Entreprendre Femme n°2 jui/aoû/sep 2015
Entreprendre Femme n°2 jui/aoû/sep 2015
  • Prix facial : 6,80 €

  • Parution : n°2 de jui/aoû/sep 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (220 x 300) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 24,3 Mo

  • Dans ce numéro : pourquoi elle réussissent !

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
FEMMES DANS LE VENT SUCCÈS AVEC TIWAL, MArIon ExCoffon boUsCULE LE MondE dE LA VoILE ! Le bateau est dans le sac ! À 30 ans, Marion Excoffon est à l’origine d’un voilier unique au monde  : un dériveur gonflable qui tient dans 2 sacs... et s’exporte déjà dans 30 pays ! c’est l’idée de génie ! Le TIWAL, premier dériveur gonflable, léger, simple à assembler et transporter, est né d’une frustration, celle de Marion Excoffon. En naviguant dès son plus jeune âge à bord du voilier familial avec son père, le long des côtes de la Méditerranée. Un jour, elle veut prendre seule le large. « Par peur, mon père a refusé de me prêter son bateau ! Furieuse, je lui ai déclaré que je dessinerai et fabriquerai mon propre bateau », se souvient la jeune trentenaire. Pari tenu ! Contre vents et marées Après un diplôme de designer industriel, elle travaille dans l’agence de design Fritsch Durisotti, à Paris. Mais cette passionnée de voile ne rêve que d’une chose  : retrouver la mer. « Mon compagnon et moi sommes donc installés à Vannes, TIWAL, Le dérIveur gonfLAbLe « gonfLé » ! Longueur  : 3,20 m Taille et poids  : 2 sacs de 25 kg Voile  : 5,20 ou 7 m². Coque  : gonflable en 3 62 Entreprendre Femme minutes Structure  : 10 pièces en aluminium Temps d’assemblage  : 20 minutes où j’y ai créé mon agence de design. C’est l’envie de relever le challenge de la promesse faite à mon père qui m’a menée à l’aventure TIWAL. Mon objectif était de concevoir un bateau pour rendre la voile accessible  : plus facile à stocker, plus facile à transporter, plus facile à mettre à l’eau, plus facile à utiliser... Surtout, je voulais concevoir un bateau destiné à tous, pour des promenades tranquilles ou pour surfer sur l’eau par grand vent. Après de nombreuses recherches, le gonflable à haute pression est devenu une évidence. Faible d’encombrement lorsqu’il est dégonflé, il permet d’avoir une coque très rigide une fois gonflé, donc un bateau performant », explique la spécialiste. Dans son garage, sur les bords du golfe du Morbihan, elle réa- Capacité  : 2 adultes ou 1 adulte et 2 enfants Utilisation  : sport et balade Prix  : 5.490  € lise ses premiers prototypes, découvre des matériaux innovants comme le textile gonflable à double paroi, coud ellemême sa voile... « Il a fallu 3 ans entre les premiers dessins et le TIWAL 3.2. C’est finalement très court car, même si le bateau paraît aujourd’hui une évidence, il a fallu fabriquer plusieurs prototypes et les tester en mer. Je voulais que le produit soit parfait ! ». Bousculant avec ses idées novatrices le monde masculin de la voile, la jeune entrepreneuse fait tester ses prototypes par des professionnels... très vite convaincus. « Le plus difficile a été de concevoir une structure qui se démonte facilement et rapidement. Autre challenge, réaliser un bateau gonflable qui navigue aussi bien qu’un dériveur classique ». Pari tenu ! Son dériveur tient dans 2 sacs qui entrent dans un coffre de voiture ! Une belle aventure industrielle Quatre prototypes plus tard, le brevet déposé et l’entreprise créée, reste à produire en série. Encore faut-il trouver les fonds et les industriels (métallurgistes, voileries, plasturgistes...). « Le Crédit Mutuel de Bretagne nous a fait confiance et nous avons également réalisé une levée de fonds de 500.000  € auprès du fonds d’investissement privé Newfund ». Obstinée, la créatrice réussit à convaincre 40 fournisseurs
 » Le TIWAL, dériveur de poche, associe une coque jaune et grise gonflable avec une armature en aluminium. résultat ? un encombrement minimal et un poids plume  : le bateau pèse 50 kg, tient dans 2 sacs, se monte en 20 minutes, et peut accueillir 2 adultes ou 1 adulte et 2 enfants.français. « Pour réaliser un produit démontable, facile à monter, avec une structure rigide, le bateau est constitué de nombreuses pièces. Il y a bien sûr la coque, la voile, la structure en aluminium, mais aussi toutes les pièces plastiques, rivets, poulies, cordage, sacs... », explique-telle. Assemblé à Vannes, le TIWAL 3.2, qui ne pèse que 50 kg, est un succès dès sa commercialisation. Il faut dire que cette petite merveille s’adapte aux modes de vie urbains, plus nomades. En 2 ans, plus de 200 bateaux se sont écoulés dans plus de 30 pays. « Il n’y avait pas de produit équivalent sur le marché. Le TIWAL 3.2 a surtout séduit les acheteurs par sa facilité de mise en œuvre. Il permet d’accéder facilement aux plaisirs de la voile. C’est un véritable voilier sans les contraintes. La qualité du produit a fait le reste », explique, modestement, la jeune femme. Avec un prix de 5.490  € , la PME vannetaise cible les particuliers français et internationaux sur un segment plutôt haut de gamme. 4 TIWAL équipent ainsi le yacht du vice-président des Émirats arabes unis, 5 ème plus grand yacht du monde. Outre les particuliers et le marché des super-yachts, TIWAL a également fourni 5 bateaux à l’armée dubaïote. Un succès international Pour répondre à la demande, la PME qui a réalisé 800.000  € de CA en 2014 a mis en place un réseau international de revendeurs, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Russie, en Chine, à Dubaï... En août dernier, elle a même ouvert une filiale aux États- Unis, où le TIWAL a été élu bateau de l’année, avec un bureau à Boston. En projet, se développer en Australie et en Nouvelle-Zélande, pour enregistrer des commandes toute l’année. « Nous sommes déjà présents dans 30 pays mais nous voulons continuer à développer l’international. Pour cela, nous allons mieux structurer notre réseau de distribution mais aussi notre production avec la fabrication de gabarits et de moules. Nous devons absolument faire de gros volumes pour être rentables », témoigne Marion Excoffon, qui compte bien ouvrir très vite un nouveau secteur, celui des clubs de vacances, des loueurs et des hôtels, grâce à une déclinaison du TIWAL 3.2. « Dans un premier temps, nous nous sommes adressés à un marché de particuliers. Aujourd’hui, nous équipons plusieurs yachts et commençons à fournir les écoles de voile SUCCÈS « Il n’y avaIt pas de produIt équIvalent sur le marché. le tIWal 3.2 est un vérItable voIlIer sans les contraIntes. Il permet d’accéder facIlement aux plaIsIrs de la voIle ». Marion Excoffon, fondatrice de TIWAL SAS et les points de location. Dans un futur proche, nous attaquerons aussi le marché des hôtels et des Resorts. Et puis nous allons bien entendu compléter la gamme. », se réjouit l’heureuse maman d’une petite fille. Celle qui se sent pousser des voiles espère bien écouler 350 bateaux dès cette année ! Marion, le succès de celle qu’a fabriqué le produit dont elle rêvait. Marie Simonnetti Entreprendre Femme 63





Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 1Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 2-3Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 4-5Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 6-7Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 8-9Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 10-11Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 12-13Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 14-15Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 16-17Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 18-19Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 20-21Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 22-23Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 24-25Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 26-27Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 28-29Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 30-31Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 32-33Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 34-35Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 36-37Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 38-39Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 40-41Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 42-43Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 44-45Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 46-47Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 48-49Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 50-51Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 52-53Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 54-55Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 56-57Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 58-59Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 60-61Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 62-63Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 64-65Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 66-67Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 68-69Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 70-71Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 72-73Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 74-75Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 76-77Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 78-79Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 80-81Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 82-83Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 84