Entreprendre Femme n°2 jui/aoû/sep 2015
Entreprendre Femme n°2 jui/aoû/sep 2015
  • Prix facial : 6,80 €

  • Parution : n°2 de jui/aoû/sep 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (220 x 300) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 24,3 Mo

  • Dans ce numéro : pourquoi elle réussissent !

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
FEMMES DANS LE VENT SUCCÈS LE CONTE DE FéES D’AïDA M’DALLA, CRéATRICE D’ALLURE COIFFURE La Dessange en jupons est tunisienne ! « Le fait d’être une femme et, dans mon cas, issue de La «DivErsiTé», n’est pas un obstacLe à La réussite... même si ceLa est pLus difficiLe ». Aïda M’Dalla, fondatrice d’Allure Coiffure Partie de rien, l’ex-apprentie coiffeuse de Tunis que personne ne voulait engager pour finir son apprentissage, est devenue une femme d’affaires accomplie. Propriétaire d’une trentaine de salons, et elle veut accélérer. Née à Dijon en 1974 dans une famille modeste, c’est en Tunisie, entre Sfax 64 Entreprendre Femme Cette Dijonnaise d’origine tunisienne a créé un groupe qui compte 35 salons de coiffure. Et ce n’est qu’un début. et Gabès, qu’Aïda M’Dalla passe ses plus jeunes années, auprès de ses grands-parents. Plus tard, élevée dans un quartier populaire de Dijon par un papa ouvrier et une maman femme de ménage, la jeune fille veut quitter sa condition et s’imagine chef d’entreprise. « Je voulais devenir une femme d’affaires, comme dans la série Dallas dont j’étais fan ». Pour faire plaisir à sa maman, Aïda passe son CAP de coiffure. « Une période difficile... D’origine tuni- sienne, je me suis présentée dans une centaine de salons avant d’obtenir la confiance d’un patron ! L’un d’entre eux m’a même demandé de changer de prénom ! Pour les besoins du métier et pous- sée par mon ambition per- sonnelle, j’accepte et deviens Johanna ». Du rêve à la réalité Après quelques années dans différents salons dijonnais, la jeune diplômée, toujours déterminée, ouvre, à 23 ans, son premier salon. Mais pas question de créer « un salon où l’on coupe et colore seulement celles qui sortent leur carte bleue ». Aïda imagine un salon où les plus démunis peuvent se faire couper les cheveux... que sa mère et elle auraient bien voulu trouver en bas de l’appartement familial. « Un jour où l’argent manquait au point de ne pouvoir m’emmener chez le coiffeur, ma mère s’est essayée à me couper les cheveux. Le résultat pour le moins décevant et quelque peu traumatisant est sans doute à l’origine de ma carrière professionnelle et de mon souhait de mettre la coiffure à portée de tous... ». Si Aïda croit en son concept, les banques beaucoup moins ! Pour financer sa première affaire, un banquier lui accorde un prêt, et son père qui lui prête 8.000  € . En 1998, le premier salon Allure Coiffure voit le jour. La jeune entrepreneuse offre « la qualité à petits prix », avec rapidité et efficacité. « Il ne s’agit en aucun cas de coiffure low cost. Allure Coiffure est un concept qui répond à l’air du temps et à la vie active. J’ai mis au point une méthode spécifique, grâce à laquelle nous offrons Une affaire qUi a fière allUre CA  : 18 M € 35 salons ouverts en succursales Effectif  : 150 salariés 1 centre de formation Actionnariat  : 100% Aïda M’Dalla Concurrence  : Coiffirst, Coiff & Co, Tchip Coiffure...
 » après avoir ouvert 35 salons de coiffure en succursales, aïda M’Dalla a lancé le réseau de licences de marque allure Coiffure. à toutes les longueurs de cheveux des prestations de qualité », insistet-elle. Dès 2003, quatre ans après sa première installation, un 2 ème salon dijonnais ouvre Boulevard de l’Université, puis un 3 ème rue Monge en 2006. La série se poursuit à Chalonsur-Saône, Besançon, Reims, avec des salons toujours décorés avec ses couleurs de prédilection, le noir et l’orange. En 11 ans, elle ouvre ainsi 34 salons, principalement dans le nord et l’est de la France, qui, tous, offrent des prestations millimétrées, orchestrées par des professionnels formés dans son propre centre de formation, à Dijon. Mais ce n’est pas assez pour la besogneuse jeune femme, qui lance en 2011 sa propre ligne de cosmétiques. Fabriqués à Périgueux, ses produits 100% français, utilisés par ses coiffeuses, séduisent aussi les clientes de ses salons. Déploiement national À la tête d’un groupe qui enregistre 18 M € de CA et emploie 150 personnes, l’efficace chef d’entreprise voit encore plus loin. En juin 2014, elle a en effet lancé son réseau Allure Coiffure en licence de marque, afin de dupliquer sa réussite sur l’ensemble du territoire national. Si la jeune femme n’a jamais caché son caractère de meneuse, elle n’imaginait pas pour autant voir son enseigne briller au La bonne fée des coiffeurs en difficulté ! B on nombre de salons rencontrent des difficultés économiques. La Fédération nationale de la coiffure prévoit ainsi 15.000 fermetures d’ici fin 2015. Les salons indépendants seraient les principaux concernés, alors que le luxe et le low cost tireraient plus facilement leur épingle du jeu. Face à ces prévisions, Aïda M’Dalla a mis au point une offre destinée à sauver les salons de la faillite. Aux gérants de ces commerces, Allure Coiffure propose de tester son concept pendant 6 mois. À l’issue de cette période probatoire, le gérant décide s’il souhaite ou non valider son engagement par la mise en place d’un contrat de licence de marque. Cette « opération de sauvetage » est une première sur le secteur de la coiffure... ChEz AllurE CoiffurE, lE shAMpooing, la CoupE ET lE brushing s’AffiChEnT à 16  € . SUCCÈS 4 coins de l’Hexagone. « Lancer un réseau n’a jamais été pour moi une priorité. Mais les nombreuses demandes de candidats situés dans des départements que nous ne couvrons pas encore, associées à celles de certains de mes collaborateurs désireux de gérer leur propre salon m’ont convaincue. Encore fallait-il m’assurer de la validité et de la pérennité de mon concept. C’est à présent chose faite, comme le démontrent les résultats enregistrés par les salons du groupe », souligne Aïda M’Dalla. Désormais, l’enseigne souhaite donc se déployer sur l’ensemble du territoire, notamment en région parisienne où Allure Coiffure est déjà présent au 125, avenue Raymond Losserand dans le XIV ème. Et les demandes affluent. Pour autant, la fondatrice qui se construit « dans la difficulté » reste prudente, misant sur l’ouverture de 18 salons d’ici 3 ans, l’objectif étant d’atteindre 70 salons. Sans parler des pays limitrophes  : Belgique, Suisse, Luxembourg et Allemagne. De quoi briser bien des clichés... Faites comme elle ! Séverine Germain-Guéroult Entreprendre Femme 65





Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 1Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 2-3Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 4-5Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 6-7Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 8-9Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 10-11Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 12-13Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 14-15Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 16-17Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 18-19Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 20-21Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 22-23Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 24-25Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 26-27Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 28-29Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 30-31Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 32-33Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 34-35Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 36-37Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 38-39Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 40-41Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 42-43Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 44-45Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 46-47Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 48-49Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 50-51Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 52-53Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 54-55Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 56-57Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 58-59Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 60-61Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 62-63Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 64-65Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 66-67Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 68-69Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 70-71Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 72-73Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 74-75Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 76-77Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 78-79Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 80-81Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 82-83Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 84