Entreprendre Emploi n°4 mar/avr/mai 2009
Entreprendre Emploi n°4 mar/avr/mai 2009
  • Prix facial : 5,95 €

  • Parution : n°4 de mar/avr/mai 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 128 Mo

  • Dans ce numéro : relancer sa carrière.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
Evidemment, cela ne s'arrête pas en si bon chemin et en 1997, notre entrepreneur déjà expérimenté et non plus en herbe rejoint deux jeunes de son âge : Aron Greenspan et Tom Kho pour finalement créer Surfingprizes.com. Cette société vend des publicités qui apparaissent spontanément sur les sites du web. Les personnes téléchargeant le logiciel recevaient une petite rémunération. Là encore, succès quasi immédiat avec des chiffres d'affaires qui frôlaient les 10 000 euros quotidiens. Les années passent, et Cameron lance avec un autre ami, Nat Turner, un site appelé CertificateSwap.com, qui permettait notamment d'échanger les chèques cadeaux de toutes sortes. Après tout si vous ne savez pas quoi faire de ce séjour dans le parc d'attractions, pourquoi ne pas l'échanger contre un séjour sur un golf ? Le site a été vendu en 2004 pour un chiffre inconnu, mais dont on sait qu'il avait 6 chiffres. Evidemment, l'histoire ne s'arrête pas là et Cameron Johnson publie même des livres à l'heure actuelle, tout en continuant à fourmiller d'idées quant aux entreprises à lancer sur Internet. o Des prédispositions hors du commun ! Lorsque l'on parle de cette belle aventure, tout semble simple. Mais revenons quand même à la base : le jeune Cameron a toujours montré des prédispositions disons hors de la moyenne. Votre enfant vendait-il déjà au porte à porte des légumes à l'âge de 7 ans ? A-t-il déjà écrit une lettre à Donal Trump (ou François Pinault) à l'âge de 8 ans ? Lorsque vous avez acquis pour lui un portefeuille d'actions de quelques 1000 euros, les a-t-il revendues en multipliant le bénéfice par 7 ? Millionnaire en dollars à l'âge de passer le bac, évidemment il s'agit bien de l'un de nos incroyables ados ! + La famille Cook Continuons notre parcours des super tenagers par une fille cette foisci, qui décide de se lancer avec son frère. Ils n'ont que 15 et 17 ans lorsqu'ils souhaitent se lancer dans le développement d'une version du journal de l'année de leur lycée en ligne. En effet, aux Etats-Unis, les collégiens et les lycéens reçoivent quasiment tous ce petit magazine qui permet en théorie de rester en contact, ou en tous les cas de garder un souvenir des leurs anciens amis et copains de classe. C'était il y a trois ans, et nul doute que le frère aîné, plus âgé, les a peu ou prou influen- Et en France 7 Et en France me direz-vous, quid des ados millionnaires ? Ma foi, autant dire qu'ils sont si peu nombreux que l'on n'arrive même pas à les recenser. Il est clair que « l'exploitation » qui est faite sur les jeunes stars est différente chez nous, de par une législation beaucoup plus contraignante sur les activités professionnelles des enfants et des mineurs. Et en ce 38 - Entreprendre Emploi&Carrière qui concerne le business, il est clair que la plupart des jeunes n'ont pas forcément la fibre entrepreneuriale en eux. Probablement aussi parce que lancer son entreprise n'est pas forcément valorisé dans nos écoles, collèges et lycées. Bien entendu, l'histoire des jeunes qui ont lancé Google fait rêver mais gagner l'euromillions aussi. Peut-être y a-t-il quelque chose cés, puisque lui-même avait lancé son entreprise en ligne. Comme on le sait, c'est d'abord la famille qui est sollicitée lors des tours de table pour investissement, et c'est donc le grand frère qui se laisse convaincre de mettre près de 180 000 euros dans le projet ainsi que son aide en tant que personne pour les aider à lancer MyYearbook.com. Evidemment, l'amour fraternel y est pour quelque chose, mais il est clair que le projet présentait un véritable intérêt. Les parents quant à eux restent sceptiques. La famille Cook poursuit sa création, porte des T-shirts faisant la pub de leur site au collège et peu à peu le bouche à oreille fait son oeuvre jusqu'à recruter plus de 950 000 ados à travers les Etats-Unis. Autant dire qu'un site avec une cible aussi segmentée a aussitôt intéressé certains annonceurs comme la Paramount, Disney ou Neutrogena qui a payé jusqu'à 500 000 dollars pour faire apparaître ses publicités sur le site. Catherine, David et Geoff ont poursuivi leur effort envers et contre tous et sont parvenus en 2007 à obtenir jusqu'à 10 millions de dollars en publicité pour 10 millions de membres. Le site est véritablement consacré aux lycéens et justifient donc de son existence face aux grands du secteur tels que FaceBook. Evidemment, comme le spécifie Catherine qui est à présent à l'université, le problème est que si elle continue à assister aux cours, elle n'a plus vraiment le temps d'étudier et il devient difficile de passer les examens ! Mais disons qu'elle a pris un peu d'avance sur sa vie professionnelle et que cela compense. FR. LIVIIitirr,i,ereilbjbl44. zere,==-..- WIttany[.. nu enteMe nath CpP, à revoir ? Car ces derniers exemples montrent bel et bien, que s'ils sont épaulés, les jeunes et même très jeunes « chefs d'entreprise » peuvent réellement parvenir à des résultats étonnants qui feraient le bonheur de bien des adultes. Ecoutons-les donc un peu plus au lieu de sourire à toutes leurs idées parfois loufoques, en tous les cas pour nous ! Vous vous sentez un peu dépas- sés par ces jeunes qui paraissent plus mûrs que vous ? A chaque âge ses plaisirs comme dit le proverbe. Vous ne connaissiez pas Zac Efron, aviez à peine entendu parler de Rihanna ou de l'acteur Shia Labeouf ? Effectivement, il est peut-être temps pour nous tous de voir d'un peu plus près ce qui se trouve sur l'Ipod de nos enfants, sur l'écran télé de leur chambre ou sur leur ordinateur portable !
Économie : les noirs n'ont plus de complexe Phénomène encourageant au pays de la diversité et des droits de l'homme, de plus en plus d'entrepreneurs noirs sautent le pas et croient en eux. Si l'on se pose encore la question, si l'on est tenté de dresser une liste d'entrepreneurs d'origine africaine, c'est bel et bien qu'il s'agit de cas encore trop isolés qui devraient pourtant être une banalité. Mais le phénomène est en train de changer. Réussir, parfois même Chef directeur de projets et maire adjoint de la commune de Granges-le-Roi, Pierre Porn cumule lui aussi les casquettes. RH et investissement en politique sont pour lui le nerf de la guerre. Selon lui, les entreprises et d'abord les organisations publiques françaises ne sont pas à l'image des valeurs véhiculées par notre pays. « On se rend compte que la France, pays des droits de l'homme et terre d'accueil, ce n'est pas tout a fait vrai ! Ilya un véritable problème de représentation de la diversité en France. En tant qu'élu, je sais à quel point la cohésion nationale dépend de cette représentation au quotidien. De plus en travailler tout simplement, demeure pour beaucoup un parcours du combattant. Pour Dogad Dogoui, délégué général et président du club Africagora, « Entreprendre devient une tentation naturelle ». Des Malamine Koné, MohamedDia... en ce qui concerne les noms les plus médiatiques, sont appelés à devenir la normalité d'un secteur entrepreneurial en pleine mutation qui a besoin de tous les dynamismes de la diversité du pays. Noirs et alors ? Non aux quotas, la France rattrape son retard plus d'Africains ne souhaitent plus faire leurs études en France, préférant aller au Canada et très prochainement en Chine. Nicolas Sarkozy a d'ailleurs pointé du doigt ce phénomène. La diversité est une richesse, on le répète sans cesse. La France est en train de s'en priver sur les plans économique, social, culturel... En mettant un pan de sa société à l'écart, elle passe à côté d'énormément de potentiels ». Le secteur des RH apparaît encore comme stratégique. « C'est un secteur clé parce que sa fonction dans l'entreprise a évolué avec le temps. On lui demande de participer à la croissance financière et économique de l'entreprise en détectant les talents. Or les talents sont partout ! Le mode de fonctionnement français qui tend Si aujourd'hui, les entrepreneurs noirs ressortent du lot en France, c'est que le monde des affaires a longtemps été fermé aux minorités. « Notre pays est très ethnicisé, constate Dogad Dogoui. Il nous faut passer par des marchés et des métiers ethniques. Ce faisant, la France a pris un retard avec la mondia- l'ignorer restreint les champs d'action des RH et peut avoir que des conséquences négatives ». Les politiques, souvent perçues comme étant « aux abonnés absents » doivent agir également, d'où la création du collectif DIVERSITÉ ESSONNE que je préside. « Les quotas peuvent être des coups de pouce pour amorcer la pompe. Mais il s'agit d'options qui ne peuvent ni se généraliser ni être définitives. La solution doit être plus globale. Les opposants de la discrimination positive lui reprochent de dénigrer des personnes favorisées par des quotas. Au regard même des échecs du système américain, si un Barak Obama peut se présenter aux élections, c'est parce qu'il y a eu un travail d'amorce. Globalement, cela a permis à d'autres talents d'émerger, aux mentalités d'évoluer. Les chiffres français favorables à Obama montrent que notre société est mûre elle aussi>. Entreprendre Emploi&Carrière - 39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 1Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 2-3Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 4-5Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 6-7Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 8-9Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 10-11Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 12-13Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 14-15Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 16-17Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 18-19Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 20-21Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 22-23Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 24-25Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 26-27Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 28-29Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 30-31Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 32-33Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 34-35Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 36-37Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 38-39Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 40-41Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 42-43Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 44-45Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 46-47Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 48-49Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 50-51Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 52-53Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 54-55Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 56-57Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 58-59Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 60-61Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 62-63Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 64-65Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 66-67Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 68-69Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 70-71Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 72-73Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 74-75Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 76-77Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 78-79Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 80-81Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 82-83Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 84