E.D.I. n°46 mars 2015
E.D.I. n°46 mars 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°46 de mars 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 31,2 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... le stockage à l'heure du flash.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 78 - 79  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
78 79
78 m Dossier Le stockage à l’heure du Flash Polyvalence Le NAS hausse son niveau logiciel « Les clients peuvent installer et utiliser sur le même NAS, et sans surcoût, de nombreux autres serveurs » sont plus réceptives car la législation sur la conservation des données devient de plus en plus contraignantes, de même que les réseaux d’agence des grands comptes. Ceux-ci optent pour des NAS installés localement et raccordés au SAN [storage area network] central. » Jonathan Delcor, responsable technique de Netgear, décrit la procédure : « Windows Server n’est plus conservé que sur le site central et l’accès est contrôlé et sécurisé par un VPN [virtual private network]. L’accès aux données locales s’opère via Active Directory et celles-ci sont répliqués périodiquement sur le site central, avec leurs révisions. » Enfin, beaucoup de professions libérales de TPE et font appel au NAS configuré en Raid. Virtualiser devient aisé E.D.I N°46 mars 2015 Derren Lu, directeur général de Synology, La virtualisation de serveurs et de stockage fait partie de ces innovations d’abord portées par le haut de gamme et qui redescendent vers l’entrée de gamme, au rythme des améliorations matérielles. Elle n’est donc plus l’exclusivité des grandes entreprises et se rend disponible auprès de TPE et de PME, grâce à des NAS coûtant quelques centaines d’euros. Illustration avec le récent TS453 Pro de QNAP, un modèle de quatre baies, pour créer puis gérer plusieurs machines virtuelles (VM) Windows, Android ou Linux, à condition que la quantité de mémoire soit suffisante. Dans le fond, ce n’est pas une révolution. Ce qui est nouveau, c’est la simplicité de mise en œuvre, bien dans l’esprit du NAS contemporain : l’application nommée Virtualization Station se charge de tout en quelques clics. L’utilisateur accède Al= 7a=lil Idgii 1MMIIJMMJ alors à un bureau virtualisé distant et lance ses applications dédiées, à partir d’un navigateur web et quel que soit l’outil (PC, tablette, etc.) La prochaine étape pourrait se nommer Docker : c’est un conteneur d’applications open source très léger car sans OS, contrairement à une VM. Derren Lu, directeur général de Synology, est catégorique : « La virtualisation et Docker auront un effet significatif sur le marché du NAS. » Son succès s’explique par le fait qu’il est moins onéreux qu’un vrai serveur, réputé plus flexible. Le NAS sait tout faire et pourra même gérer la messagerie Mais si la variable économique est prépondérante, elle n’est pas la seule à entrer en ligne de compte : le rayon d’action du NAS s’est élargi au-delà de son périmètre originel et, simultanément, sa configuration et son utilisation se sont simplifiées, séduisant une audience plus large. « La philosophie du produit a changé, observe Éric Maingot, Senior Customer Engineer chez Seagate. Il y a encore quatre ou cinq ans, le NAS se résumait à un serveur de fichiers, voire à un serveur d’impression. Aujourd’hui, il a basculé dans un mode de fonctionnement similaire à celui d’un smartphone : une base matérielle plus ou moins trapue selon les besoins, et un système d’exploitation en général basé sur Linux auquel se superposent des applications diverses. » Lesquelles sont souvent gratuites : « Les clients peuvent installer et utiliser sur un NAS unique, et sans surcoût, un serveur de fichiers, un serveur Syslog et même un serveur de vidéoprotection, ajoute Derren Lu chez Synology. La direction prise par le NAS est celle des solutions. Le serveur de messagerie et de collaboration sera inclus à l’avenir. » Sur les modèles de QNAP, on trouve même une application pour gérer et concevoir du contenu multimédia pour un affichage dynamique. Cette polyvalence grandissante est facilitée par l’évolution de la puissance des processeurs et de la quantité de mémoire, qui accorde plus de marge de manœuvre aux éditeurs et développeurs. Pour les fabricants, c’est une source de différenciation dans un secteur où la concurrence est vive. « Notre valeur ajoutée, c’est la richesse fonctionnelle, enchérit Sophie Carayon, Storage Business Development Manager de Lenovo. Nous proposons ainsi une licence de sauvegarde Acronis pour trois postes, une licence à vie pour MacAfee Virus Scan Entreprise et un partenariat avec Milestone pour quatre à seize caméras. » Ces offres combinées se multiplient car fournisseurs d’équipement et éditeurs y trouvent leur compte. Ce sont des solutions prêtes à l’emploi qui intéressent le revendeur, qui déploie plus vite « Il y a quatre ou cinq ans, le NAS se résumait à un serveur de fichiers, voire d’impression. Il a basculé vers un mode de fonctionnement semblable à celui du smartphone » Éric Maingot, Senior Customer Engineer de Seagate le système. Le client, bien loin de maîtriser les arcanes du stockage et du réseau, se montre également satisfait : la simplicité est de mise. Conscients que les entreprises de petite et moyenne taille font sans DSI, les fournisseurs se sont attachés à concevoir des interfaces
Snapshots* illimités Nouvel OS 6.2 disponible Nouvel OS 6.2 disponible Support virtualisation a Gardez un œil sur l’essentiel, sécurisez automatiquement les données de vos clients. ReadyNAS protège les données avec des snapshots* toutes les heures, sans impact sur les performances ReadyNAS s’adapte et évolue en fonction des besoins de stockage de vos clients ReadyNAS est accessible à distance, y compris pour vos tâches d’administration ReadyNAS sécurise les investissements grâce à sa garantie de 5 ans avec remplacement en J+1 Cloud privé et sécurisé Service commercial & avant-vente 01 39 23 98 50 Accès distant 5 niveaux de protection des données D o * Les snapshots sont des points de restauration qui permettent de récupérer n’importe quelle version d’un fichier ou d’une VM (machine virtuelle) en cas de modification, attaque virale, corruption, ou effacement accidentel. www.netgear.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 1E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 2-3E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 4-5E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 6-7E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 8-9E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 10-11E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 12-13E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 14-15E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 16-17E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 18-19E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 20-21E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 22-23E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 24-25E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 26-27E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 28-29E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 30-31E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 32-33E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 34-35E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 36-37E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 38-39E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 40-41E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 42-43E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 44-45E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 46-47E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 48-49E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 50-51E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 52-53E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 54-55E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 56-57E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 58-59E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 60-61E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 62-63E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 64-65E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 66-67E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 68-69E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 70-71E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 72-73E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 74-75E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 76-77E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 78-79E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 80-81E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 82-83E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 84-85E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 86-87E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 88-89E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 90-91E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 92-93E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 94-95E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 96-97E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 98-99E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 100-101E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 102-103E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 104-105E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 106-107E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 108-109E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 110-111E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 112-113E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 114-115E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 116-117E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 118-119E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 120-121E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 122-123E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 124-125E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 126-127E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 128-129E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 130-131E.D.I. numéro 46 mars 2015 Page 132