Entreprendre Emploi n°4 mar/avr/mai 2009
Entreprendre Emploi n°4 mar/avr/mai 2009
  • Prix facial : 5,95 €

  • Parution : n°4 de mar/avr/mai 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 128 Mo

  • Dans ce numéro : relancer sa carrière.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
4 Torimi Adebari Du conseil à la politique Parlons donc de Torimi Adebari, né au Nigeria en 1964. Cela ne vous dit rien ? Il est resté dans son pays jusqu'en 2000, mais suite des persécutions religieuses, il émigre en Irlande avec femme et enfants en demandant le statut de demandeur d'asile : Refusé ! Un troisième enfant né en Irlande qui permet quand même à la famille de rester en Irlande. Il travaillait en commercial-marketing au Nigeria, mais impossible de trouver un emploi 4 Lewis Hamilton De la pauvreté au pilotage Nous n'avons pas abordé le domaine du sport. De qui pourrionsnous donc parler ? Ses grands-parents ont immigré depuis la Grenade pour l'Angleterre. Sa famille était très modeste, et son père cumulait deux emplois pour que le fils ait le matériel nécessaire. Vous avez deviné ? Lewis Hamilton est né en 1985 et n'a pas oublié les efforts de son père qui est devenu son manager, sans oublier l'un de ses frères qui l'accompagne sur toutes les courses. Son père faisait office de 4 Malamine Kure La belle histoire d'Airness Revenons en France pour terminer sur l'une des success-stories les plus emblématiques de la banlieue : la marque Airness. Malamine Koré a en effet créé son entreprise il y a neuf ans à Saint Denis. Ce malien d'origine, arrivé en France à l'âge de dix ans, s'est d'abord complètement investi dans la boxe, où il avait reçu le surnom de « la Panthère », emblème qui deviendra celui de sa marque. Un malheur peut devenir une source positive à condition d'avoir le ressort nécessaire en soi. Pour Malamine Koré, c'est un accident de voiture qui vient mettre fin à ses rêves de boxeur sélectionné pour les JO. Un long cheminement lui permet alors de bâtir et il fonde sa marque en s'appuyant sur une lacune existante dans les contrats de sportifs. Ils ont bien entendu de nombreuses obligations, notamment par rapport à leurs sponsors officiels, mais rien n'était prévu pour leur tenue, alors qu'ils sur place. Il est même refusé en tant que laveur de voiture. Autant dire que la vie n'est pas facile. Il s'occupe donc en étant bénévole dans un club de tennis et en créant une association de chômeurs. Il parvient à ne pas se replier sur lui-même et va de l'avant et rencontre donc bien des personnes différentes. Pour le faire court, Torimi Adabari se lance sur une liste municipale en indépendant et devient le premier conseiller municipal qui soit non irlandais dans sa ville de Portlaoise. Du coup, il reprend ses études et sur la lancée crée une société de conseil. En juin 2007, qui devient maire ? Adebari. Non pas que le racisme ait soudainement disparu dans un pays où il y a peu de population noire, mais la majorité s'est adaptée au fait que le meilleur candidat pouvait être un Nigérian qui résidait dans le pays depuis 7 ans et qui avait connu bien des difficultés sans se décourager. mécanicien, alors que le jeune Hamilton en était encore aux courses de karting. Inutile de s'appesantir sur les excellents résultats du jeune pilote, d'autant que la nouvelle saison semble bien partie. sont dans un cadre privé bien entendu, mais surtout lorsqu'ils répondent à des interviews totalement informelles. Koré appartenant au monde sportif, il connaît de nombreux sportifs, a ses entrées et peut leur demander, au départ par amitié, de porter ses créations. C'est le football qui va devenir le fer de lance publicitaire de la marque. Le rugby et le tennis ne sont pas oubliés, en bref tous les sports phares de notre pays. Le chiffre d'affaires 2006 a dépassé les deux cents millions d'euros. Et les revenus du fondateur sont estimés à environ dix millions d'euros. Les success-stories ne sont donc Au contraire, les cités laissent aus- tant, dans les banlieues comme motivé et de ne pas laisser place pas réservées aux petits privilégiés. si la place à l'imaginaire. L'impor- ailleurs, est d'être profondément au découragement. 62 - Entreprendre Emploi&Carrière
International expatria ion et développe Ils font fortune à l'étranger Ubifrance dope l'export Anne-Marie Idrac, secrétai d'État chargée du Commerce extérieur auprès du ministre de l'Économie, de l'Industrie et de l'Emploi, vient de lancer la Pour eux, l'aventure de l'entreprise ne suffisait pas, il leur a fallu y ajouter le dépaysement de l'expatriation. Amour d'un pays, attrait d'un marché, optimisation fiscale ou simple opportunité, les raisons sont multiples. nouvelle édition de la convention triennale d'objectifs et de moyens entre l'État et l'Agence français pour le développement international des entreprise Ubifrance, qui définit les objecf et les moyens du dispositif publde soutien aux entreprises à l'international. Comme le souligne Anne-Marie Idrac, « aujourd'hui, 1% des entreprises réalisent 70% de nos exportations et, parmi nos exportateurs, seuls 40% sont considérés comme réguliers ». Pour accompagner plus de PME dans la durée, la secrétaire d'État a obtenu l'augmentation des crédits d'intervention accordés à Ubifrance, qui passeront de 10 millions d'euros en 2008 à 24,4 millions d'euros en 2011. Ubifrance sera notamment doté progressivement de son propre réseau international, avec la création de bureaux à l'étranger, pour atteindre en septembre 2010 64 Missions économiques dans 44 pays, soit près de 850 agents et 85% de l'activité commerciale des Missions économiques. « Le renforcement du dispositif public autour d'un acteur fort, doté des moyens d'atteindre des objectifs ambitieux, montre la détermination du gouvernement à tout mettre en œuvre pour aider nos entreprises à conquérir des marchés à l'international », précise Anne-Marie Idrac. n peut distinguer trois grandes familles de créateurs expatriés selon leurs motivations. Les premiers, les plus nombreux, sont des entrepreneurs « analystes ». Le choix d'un autre pays que la France repose sur des critères objectifs Anne-Marie Idrac à savoir existence d'un marché local, d'une main-d'oeuvre compétitive, de ressources naturelles ou d'un environnement social et fiscal avantageux. C'est une conséquence naturelle de la mondialisation et de la notion de « village mondial » chère à certains économistes. Pour d'autres, la cause est plus subjective : amoureux d'un pays et entreprendre localement leur a semblé la meilleure solution pour concilier leur choix de vie personnel le avec une équation économique équilibrée. Enfin, certains sont des opportunistes que les hasards de la vie ont conduit à associer la découverte d'un pays avec une opportunité de marché. Des parcours divers... Sylvain Peuch, né au Gabon de parents expatriés, élevé en Arabie Saoudite et coopérant en Côte d'Ivoire, diplômé d'une école de management international, avait tout pour devenir un spécialiste du sujet. Mais son idée de rencontrer les entrepreneurs français à l'étranger l'a conduit à parcourir le monde en dehors des sentiers battus et Entreprendre Emploi&Carrière - 63



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 1Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 2-3Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 4-5Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 6-7Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 8-9Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 10-11Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 12-13Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 14-15Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 16-17Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 18-19Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 20-21Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 22-23Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 24-25Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 26-27Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 28-29Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 30-31Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 32-33Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 34-35Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 36-37Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 38-39Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 40-41Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 42-43Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 44-45Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 46-47Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 48-49Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 50-51Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 52-53Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 54-55Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 56-57Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 58-59Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 60-61Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 62-63Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 64-65Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 66-67Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 68-69Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 70-71Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 72-73Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 74-75Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 76-77Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 78-79Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 80-81Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 82-83Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 84