E.D.I. n°46 mars 2015
E.D.I. n°46 mars 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°46 de mars 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 31,2 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... le stockage à l'heure du flash.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 84 - 85  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
84 85
84 e Dossier Le stockage à l’heure du Flash Garantie Les bonnes recettes de la sauvegarde en ligne « Nos partenaires sont des relais à forte valeur ajoutée qui bénéficient d’un accompagnement à tous les niveaux » Mélanie Biberian, Channel Director de Beemo Technologie service. Dans le cas d’un sinistre éventuel, une telle solution repose sur les sauvegardes de serveurs et de postes clients dans le cloud, puis sur la réfection de charges applicatives vers le site d’origine. Si les offres et les traitements sous-jacents sont complexes, les professionnels insistent sur la nécessité d’offrir une prise en main simple de ces services et une liberté d’administration. Sur ce plan, le rôle des partenaires revendeurs est d’autant plus crucial qu’ils sont nombreux à revendre les solutions sous leur propre nom. L’attrait de la marque blanche est indéniable. « Nous adressons E.D.I N°46 mars 2015 trois profils de partenaires, illustre Sébastien Heitzmann, directeur technique de Kiwi Backup. D’abord les revendeurs intégrateurs qui répondent aux demandes classiques d’abonnement de leurs clients, et à qui nous fournissons un volume global de sauvegarde qu’ils répartissent en marque blanche. Nous leur proposons même une approche marketing en marque blanche. Nous adressons ensuite les revendeurs qui ont besoin d’installer dans les PME ou les ETI une appliance de sauvegarde managée à distance. Une troisième offre est dédiée aux hébergeurs positionnés sur des secteurs verticaux. Nous leurs fournissons une solution clés en main qu’ils revendent à leurs propres clients. Ils opèrent cependant la partie réseau, hébergent des serveurs et fournissent un premier niveau de support. » Non seulement les offres de backup en ligne sont un moyen pour les revendeurs de réaliser des ventes croisées, mais elles s’appuient sur une politique tarifaire simple et sans coûts cachés. Vendue sous forme de mensualités comme n’importe quel autre service SaaS, la formule séduit les entreprises qui feront osciller leurs besoins. Entre 25% et 40% de remise Côté revendeurs, le montant des commissions varie de 25% à 40% pour les solutions commercialisées sous la marque du fournisseur. S’ils commercialisent les services en marque blanche, ils peuvent alors compter sur une remise à l’achat de l’ordre de 35%, et, bien sûr, rien ne les empêche d’établir par la suite leurs propres tarifs : « Soit le revendeur achète un volume exemples d’offres de sauvegardes de données en ligne Fournisseur Offre Type Capacité Prix La sauvegarde en ligne, menu standard ou services affûtés Beemo Technologie Beemo2cloud Sauvegarde Illimitée À partir de 55 € HT/mois EMC Mozy Sauvegarde Illimitée 340 € HT pour 100 Gb pour un an Kiwi Backup Kiwi Online MB Sauvegarde De 50 Go à 2 To À partir de 49 € HT/mois Rapidobackup Rapidobackup Sauvegarde Illimitée À partir de 0,30 € /Go Symantec Appliance NetBackup 5230 Sauvegarde et appliance Illimitée 26 874 € HT incluant douze mois de support La sauvegarde dans le cloud suppose, de la part des prestataires, des engagements mais aussi des services de plus en plus recherchés par les entreprises. Parmi les précautions de base prises par les clients, un examen des service-level agreements (SLA) et des conditions générales du service s’accompagne d’une vérification de la solvabilité du soustraitant. La qualité des infrastructures du prestataire pèse tout autant, notamment un accès haut débit qui devient prépondérant ou encore une répartition de serveurs physiques et virtuels adaptée à la volumétrie requise par les activités du client. Parmi les services attendus, le partage et la synchronisation de fichiers entre les terminaux de l’utilisateur ne figurent pas toujours dans les offres de sauvegarde en ligne, alors que la multiplication des usages des terminaux mobiles pousse les collaborateurs à rechercher des services de plus en plus souples. Autre facteur prégnant, et indispensable dans les stratégies de PRA (plan de reprise d’activité), la fameuse déduplication de fichiers réduit jusqu’à 80% les octets transmis lors d’une sauvegarde, et allège donc la facture de stockage. La phase de la restauration est un élément crucial en cas de sauvegarde automatique non maîtrisée. De même, la simplicité des logiciels vantée par les prestataires ne doit pas occulter un certain degré d’administration. Enfin, il faut savoir comment la solution s’inscrit en termes de confidentialité et d’intégrité des données. Par exemple, être au fait que les solutions les plus robustes de protection de fichiers confidentiels ne sont pas les plus simples ; que le chiffrement génère parfois des pertes de performances ; ou que la clause de réversibilité – comment récupérer ses données en cas de désaccord avec son prestataire – n’est pas toujours assujettie à une obligation de résultat. qu’il dispatche à ses clients au prix qu’il souhaite, soit nous facturons directement le client, et le partenaire bénéficie alors de 30% de remise », résume Marc Rotceig, directeur associé de Rapidobackup. Ces partenariats s’appuient également sur les niveaux de certification développés entre le fournisseur et ses partenaires. Pour reprendre les appellations les plus courantes, revendeurs Silver, Gold et Platinum se voient ainsi récompensés selon les volumes réalisés. Les éditeurs fournissent aussi à leur intention un portail pour l’administration des sauvegardes de leurs clients, et un éventail complet d’outils marketing. « Nos partenaires constituent des relais à forte valeur ajoutée. Nous avons mis en place une stratégie d’accompagnement tous niveaux, ainsi qu’une politique de certification qui garantisse leur niveau de compétence. La formation technique des VAR est essentielle pour maîtriser les offres et acquérir la compétence à identifier les besoins des clients, leur proposer des solutions qui y répondent, et les accompagner dans le déploiement », souligne Mélanie Biberian, Channel Director de Beemo Technologie.
60 clients, besoin d'un datacenter. Je fais comment I Avec Aruba Cloud, vous pouvez créer votre datacenter virtuel et évolutif, le piloter au travers d'outils adaptés, et bénéficiez du savoir-faire de nos équipes pour en gérer tout ou partie, à vos côtés. Et choisissez parmi nos 6 datacenters certifiés en Europe, pour répondre au mieux aux attentes de vos clients. Souplesse choix technique Système ouvert Contrôle des coûts cc Nous avons choisi Aruba Cloud car nous bénéficions d'un haut niveau de performance, à des coûts contrôlés et surtout car its sont à dimension humaine, comme nous Xavier Dufour - Directeur R&D - ITMP Contactez-nous ! 0810 710 300 www.arubacloud.fr 6 datacenters en Europe Marque blanche r%ç1 roba CLOUD Cloud Public Cloud Privé Cloud Hybride Cloud Storage Infogérance MY COUNTRY. MY CLOUD.-



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 1E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 2-3E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 4-5E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 6-7E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 8-9E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 10-11E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 12-13E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 14-15E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 16-17E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 18-19E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 20-21E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 22-23E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 24-25E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 26-27E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 28-29E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 30-31E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 32-33E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 34-35E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 36-37E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 38-39E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 40-41E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 42-43E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 44-45E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 46-47E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 48-49E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 50-51E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 52-53E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 54-55E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 56-57E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 58-59E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 60-61E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 62-63E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 64-65E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 66-67E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 68-69E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 70-71E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 72-73E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 74-75E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 76-77E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 78-79E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 80-81E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 82-83E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 84-85E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 86-87E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 88-89E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 90-91E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 92-93E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 94-95E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 96-97E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 98-99E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 100-101E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 102-103E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 104-105E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 106-107E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 108-109E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 110-111E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 112-113E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 114-115E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 116-117E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 118-119E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 120-121E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 122-123E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 124-125E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 126-127E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 128-129E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 130-131E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 132