mais représente malgré tout, une moyenne de 155 000 euros, dont 42% d’apport personnel en moyenne. Avant de vous lancer, d’autres facteurs sont à considérer, notamment les investissements financiers. Pour ouvrir une boutique traditionnelle, sachez qu’il faut  : un local d’une surface d’exposition comprise entre 25 et 60 m², un atelier de préparation d’au moins 20m 2, un comptoir de vente, une chambre climatique et un camion réfrigéré  : les fleurs doivent respecter certaines contraintes hygrométriques (95% d’humidité et une température de 15-20 degrés). LES RÉSEAUX À SUIVRE Impossible de vous présenter tous les réseaux dans cette enquête. Nous avons donc sélectionné trois enseignes qui comptent sur ce secteur, en raison de leur modernité et de la qualité des services proposés aux franchisés  : deux réseaux de distribution et un réseau de livraison. > MONCEAU FLEURS Un groupe leader de 3 enseignes Le Groupe Monceau Fleurs est en effet le leader du marché en franchise avec ses trois enseignes  : Monceau Fleurs, Rapid’Flore et Happy. L’ouverture du 1er Monceau Fleurs date de 1965 ! Le magasin est situé à Paris, Boulevard Malesherbes, à deux pas du parc Monceau. Pionnier du libre-service, le concept Monceau Fleurs constitue une véritable révolution dans le domaine de la fleur. Mon-
Top 5 Les 5 premiers réseaux en nombre de magasins et chiffre d’affaires sont Monceau Fleurs, Le Jardin des Fleurs, Rapid’Flore, Un été à la campagne et Florajet. ceau Fleurs a démocratisé la fleur auprès des consommateurs et a permis de démultiplier les occasions d’achat. Le lancement en franchise et la duplication de l’enseigne en province arrivent en 1998. L’enseigne a remporté une multitude de récompenses dont « L’enseigne d’Or de la Rentabilité » et le trophée « Graine d’Or ». A partir de 2006, Monceau se développe à l’international  : au Japon (2007), en Espagne (2008), en Belgique (2009). C’est en 2012 qu’a lieu le lancement du nouveau concept architectural qui continue de s’appuyer sur les fondamentaux de la marque  : la profusion, le choix, l’image, le meilleur rapport qualité prix et le savoir-faire. Et en 2013, le fonds d’investissement Perceva devient l’actionnaire majoritaire ce qui permet au groupe de poursuivre sereinement le développement de ses trois enseignes Monceau Fleurs, Happy et Rapid’Flore. Rejoindre Monceau Fleurs, c’est donc faire confiance au n°1 mondial de la distribution de fleurs et plantes en libre-service, sur un marché pérenne. La notoriété, le savoir-faire et l’assistance tout au long du contrat proposés permettent la réussite de votre entreprise. Chiffres clés Monceaux Fleurs Nombre de franchises et autres implantations  : 173 (dont 31 à l’international) Apport personnel  : à partir de 70 000  € (30% de l’investissement total) Droit d’entrée  : 17 000  € Surface moyenne  : 100 - 150 m² Investissement global  : 220 000 € (hors achat du local commercial) Redevances, pub comprise  : 6% du CA HT + jusqu’à 2% du CAHT de contribution communication www.monceaufleurs.com EnQUÊtE Entreprendre Femme 71





Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 1Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 2-3Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 4-5Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 6-7Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 8-9Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 10-11Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 12-13Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 14-15Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 16-17Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 18-19Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 20-21Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 22-23Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 24-25Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 26-27Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 28-29Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 30-31Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 32-33Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 34-35Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 36-37Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 38-39Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 40-41Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 42-43Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 44-45Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 46-47Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 48-49Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 50-51Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 52-53Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 54-55Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 56-57Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 58-59Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 60-61Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 62-63Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 64-65Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 66-67Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 68-69Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 70-71Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 72-73Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 74-75Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 76-77Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 78-79Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 80-81Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 82-83Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 84