Emploi & Carrière n°9 jun/jui/aoû 2011
Emploi & Carrière n°9 jun/jui/aoû 2011
  • Prix facial : 4,80 €

  • Parution : n°9 de jun/jui/aoû 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 20,8 Mo

  • Dans ce numéro : Mark Zuckerberg, une ambition planétaire.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Succès n jeunes, ambitieux et tout puissants Olivier Halley, le phénomène Du Pareil au même CA : 158 millions d'euros Secteur : mode enfantine Le monde de la mode enfantine n'a qu'à bien se tenir. Non content d'avoir racheté l'enseigne DPam (Du Pareil... au même) en mars 2008, Olivier Halley a jeté cet été son dévolu sur le spécialiste des chaussures pour enfants Petits Petons. L'objectif stratégique de ce rachat ? Devenir leader sur le secteur de la chaussure pour enfant. C'est un fait : l'héritier de Carrefour (fils de Paul-Louis, fondateur de Promodès qui a fusionné avec Carrefour en 1999) a un don pour saisir les opportunités. Dès que sa famille met fin au pacte d'actionnaires qui lie les héritiers dans le capital de Carrefour en mars 2008, il lance dans la foulée une OPA surprise, proposant plus de 92 millions d'euros à DPam, via son fonds d'investissement H Partners distribution. Pari gagné, le monde de la mode enfantine lui tend les bras. Président du conseil de surveillance, Olivier Halley confie alors les rênes de la direction à 16 n Emploi & Carrière Patrick Becouarn, un ancien de Promodès, jusqu'alors associé gérant du fonds d'investissement. Depuis, Du Pareil... au même est entré dans une dynamique de développement dotée d'un plan soutenu d’ouvertures à l’international. L'enseigne compte 434 boutiques dans 26 pays. En France, elle emploie plus de 1.200 personnes à travers un réseau de 216 boutiques, dont 71 points de vente chaussures. Coyote, loup garou anti-radars CA : 30 millions d'euros Secteur : électronique 600.000 membres sont aujourd'hui conquis par la trouvaille de Fabien Pierlot. Ce jeune trentenaire est l'inventeur de l'avertisseur de radars fixes et mobiles en temps réel... une façon légale de ne pas se faire prendre en excès de vitesse. « Fan et fou d'automobile depuis mon plus jeune âge, j'ai toujours été fasciné par les technologies relatives à ce domaine. Mon idée première était de moderniser la Cibi, qui a connu un grand succès dans les années 80. Ce fut chose faite en 2003 avec la création de la société Flash Info ». Puis, entre le boom de la téléphonie mobile dans les années 90 et l’apparition du système de communication Machine to Machine (M2M) dans l'Hexagone, le système Coyote a été commercialisé en 2006. Accusé par certains d'inciter aux excès de vitesse, Fabien Pierlot précise que les produits Coyote sont devenus de véritables assistants d’aide à la conduite. « Au départ, nos produits étaient considérés comme de « simples » avertisseurs de radars.Au fur et à mesure, ils se sont dotés de nouvelles fonctionnalités telles que l’affichage en permanence des limitations de vitesse en vigueur, l’information des perturbations routières et, avec le Mini Coyote Plus, commercialisé depuis le 28 Fabien Pierlot octobre, le Coyote Assistance. Cette nouvelle fonctionnalité permet, par simple pression sur un bouton, d’être mis en relation avec le Service Coyote Assistance en cas de panne n’entraînant pas de dommages corporels ». Cette société 100% française, comme aime à le rappeler son fondateur, n'est pas peu fière de sa rentabilité et de son succès. « 2011 devrait être une année riche en développement. Notre objectif est de pousser plus encore les fonctionnalités relatives à la sécurité routière. L’écologie étant au cœur des nouvelles technologies, des fonctionnalités relatives à l’écoconduite devraient également voir le jour ».Tout un programme pour cette jeune entreprise qui a fêté ses 4 ans cette année.
ils mettent la motivation des équipes au centre de la réussite n Enquête Bichonner ses salariés, c’est payant » Stéphane Richard,le nouveau P-DG de France Telecom-Orange. Automne 2009. Dans la presse et le monde de l’entreprise, tous les regards sont rivés vers France Telecom. Le leader national des telecoms, issu du service public, subit un improbable vague de suicides touchant ses salariés. Si tous les cas ne sont pas directement imputables à l’ambiance dans la société, la politique managériale est durement remise en cause. Trop de stress, une pression instituée... Le bilan a été érigé sur la place publique. Cela a ébranlé jusqu’à la direction de l’entreprise puisque Stéphane Richard a remplacé Didier Lombard à la tête de l'exé- « Entre le management participatif et le management autoritaire existe une voie étroite : celle du management de l’engagement, plus équilibré et surtout beaucoup plus efficace. » Xavier Sabouraud, président d'Alter&Go Groupe Les salariés français sont formidables quand on leur fait confiance ! cutif. Orange ne peut évidemment pas être rendue coupable de tous les maux, des problèmes similaires existant dans d’autres entreprises françaises, mais cette affaire a institué un facteur néfaste dans l’entreprise : le stress. Et depuis, plusieurs sociétés, dont France Telecom, font état d’une évolution de leur politique de ressources humaines. L’objectif : chasser le stress oppressant et, surtout, « réhumaniser » les rapports hiérarchiques. Quelles sont donc ces pratiques nouvelles, ou plutôt revenant au goût du jour ? État des lieux. Initiatives novatrices Quelles sont concrètement les actions mises en place dans les entreprises ? Aucune étude suffisamment récente ne permet de faire un point exhaustif sur les évolutions des derniers mois. Mais les entreprises communiquent. France Telecom, justement, a annoncé début novembre, par la voix de son directeur général Stéphane Richard, qu'un médiateur national sera mis en place pour les salariés « les plus fragiles » d'ici la fin de l'année dans l'ensemble du groupe. Sur le même modèle, des psychologues et autres coachs font leur apparition dans les grandes sociétés. Surtout, une tendance générale se dégage : la volonté de recréer le bienêtre en entreprise. En témoigne la naissance d'Entrepreneurs d'avenir, soutenu par Generali et des partenaires comme l'Afnor, les Scop ou le Réseau Entreprendre. Le but : promouvoir le concept de « performance globale », « où la compétitivité doit se conjuguer avec le respect de l'individu, de son bien-être au travail, des normes éthiques, sociales et environnementales ». Un « Parlement » annuel de la structure a été créé. Autre témoin de cette mouvance, ou du moins de ce qui se pratique déjà en termes de management dédié au bien-être, la page Internet de l'Institut du leadership-BPI group. Y sont recensés des cas pratiques d'initiatives, en France ou ailleurs, de management innovant. Dans l'Hexagone, les actions de Danone, Airbus, Areva, Leroy Merlin, Century 21 ou encore de la Scop ardéchoise Ardelaine. Parmi les exemples : le coaching par le rire aux laboratoires Boiron. Le poker, y est notamment utilisé pour apprendre à gérer ses émotions. Le cas de Google est aussi évoqué, l'entreprise laissant une liberté rare à ses collaborateurs, avec 20% du temps de travail consacré à des projets personnels. L'objectif étant de motiver et de fidéliser ses salariés. Le géant du Net Emploi & Carrière n 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 1Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 2-3Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 4-5Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 6-7Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 8-9Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 10-11Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 12-13Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 14-15Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 16-17Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 18-19Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 20-21Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 22-23Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 24-25Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 26-27Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 28-29Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 30-31Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 32-33Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 34-35Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 36-37Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 38-39Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 40-41Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 42-43Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 44-45Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 46-47Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 48-49Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 50-51Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 52-53Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 54-55Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 56-57Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 58-59Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 60-61Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 62-63Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 64-65Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 66-67Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 68-69Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 70-71Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 72-73Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 74-75Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 76-77Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 78-79Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 80-81Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 82-83Emploi & Carrière numéro 9 jun/jui/aoû 2011 Page 84