Entreprendre Femme n°2 jui/aoû/sep 2015
Entreprendre Femme n°2 jui/aoû/sep 2015
  • Prix facial : 6,80 €

  • Parution : n°2 de jui/aoû/sep 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (220 x 300) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 24,3 Mo

  • Dans ce numéro : pourquoi elle réussissent !

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
n FEMMES DANS LE VENT INTERVIEW À LA UNE PRODUCTRICE DE TÉLÉVISION ACCOMPLIE ALEXIA LAROCHE-JOUBERT « L’envie est un profond moteur de réussite ! » Tombée dans la potion magique de la télévision à sa naissance, Alexia Laroche-Joubert est une pionnière de la télé-réalité en France, avec un parcours au service du petit écran aussi exceptionnel que varié. Aujourd’hui, l’ex-directrice de la Star Ac’et productrice du Loft produit notamment un nouveau type de programmes à l’écriture originale qu’elle appelle de la « série-réalité » (Les Ch’tis, Les Marseillais). Véritable manager à la tête d’une équipe de plus de 300 personnes, exportant ses concepts à l’international, elle vogue de succès en succès. Maman épanouie, chef d’entreprise hyperactive, toujours souriante et bienveillante, c’est avec le franc-parler qu’on aime que la pétillante quadra a répondu à nos questions. Avez-vous toujours voulu être productrice de télévision ? Quel en a été le véritable déclencheur ? Alexia Laroche-Joubert  : En fait, j’ai voulu exercer plein d’autres métiers ! A l’âge de 12 ans, passionnée par le cinéma néo-réaliste italien, je rêvais d’être réalisatrice. Puis j’ai voulu devenir psy, parce que je m’intéresse aux autres, aux différents parcours de vie. Un peu plus tard, j’ai voulu devenir flic, pas pour défendre la veuve et l’orphelin, mais pour découvrir l’autre côté du miroir. En fait, il y a une logique dans tout cela  : essayer de comprendre ce qui fait qu’une vie peut basculer. Finalement, en consacrant ma vie à la télévision, j’ai fait un peu tout cela à la fois  : j’ai informé les gens, je les ai filmés et je les ai même psychanalysés ! (rires) Vous l’aurez compris, ce que j’aime par-dessus tout, ce sont les contacts humains. Bien entendu, j’ai une relation très forte au monde de la télévision depuis ma naissance  : une maman grand-reporter, un père publicitaire et un beau-père patron de chaîne. J’ai donc eu le virus très tôt. Petite déjà, maman m’emmenait avec elle en salle de 10 Entreprendre Femme montage. Mon amour pour les histoires à raconter et pour la télévision est né en salle de montage. A 17 ans, j’ai finalement décidé de ne pas devenir Commissaire de police, pour me tourner vers la télévision. Pour gagner du temps et apprendre plus vite, j’ai travaillé pendant toute la durée de mes études supérieures. J’ai donc toujours bossé pour la télévision, depuis mes débuts à Canal + jusqu’à aujourd’hui. Je suis devenue chef d’entreprise, à la tête de ma propre société de production, il y a 8 ans seulement. Avant cela, j’avais une fonction dans la production beaucoup plus artistique, puisque ce n’était pas moi qui vendais les programmes en France comme à l’international. Produire et vendre sont deux métiers certes complémentaires mais très différents. Vous êtes aujourd’hui Managing Director dans le groupe Banijay, après avoir été à la tête de votre propre structure. Que vous apporte au quotidien cette collaboration ? Une force de frappe plus importante ? J’ai rejoint Stéphane Courbit, avec lequel j’avais déjà travaillé pendant 13 ans, parce que c’est un véritable chef d’entreprise, courageux, visionnaire et profondément fidèle. Il a monté avec Banijay un groupe international, leader. Vous savez, être un producteur indépendant en France, c’est compliqué. La production demande des moyens humains et financiers importants et il est quasiment impossible de vendre des concepts à l’international sans la force de frappe d’un grand groupe. Ma fonction de Managing director est passionnante, enrichissante, car elle me permet à la fois de vendre des concepts de télévision tout en gardant le regard artistique qui est le mien, entourée par une équipe de qualité. Ce qui est fabuleux quand on est chef d’entreprise c’est qu’on choisit les gens avec lesquels on veut travailler. Cela me permet de m’entourer de personnalités très professionnelles, que je choisis délibérément plus compétentes que moi ! (rires) Je n’ai jamais eu peur des gens qui veulent « être Calife à la place du Calife », à condition qu’ils soient fidèles, parce que c’est bien d’avoir de l’ambition et de vouloir grandir. Et mon objectif en termes de management justement, c’est de les aider à progresser rapidement dans leur carrière.
INTERVIEW À LA UNE La créativité en héritage ! Alexia Laroche-Joubert est la fille de Patrick Laroche-Joubert, publicitaire, et de Martine Gabarra, grand-reporter, plus connue sous le nom de Martine Laroche-Joubert. Entreprendre Femme 11





Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 1Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 2-3Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 4-5Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 6-7Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 8-9Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 10-11Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 12-13Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 14-15Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 16-17Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 18-19Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 20-21Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 22-23Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 24-25Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 26-27Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 28-29Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 30-31Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 32-33Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 34-35Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 36-37Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 38-39Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 40-41Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 42-43Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 44-45Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 46-47Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 48-49Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 50-51Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 52-53Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 54-55Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 56-57Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 58-59Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 60-61Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 62-63Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 64-65Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 66-67Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 68-69Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 70-71Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 72-73Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 74-75Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 76-77Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 78-79Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 80-81Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 82-83Entreprendre Femme numéro 2 jui/aoû/sep 2015 Page 84