Entreprendre Emploi n°4 mar/avr/mai 2009
Entreprendre Emploi n°4 mar/avr/mai 2009
  • Prix facial : 5,95 €

  • Parution : n°4 de mar/avr/mai 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 128 Mo

  • Dans ce numéro : relancer sa carrière.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
CREER METIERS Quels métiers gagnent le plus en France ? Nous sommes nombreux à rêver de gagner plus, et de devenir riches. Mais pas si facile lorsque l'on n'est pas ne avec une cuillère en argent dans la bouche comme dit si bien le proverbe. Il n'empêche qu'il existe des Français qui gagnent très bien leur vie. Alors pourquoi ne pas choisir ce type de secteur ou orienter nos enfants si nous ne pensons pas pouvoir tout changer dans notre univers professionnel ? our rester dans ce que l'on peut atteindre raisonnablement avec force travail, on retrouve régulièrement des métiers pqui sont rémunérés entre 60 000 et 100 000 euros par an, sans pour autant qu'il faille être un génie de la science ou un artiste hors pair. Des conditions à réunir Il faut cependant qu'en dehors du métier lui-même, quelques conditions soient réunies pour que l'ascension soit plus facile. Par exemple : Globalement, l'ascension des meilleurs se fait plus rapidement dans les grandes sociétés que dans les PME pour des raisons simples de structures : il y a moins d'opportunités dans les petites sociétés en termes de nombre tout simplement. Autre type de différence tenant à la taille de la société : si les salaires sont identiques dans une grosse PME que dans une multinationale, les avantages sont moins importants : peu d'avantages au niveau du comité d'entreprise, peu ou pas de stock-options, des budgets frais inférieurs entre autres. Si l'on raisonne en grandes filières, en voici quelques-unes qui peuvent valoir leur pesant d'or. La filière informatique Elle reste l'une des plus rémunératrices pour les diplômés ou non qui se lancent dans la 30 - Entreprendre Emploi&Carrière fonction. Il faut évidemment parvenir à un niveau de responsabilité avéré ou à un poste de direction pour que la rémunération soit à la hauteur. Chef de projet notamment pour l'installation des systèmes d'information, responsable de la sécurité informatique dans de grandes sociétés, directeur informatique bien entendu sont des métiers qui démarrent aux 60 000 euros normalement. Mais aussi toutes les fonctions qui travaillent sur les réseaux télécom et réseau. Les nouveautés sont pléthores, impossible de suivre si l'on n'est pas un spécialiste, mais au-delà de l'installation d'un site Internet, d'un réseau intranet, il faut aussi pouvoir garantir la sécurité et la confidentialité et les entreprises ont besoin de gens de métier. La demande est là qui fait donc monter le montant des rémunérations. Nombreuses sont les entreprises privées, en particulier dans le secteur bancaire qui ont besoin de recruter dans ce domaine de vrais spécialistes, car il n'est plus possible de simplement sous-traiter. Les professions libérales Au niveau des professions libérales, le secteur juridique reste l'un des plus rémunérateurs. Les avocats, les greffiers les notaires gagnent très largement leur vie, du moins à partir du moment où ils ont pu acquérir une expérience et se faire leur clientèle.
En effet, le diplôme ne garantit pas à lui seul la rémunération. Un avocat salarié qui démarre dans un cabinet n'est pas rémunéré au delà des 2 000 euros/mois en province. Mais s'il parvient à amener des clients et à les fidéliser, à fortiori à devenir associé par exemple, autant dire que les revenus sont largement assurés, même si la charge de travail et de stress reste élevée. La filière commerciale C'est l'une des plus intéressantes, car certainement l'une des plus ouvertes. Même s'il reste évident que le diplôme aide à être promu et remarqué plus rapidement, la fonction commerciale permet aussi à des autodidactes de performer et là aussi de très bien gagner leur vie. Là encore, il faut savoir choisir les secteurs les plus performants : à diplôme égal, un commercial débutant gagnera 20% de plus en travaillant pour un laboratoire pharmaceutique que pour une société de surgelés. Mais là encore, ce n'est pas sur le terrain que cela se passe. Un chef de région dirigeant une équipe de vente est rémunéré dans les 60 000 euros et plus. Un responsable grand comptes dans une grande entreprise qui négocie avec les centrales d'achat en direct se situe dans les 80 000 euros (ensuite cela évolue en fonction de l'expérience de la personne et de la politique de l'entreprise). Un directeur commercial gagne aux environs des 100 000 euros et parfois plus, une fois les avantages ajoutés. Les relations humaines Les relations humaines et en particulier les cabinets de recrutement sont également un secteur à regarder de près. Les débutants sont particulièrement bien traités, mais ici pas de non-diplômés, ce sont Et la Recherche ? forcément des bacs + 4 et +5 qui sont recrutés pour être formés. En dehors du salaire qui démarre dans les 2 000 euros/mois, il faut surtout compter les primes qui peuvent représenter 50% de plus pour ceux et celles qui savent se démener. Le métier n'est pas facile, et la concurrence est rude, mais le jeu en vaut la chandelle. On approche d'ailleurs dans ce secteur de la nébuleuse des consultants où l'on retrouve de tout. Autant dire que globalement, on retrouve plus de consultants qui ont parfois un peu de mal à gagner leur vie, notamment lorsqu'ils débutent et qu'ils sont à leur compte. Ce terme n'est donc pas significatif et l'on ne peut pas dire que le métier soit l'un des plus rémunérateurs, si l'on considère la masse de personnes qui le pratique dans tous les domaines. La filière des finances La finance semble être le secteur tout trouvé pour parvenir à faire fortune. Pas forcément, pourtant ! S'il est vrai que les directeurs financiers gagnent en moyenne 100 000 euros, avec de fortes variations en fonction de la délégation et donc de la véritable responsabilité de leurs charges (certains disposent du titre mais ont une fonction de comptable amélioré à proprement parler), la finance ne signifie pas forcément que l'on gagne très bien sa vie. Les métiers les plus rémunérateurs se trouvent dans les banques d'affaires ou dans les fonctions proches des financements et des placements, en particulier boursiers. En effet, le salaire devient alors très intéressant, mais ce sont surtout les La Recherche, quant à elle, n'est pas très bien rémunérée en France si l'on considère effectivement le niveau nécessaire pour parvenir à ces postes. Mais pour être mieux rémunéré, il y a toujours la possibilité d'aller voir à l'étranger. Gagner plus de 100 000 euros/an en exerçant un métier, sans être chef d'entreprise, c'est possible ! Encore faut-il choisir la bonne filière et surtout celle qui a de l'avenir devant elle ! primes sur résultats qui font subir un bond aux revenus, en allant bien au-delà des 100 000 euros parfois. Mais attention, il faut avoir les nerfs solides, car il arrive aussi des périodes, comme actuellement, où il ne fait pas bon travailler dans le secteur. [artisanat et le commerce Pour ce qui est de l'artisanat et du commerce, il est clair que certains métiers restent particulièrement rémunérateurs. Au niveau du secteur, la boulangerie-pâtisserie sort dans les premiers, de la parole même des artisans. Il ne faut pas oublier non plus les supermarchés ou encore mieux les hypermarchés d'indépendants, type E. Leclerc ou Intermarché, qui ont fait la fortune de quelques chefs d'entreprises. Avec ce secteur, nous avons globalement changé de catégorie. En effet, dans ces filières, ce sont bien entendu les chefs d'entreprise et quelques managers éventuellement qui sont dans une situation financière enviable. Encore faut-il avoir le goût du risque pour se lancer et accepter l'éventualité de l'échec au départ ! La filière médicale Elle n'est plus ce qu'elle était. Tout d'abord, il est vrai qu'il faut s'accrocher au niveau des études avant de parvenir à exercer, mais de plus, les généralistes ont le blues. La plupart continue à bien gagner leur vie évidemment, mais pas tous. Il est vrai que lorsqu'ils comparent ce qui se passe avec les spécialistes du type chirurgiens-dentistes par exemple, ou esthétiques, il y a de quoi se dire que l'on aurait dû choisir une autre voie. Pour la filière médicale, la rémunération est donc la plupart du temps proportionnelle au temps passé dans les études encore faut-il savoir choisir une spécialité qui a de l'avenir. Un point commun à toutes ces fonctions : mieux vaut ne pas compter son temps de travail et oublier la sécurité de l'emploi. Même les hauts fonctionnaires sont relativement mal payés par rapport à leurs homologues du privé. Autre réflexe important lorsque l'on choisit son job : prendre en compte la rémunération salariale, ainsi que tous les à- côtés. Ceux-ci peuvent représenter autant que le salaire et parfois plus dans certains métiers. Evidemment, on peut aussi penser aux sportifs et aux artistes, et il est vrai qu'un footballeur, un écrivain qui gagne le Goncourt, un animateur télé, voire un top model ont effectivement des métiers très rémunérateurs, en tous les cas pour ceux qui concernent la petite frange qui a réussi. Les intermittents du spectacle sont bien plus nombreux que les stars, ne l'oublions pas... Entreprendre Emploi&Carrière - 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 1Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 2-3Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 4-5Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 6-7Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 8-9Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 10-11Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 12-13Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 14-15Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 16-17Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 18-19Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 20-21Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 22-23Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 24-25Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 26-27Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 28-29Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 30-31Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 32-33Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 34-35Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 36-37Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 38-39Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 40-41Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 42-43Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 44-45Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 46-47Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 48-49Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 50-51Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 52-53Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 54-55Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 56-57Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 58-59Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 60-61Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 62-63Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 64-65Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 66-67Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 68-69Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 70-71Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 72-73Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 74-75Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 76-77Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 78-79Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 80-81Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 82-83Entreprendre Emploi numéro 4 mar/avr/mai 2009 Page 84